Rejoignez-nous

Actualité

Faut-il interdire les portables pendant les cours?

Publié

,

le

Par Olivier Francey

JO 2026: un désamour entre le peuple et les élus? - La droite immobilière est-elle trop arrogante? - France: Faut-il interdire les portables pendant les cours? - Le National balaie l’initiative UDC sur la primauté du droit national

Nos invités:

Thierry Oppikofer, directeur et rédacteur en chef de l’hebdomadaire «Tout L’Immobilier»

Salima Moyard, députée socialiste genevoise, co-présidente de la Famco, la Fédération des associations des maîtres du Cycle d'orientation

Marc Fuhrmann, président de l’UDC Genève

Le Club Radio Lac - JO 2026: un désamour entre le peuple et les élus?
Le Club Radio Lac - JO 2026: un désamour entre le peuple et les élus?
Le Club Radio Lac - La droite immobilière est-elle trop arrogante?
Le Club Radio Lac - La droite immobilière est-elle trop arrogante?
Le Club Radio Lac - - Le National balaie l’initiative UDC sur la primauté du droit national
Le Club Radio Lac - - Le National balaie l’initiative UDC sur la primauté du droit national
Le Club Radio Lac - Le National balaie l’initiative UDC sur la primauté du droit national
Le Club Radio Lac - Le National balaie l’initiative UDC sur la primauté du droit national

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Exportations et excédent commercial record au troisième trimestre

Publié

le

Les importations également se sont renforcées (+2,6% nominal, +1,1% réel) repassant la barre des 50 milliards de francs, mais restant encore inférieures de 2,5 milliards à leur niveau record du troisième trimestre 2019, précise l'AFD (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le commerce extérieur suisse s'est renforcé au cours du troisième trimestre.

En termes nominaux, l'évolution a été de +3,7% par rapport au trimestre précédent, et en termes réels, c'est-à-dire corrigé de l'inflation, de +2,5%. Depuis le premier trimestre 2021, les exportations évoluent à nouveau au-dessus de leur niveau d'avant la pandémie de Covid-19.

Les importations également se sont renforcées (+2,6% nominal, +1,1% réel) repassant la barre des 50 milliards de francs, mais restant encore inférieures de 2,5 milliards à leur niveau record du troisième trimestre 2019, précise l'AFD.

La balance commerciale s'est également inscrite à un niveau historique, avec un excédent trimestriel de 12,56 milliards de francs, à comparer aux 11,59 milliards du second partiel et aux 7,61 milliards du troisième trimestre 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Retour de l'optimisme dans les placements immobiliers (étude)

Publié

le

Dans l'immobilier résidentiel, l'augmentation prévue des prix atteint un nouveau pic, à +119,2 points (2020: +68,0 points). Corolaire de cet engouement, les opportunités d'investissement dans ce segment se sont raréfiées (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Les acteurs du marché des placements immobiliers sont à nouveau optimistes quant à l'évolution de l'économie et des prix sur les douze prochains mois, même s'ils s'attendent à une nouvelle baisse dans les surfaces commerciales et de bureaux.

"Le revirement des participants du marché quant aux perspectives économiques est flagrant", indique le cabinet d'étude KPMG mardi dans son Swiss Real Estate Sentiment Index (Sresi) qui traduit les attentes des investisseurs, des promoteurs et des évaluateurs. Ce dernier a grimpé en l'espace d'un an de -13,1 points, sa valeur plancher historique, à un nouveau record de +63,7 points.

"Jusqu'à présent, la crainte d'un ralentissement économique déclenché par la pandémie s'est révélée peu justifiée pour la Suisse et a cédé le pas à l'optimisme", relève Beat Seger, associé et expert immobilier chez KPMG, signalant que l'économie helvétique s'est montrée plus résistante qu'attendu par les acteurs du marché.

Dans l'immobilier résidentiel, l'augmentation prévue des prix atteint un nouveau pic, à +119,2 points (2020: +68,0 points). Corolaire de cet engouement, les opportunités d'investissement dans ce segment se sont raréfiées, comme en témoigne l'indice de l'offre correspondant, qui a reculé de -108,0 points en 2020 à -137,1 points cette année.

Nouvelle baisse pour les commerces et les bureaux

Les prévisions de prix pour les immeubles commerciaux se sont bien redressées après avoir atteint leur niveau le plus bas l'année dernière, à -146,8 points, même si elles restent en territoire négatif, à -82,3 points.

Du côté des surfaces de bureaux, les sondés anticipent une nouvelle érosion des prix (-32,8 points), mais moindre qu'en 2020. "Les utilisateurs ont déjà intégré les nouvelles donnes, si bien que les réductions de surface ne sont plus au coeur des priorités", explique Beat Seger.

L'étude révèle d'importantes disparités géographiques. Alors que de nettes hausses de prix sont attendues pour les régions de Zurich et du lac Léman, ainsi qu'en Suisse centrale et du Nord-Ouest, l'évolution dans l'Espace Mittelland devrait connaître sa première stagnation depuis dix ans. Les prévisions sont négatives en Suisse orientale et au Tessin.

Les investisseurs immobiliers s'attendent également à un renchérissement plus marqué pour les emplacements centraux (+109,8 points, contre +75,2 points un an plus tôt). L'évolution devrait rester négative pour les emplacements périphériques, mais de l'avis des sondés, le recul par rapport à 2020 devrait être modéré (-32,4 points).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Sonova a besoin de plus de temps pour finaliser une acquisition

Publié

le

Sonova avait annoncé en mai la signature de l'accord d'acquisition de la division Consumer l'allemand Sennheiser pour 200 millions d'euros (219 millions de francs) en liquide. L'opération doit permettre au spécialiste des appareils auditifs d'élargir son portefeuille de produitsm (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Sonova nécessitera un peu plus de temps que prévu pour finaliser l'acquisition de la division des produits grand public du fabricant allemand de casques audio Sennheiser.

Dans un communiqué diffusé mardi, l'entreprise établie à Stäfa, sur les rives du lac de Zurich, explique le retard pris notamment par la migration des systèmes informatiques. Sonova assure que les parties à la transaction demeurent déterminées à mener cette dernière à bien, des "progrès significatifs" étant intervenus à ce titre ces derniers mois.

Sonova précise avoir d'ores et déjà reçu le feu vert des autorités réglementaires de tous les pays concernés par la transaction. L'acquisition prévue de la division grand public de Sennheiser ne se reflète pas encore dans les perspectives pour l'exercice 2021/22, celles-ci anticipant un rebond des recettes de 24% à 28% à taux de change constants et une croissance de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 34 à 42%.

Sonova avait annoncé en mai la signature de l'accord d'acquisition de la division Consumer de la firme allemande Sennheiser pour 200 millions d'euros (219 millions de francs) en liquide. L'opération doit permettre au spécialiste des appareils auditifs d'élargir son portefeuille de produits, notamment dans les casques sans fil qui connaissent une croissance rapide.

L'unité reprise à Sennheiser, qui emploie 600 personnes, génère des recettes de 250 millions d'euros (274 millions de francs) par an. Ses produits sont vendus dans un large réseau de distribution en ligne et en boutiques. Cette division fabrique essentiellement des casques audio haut de gamme (53%), des écouteurs sans fil (26%) et d'autres produits, comme des casques pour la télévision (21%). Un tiers des ventes est effectué en Asie-Pacifique, 20% aux Etats-Unis et le reste en Europe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

La Suisse reste en haut du podium des expatriations (HSBC)

Publié

le

Près de neuf expatriés sur dix se voient séjourner plus longtemps en Suisse, en restant au moins une année supplémentaire. Ils apprécient tout particulièrement la qualité de vie, malgré les effets de la pandémie de coronavirus. (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse reste la destination numéro 1 des expatriés pour la troisième année consécutive. Les étrangers présents dans le pays se voient prolonger leur séjour, malgré les effets de la pandémie, selon l'enquête annuelle HSBC Expat.

Placée en tête depuis 2019, la Suisse s'est maintenue sur la première place du podium, d'après le classement publié mardi par le géant bancaire britannique HSBC. L'Australie et la Nouvelle-Zélande complètent le podium. Les Emirats arabes unis, les îles anglo-normandes Guernesey et Jersey suivent, aux côtés de l'Île de Man, du Bahreïn et du Qatar. Longtemps très bien classé, Singapour n'est plus qu'à la neuvième place.

Près de neuf expatriés sur dix se voient séjourner plus longtemps en Suisse, en restant au moins une année supplémentaire. Ils apprécient tout particulièrement la qualité de vie, malgré les effets de la pandémie de coronavirus. Ils sont près de 70% à vouloir connaître davantage la région où ils vivent.

Après leur installation dans la Confédération, 91% des sondés ont estimé que leur "environnement" était "meilleur" et 86% se sentaient plus en sécurité. Près de trois quarts d'entre eux "souhaitent épargner pour leur retraite" quand un tiers songe à économiser pour acheter un bien immobilier.

Cette enquête a été réalisée auprès de 20'460 personnes vivant dans 46 pays. Un minimum de 100 réponses était nécessaire pour inclure une destination.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Coronavirus

Validation de la dose de rappel contre le Covid attendue rapidement

Publié

le

Rudolf Hauri est le président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse, Rudolf Hauri, espère que la troisième dose de vaccin contre le Covid-19 sera bientôt validée. Les autorités sanitaires ne doivent cependant pas être mises sous pression, ajoute-t-il.

L'organe de surveillance Swissmedic et la commission fédérale pour les vaccinations doivent "décider uniquement sur la base des données et des faits disponibles", déclare M. Hauri dans un entretien diffusé mardi par le journal alémanique Tages-Anzeiger. Mais la Suisse ne devrait pas trop attendre, poursuit-il. Dans certains pays européens et aux États-Unis, la troisième injection du vaccin est en cours d'administration.

Cette dose de rappel n'est pas nécessaire pour tout le monde, indique pour sa part dans le Blick Christoph Berger, le président de la commission fédérale pour les vaccinations (CFV). "La population normale n'a certainement pas besoin d'un rappel cette année". Il n'y a pas d'indication que la protection des vaccins à ARN messager s'affaiblisse pour ce groupe, ajoute-t-il.

Légère baisse pour les plus de 80 ans

La situation est cependant différente pour les plus de 80 ans, relève-t-il. Les données anglaises ont montré une tendance à une légère diminution de la protection vaccinale dans ce groupe, poursuit-il. L'efficacité du vaccin "probablement en légère baisse" dans cette catégorie devrait augmenter de 85 à 95% avec la dose de rappel. Mais il est difficile de savoir combien de temps durera cette protection accrue, précise M. Berger.

Pour les plus 65 ans présentant des facteurs de risque, la situation n'est pas claire. Les résultats sont différents, mais aucun d'entre eux ne montre une diminution significative de la protection, note le président de la CFV. Dans le cas des personnes à risque âgées de moins de 65 ans, il n'y a aucune diminution de la protection vaccinale, ajoute-t-il

La troisième dose est actuellement autorisée en Suisse pour les personnes immunodéprimées qui n'ont pas pu acquérir une protection suffisante après les deux injections du vaccin anti-Covid-19. Elle fait partie de l'immunisation de base et non d'une vaccination de rappel, explique M. Hauri.

Une décision de Swissmedic sur la troisième injection pourrait tomber d'ici à la fin octobre, a indiqué lundi soir dans l'émission "10 vor 10" de la télévision alémanique SRF le chef de la section autorisation de l'organe de surveillance, Claus Bolte.

Dès que Swissmedic a donné son accord, il faut environ deux semaines à la commission fédérale pour les vaccinations pour émettre une recommandation, note M. Berger. La plupart des cantons sont prêts à commencer à administrer la troisième dose immédiatement, selon M. Hauri.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture