Rejoignez-nous

Genève

PLQ Acacias: trop de surfaces commerciales selon les opposants

Publié

,

le

Les référendaires du PLQ Acacias I en votation le 18 juin exposent leurs arguments. Trop de surfaces commerciales et pas assez de logements, des équipements publics insuffisants et sous-dimensionnés figurent parmi les principaux griefs des opposants.

Le Collectif d’associations d’habitants et de quartier et les partis d’extrême gauche ont appelé à refuser ce premier plan localisé de quartier du PAV. Les opposants au PLQ Acacias I ont relevé l'importance de ce "morceau de ville" de 16 hectares, une surface comparable à la moitié du quartier des Eaux-Vives. Les autorités ne seraient pas honnêtes lorsqu'elles affirment que ce futur quartier réconcilie nature et habitants. Pour eux, ce PLQ est encore marqué par un urbanisme d'entassement qui ne répond pas aux besoins de la population et au réchauffement climatique.

Ils dénoncent une surdensification, alors que le quartier est en mains publiques, 88% de la surface appartient à l'Etat et 12% à la CPEG, la caisse de pension des fonctionnaires et qu'il permettrait de réaliser un "vrai quartier du 21ème siècle". Pour eux, 2230 logements ne sont pas suffisants et les bureaux et surfaces d'activités sont trop nombreux. Le PLQ ne respecte pas la votation populaire de 2018 qui réclamait deux logements pour un emploi. Ils craignent que les surfaces commerciales ne soient louées trop chères, hors de portée des activités associatives notamment.

Bloquer la construction de logements?

En appelant à voter "non" ne vont-ils pas de repousser encore la construction de logements à Genève pour 10 ans comme l’affirment les autorités? Ecoutez la réponse de Jean-Pierre Fioux, membre du collectif d’associations d’habitants et de quartier.

Jean-Pierre FiouxMembre du collectif d'association d'habitants et de quartier

Le collectif rappelle qu'il faudra encore négocier avec les entreprises qui sont au bénéfice d’un droit de superficie, parfois pour 30 voire 40 ans encore. Le phasage des travaux du quartier dépendent de cela et sa construction s'étale sur 30 ou 40 ans.

Gabarit des immeubles

Dans le collimateur encore, les gabarits qui oscillent entre 23 et 53 mètres, avec des immeubles qui présentent 6 étages sur rez et d'autres 10 niveaux, sans compter les deux tours de de 63 et 97 mètres. Ce qui fait 5 hauts bâtiments de 53, 67 et 93 m. Mais aussi l'espacement entre les bâtiments. Citant un document édicté par la Confédération, les opposants ont insisté sur l'importance de laisser l'air circuler. Marc Brunn, membre du collectif d’associations d’habitants et de quartier.

Marc BrunnMembre du collectif d'association d'habitants et de quartier

Enfin l'école ne comptera que 22 à 24 classes et ne bénéficiera que d'une petite cour. Les précisions de la Conseillère municipale d'Ensemble à gauche Brigitte Studer.

Brigitte StuderConseillère municipale d'Ensemble à gauche

Les référendaires rappellent que l’Etat est propriétaire de 88% des 16 hectares à disposition et que le reste appartient à la caisse de pension des fonctionnaires, ce qui lui laisse un important pouvoir de décision.

Enfin, la place piétonne de plus de 7000 m2 se situera sur un parking et ne permettra pas de planter des arbres en pleine terre. Les référendaires proposent de revoir le PLQ Acacias et réclament une vraie procédure de consultation.

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Ancien président de la CICAD, Philippe Grumbach est décédé

Publié

le

Philippe Grumbach n'est plus (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'ancien président de la CICAD Philippe Grumbach est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, des suites d'une maladie. L'avocat genevois s'est aussi fait connaître pour avoir plaidé contre des négationnistes et des auteurs d'actes antisémites. Il avait 65 ans.

La nouvelle a été confirmée à Keystone-ATS par Johanne Gurfinkiel, l'actuel secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD).

Philippe Grumbach a présidé la CICAD entre 2001 et 2009. Il a aussi été son avocat durant une vingtaine d'années, plaidant lors de nombreux procès, parfois retentissants comme dans l'affaire Dieudonné.

Philippe Grumbach a aussi été membre du comité suisse de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) et président de la Communauté israélite de Genève.

"C'était un personnage à part, un citoyen très engagé et un militant acccompli à tous les niveaux. Il a été de tous les combats", salue Johanne Gurfinkiel. "Il a marqué la CICAD et restera dans la postérité", ajoute-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie

Publié

le

Une manifestation a réuni près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie et la montée de l'extrême-droite. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, près de 600 personnes ont défilé samedi au centre-ville pour protester contre la transphobie et contre la montée de l'extrême droite. La manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant.

Cette première mobilisation antifasciste et transféministe à Genève était organisée par le Collectif Radical d’Action Queer (CRAQ). Plusieurs orateurs ont dénoncé les discriminations qui frappent les personnes trans, notamment dans l'accès aux soins médicaux, au travail et au logement.

"Nous voulons le droit à l'autodétermination", a poursuivi une autre personne, très applaudie dans le Parc des Cropettes d'où est partie la manifestation. "La transition ne tue pas, la transphobie si", pouvait-on lire sur une pancarte. Le cortège s'est ébranlé au rythme des tambours et d'une grosse sono avec une banderole de tête qui donnait le ton: "La jeunesse trans emmerde l'extrême droite".

Des fumigènes

L'UDC "qui continue à s'attaquer aux droits des personnes LGBTQIA+" a été fustigée et requalifiée pour l'occasion d'"Union des connards", un slogan scandé dans les rues commerçantes. Le cortège dans lequel seules quelques personnes étaient masquées a fait une longue pause sur le Pont du Mont-Blanc où quelques fumigènes ont été tirés.

Les slogans "Mon corps, mon genre et ferme ta gueule!" ou encore "Pas de fierté sans lutte, aucun droit sans combat" ont fait vibrer le cortège jusqu'à la Place des Volontaires. La police, qui encadrait de loin la manifestation, est brièvement intervenue sur la Place du Molard où le ton est monté entre quelques jeunes et des manifestants. Aucun autre incident n'a été signalé.

Aussi à Bâle-Campagne

Samedi matin, une autre manifestation a réuni environ 200 personnes à Sissach (BL) pour dénoncer l'extrémisme de droite. Ce rassemblement organisé par la Jeunesse socialiste de Bâle-Campagne s'inscrivait dans le cadre de la polémique suscitée par les contacts de la politicienne locale et cheffe de la stratégie des Jeunes UDC Sarah Regez avec des groupements d'extrême-droite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre 200 ans de recherches

Publié

le

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre ses 200 ans avec plusieurs expositions et une multitude d'activités en lien avec ses riches collections, dont ses herbiers (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre ses 200 ans. A cette occasion, plusieurs expositions mettent à l'honneur, dès jeudi, ses collections de réputation internationale et la complexité son activité scientifique. Plus de 80 activités figurent aussi au programme de cet anniversaire.

Le Conservatoire botanique a été créé en 1824, sept ans après le Jardin botanique, par le même homme, le botaniste genevois Angustin-Pyramus de Candolle. Mais l'activité scientifique de l'institut, avec ses archives inédites, livres précieux, spécimens d'herbier uniques, objets d'époques lointaines, graines congelées, tubes d'ADN ou encore bases de données, est moins accessible au public.

Diversité des cryptogames

Pour présenter cette richesse, cinq expositions seront proposées en plein air dans le Jardin botanique. En collaboration avec la Fondation Martin Bodmer, la bibliothèque du Conservatoire présentera une sélection de 30 chefs-d'oeuvre de l'illustration botanique provenant d'éditions rares. Une autre exposition permettra de découvrir 16 scientifiques importants pour l'institut et son rayonnement.

Disséminée dans le Jardin, une exposition portera sur la dénomination scientifique des plantes, tandis qu'un parcours exploratoire présentera une sélection d'espèces pour lesquelles l'institut a mené une action de conservation dans le canton. Et chaque mois, une vitrine du bâtiment de la Console montrera la diversité de formes et de couleurs des cryptogames.

Excursions et visites

Sur l'autre rive du lac, la Fondation Bodmer investira le Centre culturel du Manoir de Cologny, également, dès jeudi avec une exposition de panneaux montrant une sélection de plantes et de fleurs provenant d'ouvrages de botanique exceptionnels. Un cycle de conférences accompagnera cette exposition. Et dès la mi-septembre, le Conservatoire se dévoilera aux Bains des Pâquis.

Intitulé "Collector", le programme du bicentenaire comprend encore des excursions sur le terrain, avec des spécialistes, pour découvrir des projets de conservation dans le bassin lémanique. Visites guidées, présentations des métiers et conférences sont aussi agendées.

www.cjbg.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Trois entrepreneurs genevois lancent une application de réduction pour les étudiants

Publié

le

(obs/bonus.ch S.A. via KEYSTONE)

Stoody, une carte de réduction digitale est lancée vendredi, par trois entrepreneurs genevois pour les étudiants de 16 à 29 ans. Elle se présente sous  la forme d'une application, avec des réductions pouvant aller jusqu'à 60%. Une cinquantaine de commerces, de tout le pays, y participe. Cette opération devrait s'étendre à Lausanne, à l'automne prochain. 

Des réductions jusqu’à 60%, pour les étudiants. C’est ce que propose, dès vendredi, Stoody, une carte digitale à destination des étudiants de 16 à 29 ans. Pour ce faire, il leur suffit de télécharger l’application, en échange de 29 francs, par année. A la manœuvre, trois entrepreneurs genevois qui souhaitent ainsi aider ces jeunes, de plus en plus précarisés. Les explications de David Pivoda, l’un de ses entrepreneurs et fondateur du centre de loisirs Airloop.

"Notre objectif est d'aller au delà de l'action commerciale et de toucher une dimension sociale"

Près de cinquante commerces participent à cette opération. Des commerces de tous horizons: loisirs, santé, vente. Un projet gagnant / gagnant pour les jeunes et les commerçants. David Pivoda, l’un de ses entrepreneurs et fondateur du centre de loisirs Airloop.

Stoody devrait être disponible pour les étudiants lausannois, dès cet automne.

 

 

Continuer la lecture

Genève

La nouvelle brigade équestre de la police genevoise est en selle

Publié

le

(© Police cantonale genevoise)
La nouvelle brigade équestre de la police genevoise est opérationnelle. Carino, Nival et Donavalon, les trois chevaux de la race des Franches-Montagnes qui font partie de cette unité, ont réussi leurs tests d'aptitude après une année d'entraînement.

Ils ont été validés par deux cavaliers expérimentés de la police fédérale belge, spécialiste dans le domaine, indique vendredi la police cantonale genevoise. La formation des trois hongres comprenait notamment une désensibilisation aux différents stimuli, comme des pétards ou des fumigènes.

Convaincu par les résultats d'un projet-pilote mené entre 2018 et 2020, le canton avait donné son feu vert pour la création d'une brigade équestre. Les trois chevaux ont été retenus pour leur caractère froid et calme. La brigade compte trois cavalières et un cavalier ainsi qu'une enquêtrice spécialisée.

Elle pourra réaliser des missions dans le domaine de la prévention, de la dissuasion et de la répression en milieu rural ou urbain. Elle sera aussi déployée en zone villas pour prévenir les cambriolages et sera engagée lors de manifestations sportives ou culturelles. L'objectif est de créer un contact privilégié avec la population.

Genève avait déjà une police montée au 19e siècle. Elle avait été abandonnée au profit de moyens plus modernes. De 1996 à 1998, un groupe équestre avait été brièvement recréé dans le but de patrouiller au centre-ville. En Suisse, d'autres cantons utilisent aussi les chevaux pour des missions ciblées. Seul Genève est doté d'une brigade pérenne avec ses propres chevaux.

Continuer la lecture