Rejoignez-nous

Genève

Des jeunes Genevois dans la peau des députés pendant deux jours

Publié

,

le

Après un premier succès l'an dernier, la Session des Jeunes Genevois a été réorganisée cette année.

À Genève, ce vendredi , une session un peu particulière s'est tenue au Grand Conseil: celle des jeunes du Parlement des Jeunes Genevois. Radio Lac y a assisté.

Pour la deuxième année consécutive, le Parlement des jeunes Genevois a organisé une Session des Jeunes. Ils étaient une quarantaine cette fin de semaine dans la salle du Grand Conseil pour débattre sur différents thèmes de la politique Genevoise.

Quelques minutes avant 10 heures, ce vendredi matin, on se croirait presque à l'ouverture d'une session du Grand Conseil. Presque oui, à s'y méprendre, puisque les députés du jour n'en sont pas vraiment. Il s'agit de 40 jeunes âgés de 18 à 25 ans. Comme les vrais femmes et hommes politiques, les participants du Parlement des jeunes Genevois viennent débattre, tenter de convaincre leurs camarades et voter. Ils sont répartis en commissions thématiques pour réfléchir et élaborer des revendications. Avant de présenter et de défendre leurs propositions en plénum. Pour cette deuxième édition, les thèmes vont de de la mobilité transfrontalière à la protection de l’enfance en passant par la fiscalité.

Reportage de Léna Ailloud

À noter que les amendements votés par la Session des Jeunes seront présentés au vrai Grand Conseil, sous forme de pétition. Si vous voulez vous inscrire pour l'année prochaine, sachez que la Session des Jeunes est ouverte aux jeunes jusqu'à 25 ans qui ont un lien avec le Canton.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Les jeunes des Grottes auront leur skate et parkour park

Publié

le

(KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Victoire pour les jeunes du quartier des Grottes! Ils auront leur skate et pakour park à Montbrillant. Le Conseil municipal a voté deux crédits, l'un pour la réalisation d'un skate park temporaire et un autre pour l'étude d'un park définitif. 

L’idée était née dans la tête des jeunes skateurs en 2019 lors du forum social Grottes-Saint-Gervais sous l'ancienne législature. Un skate et parkour park à Montbrillant juste en face du parc des Cropettes. La détermination aura payé puisque le Conseil municipal a voté mardi soir deux crédits à l'unanimité: un crédit d’étude de près de 599'200 francs pour réaliser un skate et parkour parc temporaire et un autre crédit pour étudier la possibilité d'en réaliser un définitif.

Il s’agissait de concrétiser l’idée née dans la tête des jeunes du quartier lors d’un forum citoyen en 2019. La Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale, Christina Kitsos.

Christina KitsosConseillère administrative chargée de la cohésion sociale

La parcelle pourrait être reprise par les CFF comme l'explique la Conseillère administrative chargée des travaux Frédérique Perler.

Frédérique PerlerConseillère administrative chargée de l'aménagement et des travaux en Ville de Genève

Explosion de joie

Les jeunes skateurs présents dans la salle ont laissé éclater leur joie. Ils étaient venus avant la séance pour distribuer des flyers. Écoutez Océane, de l’association EFM Espace free style Montbrillant, créée pour monter ce projet.

Océanemembre de l'association Espace Free style Montbrillant

Le skate et parkour park temporaire pourrait être en fonction cet été déjà. Pour Canetou, l'espace s'adresse aussi aux plus jeunes.

Canetou

Deux recommandations ont été ajoutées à la délibération à la demande du président de la commission des sports Christo Ivanov (UDC). Celle de créer un parc à chiens pour satisfaire les propriétaires qui utilisent la parcelle actuellement en débloquant 70'000 francs ainsi que celle de créer un WC. Toutes deux ont été acceptées à l'unanimité.

 

Les jeunes d'Espace free style Montbrillant devant le Grand Conseil

Continuer la lecture

Genève

L'activité du Pouvoir judiciaire toujours plus importante

Publié

le

Olivier Jornot, procureur général de Genève, présente l'activité du pouvoir judiciaire 2022 lors d'une conférence de presse au palais de justice, ce mardi 28 mars 2023. © Miguel Hernandez

À Genève, le bilan 2022 du Pouvoir judiciaire fait état d'une hausse de 4,9% des nouvelles affaires pour quasiment atteindre les 105'000 procédures traitées. Parmi les inquiétudes, le Tribunal de protection de l'adulte et de l'enfant qui voit ses chiffres prendre l'ascenseur. Les revenus de la justice sont également en augmentation.

Toujours plus d'activité pour le Pouvoir judiciaire genevois. En 2022, la justice a traité près de 105'000 procédures, ce qui représente une hausse de 1,7% par rapport à 2021. Pour la huitième année consécutive, plus de 100'000 procédures ont été traitées. Une hausse qui se ressent dans tous les domaines. Ecoutez Olivier Jornot, procureur général.

Olivier JornotProcureur général et président de la Commission de gestion du Pouvoir judiciaire

La croissance de 5% des procédures traitées dans la filière pénale résulte d'une hausse de 12% des entrées au Ministère public. Celle-ci comprend l'augmentation de 31,5% des procédures liées aux délits routiers suite à la mise en service de nouveaux radars. La filière pénale a obtenu quatre nouveaux postes de juges.

De son côté, la filière civile représente 52,5% des procédures traitées en 2022. Son niveau d'activité a été globalement stable, hormis le Tribunal de protection de l'adulte et de l'enfant, la Commission de conciliation en matière de baux et loyers a connu une hausse de plus de 15%.

Revenus exceptionnels

Une augmentation des affaires qui se ressent aussi dans les livres de comptes. 2022 a été une bonne année pour les recettes du pouvoir judiciaire avec plus de 116 millions de francs de revenus contre 58 millions en 2021. Comment expliquer ces bons résultats? La réponse d'Olivier Jornot

Olivier JornotProcureur général et président de la Commission de gestion du Pouvoir judiciaire

Conséquence de ces bons résultats: 56% des charges, qui s'élèvent à près de 207 millions, sont couvertes par les revenus, contre 25% habituellement.

Bureau de la médiation

S'agissant des projets en cours de réalisation, le procureur général a rappelé l'adoption par le Grand Conseil, lors de sa première session 2023 de la loi sur la médiation, issue du travail commun du Pouvoir judiciaire, des associations d'avocats, de médiateurs ainsi que du département de la sécurité, de la population et de la santé (DSPS). Un projet de loi qui devrait entrer en vigueur en janvier 2024. Le détail avec Olivier Jornot.

Olivier JornotProcureur général et président de la Commission de gestion du Pouvoir judiciaire

Parmi les autres projets qui occupent la justice, la nouvelle gouvernance prévue pour les prochaines élections générales de 2026. Celle-ci prévoit que le patron du Ministère public et le président de la Cour de justice se partage à tour de rôle la gouvernance du pouvoir judiciaire. Le projet doit encore être adoptée par le Grand Conseil. Egalement à l'ordre du jour, la mise en oeuvre cantonale du projet national de dossier judiciaire électronique et la révision du Code de procédure pénale.

Continuer la lecture

Genève

Les HUG explorent le lien complexe entre bipolarité et créativité

Publié

le

Image prétexte

La Journée mondiale des troubles bipolaires c’est ce jeudi 30 mars. L’occasion pour les HUG d’organiser ce mardi un cycle de conférences pour les personnes concernées ou intéressées par ces troubles.

Le thème retenu cette année: Art’s mood, bipolarité et créativité. Une exposition d’œuvres réalisées par des artistes directement concernés par cette maladie est aussi organisée. "De la dépression à la manie : 1000 nuances de créativité" mais aussi "La vie, l’œuvre, les maladies et la réponse aux rêves de Vincent Van Gogh", le programme proposé est riche.

Leyla Goormaghtigh, auteure de “Je suis la nuit” fera aussi une lecture à deux voix de son livre. Cette artiste visuelle a été diagnostiquée bipolaire en 2010 après la naissance de sa fille.
Elle décrit, dans son livre, des hallucinations survenues lors d'épisodes de décompensation.

Leyla Goormaghtigh

Coucher sur le papier ses hallucinations a aidé cette autrice à se reconstruire.

Leyla Goormaghtigh

Dans son livre, Leyla Goormaghtigh s'attèle à la tâche avec ténacité pour rendre justice à son trouble et tenter de s'en libérer peu à peu. La délicatesse du crayonné côtoie le monstrueux. L'anecdote, le paysage fantastique. Le présent, l'ailleurs absolu. Elle a accepté de nous lire la quatrième de couverture de son livre.

Leyla Goormaghtigh

Ce cycle de conférences se tient dès 14h, ce mardi, sur le domaine de Belle-Idée.

 

 

Continuer la lecture

Genève

À l'hôpital des nounours, les enfants soignent leurs doudous

Publié

le

Les enfants repartent avec des doudous en bonne santé et une moins grosse appréhension des hôpitaux.

C'est un hôpital qui ouvre une seule fois par an: l'hôpital des nounours. Il soigne les bobos des doudous et adoucit le monde médical auprès des enfants. 

Ils arrivent tous avec leurs doudous serrés sur le cœur. Salle du Faubourg à Genève, cette semaine, les enfants de 4 à 9 ans peuvent faire soigner leurs peluches préférées chez des nounoursologues. L'Hôpital des Nounours est un projet mené par les élèves en deuxième année de médecine.

Jasmine fabrique une pommade paillette pour sa poupée prénommée "Mabelle".

"Il a mal où ton doudou?" Les enfants sont accompagnés par des étudiants en santé, rebaptisés "nounoursologues" pour l'occasion. Ils sont vêtus d'une blouse blanche, certes, mais l’idée est justement de permettre aux enfants d’appréhender en douceur le monde médical, les piqûres terrifiantes, les aiguilles impressionnantes. Dans l'hôpital, il y a tout ce qu'il faut: pharmacie, blocs opératoires, IRM et un espace pour faire des plâtres aux doudous aux jambes cassées.

Reportage de Léna Ailloud

Laure, nounoursologue place finalement le hérisson est placé sous oxygène.

L'Hôpital des Nounours est un projet associatif de l'AMEG, l'association des étudiants en médecine de Genève. Les étudiants attendent toute cette semaine près de 3'000 petits visiteurs, dont la majorité d'écoliers Genevois. L'Hôpital des Nounours est ouvert à toutes et tous dès l'âge de 4 ans ce mercredi après-midi, samedi et dimanche mais pensez à vous inscrire.

Continuer la lecture

Genève

Médicaments fractionnés : la pilule est dure à avaler pour les pharmaciens

Publié

le

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Délivrer des médicaments en quantités fractionnées. C’est ce que préconise Berne depuis jeudi dernier. Cette nouvelle mesure inquiète les pharmaciens du canton qui craignent une surcharge de travail administratif, de sécurisation et de logistique afin de pouvoir garantir une sécurité de remise pour les patients. 

Cette recommandation a été émise par la task force "Pénurie de médicaments". La mesure concerne certains antibiotiques et opioïdes, touchés par une forte pénurie.

L'Office fédéral de l'approvisionnement économique du pays (OFAE) a expliqué mercredi dernier qu'au vu des difficultés d'approvisionnement actuelles, il n'est plus possible d'assurer la livraison de toutes les tailles d'emballages existantes. Les emballages originaux contiennent souvent davantage de médicaments qu'il n'en faut aux patients pour leur traitement et les médicaments restants risquent d'être éliminés.

La task force recommande donc de prescrire et délivrer en quantités fractionnées les médicaments touchés par une pénurie lorsque la taille d'emballage requise pour le traitement n'est pas livrable. Cette mesure permet de répartir les médicaments disponibles sur un plus grand nombre de patients et d'éviter l'élimination des emballages entamés, poursuit l'OFAE.

Reste que cette nouvelle mesure inquiète les officines car impossible à mettre en place en quelques jours. Elle va aussi engendrer énormément de travail pour pouvoir garantir une sécurité de remise aux patients. C'est ce qu'explique Rémi Lafaix,  président de PharmaGenève, la faîtière des pharmacies du canton.

Rémi Lafaix Président de PharmaGenève

Pour Rémi Lafaix, cette solution de fractionner les médicaments n'est pas pérenne.

Rémi Lafaix Président de PharmaGenève

La pénurie s'aggrave en Suisse, avec une longue liste des médicaments indisponibles ou disponibles seulement en quantité limitée . L'amoxicilline en fait partie.

Rémi Lafaix Président de PharmaGenève

Précisons que l'amoxicilline ne fait pas partie des médicaments pouvant être délivrés en quantités fractionnées.

Continuer la lecture