Rejoignez-nous

Genève

Ruud reprend ses bonnes habitudes

Publié

,

le

Le Norvégien Casper Ruud a fait un peu de tourisme avant d'entrer en lice aujourd'hui au Geneva Open. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Double tenant du titre, Casper Ruud aborde le Geneva Open avec une confiance retrouvée. Sa demi-finale dans le Masters 1000 de Rome l'a remis sur la bonne orbite au bon moment.

"J'ai vécu 4-5 mois difficiles", rappelle le no 4 mondial, "alors que les 4-5 derniers mois de la saison précédente avaient été incroyables: j'avais atteint la finale de trois des cinq plus importants tournois de l'année" à Roland-Garros, à l'US Open et au Masters ATP. Et il s'était hissé au 2e rang mondial.

"Je sais donc parfaitement ce dont je suis capable. Mais tout peut aller très vite en tennis. On connaît tous des hauts et des bas, et le début de la saison 2023 a été l'une des périodes les plus difficiles de ma carrière", poursuit le Norvégien, qui n'a gagné que quatre matches dans ses cinq premiers tournois de l'année.

A-t-il ressenti des attentes extérieures particulières après son superbe exercice 2022? "Si on se met à penser aux attentes que peuvent avoir par exemple des médias, on n'ira pas loin", souligne-t-il. "Mais c'est vrai que ça peut devenir stressant si on ne parvient pas à reproduire les mêmes résultats", concède-t-il.

Le retour sur terre battue lui a fait le plus grand bien, puisqu'il a cueilli le titre dès son premier tournoi de l'année sur cette surface à Estoril début avril. Mais ce sacre, son 10e au total sur le circuit principal, n'a pas agi comme un déclic: il n'a remporté que deux matches dans ses trois tournois suivants.

"Je pense que le plus dur est désormais derrière moi", lâche toutefois Casper Ruud, qui s'est il est vrai pleinement rassuré en se hissant dans le dernier carré à Rome la semaine précédente. Même s'il regrette certainement de n'avoir pas su enfoncer le clou face à Holger Rune en demi-finale, lui qui mena 7-6 4-2.

"Trop stressant" à Paris cette semaine

Malgré cette confiance retrouvée à une semaine de l'entame de Roland-Garros, le Norvégien n'a pas songé une seconde à "zapper" le Geneva Open afin d'en garder sous la pédale. "A Roland-Garros, il y a les qualifications cette semaine, avec 128 joueurs et 128 joueuses en lice. C'est bien trop stressant", explique-t-il.

"Je profite de me retrouver ici au calme. Je préfère disputer des matches officiels plutôt que des sets d'entraînement. Et si je me rate ici, je peux toujours rejoindre Paris pour m'y entraîner avant le début de Roland-Garros", lâche celui qui est aussi double tenant du titre de l'Open de Gstaad.

"J'ai vu l'an dernier qu'il était possible de briller ici tout en gardant suffisamment de fraîcheur pour aller loin à Roland-Garros", comme un certain Stan Wawrinka l'avait déjà prouvé en 2016 (titre à Genève, demi-finale à Paris) et en 2017 (titre à Genève, finale à Paris). "Et j'adore venir à Genève", sourit-il.

"Tout avait commencé ici il y a deux ans pour moi, j'y avais gagné le deuxième titre de ma carrière. Je suis aussi à l'aise à Gstaad d'ailleurs. La Suisse est un beau pays, et si le beau temps est de la partie le cadre est magnifique ici. Ca me fait un peu penser à la Norvège, je m'y sens donc très bien", lâche Casper Ruud.

Le Norvégien, qui entrera en lice mercredi à Genève au 2e tour, reprend donc avec grand plaisir ses bonnes habitudes dans la Cité de Calvin. Où il espère pouvoir encore augmenter son capital-confiance afin d'aborder dans les meilleures dispositions un Roland-Garros qui s'annonce très ouvert en l'absence de Rafael Nadal.

"Triste pour Rafa"

"Je suis triste pour Rafa. Son record de 14 titres à Paris est l'un des plus incroyables tous sports confondus", souligne Casper Ruud. "Cela offre une opportunité aux autres. Mais Novak (Djokovic) a déjà gagné deux fois à Paris alors que Rafa était pourtant de la partie. Il sera donc le favori", lâche-t-il.

Les outsiders seront toutefois nombreux sur la terre battue de la Porte d'Auteuil. "Il y a Crlos Alcaraz, Jannik Sinner, Holger Rune, Alexander Zverev, Daniil Medvedev qui vient de gagner à Rome. Et moi-même", sourit le Norvégien, qui se sait désormais capable de renverser des montagnes dans le cadre des tournois du Grand Chelem.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Mort de deux chevaux dans l'incendie d'un hangar de ferme à Corsier

Publié

le

Un violent incendie a entièrement détruit un hangar abritant des écuries, des engins agricoles et du fourrage dans la nuit de lundi à mardi à Corsier (GE). Deux chevaux sont morts. (© Incendie Secours Genève)

Un violent incendie a entièrement détruit un hangar abritant des écuries, des engins agricoles et du fourrage dans la nuit de lundi à mardi à Corsier (GE). Malgré l'intervention rapide des habitants du village pour sauver plusieurs chevaux, deux d'entre eux n'ont pas survécu.

L'alerte a été donnée à 02h30. Les flammes étaient visibles depuis la Pallanterie, distante de plus de deux kilomètres, a indiqué le Service d'incendie et de secours de Genève (SIS). A leur arrivée, les sapeurs-pompiers ont constaté que le hangar s'était entièrement embrasé. Les flammes risquaient de se propager au hangar voisin, qui a pu être sauvé, a précisé le colonel Nicolas Schumacher, du SIS.

Le SIS est intervenu avec 35 pompiers professionnels, secondés par 30 sapeurs-pompiers volontaires des communes de Corsier et de Collonge-Bellerive. Le sinistre a été maîtrisé à 05h00, mais les pompiers volontaires passeront une partie de la journée de mardi à surveiller le site pendant l'évacuation et l'extinction du fourrage dans un champ voisin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Deux chevaux meurent dans l'incendie d'une ferme à Corsier

Publié

le

L'incendie d'une ferme de Corsier a coûté la vie à deux chevaux (©Incendie Secours Genève)

Une ferme de Corsier a été la proie des flammes, la nuit de lundi à mardi. Deux chevaux ont péri dans cet incendie. 

Un incendie s'est déclaré la nuit de lundi à mardi, dans une ferme, située au chemin du château 27, de Corsier. Les flammes ont débuté dans un hangar, contenant des animaux, des engins agricoles et du fourrage. Le feu était visible depuis la Pallanterie avec la crainte de la propagation à un immeuble voisin. Pas moins de 65 sapeurs pompiers, professionnels et volontaires, ont été déployés sur place. L’intervention d’habitants du village a permis de sauver plusieurs chevaux, mais deux ont péri dans cet incendie. 

Continuer la lecture

Genève

Renault, l'électrique et les véhicules chinois, stars du salon de l'auto

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Après quatre éditions annulées, le salon international de l'automobile de Genève a fait son grand retour ce lundi. Après la journée presse, le public est attendu mercredi. 

Redémarrage en douceur pour le salon international de l’automobile de Genève. Après cinq ans d'absence, le GIMS a rouvert ses portes à la presse ce lundi matin. Un salon en version réduite avec seulement une vingtaine de constructeurs présents. Benoît Rouchaleau a sillonné les halles de Palexpo pour assister à la renaissance du GIMS. Son reportage. 

Benoît RouchaleauReportage

Parmi les stars du salon, le constructeur français Renault en a profité pour présenter en première mondiale sa nouvelle R5 électrique. Feux arrière verticaux, couleurs flashy, sièges sculptés et aileron arrière: la petite voiture multiplie les clins d'œil à son ancêtre des années 70. Sylvain Darphel du Groupe Renault.

Sylvain DarphelGroupe Renault

Avec moins de constructeurs présents, ça laisse de la place aux plus modestes, comme Ludovic Lazareth qui vient d’Annecy en France voisine et qui présente des machines uniques ou en série limitée.

Ludovic LazarethSociété Lazareth

Notez que la journée de samedi est déjà complète. 

Continuer la lecture

Genève

Une commission préoccupée par les décès au Vieil hôtel de police

Publié

le

Le vieil Hôtel de police genevois au boulevard Carl-Vogt a été le théâtre de deux décès à la suite de garde à vue depuis le début de l'année (photo symbolique). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)
A Genève, le décès d'une femme de 21 ans dans une cellule du Vieil hôtel de police rebondit sur le terrain politique. Une délégation de la commission des visiteurs officiels du Grand Conseil a effectué une visite surprise dans les violons de ce commissariat dans la nuit de samedi à dimanche.

Sans empiéter sur l'enquête judiciaire en cours, la commission des visiteurs officiels veut s'assurer de la bonne application des normes et directives en matière de privation de liberté dans les postes de police, a-t-elle indiqué lundi. Et de préciser qu'elle poursuit son travail et ne fera aucune autre communication à ce stade.

Une jeune femme arrêtée pour vol mercredi soir a été retrouvée jeudi matin sans vie dans sa cellule, où elle attendait d'être entendue par un procureur de permanence. Le 3 janvier, un homme avait aussi été découvert inanimé dans les violons du Vieil hôtel de police, situé au boulevard Carl-Vogt. Ces deux décès en deux mois préoccupent vivement la commission des visiteurs officiels.

La mort des personnes arrêtées lors de simples gardes vues interroge aussi des citoyens. Samedi en fin d'après-midi, une centaine de manifestants se sont réunis pendant une heure en face du poste de police à l'appel de Action antifasciste Genève et du collectif Le Silure. Avec un slogan: "Plus aucun mort en détention! Justice et vérité!".

Source: ATS

Continuer la lecture

Genève

Le DIP sonde les parents et les élèves sur l'école

Publié

le

A Genève, le Département de l'instruction publique lance un grand sondage à l'attention des parents et des élèves de l'école genevoise (illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

A Genève, le DIP sonde les parents et les élèves de l'école genevoise. Objectif: prendre le pouls des usagers. Les résultats de l'enquête intitulée "Comment va l'école?" seront communiqués avant l'été et alimenteront les réflexions sur l'avenir de l'école dans le canton.

Cette démarche est unique en son genre, a indiqué lundi le Département de l'instruction publique (DIP), revenant sur une information de 20 Minutes. La conseillère d'Etat Anne Hiltpold veut ainsi donner la parole "aux premiers concernés par notre système éducatif, à savoir les élèves ou leurs parents, pour connaître leurs attentes".

Les questions recouvrent un champ très vaste: importance accordée à certaines matières, horaire scolaire, port d'un uniforme à l'école, possibilités de repas dans les cycles d'orientation, devoir à domicile, climat scolaire. A côté des parents et des élèves, les collaborateurs du DIP seront eux sondés sur le climat de travail et les enjeux liés à la gestion des ressources humaines.

Les parents recevront un questionnaire par enfant sous forme d'email. Les élèves de 3P à 8P seront invités à répondre à l'enquête en classe sur du papier, tandis que ceux du cycle d'orientation et du secondaire II pourront le faire sur ordinateur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture