Rejoignez-nous

Actualité

Genève: 200 militaires en soutien des hôpitaux dès lundi

Publié

,

le

Cinq cantons ont fait appel à l'armée, mais seule la requête de Genève a été acceptée pour le moment, a indiqué Anne Lévy, directrice de l'Office fédéral de la santé publique (OPFSP) devant la presse vendredi. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le canton de Genève recevra le soutien de l’armée dès lundi. Les tests rapides, qui détectent la présence du Covid-19 en quinze minutes, seront aussi déployés à large échelle dans ce canton dès mercredi.

« On n’est plus aussi pessimiste qu’il y a quelques jours », a toutefois noté Stefan Kuster, chef de la division Maladies transmissibles de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Mais il a ajouté que les chiffres sont toujours critiques.

La Suisse comptait vendredi 9409 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon l’OFSP. Septante décès supplémentaires sont à déplorer et 231 malades ont été hospitalisés. Les deux jours précédents, la barre des 10’000 nouvelles contaminations avait été dépassée.

Cinq cantons ont fait appel à l’armée

Cinq cantons ont fait appel à l’armée, a rappelé Anne Lévy, la directrice de l’Office fédéral de la santé publique. Seule la requête de Genève a été acceptée pour le moment. Le nombre de places en soins intensifs y est faible, des patients genevois ont déjà dû être envoyés dans d’autres hôpitaux et le risque d’un manque de personnel existe, a-t-elle expliqué.

La cheffe de l’OFSP a encore souligné que la situation était toujours tendue au niveau des places dans les unités de soins intensifs dans toute la Suisse. « Les réserves diminuent. » Elles sont passées de 36 à 25% au cours des cinq derniers jours. Le nombre de patients en soins intensifs double tous les huit jours.

Soins intensifs: limite atteinte le 10 novembre

La limite de leur capacité pourrait être atteinte le 10 novembre, a précisé Martin Ackermann, chef de la Task Force scientifique. Les mesures prises le 18 octobre n’ont pas suffi à ralentir l’évolution de l’épidémie.

Les chiffres du Valais sont révélateurs: alors que le canton a pris des mesures plus strictes dès le 23 octobre, les contaminations ont continué de croître, a illustré l’expert.

« En ce moment, on n’a pas d’indication qu’un renversement de tendance est en cours », a-t-il complété. Il s’agit maintenant de voir si les nouvelles mesures annoncées par la Confédération la semaine dernière ainsi que les restrictions prises par certains cantons font effet.

Taux de reproduction trop élevé

De manière générale, le taux de reproduction est toujours supérieur à 1 ce qui donne lieu à une croissance exponentielle. Selon lui, il est essentiel de ramener cette valeur en-dessous de 1. « C’est la seule manière de freiner l’épidémie », a dit M. Ackermann.

La Task Force recommande de poursuivre le traçage des contacts et le dépistage: « Cette bataille ne peut être abandonnée ». Thomas Steffen, médecin cantonal de Bâle-Ville et membre du comité de l’Association des médecins cantonaux suisse (AMCS) est sur la même ligne: les tests rapides peuvent révéler des cas asymptomatiques actuellement peu ou pas détectables et qui de ce fait continuent de contaminer leur entourage.

Tests rapides envoyés à Genève

A Genève, les tests rapides, qui détectent la présence du Covid-19 en quinze minutes, seront déployés à large échelle dès mercredi. La Protection civile (PC) a été appelée en renfort pour effectuer ces dépistages. Au total, près de 5000 tests devraient être réalisés par jour, dont 1500 rapides.

« Le système de santé est poussé dans ses retranchements », a insisté Adrien Bron, directeur général de la santé de ce canton. La courbe des infections quotidienne ne baisse pas, avec environ 1000 à 1300 cas. « Cette deuxième vague est plus sévère que la première », selon la médecin cantonale Aglaé Tardin.

RHT: 20 millions de francs par jour

Après la santé, l’économie: un total de 8,3 milliards de francs a été dépensé jusqu’à présent pour les indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail (RHT) en raison de la pandémie, a relevé pour sa part Oliver Schärli, chef du centre de prestations Marché du travail et assurance-chômage du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

Actuellement, le montant des indemnités en cas de RHT s’élève à environ 20 millions de francs par jour. Une légère augmentation des demandes a été enregistrée en novembre. Au printemps, lors de la première vague, le montant était de plus de 100 millions de francs par jour, a comparé M. Schärli.

Au cours de l’année, 50’000 demandeurs d’emploi supplémentaires ont été enregistrés jusqu’à présent, a poursuivi M. Schärli. Pour faire face aux demandes croissantes, les offices régionaux de placement (ORP) ont employé 10% de personnel en plus, a-t-il ajouté. Et M. Schärli de souligner que les fonds étaient toutefois suffisants auprès des ORP et des caisses de chômage.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un livre collectif écrit à 14 mains pour les jeunes adultes

Publié

le

Léa, c’est un livre écrit à plusieurs mains, une aventure collective de 14 auteurs suisse-romands et français. Cette expérience d’écriture collective originale sera lu ce vendredi à l’espace Gaimont au Petit-Lancy. Le détail avec Judith Monfrini

Ecrire à 14 mains, c’est l’expérience d’écriture collective vécue par la journaliste genevoise Zelda Chauvet. En plein confinement, elle a prêté sa plume à Léa, un roman Fantasy pour jeunes adultes. Pour un seul chapitre du livre…. Zelda Chauvet.

Zelda Chauvet
Journaliste et écrivaine
Zelda Chauvet Journaliste et écrivaine

La littérature Fantasy permet à l’imagination de vagabonder. Le voyage initiatique est au cœur du récit. L’éditrice Laurence Malè, de la Maison Okama, a travaillé l’histoire avec son comité éditorial.

Laurence Malè
Editrice - Maison Okama
Laurence MalèEditrice - Maison Okama

Chaque auteur et autrice avait un chapitre prédéfini accompagné d’un synopsis qu’ils devaient écrire dans un délai d’environ trois jours. Zelda Chauvet a écrit le 8ème.

Zelda Chauvet
Journaliste et écrivaine
Zelda Chauvet Journaliste et écrivaine

Durant le confinement, deux chapitres ont été mis en ligne chaque semaine sur le site des éditions Okama. Puis le livre a été imprimé. Le résultat de cette écriture collective a surpris la cheffe d’orchestre, Laurence Malè.

Laurence Malè
Editrice - Maison Okama
Laurence MalèEditrice - Maison Okama

Les écrivains n’ont pas été rémunérés pour leur travail. Et le produit de la vente des livres va à la Croix-Rouge vaudoise.

On le rappelle, la lecture du livre de Léa aura lieu demain soir à 19h à l’espace Gaimont au Petit-Lancy. par la compagnie de théâtre de Laurianne Charpillod.

Continuer la lecture

Actualité

Smart Geneva, la plateforme qui rend visible les projets responsables

Publié

le

Lancement de la plateforme Smart Geneva par le Canton de Genève. Elle répertorie tous les projets genevois qui sont actifs dans l’économie circulaire.

Le Canton de Genève lance Smart Geneva, une plateforme qui répertorie toutes les entreprises qui s’appuient sur la technologie pour être plus durable. Être une smart city, contrairement à ce que l’on pourrait croire, n’est pas d’être hyper connectée mais c’est de permettre, grâce aux outils informatiques, d’économiser les ressources et de réduire la consommation. Réemploi, consommation locale et mobilité douce sont les maîtres mots d’une Smart city.

10 entreprises figurent déjà sur la plateforme Smart Geneva, comme La manivelle qui prête des objets, ce qui évite de les acheter. Le but étant de jeter moins comme l’explique Fabienne Fischer, Conseillère d’Etat chargée de l’emploi.

Fabienne Fischer
Conseillère d'Etat chargée de l'économie et de l'emploi
Fabienne FischerConseillère d'Etat chargée de l'économie et de l'emploi

Autre entreprise sur la plateforme, OVO partenaire logistique pour le dernier kilomètre. Fabienne Fischer

Fabienne Fischer
Conseillère d'Etat chargée de l'économie et de l'emploi
Fabienne FischerConseillère d'Etat chargée de l'économie et de l'emploi

La plateforme vise à donner une visibilité à l’économie circulaire, qui donne de l’emploi à Genève.

Fabienne Fischer
Conseillère d'Etat chargée de l'économie et de l'emploi
Fabienne FischerConseillère d'Etat chargée de l'économie et de l'emploi

Comité de sélection

La plateforme Smart Geneva est une sorte de label. Un comité de sélection composé de l’Etat, des SIG et de l’Hépia, analyse les projets et leur viabilité. Le processus de sélection avec Patrick Montier, Smart City Manager à la direction de l’information du territoire à l’Etat de Genève

Patrick Montier
Smart City manager à la direction de l'information du territoire à l'Etat de Genève
Patrick MontierSmart City manager à la direction de l'information du territoire à l'Etat de Genève

Les partenaires se réunissent une fois par mois. La plateforme doit servir de tremplin. Patrick Montier.

Patrick Montier
Smart City manager à la direction de l'information du territoire à l'Etat de Genève
Patrick MontierSmart City manager à la direction de l'information du territoire à l'Etat de Genève

La plateforme les aide aussi à trouver du financement. Le département de l’économie et de l’emploi va proposer un soutien à ces entreprises circulaires. Genève est classée dans le top 10 des Smart City au niveau international.

Continuer la lecture

Suisse

Les bas revenus ont davantage souffert de la pandémie

Publié

le

Les personnes à bas revenu ont davantage souffert de la crise du Covid-19, selon une étude qui porte sur la première vague (photo d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF)

Les personnes à faible revenu ont davantage souffert durant la première vague de l'épidémie de coronavirus. C'est ce que montre une nouvelle étude commandée par la Confédération.

L'étude, publiée jeudi, porte sur les effets de la pandémie et du semi-confinement sur les conditions de vie. Elle a été menée par la Fondation suisse pour la recherche en sciences sociales (FORS) et la Haute école de travail social et de la santé Lausanne (HETSL).

Sa principale conclusion: les personnes disposant d'un bas revenu ont plus souvent rencontré des difficultés financières. Elles ont ainsi été fréquemment exposées au risque de devoir puiser dans leur épargne, de réduire drastiquement leur train de vie ou de recourir aux prestations sociales. Les auteurs de l'étude en concluent que la pandémie a accru les inégalités financières.

Durant cette crise, cette même catégorie de personnes a montré plus fréquemment des réactions de stress physique. Elle s'est aussi très vite sentie dépassée pour soutenir les enfants contraints de suivre l'école à la maison. Les femmes ont été plus exposées que les hommes à expérimenter des sentiments négatifs.

Pour d'autres domaines comme la santé ou la famille, les conclusions de l'enquête sont moins claires. Les inégalités déjà présentes avant la crise ont été renforcées de manière ponctuelle plutôt que systématique.

L'enquête se base sur les données de l'enquête Covid-19 du Panel suisse de ménages réalisée de mai à juin 2020. Selon l'Office fédéral des assurances (OFAS) qui a commandé l'étude, les analyses statistiques sur l'évolution de la pauvreté ne seront possibles que lorsque les données sur le revenu des ménages en 2020 seront disponibles.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Recul des inscriptions dans les écoles de musique

Publié

le

Les cours d'instruments à vents, comme les cuivres, et de chant ont connu des baisses d'inscriptions en raison du coronavirus (image symbolique). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Les écoles de musique suisses ont été impactées par la pandémie de Covid-19: le nombre d'inscrits a baissé au semestre d'automne 2020/2021. S'il y a eu moins de nouveaux élèves dans les cours de chant ou d'instruments à vent, il y en a eu plus dans les cours de piano.

Plus de la moitié des écoles de musique ont enregistré des reculs dans l'enseignement instrumental et vocal individuel au semestre passé, par rapport à la même période de l'année précédente. Ces baisses ont parfois dépassé les 10%, selon une enquête réalisée par l'Association suisse des écoles de musique (ASEM) et la Haute Ecole spécialisée de Lucerne.

Les reculs ont été moins marqués dans d'autres formes d'enseignement, comme les offres pour ensembles et grandes formations ou le domaine préscolaire. Environ une école de musique sur trois a enregistré des baisses dans ces domaines. A noter que certaines formes de cours, comme l'enseignement en grands groupes, ont été par moments simplement annulées.

Les écoles de musique ont globalement maintenu leur offre pendant la pandémie. Même si certains cours ont eu lieu par moments en ligne, souligne l'ASEM.

Moins de chant, plus de piano

Un peu plus d'un quart de ces écoles ont vu le nombre d'inscriptions reculer dans l'enseignement du chant; un peu moins de 11% attribuent ce recul à une tendance pluriannuelle. La moitié de ces écoles ont enregistré des baisses de fréquentation dans les bois et les cuivres; au moins 14% estiment que la pandémie y est pour quelque chose.

Le chant choral et la pratique d'instruments à vent ont particulièrement été touchés par le renforcement des mesures sanitaires, et les risques potentiels de contamination dans ces domaines ont été médiatisés, selon Marc-Antoine Camp, de la Haute Ecole spécialisée de Lucerne, cité dans le communiqué.

Au contraire, l'apprentissage du piano a profité du semi-confinement, alors qu'il était "déjà en vogue avant la pandémie", relève M. Camp. Les écoles de musique évaluent à près de 10% l'augmentation du nombre d'inscriptions liées au coronavirus.

Peu de soutien financier

Quelque 60% des écoles de musique ont indiqué dans le sondage n'avoir bénéficié jusqu'ici d'aucun soutien financier extraordinaire, alors qu'environ 21% d'entre elles en ont obtenu un. Environ 13% des contributions publiques ont visé à couvrir la réduction des horaires de travail. Près de 11% de ces écoles ont utilisé leurs propres réserves pour faire face aux besoins immédiats.

Pour enrayer le recul, la plupart des écoles de musique ont pris des mesures, jugées "positives": près des trois quarts d'entre elles ont accordé des délais d'inscription flexible et presque la moitié ont proposé des offres découvertes élargies.

Une mesure jugée en revanche "peu efficace" a été de faire découvrir les différents instruments via les canaux numériques. "Le principal intérêt de ce genre de présentation est que l'on peut essayer soi-même les instruments", explique M. Camp.

Mesures encore plus ciblées à l'avenir

L'enquête a été menée auprès de 391 écoles de musique rattachées à l'ASEM. Et 219 directrices et directeurs d'écoles de musique ont donné des informations sur leur situation.

Les résultats de ce sondage doivent permettre de prendre des mesures encore plus ciblées contre le recul des inscriptions. "Les répercussions de la pandémie font pression sur l'accès à la formation musicale en tant que partie d'une éducation globale, et menacent l'égalité des chances", déclare Christine Bouvard Marty, président de l'ASEM, citée dans le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Trois nouvelles espèces de lézard à crête bleue décrites

Publié

le

Les Calotes vivent principalement dans le sud de l'Asie, mais ils sont présents de l’Iran au sud de la Chine en passant par l'Inde, le Sri Lanka et l'Asie du Sud-Est. (© Philipp Wagner/Muséum Genève)

Une équipe internationale avec participation genevoise montre que le spectaculaire lézard à crête bleue Calotes mystaceus regroupe en réalité cinq espèces distinctes. Trois d'entre elles sont décrites pour la première fois.

L’Asie du Sud et du Sud-Est forme l’aire de distribution générale des lézards à crête bleue, qui mesurent environ 30 centimètres. Ils vivent dans les forêts, mais aussi dans des milieux largement modifiés par l’activité humaine, comme des parcs en plein centre de Bangkok, des petits villages dans la campagne ou encore des jardins d’hôtels.

"Il est vraiment très surprenant que Calotes mystaceus n'ait pas été étudié plus précisément depuis sa description en 1837", indique Philipp Wagner, conservateur pour la recherche et de la protection des espèces à l’Allwetterzoo de Münster (D), cité jeudi dans un communiqué du Muséum de Genève.

C’est parce qu’un des membres de l’équipe scientifique, Timo Hartmann, du Muséum Alexander Koenig à Bonn (D), avait préalablement décrit une nouvelle espèce de Calotes au Vietnam, que ces chercheurs ont décidé d’étudier de plus près l'ensemble de ce groupe en Asie.

Teintes éclatantes

"Les teintes éclatantes des mâles, qui changent de couleur comme les caméléons, constituent le véritable trait distinctif des Calotes", explique Andreas Schmitz, chercheur au Muséum de Genève. Cette coloration permet à ces mâles agressifs et territoriaux de se reconnaître entre eux et aux femelles d’identifier les mâles les plus performants.

Si une femelle s'approche, les concurrents paradent en bleu électrique. A l’issue des combats territoriaux, les couleurs du mâle perdant disparaissent en quelques minutes. Et la nuit, tous les Calotes sont bruns ou noirs, ce qui les rend pratiquement invisibles.

Le genre Calotes reste relativement modeste en nombre d’espèces, qui vient tout de même de passer de 25 à 28. Les couleurs vives des mâles permettent de distinguer les trois différentes espèces nouvellement décrites dans le Bonn Zoological Bulletin. On dénombre un peu plus de 7000 espèces de lézards dans le monde. Entre 50 et 100 nouvelles espèces sont décrites chaque année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture