Rejoignez-nous

Genève

Restructuration de l'OMP: Anne Emery-Torracinta en appelle à la responsabilité des députés

Publié

,

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

A Genève, Anne Emery-Torracinta ne décolère pas depuis le refus mercredi de la Commission des finances d'octroyer 55 postes supplémentaires pour l'Office médico-pédagogique (OMP). La cheffe du Département de l'instruction publique en a appelé au sens des responsabilités des députés lors d'un débat au Grand Conseil.

Le parlement traitait vendredi lors de sa séance des extraits d'une pétition qui relayait les inquiétudes du personnel de l'OMP. Ce texte muni de 1377 signatures évoquait la "dégradation des prestations", des "réformes menées sans concertation", "des méthodes RH douteuses" et de "la maltraitance institutionnelle".

Le personnel de l'OMP demandait notamment plus de transparence, un état des lieux et des moyens supplémentaires pour faire face à une hausse des besoins. La pétition a été déposée en septembre dernier, soit avant que n'éclate le scandale du foyer de Mancy. Le personnel, soutenu par les syndicats, avait déjà tiré la sonnette d'alarme.

Ces moyens supplémentaires ont précisément été demandés par la cheffe du DIP mercredi devant la commission des finances du Grand Conseil. Mais la majorité de droite a refusé d'octroyer le crédit de 2,2 millions de francs qui visait à ouvrir 55 postes. A droite, ce refus a notamment été justifié par le fait que les postes prévus étaient destinés à renforcer la hiérarchie plutôt que le terrain.

C'est faux, a relevé vendredi Mme Emery-Torracinta. Trente postes sur 55 étaient directement prévus pour le terrain. Les autres servaient à la "gouvernance de proximité" au sein de l'OMP, à engager des "référents métiers" pour former le personnel ainsi qu'à renforcer les ressources humaines qui n'arrivent plus à engager, faute de temps.

Sécurité

"J'en appelle à votre sens des responsabilités", a lancé la conseillère d'Etat à l'adresse des députés. "Nous avons besoin de ces postes. Sinon il faudra prendre des mesures urgentes pour garantir la sécurité des enfants et des jeunes", a-t-elle ajouté. Elle pourrait revenir dès la semaine prochaine devant la commission des finances pour solliciter un nouveau crédit. En attendant, la pétition a été renvoyée à l'unanimité au Conseil d'Etat.

Lundi, Mme Emery-Torracinta avait présenté un plan de mesures pour l'OMP. La magistrate de tutelle a reconnu que l'office, sous les feux des projecteurs après la révélation de cas de maltraitance au foyer pour jeunes autistes de Mancy, connaît des difficultés depuis sa création en 2010.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

L'Hospice général offre une plateforme d'expression aux artistes

Publié

le

Le photographe Anthony Mamizuka travaille sur le projet Résidences croisées lancé par l'Hospice général à Genève. (© Isabelle Meister)

Lancé en 2021, le projet Résidences croisées a ouvert les portes de l’Hospice général à des artistes impactés par la crise sanitaire ou au bénéfice de prestations sociales. Vingt-trois d'entre eux ont croisé leurs expériences avec une centaine de bénéficiaires ou collaborateurs pour créer des ½uvres originales. Différentes institutions culturelles genevoises donneront une visibilité à ces travaux d'ici l'été.

Le projet-pilote a été conçu par l'Hospice général et lancé en 2021 pendant le Covid. Les artistes ont été choisis par une commission d'experts externes, rapporte un communiqué publié jeudi. Parmi eux, des photographes, comédiens, metteurs en scène, plasticiens, vidéastes, musiciens ou poètes.

Le site dédié residencescroisees.ch donne des informations détaillées sur ces créateurs et le mode de fonctionnement des Résidences croisées. Dès jeudi, des actualités régulières sur l’avancée des différents projets artistiques y sont mises en ligne.

Meilleure reconnaissance

L'objectif de ce projet est triple: aider des artistes à rebondir alors que leurs activités ont été ralenties par la crise, offrir une forme de reconnaissance aux talents parfois invisibilisés, notamment d'artistes inscrits à l’Hospice général. Enfin, il s'agit de permettre aux bénéficiaires de l’institution de sortir de leur isolement social en leur proposant de participer à une initiative artistique inédite.

La crise sanitaire a mis en évidence la précarité du statut d'artiste et en a impacté un nombre important, avec le risque de les faire entrer dans une précarité durable. Plusieurs sont d'ailleurs devenus bénéficiaires de l’aide sociale. Cette précarité n’étant toutefois pas nouvelle, l’Hospice général compte depuis toujours des artistes au sein de ses usagers.

Par cette initiative, l’institution a aussi voulu mettre en lumière leurs talents et compétences en leur offrant une plateforme d’expression. Cette expérience devrait leur apporter une meilleure reconnaissance dans les réseaux genevois et d’une manière générale participer à déstigmatiser le regard porté sur l’aide sociale.

Renforcer les liens sociaux

Basées sur la rencontre et le dialogue, les Résidences croisées renforcent le fait que l’art et la culture sont de réels ciments sociaux. Ils rejoignent ainsi l’un des objectifs de l’institution qui est de renforcer le lien social et les opportunités d’intégration.

Grâce à leur sensibilité, ces artistes apportent un regard nouveau sur des questions sociétales. Cette production culturelle est financée par des fonds privés, précise la responsable du projet Sylvie Léget.

residencescroisees.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le burkini s'invite aux débats du Conseil municipal

Publié

le

piscine de Varembé DR

Le règlement des piscines en Ville de Genève a enflammé les discussions au Conseil municipal mercredi soir. Avec en toile de fond, le port du Burkini. Un troisième débat aura lieu lundi.

Le Burkini s’est invité mercredi soir de manière détournée au Conseil municipal de la Ville de Genève. La gauche voulait assouplir le règlement des piscines, ce qui - de fait -  rendait possible le port du Burkini. Le règlement actuel oblige les femmes à porter un maillot d’une ou deux pièces et les hommes, un maillot dont la longueur ne dépasse pas le genou. Il proscrit tout tee-shirt.

La gauche voulait supprimer toutes ces indications pour les remplacer par de simples "tenues de bains". Elle a été suivie par le Conseil municipal à une très courte majorité, mais un troisième débat aura lieu lundi. Écoutez la réaction de la Maire Marie Barbey Chappuis.

Marie Barbey-ChappuisMaire de la Ville de Genève, chargée des sports

La Maire relève que des questions de clarté pour les employés sont en jeu.

Marie Barbey-ChappuisMaire de la Ville de Genève, chargée des sports

Pour le porteur du projet, le socialiste Pascal Hollenweg, le burkini n’est pas le problème. L'égalité serait le but visé par le changement de règlement, selon lui.

Pascal HollenwegConseiller municipal socialiste - Ville de Genève

Marie Barbey-Chappuis relève également que des problématiques d'hygiène se posent.

Marie Barbey-ChappuisMaire de la Ville de Genève, chargée des sports

Un argument que balaie le représentant socialiste.

Pascal HollenwegConseiller municipal socialiste - Ville de Genève

Troisième débat lundi

La modification prévoyait d'abord que les tenues autorisées sur le plages devaient l'être aussi dans les piscines municipales. Les verts ont déposé un amendement pour ne plus préciser les types de tenues et conserver un texte générique de "tenues de bain". L'amendement a été accepté de justesse avec une voix d'écart mercredi soir. Un troisième débat ayant été demandé, les discussions reprendront lundi.

Continuer la lecture

Genève

Un pas vers la rénovation de la Bibliothèque de Genève

Publié

le

La BGE devrait enfin bientôt faire sa mue. Le Conseil municipal de la Ville a accepté un crédit d’étude de 11 millions mardi soir pour la rénovation de la Bibliothèque de Genève.

Le Conseil municipal a accepté à une large majorité mardi soir un crédit d’étude de près de 11 millions de francs. Il s’agira d’étudier comment effectuer  la rénovation complète et l’extension de la bibliothèque de Genève. Nichée au cœur des Bastions la BGE conserve les trésors du patrimoine intellectuel et culturel de Genève depuis 1559.

Ses collections sont estimées à 1,5 milliard. En cas d’un incendie, les ouvrages courent un grand risque à cause de la vétusté de la bibliothèque actuelle, avec des pertes allant jusqu’à 700 millions de francs, d’où l’urgence de la rénover. Pour le Conseiller administratif chargé de la culture c’est un soulagement. Sami Kanaan.

Sami KanaanConseiller administratif chargé de la culture

L’extension se fera sous la cour des Bastions. Il s’agit de tripler la surface pour un montant estimé de 120 millions de francs. Un amendement des verts a réclamé que soit conservé l’énorme platane situé dans la cour. Le détail avec Sami Kanaan.

Sami KanaanConseiller administratif chargé de la culture

Des co-financements sont attendus du privé et du Canton. Le chantier devrait commencer en 2025-2026.

Continuer la lecture

Genève

Genève veut abolir une injustice fiscale visant les parents séparés

Publié

le

© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le Conseil d'Etat genevois veut mettre fin à une inégalité fiscale qui touche les parents séparés ou divorcés qui assument à parts égales la prise en charge et l'entretien de leurs enfants. Il a transmis ce mercredi au Grand Conseil son projet de modification de la loi sur l'imposition des personnes physiques.

À Genève, un projet de loi du Conseil d'Etat veut corriger une injustice fiscale. Il s'attaque au traitement différent réservé aux parents séparés se partageant l’entretien et la garde des enfants à parts égales. Actuellement, lorsque des parents divorcés contribuent de manière identique à l’entretien de leur enfant, seul l’un des deux bénéficie d’une réduction de sa charge fiscale. Il s'agit souvent de celui qui gagne le moins. L’autre parent n’obtient aucun rabais d'impôt.  Un système considéré comme injuste par Nathalie Fontanet, conseillère d'Etat en charge des finances.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

Grâce aux nouvelles règles, les deux géniteurs seront placés sur pied d'égalité et chacun pourra revendiquer le droit à un "splitting" partiel (1,8) de son revenu imposable. Mais les conditions d'octroi de ce nouveau régime fiscal sont strictes comme l'explique Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

L'inégalité fiscale qui frappe les parents séparés qui assument équitablement les dépenses liées à leurs enfants est le sujet à propos duquel "j'ai reçu le plus de courriers depuis le début de mon mandat", a souligné Mme Fontanet. La mesure doit encore passer la rampe du Grand Conseil. À ce stade, il est difficile de calculer, l'impact qu'aura la réforme sur les rentrées fiscales de l'Etat de Genève.

Eviter les mauvaises surprises lors des impôts

Avec ce changement, un des parents paiera moins d'impôts alors que l'autre devra en payer un petit peu plus. Mais cela évitera toute mauvaise surprise au moment de calculer ses impôts selon Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

Selon les statistiques fédérales, en Suisse, 17% des parents séparés se partagent intégralement la prise en charge et l'entretien de leurs enfants. Le système que le gouvernement genevois entend mettre ne place pour abolir cette différence de traitement au niveau des impôts est pour le moment unique en Suisse.

Continuer la lecture

Economie

Firmenich: nominations à la tête de la parfumerie et ingrédients

Publié

le

Suite à l'annonce de sa fusion avec le néerlandais DSM, le géant genevois des arômes et parfums Firmenich a nommé Ilaria Resta à la tête de sa nouvelle unité intégrée parfumerie et ingrédients. Elle sera secondée par Amaury Roquette, directeur adjoint (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Suite à l'annonce de sa fusion avec le néerlandais DSM, le géant genevois des arômes et parfums Firmenich procède à des nominations à la tête de sa nouvelle unité intégrée parfumerie et ingrédients. Celle-ci sera placée sous la responsabilité d'Ilaria Resta, directrice, et d'Amaury Roquette, directeur adjoint.

Mme Resta était à la tête de l'unité parfumerie de Firmenich depuis 2020, après avoir travaillé en tant que cadre chez Procter & Gamble, indique l'entreprise mercredi dans un communiqué. M. Roquette travaille pour la maison depuis quatorze ans. Il avait rejoint la division Taste & Beyond en 2019.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture