Rejoignez-nous

Actualité

Football leaks: le procureur de la Confédération persiste et signe

Publié

,

le

Le procureur du Ministère public de la Confédération, Michael Lauber, poursuit ses enquêtes, liées à la FIFA, malgré les embûches, a-t-il dit mercredi devant la presse à Berne. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le procureur de la Confédération Michael Lauber défend ses deux rencontres avec le patron de la FIFA, Gianni Infantino, en 2016. Des discussions à ce niveau étaient nécessaires pour clarifier des questions liées aux 25 enquêtes, menées au sein de la FIFA.

M. Lauber a informé l'autorité de surveillance du Ministère public et les commission et sous-commission de l'Assemblée fédérale concernées, a-t-il indiqué mercredi devant la presse. Le fait que M. Lauber ait rencontré personnellement le nouveau patron, M. Infantino, élu en 2016, avait été critiqué publiquement.

Le ministère public de la Confédération (MPC) est sous pression depuis les révélations des Football Leaks, qui ont mis à jour des rencontres secrètes entre Gianni Infantino, président de la FIFA, et M. Lauber, un an après le déclenchement du vaste scandale de corruption à la FIFA qui a entraîné la démission de M. Blatter.

M. Lauber a donné des détails sur les réunions avec M. Infantino. Après sa nomination à la tête de la Fédération internationale de football (FIFA) en février 2016, M. Infantino a souhaité une rencontre avec le Ministère public. Le premier procureur du Valais, Rinaldo Arnold, sur demande de la FIFA, a ainsi contacté André Marty, responsable de la communication au MPC.

Sur demande de la FIFA

La première réunion, qui a duré environ une heure le 22 mars 2016 à Berne, a servi à faire le point. Il s'est entre autres agi de clarifier la position de la FIFA en tant que plaignant.

M. Lauber et M. Marty du MPC ont pris part à cette rencontre. M. Infantino était accompagné de M. Arnold. Une deuxième rencontre a eu lieu un mois plus tard à Zurich.

Lors de cette nouvelle rencontre, le 22 avril 2016, des questions de procédures ont été clarifiées. Il a cité comme exemple le traitement de l'énorme quantité de données saisies. Cette réunion a duré environ une heure.

M. Thormann présent

Le patron de la FIFA était accompagné de Marco Villiger, avocat en chef de la FIFA. Le procureur de la Confédération est lui venu avec son bras droit, Olivier Thormann, procureur en charge des affaires économiques au Ministère public. Récemment mis en cause, il a été blanchi, mais il n'a pas repris ses fonctions au sein du MPC.

L'enquête a été menée contre M. Thormann par Ulrich Weder, procureur extraordinaire mandaté pour clarifier des allégations en lien avec les procédures pénales concernant la FIFA. Le départ de M. Thormann n'a pas de lien avec les rencontres avec M. Infantino, a souligné M. Lauber, regrettant le départ de son bras droit aux "compétences clés".

De son côté, le Ministère public valaisan a lancé une enquête sur le rôle du premier procureur du Valais, Rinaldo Arnold, après les fuites dans la presse le 2 novembre dernier, les "Football Leaks". Il a encore nommé un procureur extraordinaire. Selon Berne, M. Marty, le responsable de la communication au MPC, n'a eu que des contacts professionnels avec M. Arnold.

Nouvelles stratégies de travail

Les rencontres avec M. Infantino font partie de la façon dont il comprend son travail, a expliqué M. Lauber. Dans cette affaire, l’Association mondiale de football (FIFA) figure à la fois comme plaignant et comme partie lésée.

Michael Lauber développe de nouvelles stratégies pour faire aboutir son travail. Le procureur souhaite poursuivre les discussions de ce type à l'avenir. Celles-ci ont permis un échange entre les personnes impliquées dans la procédure et jouent un rôle important dans l'orientation et la coordination.

M. Lauber se sent légitime à poursuivre ses investigations liées à la FIFA et son activité au poste qu'il occupe depuis 2012. Il va ainsi se représenter pour le poste de procureur de la Confédération pour la période 2020-2023.

Il y a deux jours, on apprenait qu'un des membres de l'Autorité de surveillance du MPC, Cornel Borbély, en démissionnait dans un souci d'efficacité. Les enquêtes liées au football ont pris une telle importance qu'il devrait constamment se récuser en raison de ses activités professionnelles passées.

Cornel Borbély a en effet siégé à la Chambre d'instruction de la Commission d'éthique de la FIFA. En tant que vice-président de cette autorité, il a notamment participé aux enquêtes sur des cas de corruption liés aux phases finales des Coupes du monde 2018 et 2022 en Russie et au Qatar.

25 procédures ouvertes

Depuis mai 2015 et l'arrestation de hauts cadres du football mondial à Zurich à l'initiative de la justice américaine, la justice suisse a ouvert 25 procédures, impliquant 15 pays pour un total de 19 téraoctets de documents. Celles-ci visent non seulement MM. Blatter et Platini mais aussi Jérôme Valcke, ancien secrétaire général de la Fifa.

Nasser Al-Khelaïfi, président de beIN Media et du Paris SG, a également été entendu par la justice suisse, qui le soupçonne d'avoir corrompu M. Valcke pour l'attribution des droits de diffusion de deux Coupes du monde.

Le Ministère public a pour objectif de livrer les résultats des premières enquêtes en 2019. Cela signifie que certaines affaires seront classées sans suite, et que pour d'autres, un acte d'accusation sera déposé, a déclaré André Marty, responsable de la communication au MPC.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Fribourg enfonce Genève, l'exploit d'Ajoie

Publié

le

Fribourg a battu Genève dans le duel des mal lotis (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Fribourg a stoppé l'hémorragie en remportant son duel face à Genève 3-1. Les Servettiens ont enchaîné un quatrième revers de rang.

Dans l'univers des clubs romands dans la gonfle, Fribourg et Genève étaient bien placés. Qutre défaites consécutives pour Fribourg, trois pour Genève. Alors forcément, une des deux séries négatives allait prendre fin aux Vernets. Ce fut celle des Fribourgeois.

On savait la vie plutôt compliquée en ce moment à Genève. La réception de Fribourg-Gottéron a confirmé cet état de fait. Les Genevois ont eu beaucoup de peine à entrer dans la partie et il n'y a longtemps eu qu'une équipe sur la glace. 31 tirs à 19 en faveur des hommes de Christian Dubé et surtout un 24-12 après deux périodes. Le moment décisif de cette rencontre s'est passé peu après la mi-match. Jörg a tout d'abord inscrit le 2-0 à la 31e sur un tir assez anodin que Descloux a laissé filer. Puis à la 33e, Dave Sutter a triplé la mise d'un tir pris de la ligne bleue tout près de la bande.

La réussite de Filppula à la 39e n'a rien changé, même si les Aigles auraient pu faire douter les Dragons avec un but dans les premières minutes du troisième tiers. Sans Raphael Diaz, malade, les Fribourgeois ont su profiter de la situation en jouant de manière relativement simple.

Incroyable Ajoie

A Zoug avait lieu le duel le plus déséquilibré de National League entre le champion et Ajoie. Et contre toute attente, c'est le néo-promu qui a eu le dernier mot! Un succès 3-2 ap sur une réussite du patin d'Ueli Huber à la 62e. Et dire que les Zougois ont dominé au chapitre des tirs 44-12 (!) avant ces quelques minutes supplémentaires. Les Taureaux ont certainement dû prendre de haut les Jurassiens et Jonathan Hazen est parvenu à inscrire ses deux premiers buts en National League. Après la victoire contre Ambri, ce succès est assurément l'un des plus beaux exploits de l'histoire du club à la Vouivre.

Lausanne est retombé dans ses travers. Après la belle performance et le 5-2 infligé à Fribourg mardi, les Vaudois ont cédé devant Davos 5-2 alors qu'ils avaient tout pour bien faire. Les Lions ne menaient-ils pas 2-1 à la 8e minute? Mais dans un tiers médian dominé 15-3 aux tirs, les joueurs de John Fust ont réussi à encaisser un but. Contraints de se découvrir, les Lausannois ont coulé lors du troisième tiers en prenant deux buts en 72 secondes.

Bienne, 8/8

Dans une partie prenante, Bienne a confirmé son statut de leader en allant s'imposer 4-3 ap à Berne. Et la force de caractère des Seelandais impressionne. Menés 2-0 après 65 secondes, les joueurs de Törmänen ont fait confiance à leur bonne étoile. ALors même lorsque Kahun a mis le 3-1 à la 46e, les Biennois n'ont pas paniqué. Kessler puis l'inévitable Brunner ont permis au leader d'égaliser. Puis Yakovenko a donné le point supplémentaire en prolongation. Avec cette victoire, Bienne n'est plus qu'à une victoire d'égaler le meilleur début de saison de l'ère moderne du hockey suisse et les neuf victoires de Genève lors de la saison 2012/13.

Zurich a remporté un beau duel contre Lugano. Signé peu de temps avant le début de la saison, John Quenneville a réussi un doublé dans un succès 5-2. Il compte cinq buts à son actif.

Dans le dernier match de la soirée, Rapperswil est allé gagner 5-4 à Langnau.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Aucun joueur ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante vendredi. Lors du prochain tirage 155 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait jouer les numéros 2 12 20 27 et 41 ainsi que les étoiles 10 et 12.

Lors du prochain tirage mardi, 155 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Belinda Bencic prend aussi la porte

Publié

le

Belinda Bencic n'a toujours pas trouvé la clé face à Anett Kontaveit. (© KEYSTONE/AP/Elise Amendola)

Anett Kontaveit (WTA 30) est en passe de devenir la "bête noire" de Belinda Bencic (WTA 11). Pour la deuxième fois, l'Estonienne est parvenue à faire déjouer la championne olympique.

Victorieuse 6-0 6-1 de la Saint-Galloise à l'Open d'Australie 2020, Anett Kontaveit s'est imposée 6-4 6-3 en quart de finale du tournoi WTA 500 d'Ostrava. Ce samedi, elle sera opposée à Petra Kvitova (WTA 12) qui a battu 6-4 6-4 Jil Teichmann (WTA 42) plus tôt dans la journée. L'hypothèse d'un derby suisse en demi-finale n'a pas tenu longtemps.

Comme pour Jil Teichmann qui a bénéficié des quatre premières balles de break de la partie, Belinda Bencic a eu sa chance. La Saint-Galloise n'a pas été loin de réussir une belle remontada au premier set. Menée 5-1 30-0 , elle est revenue à 5-4 après avoir sauvé deux balles de set. Seulement, elle devait livrer un jeu de service catastrophique pour offrir sur un plateau le gain de cette manche initiale.

Au second set, elle a ravi d'entrée de jeu l'engagement de l'Estonienne, mais elle n'a pas été en mesure de conserver ce break. Très vulnérable sur les coups en long de ligne de son adversaire, la championne olympique a accusé un déficit de confiance dans ce quart de finale. Comme si le souvenir de la fessée de Melbourne était toujours bien présent. Et comme si ses quinze victoires lors de ses dix-huit derniers matches avant ce rendez-vous de vendredi ne comptaient pas...

Victorieuse d'Angélique Kerber (WTA 11) au premier tour, Jil Teichmann n'est pour sa part pas parvenue à s'offrir sa septième victoire de l'année contre une joueuse du top 20. Elle a toutefois offert la réplique espérée dans ce duel de gauchères portées vers l'attaque. L'efficacité de Petra Kvitova fut finalement la clé de cette rencontre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Lindt & Sprüngli intègre Caffarel à sa filiale italienne

Publié

le

L'absorption du chocolatier piémontais Caffarel, créateur du célèbre "Gianduiotto", par la filiale italienne de Lindt & Sprüngli va se traduire par des dizaines de licenciements. (archives) (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Le groupe Lindt & Sprüngli a annoncé vendredi l'unification de ses deux entités italiennes sous une même raison sociale.

A compter de janvier 2022, Caffarel sera intégré dans la filiale italienne Lindt & Sprüngli S.p.A, une opération qui vise à consolider les synergies entre les deux entreprises.

"La fusion renforcera la collaboration existante entre les deux organisations", indique le chocolatier de Kilchberg dans son communiqué. Cette option a été retenue comme "la plus appropriée pour assurer la poursuite des activités de Caffarel" et préserver les emplois de sa filiale piémontaise, dont les difficultés des dernières années ont été accentuées par la pandémie de Covid-19.

Le site de production de Luserna San Giovanni continue d'être "fondamental pour le groupe", et les projets de développement prévus ne sont pas remis en question, souligne Lindt & Sprüngli, qui réaffirme son engagement à investir dans les deux marques, à consolider leur présence sur le marché italien et à préserver leurs qualités spécifiques.

Fondé en 1826 à Turin, le chocolatier artisanal Caffarel, créateur du célèbre "Gianduiotto", qui a donné son nom au "Gianduja", a rejoint le groupe zurichois en 1998.

Dizaines d'emplois supprimés

Sollicitée par AWP, la direction de Lindt & Sprüngli a confirmé la suppression d'emplois. Au début il était question de 90 licenciements dans l'administration et dans la production, a déclaré une porte-parole, validant les chiffres articulés en juin par le Corriere della Sera, qui parlait alors d'un quart de l'effectif du chocolatier piémontais.

"Dans le cadre des consultations requises par la loi, des négociations sont menées avec tous les employés et parties concernés afin de garantir un processus sans heurts", a ajouté la communicante, évoquant les négociations en cours avec les organisations syndicales.

Elle a également laissé entendre que d'autres licenciements sont à prévoir. "L'intégration de Caffarel dans Lindt & Sprüngli S.p.A, ainsi que la bonne acceptation du programme de départs volontaires, devraient cependant nous permettre de réduire encore le nombre de licenciements à venir", a indiqué la porte-parole.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Les militants pour le climat investissent les rues de Suisses

Publié

le

A Zurich, ils étaient des milliers à manifester pour le climat. (© Keystone/EPA KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Les militants de plusieurs villes suisses ont répondu à l'appel mondial à la grève climatique vendredi. A Zurich, ils étaient 4000 à défiler dans les rues, selon les organisateurs. A Genève, une grande fresque a été peinte sur le sol de la place Bel-Air.

A Zurich, ils étaient déjà plusieurs centaines sur la Polyterrasse près de l'EPFZ avant le début de la grève prévu à 15h30. Le nombre de militants a ensuite enflé au fil des arrivées de trams.

Sur l'une des pancartes, on pouvait lire "La Terre est en train de bouillir de rage", tandis que d'autres indiquaient "Le tueur du climat n° 1 - la viande et le lait", "Arrêtez l'exploitation" ou encore "Si le monde était une banque, il aurait été sauvé depuis longtemps".

A l'occasion de cette huitième grève mondiale pour le climat, la climatologue et co-autrice du rapport du GIEC, Sonia Seneviratne, s'est adressée aux militants présents à Zurich. Le changement climatique est déjà en cours, mais grâce à la mobilisation des militants, ce thème est désormais, pour la première fois, pris au sérieux dans la société, a-t-elle déclaré.

Le cortège, autorisé, a défilé dans les rues de Zurich avant d'observer une minute de silence pour les victimes de la crise climatique.

Mappemonde à Genève

L'heure était également à la sensibilisation à Genève, où les activistes pour le climat ont peint une grande fresque sur le sol de la place Bel-Air représentant une mappemonde. En rouge, ils ont colorié les régions de la Terre qui seraient rendues inhabitables, en 2100, si les émissions de gaz à effet de serre ne diminuaient pas drastiquement d'ici là.

Une grande partie de l'Amérique latine, de l'Afrique, l'Indonésie ou encore le pourtour de l'Inde seront des zones où l'être humain ne pourra plus vivre à cause d'une chaleur insupportable et d'un taux d'humidité trop élevé, relèvent les militants de la Grève du climat Genève.

Les activistes ont également dénoncé le rôle de la Suisse et en particulier de Genève dans la dérive climatique que subit la planète. Ils rappellent que la ville du bout du lac abrite "certains des pires responsables" de la crise, citant les grandes banques et les entreprises de négoce de matières premières.

D'autres actions ont eu lieu ailleurs en Suisse, comme à La Chaux-de-Fonds (NE), mais aussi à Berne où 500 manifestants se sont rassemblés dès 17h30. A Lucerne, ils étaient entre 200 et 300, près de 200 à Aarau (AG) et environ 25 à Davos (GR). Les militants pour le climat de l'initiative "Fridays for Future" ont également appelé à manifester dans d'autres pays, notamment à Berlin en Allemagne.

Prochaine grève annoncée

Dans un communiqué, la Grève du climat suisse mentionne le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qui met en garde contre des phénomènes météorologiques extrêmes d'une fréquence et d'une gravité sans précédent.

Selon le GIEC, l'objectif de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré reste toutefois réalisable si les émissions de gaz à effet de serre sont réduites de manière drastique et immédiate. Dans cet objectif, la Grève du climat suisse a déjà annoncé sa participation à la prochaine grève internationale le 22 octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture