Rejoignez-nous

Actualité

Genève: 200 militaires en soutien des hôpitaux dès lundi

Publié

,

le

Cinq cantons ont fait appel à l'armée, mais seule la requête de Genève a été acceptée pour le moment, a indiqué Anne Lévy, directrice de l'Office fédéral de la santé publique (OPFSP) devant la presse vendredi. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le canton de Genève recevra le soutien de l’armée dès lundi. Les tests rapides, qui détectent la présence du Covid-19 en quinze minutes, seront aussi déployés à large échelle dans ce canton dès mercredi.

« On n’est plus aussi pessimiste qu’il y a quelques jours », a toutefois noté Stefan Kuster, chef de la division Maladies transmissibles de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Mais il a ajouté que les chiffres sont toujours critiques.

La Suisse comptait vendredi 9409 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon l’OFSP. Septante décès supplémentaires sont à déplorer et 231 malades ont été hospitalisés. Les deux jours précédents, la barre des 10’000 nouvelles contaminations avait été dépassée.

Cinq cantons ont fait appel à l’armée

Cinq cantons ont fait appel à l’armée, a rappelé Anne Lévy, la directrice de l’Office fédéral de la santé publique. Seule la requête de Genève a été acceptée pour le moment. Le nombre de places en soins intensifs y est faible, des patients genevois ont déjà dû être envoyés dans d’autres hôpitaux et le risque d’un manque de personnel existe, a-t-elle expliqué.

La cheffe de l’OFSP a encore souligné que la situation était toujours tendue au niveau des places dans les unités de soins intensifs dans toute la Suisse. « Les réserves diminuent. » Elles sont passées de 36 à 25% au cours des cinq derniers jours. Le nombre de patients en soins intensifs double tous les huit jours.

Soins intensifs: limite atteinte le 10 novembre

La limite de leur capacité pourrait être atteinte le 10 novembre, a précisé Martin Ackermann, chef de la Task Force scientifique. Les mesures prises le 18 octobre n’ont pas suffi à ralentir l’évolution de l’épidémie.

Les chiffres du Valais sont révélateurs: alors que le canton a pris des mesures plus strictes dès le 23 octobre, les contaminations ont continué de croître, a illustré l’expert.

« En ce moment, on n’a pas d’indication qu’un renversement de tendance est en cours », a-t-il complété. Il s’agit maintenant de voir si les nouvelles mesures annoncées par la Confédération la semaine dernière ainsi que les restrictions prises par certains cantons font effet.

Taux de reproduction trop élevé

De manière générale, le taux de reproduction est toujours supérieur à 1 ce qui donne lieu à une croissance exponentielle. Selon lui, il est essentiel de ramener cette valeur en-dessous de 1. « C’est la seule manière de freiner l’épidémie », a dit M. Ackermann.

La Task Force recommande de poursuivre le traçage des contacts et le dépistage: « Cette bataille ne peut être abandonnée ». Thomas Steffen, médecin cantonal de Bâle-Ville et membre du comité de l’Association des médecins cantonaux suisse (AMCS) est sur la même ligne: les tests rapides peuvent révéler des cas asymptomatiques actuellement peu ou pas détectables et qui de ce fait continuent de contaminer leur entourage.

Tests rapides envoyés à Genève

A Genève, les tests rapides, qui détectent la présence du Covid-19 en quinze minutes, seront déployés à large échelle dès mercredi. La Protection civile (PC) a été appelée en renfort pour effectuer ces dépistages. Au total, près de 5000 tests devraient être réalisés par jour, dont 1500 rapides.

« Le système de santé est poussé dans ses retranchements », a insisté Adrien Bron, directeur général de la santé de ce canton. La courbe des infections quotidienne ne baisse pas, avec environ 1000 à 1300 cas. « Cette deuxième vague est plus sévère que la première », selon la médecin cantonale Aglaé Tardin.

RHT: 20 millions de francs par jour

Après la santé, l’économie: un total de 8,3 milliards de francs a été dépensé jusqu’à présent pour les indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail (RHT) en raison de la pandémie, a relevé pour sa part Oliver Schärli, chef du centre de prestations Marché du travail et assurance-chômage du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

Actuellement, le montant des indemnités en cas de RHT s’élève à environ 20 millions de francs par jour. Une légère augmentation des demandes a été enregistrée en novembre. Au printemps, lors de la première vague, le montant était de plus de 100 millions de francs par jour, a comparé M. Schärli.

Au cours de l’année, 50’000 demandeurs d’emploi supplémentaires ont été enregistrés jusqu’à présent, a poursuivi M. Schärli. Pour faire face aux demandes croissantes, les offices régionaux de placement (ORP) ont employé 10% de personnel en plus, a-t-il ajouté. Et M. Schärli de souligner que les fonds étaient toutefois suffisants auprès des ORP et des caisses de chômage.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Diego Maradona est décédé

Publié

le

CARLO FUMAGALLI

C’est l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du ballon rond qui vient de nous quitter. Diego Armando Maradona est décédé ce mercredi. Il avait 60 ans. La légende du football argentin a été victime d’une crise cardiaque dans la banlieue de Buenos Aires, a indiqué à l’AFP son porte-parole, Sebastian Sanchi.

Le champion du monde 1986, l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football, avait été opéré début novembre d’un hématome à la tête et se trouvait depuis en convalescence. Le meneur de jeu, notamment passé par Boca Juniors, Barcelone ou Naples, avait fêté ses 60 ans le 30 octobre dernier.

Malgré ses frasques, pas de quoi entacher l’amour des napolitains pour le « Pibe del oro » comme a pu le constater l’ancien commentateur sportif de la RTS Jacques Descheneaux.

Jacques Descheneaux. Ancien commentateur sportif de la RTS

Le gouvernement argentin a décrété trois jours de deuil national en hommage.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genève: les commerces ouvriront ce samedi 28 novembre

Publié

le

Les commerces vont pouvoir ouvrir leurs portes ce samedi. Le Conseil d’Etat a édicté un arrêté pour préciser toutes les normes sanitaires auxquelles les commerçants sont astreints. Les mesures seront réévaluées le 17 décembre. Les restaurants quant à eux, s’ouvriront le 10 décembre. Une aide de 10,6 millions leur est accordée. 

A Genève, comme c’était initialement prévu par le Conseil d’Etat, les magasins vont pouvoir ouvrir leurs portes dès ce samedi 28 novembre, dans le respect des normes sanitaires. A l’intérieur comme à l’extérieur des établissements. La norme, plus stricte,  est à l’intérieur des magasins, de 10 m2 par personne. Les magasins pourront rester ouverts jusqu’à 20 heures tous les samedis, « afin de lisser la fréquentation tout au long de la journée » a déclaré, le Conseiller d’Etat chargé de la santé Mauro Poggia.

Chaque commerçant et chaque citoyen est appelé à observer plus que jamais les principes de distanciation sociale, l’hygiène des mains et le port du masque, tant dans sa sphère privée, professionnelle que dans les commerces ou dans les rues du canton.

Les musées, salles d’exposition et bibliothèques pourront également accueillir à nouveau du public dès ce samedi.

activités sportives et divertissement

En revanche, les dispositions concernant les activités sportives, les restaurants, les bars, les discothèques ainsi que les cinémas et les théâtres restent inchangées. Ces secteurs seront assouplis progressivement en fonction d’une évolution positive de la situation sanitaire à Genève.

« La situation à Genève s’est nettement améliorée au niveau sanitaire comme dans le reste de la Suisse romande », s’est réjouit Mauro Poggia. Il a constaté que l’objectif fixé par le gouvernement genevois était atteint. « Nous avons passé en dessous de la barre des 250 cas par jour, avec 227 nouveaux cas hier mardi ». Mais il a mis en garde: « Ce que nous avons vécu, nous pourrions le revivre. Les mesures trop faibles et prises trop rapidement s’avèrent non efficaces ».

Ecoutez l’interview intégrale de Mauro Poggia.

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Le directeur des magasins Manor, Selim Arcan ne cache pas sa satisfaction. L’enseigne est prête à accueillir les clients dans les conditions sanitaires exigées. Selim Arcan.

Selim Arcan Directeur des magasins Manor - Genève

Les mesures du Conseil d’Etat seront réévaluées le 17 décembre.

Aide aux cafés-restaurants 

« Les cafés-restaurants genevois emploient plus de 11’000 personnes », à Genève a constaté la Conseillère d’Etat chargée des finances, Nathalie Fontanet. Le gouvernement accorde une aide de 10,6 millions que l’Etat va emprunter. Cet argent va servir à couvrir les charges incompressibles. Le montant sera fixé selon la surface utile des établissements, avec un plafond et un plancher.

L’aide minimale est de 1750 francs pour tout restaurant qui fait moins de 35 m2. Au-delà de cette surface, chaque m2 supplémentaire va obtenir 50 francs de plus jusqu’à un plafond de 20’000 francs. Des aides indispensables pour ce secteur particulièrement touché selon Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée des finances

Les commerces ne survivront pas à une troisième vague et la Conseillère d’Etat en appelle à la responsabilité de chacun. Nathalie Fontanet

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée des finances

Ouverture le 10 décembre

Les cafés-restaurants pourront ouvrir le 10 décembre à Genève, comme dans toute la Suisse romande. Une décision prise en accord avec tous les Cantons romands.

Continuer la lecture

Actualité

Genève veut mieux informer ceux qui souffrent de la crise

Publié

le

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le canton de Genève a annoncé l’ouverture ce jeudi d’un bureau d’information sociale. Il doit permettre à des personnes frappées par la crise sanitaire d’obtenir des renseignements sur le dispositif social à Genève, et de savoir si elles ont droit à une aide. Situé au Bouchet, ce bureau est ouvert à tous les habitants du canton.

Les conséquences économiques et sociales de la deuxième vague épidémique de Covid-19 posent un défi majeur à une partie de la population, relèvent le département de la cohésion sociale et les Villes de Meyrin et Vernier dans un communiqué. La précarisation guette certains et d’autres voient leur situation difficile s’aggraver. Afin d’orienter et informer les personnes dans ce contexte de crise, le département de la cohésion sociale (DCS) ouvrira à partir de jeudi 26 novembre un Bureau d’information sociale à la paroisse Saint Pie X, au carrefour du Bouchet qui tiendra une permanence hebdomadaire jusqu’à fin décembre. Ce bureau aura un objectif bien précis comme l’explique Thierry Apothéloz, conseiller d’Etat en charge de la cohésion sociale.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat en charge de la cohésion sociale

Les différents acteurs du domaine sociale constatent que la complexité du dispositif social à Genève et le manque de lisibilité des prestations engendrent un non recours à certaines aides. Ecoutez Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat en charge de la cohésion sociale

Multiples partenaires

Des représentants de l’Hospice général, du Collectif d’associations pour l’action sociale, des Colis du Coeur, de l’ASLOCA Genève, de la Haute école de travail social, ainsi que l’Association genevoise des psychologues participent à l’opération. POur Thierry Apothéloz c’est l’une des grandes forces de ce projet.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat en charge de la cohésion sociale

ATS avec MH

Continuer la lecture

Actualité

La rénovation du Forum Meyrin entre les mains des Meyrinois

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Les Meyrinois se prononceront dans les urnes le 29 novembre sur la rénovation du Forum Meyrin. Au coeur des débats, l’octroi d’un crédit d’étude de plus de 3 millions de francs. Les autorités jugent le lieu inadapté aux besoins de la population et veulent le rénover. La droite estime de son côté que le coût est disproportionné au vu de la conjoncture économique.

Le Théâtre Forum Meyrin est au cœur d’une bataille politique. Les habitants de Meyrin doivent se prononcer le 29 novembre sur un crédit d’étude destiné à la rénovation du Forum Meyrin. Concrètement, il s’agit de rénover le bâtiment construit il y a 25 ans et de relocaliser les multiples activités qu’il abrite durant cinq ans, le temps que durera le chantier « Cœur de Cité » qui va encercler le Forum. Celui-ci vise principalement à construire une nouvelle mairie et à enterrer le grand parking du centre commercial jouxtant le Forum.

Ces travaux doivent démarrer le printemps prochain. Le bâtiment connaît notamment des problèmes d’isolation thermique et phonique, la taille limitée de la scène et la visibilité pour le public n’est pas toujours optimale, la simultanéité des utilisations est problématique et les locaux de stockage sont insuffisants. La gauche et la droite s’opposent sur ce projet. Pour les autorités les travaux autour du Forum sont une bonne occasion de le rénover comme l’explique Nathalie Leuenberger, Maire de Meyrin.

Nathalie Leuenberger Maire de Meyrin

Du côté de l’opposition on juge que ce projet n’est ni prioritaire ni nécessaire au vu du bon état du bâtiment. Les précisions de David Dournow, conseiller municipal UDC à Meyrin.

David Dournow Conseiller municipal UDC à Meyrin

Pour rappel, le crédit d’étude de 3,235 millions de francs a été accepté en février par une majorité du Conseil municipal (PS-Verts-PDC). Il a été remis en question par un référendum de l’UDC qui a abouti.

Désaccord sur l’état des finances

L’autre gros point de mésentente porte sur le coût des travaux. Les deux camps sont en désaccord sur l’état des finances meyrinoises. Du côté des autorités on assure que les finances sont saines comme l’explique Nathalie Leuenberger.

Nathalie Leuenberger Maire de Meyrin

Du côté de l’opposition on juge que la commune a d’autres priorités et ne peut pas se permettre une telle dépense surtout au vu de la conjoncture économique. Le détail avec David Dournow.

David Dournow Conseiller municipal UDC à Meyrin

Inauguré en 1995, le Forum est fréquenté chaque année par plus de 100’000 personnes et abrite notamment des salles de spectacle, un restaurant, une bibliothèque et des espaces pour les associations.

Continuer la lecture

Actualité

L’Etat de Genève va former ses fonctionnaires pour prévenir le harcèlement sexuel

Publié

le

Les 18’000 fonctionnaires de l’Etat de Genève vont suivre une formation pour prévenir,  identifier, faire cesser voire sanctionner le harcèlement sexuel. Ce e-learning genevois a été intégré à un kit de la Confédération qui propose également des fiches à l’attention des responsables d’entreprises.  

L’Etat de Genève agit contre le harcèlement sexuel. Il va obliger ses 18’000 employés à suivre une formation, un e-learning qui explique ce qu’est le harcèlement sexuel au travail. Parallèlement, la Confédération met à disposition un kit gratuit avec des fiches, des films ainsi que le e-learning de l’Etat de Genève. Il est destiné à toutes les entreprises en Suisse et s’adresse aux managers et aux responsables RH. Le kit est édité en 4 langues, français allemand, italien et anglais. La formation genevoise propose une série de mise en situation. La Conseillère d’Etat chargée des ressources humaines. Nathalie Fontanet

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée des finances et des ressources humaines

Le e-learning est mis à disposition des entreprises genevoises gratuitement. Son coût : 33’000 francs dont 9’000 ont été financés par la Ville de Genève. L’Etat de Genève veut montrer l’exemple avec cette formation et délivrer un message clair au harceleur.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée des finances et des ressources humaines

Les chiffres sont clairs. Une femme sur 3 et un homme sur 10 souffre de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle en Suisse. Le harcèlement sexuel est puni par la loi, le code pénal en son article 328 mais aussi par la Loi sur le travail et par celle sur l’égalité. Les employeurs ont l’obligation de le prévenir.  La limite du harcèlement tient au fait que le comportement n’est pas désiré, comme l’explique Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée des finances et des ressources humaines

Dans un cas de harcèlement plusieurs personnes entrent en jeu et le e-learning met en scène plusieurs situations et les différents acteurs.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée des finances et des ressources humaines

Le e-learning est mis à disposition via le kit de la Confédération à toutes les entreprises du Canton de Genève. Les explications de Nathalie Fontanet

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée des finances et des ressources humaines

Un kit réalisé en collaboration avec les bureaux cantonaux de l’égalité

Le harcèlement sexuel est l’une des thématiques prioritaires des bureaux de l’égalité cantonaux. Anne Saturno, chargée de projet au bureau de l’égalité et de prévention des violences.

Anne Saturno Chargée de projet au bureau de l'égalité et de prévention des violences

Le kit part du ressenti de la victime qui prime sur l’intention de l’auteur. Un seul acte suffit. Et ce fait est encore trop méconnu. Anne Saturno

Anne Saturno Chargée de projet au bureau de l'égalité et de prévention des violences

Le harcèlement sexuel provoque une grande souffrance au travail. Le kit permet de prévenir le harcèlement et il est un outil pour le faire cesser. Notez que le groupement de confiance de l’Etat de Genève a reçu très peu de plaintes ces dernières années.

Les documents sont disponibles sur le site du BPEV et sur celui de la CSDE

 

Continuer la lecture