Rejoignez-nous

Actualité

Genève cristallise la rivalité entre les Etats-Unis et la Chine

Publié

,

le

AP Photo/Andy Wong

La rivalité entre les Etats-Unis et la Chine se cristallise autour de la Genève internationale. Amorcée à l'OMC, elle s'est étendue à l'OMS avec le coronavirus et à l'OMPI où Washington pourrait barrer la route à une candidature chinoise pour diriger l'organisation.

Les tensions liées à l'augmentation des tarifs douaniers américains sur l'importation de certains produits chinois avaient accéléré les divergences entre ces deux acteurs à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). L'une des revendications américaines au sein de l'institution demande que la Chine, qui peut s'auto-attribuer ce statut, ne soit plus considérée comme un pays en développement. Avec les avantages que cette situation apporte à Pékin.

Le transfert forcé de technologies vers la Chine a longtemps été ciblé par les Etats-Unis, mais aussi d'autres acteurs comme l'UE. Washington tente de résoudre ce problème pour ses entreprises dans les discussions qui ont abouti à une première phase de normalisation avec son rival.

Cette question rebondit désormais à l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), dont 83 membres, notamment la Suisse, vont désigner début mars le probable successeur du directeur général Francis Gurry. Une décision qui devra être avalisée début mai par l'Assemblée générale de l'institution. En lice, plusieurs candidats dont la Chinoise Wang Binying qui fait déjà partie de l'OMPI.

Election observée

Les Etats-Unis sont prêts à rassembler les autres Etats pour tenter de faire élire le Singapourien Daren Tang, selon des sources concordantes. Outre le contenu du mandat dans une institution où le groupe de télécommunications Huawei dépose le plus grand nombre de demandes de brevets internationaux, ils veulent aussi éviter que la Chine ne contrôle 5 des 15 principales agences onusiennes.

Après un scrutin controversé pour la direction de l'Agence de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) en 2019, les votes des membres de l'OMPI seront très observés. Des rumeurs convergentes circulent sur des photos de certains bulletins prises par des représentants d'Etats pour montrer à Pékin leur allégeance lors de l'élection de l'année dernière. Une situation qu'il va falloir éviter cette année, fait remarquer une source diplomatique.

La santé est également régulièrement objet de tensions entre les deux pays. Les Etats-Unis ont demandé à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de prendre en compte séparément la situation du coronavirus à Taïwan par rapport à celle de la Chine continentale. Pour éviter des restrictions d'autres pays à l'égard de l'île.

Pékin ciblé directement par Washington

Plus encore, selon des sources concordantes, au début de l'épidémie, les deux côtés ont mis la pression à l'OMS, l'un pour tenter de bloquer et l'autre pour avancer sur la question de l'urgence sanitaire de portée internationale. Washington ne voulait pas que l'épidémie soit minimisée pour ne pas fâcher la Chine. Après les révélations sur le médecin chinois qui avait alerté Pékin sur le coronavirus, les Etats-Unis ciblent désormais publiquement l'attitude des autorités de ce pays.

Autre question, les internements d'Ouïghours au Xinjiang, que Pékin considère comme de la rééducation, pourraient encore être discutés au Conseil des droits de l'homme, réuni dès lundi pour un mois. Les Etats-Unis boycottent l'instance mais ont à nouveau un ambassadeur.

Il faudra voir si celui-ci souhaite réengager un peu le poids américain en marge de cette institution, selon une source diplomatique. Un format supplémentaire qui oppose à Genève les deux pays.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Zurich Insurance projette de s'implanter sur le marché indien

Publié

le

Le groupe Zurich Insurance, dirigé par Mario Greco, a des ambitions en Inde (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le groupe Zurich Insurance veut étendre au marché indien sa présence dans l'assurance dommages.

Dans le cadre d'une procédure de faillite, l'entreprise a fait une offre conjointe avec Primal Group pour reprendre l'indien Reliance General Insurance, a rapporté "The Economics Times" dans son édition dominicale.

Selon le journal économique indien, les deux partenaires se seraient portés acquéreurs chacun de la moitié de la société. Le délai pour la remise d'offres fermes pour la filiale financière du plus gros conglomérat industriel privé indien court encore jusqu'au 30 octobre.

L'assureur zurichois a confirmé lundi à AWP avoir déposé une offre en vue de l'acquisition d'une participation, précisant cependant que les conditions d'une éventuelle transaction faisaient encore l'objet de négociations et qu'il n'y avait aucune garantie que celle-ci aboutisse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les maçons vont faire grève en novembre à Genève

Publié

le

Les maçons genevois avaient déjà fait grève en octobre 2018. Ils feront à nouveau grève les 7 et 8 novembre prochain pour protester contre le démantèlement de leurs conditions de travail (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, les relations sociales se durcissent dans le secteur de la construction. Les maçons ont voté deux jours de grève sur les chantiers, les 7 et 8 novembre prochains, annoncent lundi les syndicats. Ils exigent de meilleures conditions de travail.

Les maçons genevois s'opposent au nouveau modèle d'organisation du travail voulu par la Société suisse des entrepreneurs (SSE). Selon les syndicats, cette flexibilisation du temps de travail constituerait "un recul social" et une "atteinte grave à la santé et la sécurité des travailleurs".

Pour la SSE, ce modèle permettrait au contraire un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les négociations menées jusqu'à présent en vue d'une nouvelle convention nationale (CN) n'ont pas permis de rapprocher les points de vue. Les syndicats revendiquent aussi une hausse des salaires.

A l'initiative des trois syndicats Sit, Syna et Unia, un vote a été organisé sur les lieux de travail pour décider des mesures de lutte à venir. Sur 2632 votants, 2105 ont opté pour deux jours de grève, soit 82%, précisent les syndicats dans un communiqué. Suite à ce résultat net, ils appellent à une grève générale sur les chantiers les 7 et 8 novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Adecco regroupe deux divisions sous la bannière LHH en Suisse

Publié

le

Adecco intègre deux divisions sous la bannière LHH en Suisse (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Adecco intègre deux divisions, Badenoch + Clark et Spring Professional, sous la marque LHH Recruitment Solutions, un changement opéré en Suisse et dans le reste du monde.

"Cette consolidation intervient en réponse à l'évolution encore difficile du contexte suisse, où les entreprises sont confrontées à des changements toujours plus nombreux de postes de travail", souligne lundi le spécialiste de l'emploi temporaire, citant par exemple "un nombre élevé de postes vacants dans presque toutes les catégories professionnelles".

LHH est décrit par Adecco comme une plateforme disposant de services de ressources humaines "entièrement intégrés", réunissant les offres Solutions de recrutement, Transition de carrière et mobilité, Apprentissage et développement.

Badenoch + Clark et Spring Professional existent depuis 1978 et sont présentes dans 12 pays d'Europe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse Romande

Lausanne: portes ouvertes aux Halles sportives de Beaulieu

Publié

le

Plusieurs sports seront à tester samedi lors de portes ouvertes aux Halles sportives de Beaulieu (photo d'illustration). (© KEYSTONE/EPA ANSA/RICCARDO ANTIMIANI)

La Ville de Lausanne organise une journée portes ouvertes samedi aux Halles sportives de Beaulieu. Ouvert en avril dernier, le site permet de pratiquer une dizaine de disciplines sportives.

Après le basketball, le padel, la pétanque ou encore l'escalade, les Halles sportives ont ajouté de nouvelles activités, notamment un espace dédié aux sports de forces (haltérophilie, musculation) et un autre consacré à divers sports de raquette. Un espace de 2800 m2 est aussi voué aux sports à roulettes et à plusieurs pratiques urbaines (roller, skate, etc).

Samedi de 09h00 à 18h00, la population pourra tester gratuitement ces activités. Initiations, cours collectifs et tournois sont programmés tout au long de la journée, indique lundi la Ville de Lausanne dans un communiqué.

Ce nouveau pôle sportif occupe sept halles situées dans le complexe de Beaulieu sur près de 12'000 mètres carrés. Ces activités animeront les Halles nord jusqu'à leur transformation en 2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Nouveau coup de rabot sur les perspectives économiques suisses

Publié

le

Les experts du KOF anticipent désormais une hausse de l'inflation de 3,0% en 2022 et de 2,4% en 2023, après +2,6% et +1,7% en juin (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Après les économistes de la Banque nationale suisse (BNS) et de BAK Economics, c'est au tour de ceux consultés par le centre de recherche conjoncturelle de l'EPF de Zurich (KOF) de revoir à la baisse leurs projections pour l'économie helvétique.

Selon les dernières estimations du consensus KOF publiées lundi, la croissance du produit intérieur brut (PIB) devrait être de 2,2% pour l'année en cours et de 1,0% pour la suivante, contre respectivement +2,5% et +1,6% pronostiqués lors du dernier point de situation.

Les expectatives en matière d'investissement ont également été réduites à peau de chagrin (+0,1%) pour 2022 - celles dans la construction sont même passées en territoire négatif - alors que pour les exportations, elles ont été sabrées de près de moitié (+3,1%).

En ce qui concerne l'inflation, les experts anticipent désormais une hausse de 3,0% en 2022 et de 2,4% en 2023, après +2,6% et +1,7% en juin. La flambée du renchérissement les a même incités à revoir légèrement à la hausse leurs anticipations à 5 ans, à 1,2% (1,1%).

La douzaine d'économistes sondés par le KOF n'ont en revanche pas touché à leurs projections de chômage pour l'exercice en cours, avec un taux toujours attendu à 2,2%, mais ils tablent désormais sur une légère hausse (2,3%) pour l'année prochaine et plus sur une stagnation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture