Rejoignez-nous

Genève

Les Genevois disent "non" à plus de PPE à Praille-Acacias-Vernets

Publié

,

le

Les Genevois refusent de voir davantage de propriété par étage construite dans le futur vaste quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV). Ils ont dit "non" dimanche en votation aux deux lois de la nouvelle majorité parlementaire de droite. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois refusent de voir davantage de propriété par étage construite dans le futur vaste quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV). Ils disent clairement "non" dimanche en votation aux deux lois de la nouvelle majorité parlementaire de droite.

Les deux textes étaient attaqués par la gauche par voie référendaire. La loi visant à augmenter à 24% la part minimale de propriété par étage (PPE) et en pleine propriété est rejetée à 57,53%. Quant à celle qui définit les modalités de la PPE en droit de superficie, elle est refusée à 56,99%. Le taux de participation s'est élevé à 52,57%.

Avec ce double "non" à deux textes très techniques, les Genevois confirment l'accord accepté en votation populaire en 2018, qui prévoit plus de 80% de logements destinés à la location au PAV. Face à la pénurie de logements, quelque 12'500 appartements sont prévus dans le secteur qui est essentiellement en mains publiques. La part de PPE sera d'au moins 12% et en droit de superficie, ce qui assurera une rente aux collectivités.

L'augmentation de la part de PPE aurait eu un impact sur la portion de locatif en loyer libre. Le fait qu'elle aurait été en pleine propriété aurait favorisé la spéculation, selon la gauche. Pour la doite et les milieux immobiliers, elle aurait permis à la classe moyenne de devenir propriétaire à des prix accessibles dans le canton et à favoriser la mixité sociale dans le quartier.

Signal politique

Ces résultats constituent aussi un signal politique. Les Genevois lancent un avertissement à la nouvelle majorité de droite au Grand Conseil qui avait voté ces deux lois en mai, au tout début de la législature. Depuis, elle n'a cessé d'imposer ses vues - sur l'énergie, l'école et la fonction publique notamment - sans recherche de compromis.

"Que la droite soit rassurée, le PS continuera de combattre tous les projets contraires aux intérêts de la population, au parlement, dans la rue et dans les urnes, jusqu'à la victoire", écrit le parti à la rose. Les Verts, eux, "espèrent que la majorité de droite tirera les leçons de ce scrutin et réfléchira à deux fois à l'avenir avant de s'attaquer sans vergogne aux fondements sociaux et écologiques de notre canton."

Ce résultat est "un signal pour un peu plus de tempérance et d'esprit de dialogue", a analysé le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers. Dans le cas du PAV, "le message est clair: on ne veut pas de spéculation et pas de privatisation de terrains publics. Nous avons une loi cadre, il faut aller de l'avant avec les projets", a souligné le Vert en charge du Département du territoire.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

La Suisse rejette à l'ONU à Genève être un "Etat proxénète"

Publié

le

L'ambassadeur suisse à l'ONU à Genève Jürg Lauber a estimé que les termes utilisés par la rapporteuse spéciale de l'ONU n'étaient pas "appropriés" (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Suisse réfute être un "Etat proxénète", comme l'affirme une rapporteuse spéciale de l'ONU. Lundi devant le Conseil des droits de l'homme à Genève, l'ambassadeur de Suisse Jürg Lauber a estimé que ce terme n'était "pas approprié".

Dans son rapport présenté vendredi dernier devant l'entité onusienne, la rapporteuse spéciale sur les violences contre les femmes Reem Alsalem cible notamment la Suisse. Elle estime que dans plusieurs pays dont celui-ci, "l'Etat légalise, organise et réglemente l'activité et tire profit de la prostitution d'autrui ainsi que tous les établissements sexuels commerciaux".

Le texte souligne que "la dépénalisation du commerce sexuel a empêché d'identifier et de poursuivre les trafiquants aussi activement qu'il l'aurait fallu" dans le pays.

Les discussions sur une question qui divise "doivent être menées sans jugement moral", a affirmé lundi M. Lauber. Il a rappelé que la lutte contre les violences de genre était un chantier très important pour la Suisse.

Et il a affirmé que la légalisation de la prostitution avait permis de protéger les travailleuses et travailleurs du sexe. Une interdiction peut déplacer les conséquences "dans la clandestinité", estime-t-il également.

Enregistrer les clients comme délinquants

Mme Alsalem, qui ne s'exprime pas au nom de l'ONU, demande de mettre un terme à l'achat d'actes sexuels dans le monde. Elle souhaite également que les consommateurs soient mentionnés dans un registre comme délinquants.

La rapporteuse appelle à un cadre légal en cinq composantes. De la protection des victimes à la décriminalisation des prostituées en passant par la criminalisation de l'achat d'actes sexuels et du proxénétisme et une campagne d'explications auprès des consommateurs.

Dans son rapport, Mme Alsalem souhaite également des obstacles pour la demande d'achat d'actes sexuels. Les personnes qui y recourent devraient être ajoutées dans un registre des délinquants sexuels, selon elle. La rapporteuse demande des dispositifs de droit international pour mettre un terme à la pornographie. Les crimes contre les prostituées devraient être considérés comme des féminicides, insiste-t-elle également.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Accueil des victimes et cyber parmi les priorités de la politique criminelle

Publié

le

(photo prétexte). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
L'Etat de Genève et le pouvoir judiciaire ont signé lundi une nouvelle convention fixant les grands axes en matière de lutte contre la criminalité dans le canton. Cette convention, qui est la sixième du genre, est valable trois ans.

La politique criminelle commune remise à jour insiste notamment sur l'amélioration de la prise en charge des victimes, les thématiques liées à l'intelligence artificielle, le recours aux cryptomonnaies et la problématique du crack, indique le département des institutions et du numérique.

Le pouvoir judiciaire et l'Etat sont convenus d'intensifier leurs actions dans le cyberespace, afin de lutter plus efficacement encore contre les phénomènes d'extorsion, de pillage de données publiques ou privées, ainsi que contre la pédopornographie et d'autres infractions à caractère sexuel.

Et tous les cas de de violences sont en augmentation comme le reconnaît Olivier Jornot, procureur général:

Olivier JornotProcureur général

La lutte contre la délinquance économique sera également accentuée. Il s'agira de consolider le pôle de compétences dans ce domaine afin "d'être à même de détecter les phénomènes criminels et de conduire des enquêtes approfondies", en particulier dans des affaires ayant trait au blanchiment d'argent, à la corruption et au crime organisé.

Le gouvernement genevois et le pouvoir judiciaire vont également renforcer la cohérence et l'efficience de l'engagement des moyens de l'Etat dans la lutte contre le phénomène du crack. Il s'agira de se coordonner avec les communes genevoises et les différents acteurs qui font face aux problèmes posés par cette drogue destructrice.

Au-delà de fixer les priorités, cette politique criminelle commune permet de coordonner les moyens de l’Etat et de rationaliser certains services pour gagner en efficacité. Exemple concret dans l’axe 2, qui concerne la lutte contre la cybercriminalité.

Monica Bonfanti  la commandante de la police genevoise:

Monica BonfantiCommandante de la police genevoise

A la fin de cette année, une nouvelle mesure devrait être mise en place pour mieux accompagner les victimes de violences. Carole-Anne Kast, la conseillère d’Etat chargée des institutions et du numérique:

Carole-Anne KastLa conseillère d’Etat chargée des institutions et du numérique

Continuer la lecture

Genève

Les SIG vont rembourser 27 millions de francs à leurs clients

Publié

le

(© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Services industriels de Genève (SIG) ont annoncé lundi rembourser 27 millions de francs à leurs clients cet été. Cette somme correspond au trop-perçu par l'entreprise sur les pertes de son réseau électrique pendant 15 ans, ainsi que les intérêts qui vont avec. La Cour des comptes, dans un rapport publié cet hiver, avait mis le doigt sur cette surfacturation.

Le montant qui sera restitué sera fonction de la consommation électrique. Les SIG ont établi des catégories. Les tout petits clients, comme les ménages, ayant besoin au plus de 10'000 kW/h par année, toucheront 28 francs. Pour les PME, le remboursement oscillera entre 190 et 800 francs. Les détails avec Alain Zbinden, Directeur général ad interim des SIG.

Alain ZbindenDirecteur général ad intérim des SIG

Enfin, les 4000 grands utilisateurs d'électricité du canton se partageront des montants beaucoup plus importants. Ils seront déterminés par rapport à la consommation de fin 2023. Le remboursement sera visible sur la facture que chacun des quelque 300'000 clients des SIG recevra à la fin du mois ou en juillet.

La Cour des comptes du canton de Genève avait épinglé, dans un rapport paru en février, la façon dont les SIG calculaient leurs pertes sur le réseau électrique. Celles-ci étaient légèrement surestimées et défavorables aux clients. C'étaient des projections qui n'avaient été adaptées qu'à une seule reprise en quinze ans.

Audit sur les tarifs 2024

Les SIG ont également voulu savoir si cette facturation controversée des pertes réseau ne cachait pas d'autres problèmes. Le soupçon était d'autant plus justifié que la Cour des comptes s'était plainte du manque de collaboration de l'entreprise durant son enquête. Les SIG ont donc commandé un audit sur la tarification 2024.

Un rapport a été produit par la société "swiss economics". Il en ressort que les SIG respectent en général les règles fixées et ne sont en dehors des clous que sur de deux points de détail. Les tarifs s'avèrent équitables, a indiqué Alain Zbinden, le directeur général ad intérim de l'entreprise.

En revanche, plusieurs dysfonctionnements ont été relevés, comme des problèmes de communication, notamment. Des mesures ont donc été prises, explique Robert Cramer, président du Conseil d’administration des SIG.

Robert Cramer Président du Conseil d'administration des SIG

Les SIG ont aussi été secoués par une affaire de népotisme présumé touchant leur ex-directeur général Christian Brunier. Un audit a été lancé pour examiner la procédure de recrutement au sein de l'entreprise. Ses conclusions devraient être connues cet automne, a noté Robert Cramer, président du Conseil d'administration des SIG.

Un de ces cas de favoritisme présumé, révélé par le Temps, fait tout de même l’objet d’une enquête administrative des SIG. Pourquoi ce cas en particulier? Réponse d’Alain Zbinden, Directeur général ad interim des SIG.

Alain Zbinden Directeur général ad intérim des SIG

 

Source: ATS

Continuer la lecture

Genève

Un appartement entièrement détruit par les flammes

Publié

le

©Incendie Secours Genève

Un feu s'est déclaré ce lundi matin, vers 11h, au  2e étage d'un immeuble de la rue des Contamines, à Genève.

Un appartement a été entièrement détruit par la fumée de l'incendie. Le locataire n'était pas présent, il va être relogé.

15 sapeurs-pompiers professionnels ont été mobilisés sur place, avec quatre engins. L'incendie a été rapidement éteint à 11h30.

Aucune victime n'est à déplorer.

Continuer la lecture

Genève

Des fans déçus après l'apparition éclair de Ronaldinho à Vernier

Publié

le

Ronaldinho à son arrivée pour l'inauguration de son restaurant de burgers à Vernier (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Un petit tour et puis s'en va, la star brésilienne Ronaldinho ne s'est montrée que quelques secondes à Vernier pour l'inauguration de son restaurant de burgers. 

La visite de Ronaldinho à Vernier dimanche après-midi a tourné court. La star brésilienne est venue pour l'inauguration de son nouveau restaurant de burgers dans le quartier de l'Etang.

Et plusieurs centaines de fans attendaient l'ancien joueur de foot pour obtenir un autographe ou une photo de leur idole. Sauf qu'après plusieurs heures d'attente, Ronaldinho n'est finalement apparu que quelques secondes au balcon du restaurant. Avant de disparaitre aussitôt.

Calim Bouhadra, l'un des organisateurs reconnait qu'ils ont été dépassés par les évènements.

Calim Bouhadra

Pour limiter les risques, l'évènement a finalement été annulé. Au grand regret de plusieurs fans qui ont attendu pour rien...

Continuer la lecture