Rejoignez-nous

Actualité

Genève dit "oui" à un salaire minimum à 23 francs

Publié

,

le

@judith monfrini

C'est un "oui" qui surprend par sa netteté. Près de 58% des Genevois ont accepté l'initiative de la gauche et des syndicats instaurant un salaire minimum. Il sera désormais fixé à CHF 23.- pour tous les employés du canton. 

23 francs c'est un minimum, l'initiative lancée par la Communauté genevoise d'action syndicale (CGAS) et la gauche a été acceptée par 57, 93% des voix. Un résultat qui réjouit les initiants. Genève devient ainsi le troisième canton après le Jura et Neuchâtel qui accepte un minimum salarial qui s'applique dans toutes les branches. Les nettoyeuses et nettoyeurs, qui sont actuellement à 19,95 verront ainsi leur salaire augmenter, ainsi que certains employés dans l'hôtellerie-restauration. Davide de Filippo, secrétaire syndical à la CGAS, ne cache pas sa satisfaction.

Davide de FilippoSecrétaire syndical à CGAS

Du côté des patrons, on prend acte. Mais on craint que l'instauration d'un salaire minimum ne tire les salaires vers le bas. Stéphanie Ruegsegger, Secrétaire permanente de l'Union des associations patronales genevoises, l'UAPG.

Sabine RuegseggerSecrétaire permanente à l'UAPG

Le salaire à 23 francs de l'heure met les salariés qualifiés et non qualifiés sur un pied d'égalité. Les Syndicats veulent se remettre à la table des négociations pour récupérer ce différentiel. Davide de Filippo.

Davide de FilippoSecrétaire syndical à CGAS

Le Conseiller d'Etat chargé de l'emploi, Mauro Poggia, craint que l'acceptation de l'initiative ne provoque une mise au chômage des personnes les moins qualifiées.

Mauro PoggiaConseiller d'Etat chargé de l'emploi

Pour le Directeur de la chambre de commerce et d'industrie, Vincent Subilia, cette acceptation met à mal la tradition suisse de partenariat social, qui se traduit par la signature de Convention collective de travail entre patrons et employés. La crise du Covid a influencé le résultat. Vincent Subilia.

Vincent SubiliaDirecteur de la chambre de commerce et d'industrie

La participation au scrutin est exceptionnelle, elle est de 54%. La dernière participation qui dépassait le 50% remonte à 2016, où elle était de 56%.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Annonces de découvertes de munitions plus nombreuses en 2021

Publié

le

En 2021, l'armée a mené sept campagnes de nettoyage des places de tirs et des zones de buts qui ont permis d’évacuer 47 tonnes de débris de munitions et d’éliminer 150 ratés (Archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le nombre de déclarations reçues ces deux dernières années par la Centrale d'annonce des ratés de l'armée est de plus d'un tiers supérieur à la moyenne décennale. Cela a permis de récupérer 227 ratés, des munitions non explosées, ainsi que 2514 autres débris.

Les ratés représentent à peine 8% des objets récupérés dans la nature l'an dernier, a indiqué lundi le Groupement de la Défense dans un communiqué. Dans trois quarts des 908 annonces, il s'agit de débris de munitions et dans 17% des cas de munitions trouvées.

La grande popularité des activités de loisirs en plein air durant les deux dernières années de pandémie pourrait expliquer le nombre de déclarations élevé, selon le Groupement de la Défense. Les zones de tirs ou de buts sont souvent dans des endroits peu fréquentés en montagne. Plus de la moitié des annonces proviennent des cantons de Berne, des Grisons, du Valais et de Saint-Gall.

En cas de découverte d’un objet suspect, il ne faut en aucun cas le toucher. Il convient de marquer l’emplacement de manière visible et d’appeler la police ou d’annoncer la découverte à la Centrale d’annonce des ratés. Un formulaire ou une application disponible sur smartphone le permettent.

Conformément aux directives du DDPS pour la prévention d’accidents avec des ratés, un particulier peut recevoir une prime allant jusqu’à 100 francs si son annonce permet d’éviter un accident. En 2021, 9450 francs ont été versés à cet effet.

La Centrale d'annonce mène aussi elle-même des campagnes de recherche de munitions sur des places de tir et dans des zones de buts de l’Armée suisse. L’année passée, sept campagnes ont permis d’évacuer 47 tonnes de débris de munitions et d’éliminer 150 ratés. Vu que certaines zones sont peu accessibles, les Forces aériennes ont prêté main-forte aux préposés à l’élimination de munitions non explosées, avec près de 60 heures de vol en 2021.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Plan climat local: environ 30 communes sollicitent le canton

Publié

le

Le Département des institutions et du territoire (DIT) de Christelle Luisier tire un premier bilan du Plan énergie et climat communal (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Une trentaine de communes vaudoises (sur 300 environ) ont sollicité auprès du canton une subvention pour mettre en oeuvre leur propre plan climat à l'échelle locale. Elles l'ont fait dans le cadre du Plan énergie et climat communal (PECC), lancé en septembre dernier.

Ce programme PECC s'adresse aux communes qui n'ont pas de personnel dédié aux questions climatiques. Le canton leur propose un appui financier, sur quatre ans, pour couvrir en partie les frais d'une expertise externe, rappelle lundi le Département des institutions et du territoire (DIT) dans un communiqué.

Ce dispositif a séduit jusqu'ici des communes aux profils différents. Cela va du village rural de 250 habitants aux collectivités publiques urbaines de plus de 8000 citoyens. Un projet intercommunal regroupant les villages de Denges, Echichens, Lonay, Lully et Tolochenaz a également vu le jour.

Le DIT souligne que de nombreuses autres communes, notamment les grandes villes du canton, se sont déjà investies dans des politiques climatiques.

Le PECC propose aussi différents outils, mis à disposition gratuitement sur internet: modèle de plan climat communal, catalogue de fiches d'actions concrètes ou bilan carbone simplifié. Une centaine d'élus communaux ont aussi déjà participé à un cours pour acquérir des connaissances de base sur l'action climatique au niveau local.

"Dynamique lancée"

"Passer à l'action à toutes les échelles pour atteindre les objectifs climatiques est l'enjeu majeur de ces prochaines années. La dynamique est désormais lancée dans le canton de Vaud et chaque collectivité vaudoise est invitée à se saisir des outils et à développer un plan climat adapté à sa réalité", commente Christelle Luisier, la cheffe du DIT, citée dans le communiqué.

Le financement du programme PECC est notamment assuré par un crédit de 2,4 millions de francs, alloué en juin dernier par le Grand Conseil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Atterrissage sans parachute pour le secteur des biotechs

Publié

le

La concentration de l'attention du public sur la recherche d'une solution ä la crise sanitaire a par ailleurs relégué au second plan les pröoccupations sur les prix élevés des médicaments. EPA/STEPHANIE LECOCQ / POOL (© KEYSTONE/EPA POOL/STEPHANIE LECOCQ / POOL)

Le secteur suisse des biotechnologies a profité au cours des deux dernières années d'alizés favorables insufflés par une pandémie qui a sinistré d'autres pans de l'économie. Les investissements dans ce secteur ont alimenté une bulle, dont l'éclatement fait des déçus.

"La pandémie a créé des conditions qui ont permis à l'industrie biotechnologique de réaliser potentiellement le plus grand exploit scientifique de tous les temps: le développement, la production et l'administration rapide de vaccins Covid-19 hautement efficaces à des milliards de personnes dans le monde entier", rappelle en entretien avec AWP Mark Charest, gestionnaire de portefeuille chez LifeSci Fund Management.

La concentration de l'attention du public sur la recherche d'unes solution à la crise sanitaire a par ailleurs relégué au second plan les préoccupations sur les prix élevés des médicaments.

Emballement rapide...

L'attrait soudain pour le secteur a favorisé l'afflux de capital-risque dans des sociétés jusqu'ici justement renommées pour la glorieuse incertitude de leur retour sur investissements. Nombre d'entre-elles ont même sauté le pas d'une introduction en Bourse, aux Etats-Unis principalement. Le Nasdaq new-yorkais a en effet accueilli plus de 200 laboratoires biotechnologiques entre 2020 et 2021.

"Beaucoup d'entreprises à un stade précoce de développement ont décroché des cotations, que leur faible niveau de maturité ne leur aurait jamais permis d'obtenir avant la crise", résume M. Charest. Conséquence imparable, de nombreux investisseurs ont perdu de vue le risque inhérent au développement de nouveaux médicaments et se sont brûlés les doigts, analyse Thomas Heinmann, de HBM Partners.

Michael Altorfer, à la tête de la Swiss Biotech Association, rappelait récemment à AWP que seul 1% environ des projets entrepris débouchaient effectivement sur une commercialisation. Le taux de réussite ne grimpe ensuite qu'autour de 10% pour les programmes ayant atteint le stade des tests sur l'homme.

... chute abrupte

Un coup d'oeil sur les indices jette une lumière crue sur le phénomène. Parti d'à peine plus de 3000 points au printemps 2020, le Nasdaq Biotechnology Index a culminé à près de 5500 points 18 mois plus tard pour retomber depuis en-dessous de 3400 points. Sous nos latitudes, le SXI Bio+Medtech a affiché sur la période une évolution comparable.

La vague venderesse s'est avérée aussi irrationnelle que la formidable escalade qui l'avait précédée. L'essor des cours avait en effet reposé plus sur une confiance aveugle dans un secteur que sur des avancées scientifiques concrètes, rappelle M. Charest. Divers revers cliniques ont dans la foulée ramené sur terre sans ménagement les investisseurs.

hr/rw/jb/jh/rq

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Les excès de vitesse et l'ivresse au volant sont en recul

Publié

le

Avec 97'386 condamnations, le nombre d’inscriptions au casier judiciaire a légèrement diminué en 2021 par rapport à l’année précédente (–1%). De manière générale, les excès de vitesse et l'accol au volant sont en recul. (photo symbolique) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les excès de vitesse et l'alcoolémie au volant poursuivent leur tendance à la baisse. Avec 97'386 condamnations, le nombre d’inscriptions au casier judiciaire a légèrement diminué en 2021 par rapport à l’année précédente (–1%), selon les données publiées lundi.

Après la forte baisse du nombre de condamnations enregistrée en 2020 (–9%), les chiffres de 2021 décrivent donc un recul moins marqué, communique l'Office fédéral de la statistique (OFS). Sur dix ans, la baisse est en moyenne de 5%.

Les violations graves des règles de la circulation routière (généralement des excès de vitesse) et les cas de conduite en état d’incapacité (sous l’emprise de l’alcool dans la plupart des cas, plus rarement de drogues ou de médicaments) constituent la majeure partie des condamnations prononcées: 67% pour les dix dernières années.

La tendance à la baisse sur plusieurs années est particulièrement significative pour les infractions de masse (soit les délits de moindre gravité): 22% pour la vitesse et 36% pour l'incapacité de conduire. Pour les délits de masse, une évolution de cette ampleur est très rare.

Cette tendance identifiée depuis quelques années a encore été renforcée en 2020 par les mesures de lutte contre la pandémie du coronavirus, comme le télétravail ou la fermeture des lieux de sortie. Cette tendance s’est poursuivie en 2021.

Reste que les jugements prononcés en 2021 pour une violation grave qualifiée des règles de la circulation routière – principalement des excès de vitesse importants – ont augmenté de 17% par rapport à l’année précédente.

Loi sur les armes

En 2021, la majeure partie des condamnations ont été prononcées en vertu de la loi sur les armes (4025 condamnations). Arrive en deuxième position, la loi sur la protection des animaux avec 558 condamnations pour la même période.

En 2021, 1895 expulsions ont été prononcées. Il s’agissait dans 90% des cas d’expulsions obligatoires. Plus de la moitié ont été prononcées pour une durée supérieure à cinq ans et 34% des personnes concernées étaient des citoyens de l’Union européenne.

Si l’on considère les condamnations pour lesquelles la loi prévoit une expulsion obligatoire, celle-ci a été prononcée dans 59% des cas. Cela correspond à une baisse de 3 points de pourcentage par rapport à l’année précédente.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le salon du livre en ville : le rendez-vous annuel de la littérature

Publié

le

KEYSTONE / KEYSTONE / SALVATORE DI NOLFI

Quelques mois après la précédente l'édition, le Salon du livre en ville fait son grand retour à Genève du 18 au 22 mai prochain.

Le salon du livre en ville : Le retour du rendez-vous culturel incontournable

Pour la troisième année, la ville de Genève met une nouvelle fois la littérature à l'honneur. Grâce à ce festival, l'organisation a pour objectif de rendre la culture accessible à tous les publics, par le biais de nombreux formats originaux.

Durant les 5 jours du salon, les visiteurs partiront à la rencontre des écrivains présents dans les différentes librairies partenaires de l'opération, ainsi que dans les lieux emblématiques de la ville.

Cette année, le nouvel espace central sera la promenade de la Treille. Au programme : animations, siestes dessinées et dédicaces !

Ce salon sera également une belle opportunité de mettre en avant les jeunes talents de la scène littéraire romande, en accompagnant les écrivains dans leur quête de visibilité.

Crédit : Salon du livre en ville

Laurent Gaudé, l'invité d'honneur du salon du livre en ville

Cette année, le salon aura la chance d'accueillir le célèbre écrivain français Laurent Gaudé. Il animera deux rencontres consacrées à la lecture à voix haute. Afin de donner une nouvelle dimension à cet exercice, il sera également accompagné par le musicien Keyvan Cherimani, dans la lecture de son dernier ouvrage "Grand Menteur".

De nombreux autres jeunes auteurs et comédiens suisses accompagneront également ces ateliers insolites.

Retrouvez toutes les informations sur le Salon du livre en ville en cliquant ici

Continuer la lecture