Rejoignez-nous

Economie

Ouverture du salon EPHJ sous le signe des pénuries de main d'oeuvre

Publié

,

le

Archives (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La vingtième édition du salon des entreprises et métiers de l'horlogerie-joaillerie, des microtechniques et des technologies médicales (EPHJ) s'est ouvert mardi à Palexpo à Genève. Pendant quatre jours, quelque 700 exposants venus de toute la Suisse et de l'étranger auront l'occasion d'échanger et potentiellement même de rencontrer des candidats à l'embauche, dans un contexte de pénurie de main d'oeuvre.

Pour la première fois, le salon organisera des rencontres entre des candidats à l'emploi et des employeurs, a expliqué en conférence de presse Alexandre Catton, directeur du salon. Sur les quelque 700 exposants, environ 250 cherchent en effet désespérément à recruter. Les organisateurs ont donc mis au point un format de "jobdating" qui aura lieu vendredi.

Le salon sera également l'occasion d'organiser des forums, au programme desquels figure notamment le sujet de la formation en entreprise, car si les employeurs peinent à recruter, les offres de formation ne sont par forcément suffisantes, suggère le directeur.

Au menu des tables rondes figureront également le sujet désormais incontournable de la durabilité et des certifications ESG, mais également la tendance actuelle de l'horlogerie suisse à se développer essentiellement dans le haut de gamme.

Essor des technologies médicales

Les organisateurs s'attendent à accueillir environ 20'000 visiteurs, ce qui correspond à la fréquentation habituelle, selon les organisateurs. En raison de la pandémie de coronavirus, l'édition 2020 n'avait pas pu se tenir, et l'EPHJ avait dû patienter jusqu'à l'automne 2021 pour organiser un salon au format réduit.

Le salon reste dominé par les exposants suisses, qui représentent 78% des participants. Neuchâtel est le canton le mieux représenté, avec 139 participants, devant Berne (105), le Jura (80) et Genève (66). Pas moins de 22 cantons sont représentés. On recense également 12% d'exposants français, 4% d'allemands et 2,3% d'italiens.

Au fil du temps, le secteurs des techniques médicales a pris une importance croissante. Alors qu'un 2018, seul un quart des exposants déclarait une activité dans les techniques médicales, cette proportion est passées à 51% en 2022, a relevé M. Catton.

Le salon EPJH a été lancé en 2002 par André Collard et Olivier Saenger. Initialement destiné aux seuls fabricants de composants horlogers, il s'est ouvert en 2007 aux microtechniques et en 2912 aux technologies médicales.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Au moins 3000 fonctionnaires manifestent dans les rues de Lausanne

Publié

le

Les fonctionnaires en grogne se sont donné rendez-vous dès 16h30 devant le Grand Conseil vaudois et sur la place du Château avant de défiler dès 17h30 dans les rues de Lausanne. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Au moins 3000 personnes ont manifesté mardi à Lausanne pour réclamer une indexation entière des salaires de la fonction publique et du secteur parapublic vaudois au renchérissement du coût de la vie. La grève a été suivie par plus d'enseignants qu'il y a une semaine.

"Conseil d'Etat, le compte n'y est pas", "Plus de fric pour le service public", "Indexation, la solution", ont notamment scandé les manifestants réunis devant la salle du Grand Conseil vaudois dès 16h30 avant de défiler dès 17h30 depuis la place du Château en direction du Département des finances à la rue de la Paix, en passant par la place de la Riponne.

"Liberté et Pas de Fric", "Enseignant, pas en saignant", "Conseil d'Etat, tu ne nous auras pas", "On Vaud mieux que ça" ou encore "Pleine indexation" pouvait-on lire sur des banderoles et pancartes brandies lors de la marche organisée par le Syndicat des services publics (SSP Vaud), la Fédération syndicale SUD et la Fédération des sociétés de fonctionnaires (FSF Vaud).

Enseignants, personnel soignant et policiers

Des huées et des sifflets se sont élevés en direction du siège des autorités cantonales. Plusieurs intervenants ont pris la parole sur la place du Château, notamment des élus d'Ensemble à Gauche & Pop (EP), du PS et des Verts ainsi que des syndicalistes.

Selon un premier décompte de Keystone-ATS, les fonctionnaires étaient au moins aussi nombreux que lors de la manifestation du 23 janvier dernier, soit au moins 3000 personnes (chiffre de la police). Les syndicats avaient estimé la foule à 4000 personnes.

Mardi, alors que la journée de grève a surtout été suivie dans l'éducation, la manifestation a, elle, rassemblé d'autres secteurs, en particulier celui de la santé avec notamment la mobilisation du personnel du CHUV mais également d'agents de la police et de la gendarmerie.

C'était le troisième jour de grève depuis six semaines. Selon les chiffres relevés à la mi-journée par le Département vaudois de l'enseignement et de la formation professionnelle (DEF), près de 2100 enseignants de l'école obligatoire et du postobligatoire, contre 1500 la semaine dernière, ont participé à la grève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Indexation: environ 250 personnes rassemblées devant le CHUV

Publié

le

Sous le slogan "Applaudir c'est bien, indexer c'est mieux", le rassemblement devant le CHUV a duré environ 45 minutes, rythmé de discours, de chants et de huées. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Quelque 250 employés du CHUV à Lausanne ont participé mardi midi à un rassemblement syndical devant le bâtiment principal. Dans le cadre d'une nouvelle journée de grève et de manifestation de la fonction publique, ils ont demandé une indexation entière des salaires.

"CHUV en lutte", "CHUV en colère" ou encore "On vous sauve, on nous coule", pouvait-on lire sur des banderoles et pancartes au milieu du personnel du CHUV réuni devant l'entrée principale. Sous le slogan "Applaudir c'est bien, indexer c'est mieux", le rassemblement a duré environ 45 minutes, rythmé de discours, de chants et de huées.

"Les travailleurs exigent la pleine indexation des moyens et des effectifs pour tous les corps de métiers afin de garantir des soins de qualité, en quantité et en toute sécurité, des salaires décents, des conditions de travail humaines", écrit le syndicat Sud dans un communiqué.

Syndicats et employés ont estimé que le Conseil d'Etat se moquait du personnel du CHUV. Ils ont appelé à "plus de respect, de reconnaissance et de valorisation de leur salaire". "Une solution, indexation", ont-ils scandé plusieurs fois. Le personnel du plus grand employeur du Canton de Vaud a été invité à participer en nombre à la manifestation prévue en fin de journée.

Le défilé de la fonction publique et du secteur parapublic partira dès 17h30 depuis la place du Château, à la Cité à Lausanne, en direction du Département des finances à la rue de la Paix. Les manifestants se posteront avant, vers 16h30, devant la salle du Grand Conseil pour protester.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Les mises en circulation sont reparties en marche arrière en 2022

Publié

le

Les immatriculations de deux-roues ont subi en 2022 le contre-coup de l'explosion des mises en circulation un an plus tôt. (archive) (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le nombre de nouvelles immatriculations s'est contracté l'an dernier de près de 8%, annihilant le timide rétablissement de 2021, pour représenter 322'387 véhicules. Les voitures de tourisme constituaient les trois quarts de ce total.

Les difficultés d'approvisionnement des constructeurs liées à la guerre en Ukraine, grand pourvoyeur notamment de faisceaux de câbles, ont contribué à élargir à nouveau le fossé entre le niveau actuel et celui d'avant la pandémie. Le recul par rapport à 2019 dépassant désormais les 20%, selon le décompte publié mardi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Au niveau des tendances, les motorisations purement électriques ont poursuivi leur essor en 2022, gagnant 4,4 points de pourcentage pour représenter désormais une part de marché de 17,7%. Les hybrides rechargeables en revanche ont égaré un gros point de pourcentage à 7,8%. Le total cumulé de 25,4% représente ainsi à peine plus de la moitié de la feuille de route dressée sous la houlette de la Confédération pour la promotion des véhicules rechargeables à l'horizon 2025.

Nonobstant un nouveau recul à 37,6%, les voitures à essence représentent toujours la plus grande catégorie de motorisation, devant les hybrides non rechargeables (25,3%). Les combustions diesel ont fondu de près de deux points de pourcentage à 11,6%.

Si les utilitaires de plus de 3,5 tonnes n'ont reculé que de 2,4%, leurs homologues plus légers ont dévissé de près de 15%.

Le constat est identique pour les deux-roues motorisés, en recul de 13,6% à 48'799 motocycles. Les statisticiens fédéraux rappellent toutefois que l'exercice 2021 avait pour cette catégorie particulière représenté une exception.

Fin décembre, près de 6,4 millions de véhicules routiers motorisés étaient immatriculés en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les SIG pérennisent leur site d'échange de matériel professionnel

Publié

le

La plateforme Re-sources des SIG est exclusivement réservée aux entreprises et associations genevoises. Les particuliers n'y ont pas accès (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Après une phase de test concluante, les Services industriels de Genève (SIG) ont annoncé mardi le lancement définitif de Re-sources, leur plateforme de dons et d'échanges d'objets et de matériel sur Internet. Ce service est destiné exclusivement aux entreprises et aux associations genevoises.

Le projet Re-sources a été conçu dans le cadre du programme éco21 des SIG. L'idée est de réduire la masse de déchets et de permettre à des objets et à du matériel promis au rebut "de trouver une seconde vie". Meubles de bureau, outils, machines et fournitures peuvent ainsi être donnés gratuitement et rendre service à d'autres.

La plateforme a démarré au printemps 2022, à l'essai. Les premiers mois ont montré l'intérêt que représentait une telle offre. "Près de 150 tonnes d'objets ont ainsi été échangés", indiquent les SIG. Parmi les articles repris, on notera un transpalette électrique, des tables de bureau, une armoire antifeu, des imprimantes et deux panneaux de basket.

Le concept fonctionne comme n'importe quelle plateforme Internet de petites annonces. Le donateur indique les objets dont il veut se débarrasser, avec leurs caractéristiques. Le repreneur intéressé contacte alors directement le donneur, sans intermédiaire. Tout est gratuit. Re-sources n'est pas accessible aux particuliers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le manque de neige favorise les sécheresses estivales

Publié

le

Les domaines skiables ont été à la peine au début de cet hiver (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

La limite pluie-neige s’élève, et s’il neige, les cumuls sont moindres que d’habitude. Les conséquences sont des périodes de sécheresse de plus en plus nombreuses en été et en automne, avertissent des scientifiques suisses, allemands et néerlandais.

L'hiver 2022/23 a commencé plus que timidement. Dans de nombreuses régions, les hauteurs de neige sont demeurées pendant des semaines sous les normales, bien en deçà des attentes.

Si l'enneigement ne s'améliore pas, la sécheresse pourrait également poser un problème cet été, prévient Manuela Brunner, directrice du nouveau groupe de recherche Hydrologie et impacts du climat sur les régions de montagne au WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches (SLF). Ce serait la deuxième fois consécutive après l'hiver peu enneigé 2021/22.

Les plantes, qu'il s'agisse d'herbes, d'arbustes ou d'arbres, en souffrent pendant l'été et l'automne. Mais le secteur de l'énergie doit également s'adapter à l'évolution des cotes de ses lacs de retenue.

Avec ses collègues, Manuela Brunner a analysé comment facteurs déclencheurs et déficits hydriques ont fluctué en Suisse au cours des 50 dernières années. La chercheuse s'est notamment concentrée sur leur corrélation avec le manteau neigeux, ou plutôt sa diminution.

"Entre 1994 et 2017, le nombre de sécheresses provoquées par des déficits de fonte des neiges a augmenté de 15% par rapport à la phase de 1970 à 1993 ", observe la scientifique, citée mardi dans un communiqué du SLF. L'une des raisons est que la limite pluie-neige s'élève et qu'il y a donc moins de neige.

Le changement climatique est en cause. Il fait de plus en plus chaud, et davantage d'eau s'évapore, les sols et les lits des rivières s'assèchent plus rapidement. Selon la climatologue, aucune amélioration n'est en vue, et cette tendance va se poursuivre à l'avenir. Ces travaux sont publiés dans la revue Geophysical Research Letters.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture