Rejoignez-nous

Actualité

Au moins 3000 fonctionnaires manifestent à Lausanne

Publié

,

le

Les manifestants critiquent le taux d'indexation des salaires de 1,4% annoncé par le Conseil d'Etat vaudois pour la fonction publique et le secteur parapublic, jugé insuffisant au regard de l'inflation. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Au moins 3000 personnes ont manifesté lundi en fin d'après-midi à Lausanne pour réclamer une "pleine indexation" des salaires de la fonction publique et du secteur parapublic vaudois au renchérissement du coût de la vie.

"Les cantons romands indexent, Vaud met à l'index", "milliards en caisse, pour nous la baisse" ou encore "Dittli, ça suffit!" (en allusion à la nouvelle cheffe du Département des finances Valérie Dittli), pouvait-on lire sur des banderoles et pancartes brandies lors de la marche organisée par plusieurs syndicats. "Une solution, l'indexation", a scandé la foule.

Les manifestants étaient environ 3000 selon la police, plus de 4000 selon les syndicats. Le cortège est parti de la place Saint-François vers 18h00 pour rallier la place du Château. Des huées se sont élevées en direction du siège des autorités cantonales, a constaté un journaliste de Keystone-ATS.

Journée de grève

Le défilé ponctuait une journée de grève, à laquelle ont pris part environ 1300 enseignants de l'école obligatoire et du post-obligatoire, selon les syndicats et le Département vaudois de l'enseignement et de la formation professionnelle (DEF). Alors que la grève a surtout été suivie dans l'éducation, la manifestation a rassemblé d'autres secteurs, dont celui de la santé. Du personnel du CHUV était notamment présent.

"Il s'agit de la plus grande mobilisation depuis celle contre la réforme de la caisse de pension en 2013", a déclaré le secrétaire syndical au Syndicat des services publics (SSP Vaud), David Gygax, à Keystone-ATS. Le syndicat est à l'origine de cette journée de protestation, avec la fédération syndicale SUD et la Fédération des sociétés de fonctionnaires (FSF Vaud). Des actions de moindre ampleur avaient déjà été menées cet automne.

Les trois organisations jugent que le taux d'indexation des salaires de 1,4% dès le 1er janvier 2023 annoncé le 8 décembre dernier par le Conseil d'Etat vaudois pour la fonction publique et le secteur parapublic est insuffisant au regard de l'inflation.

"Pertes de salaires"

"Un tel taux d'indexation est l'un des plus bas des employeurs publics de Suisse romande", critique un communiqué conjoint. "Il implique des pertes de salaires extrêmement importantes."

Une indexation correspondant à la hausse de l'indice suisse des prix à la consommation entre octobre 2021 et octobre 2022 (+3%) est réclamée. La prime unique de 0,8% du salaire octroyée par l'Etat de Vaud aux salariés de classes 1 à 10 en janvier 2023 ne satisfait pas non plus. "Cette prime n'étant pas intégrée au salaire, elle restera sans lendemain. De plus, elle ne concerne pas les employés du secteur parapublic."

Les syndicats demandent l'ouverture de négociations avec le Canton. Sans quoi une nouvelle journée de mobilisation se tiendra le 31 janvier.

Approche "équilibrée" défendue

Interrogée lundi soir dans le 19h30 de la RTS, la présidente du Conseil d'Etat vaudois Christelle Luisier a défendu une "approche équilibrée" face au renchérissement, qui inclut "un ensemble de mesures" et des compensations. Elle a par exemple souligné que dans le cadre du budget, des déductions fiscales de 100 millions de francs étaient prévues pour la classe moyenne et les familles, ou encore que les régimes sociaux avaient été indexés à hauteur de 2,5%.

La conseillère d'Etat PLR a aussi appelé à se "méfier" des comparaisons avec les autres cantons. "Tous ne comptabilisent pas de la même manière ce qu'ils font. Certains prennent en considération les annuités (augmentations annuelles de la rémunération en fonction de la classe de salaire et indépendantes de l'indexation, ndlr), qui sont de 1% dans le canton de Vaud", a-t-elle illustré. La ministre n'a pas évoqué l'ouverture de négociations avec les syndicats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Genève

Début des travaux d'extension du Muséum d'histoire naturelle

Publié

le

Le Muséum de Genève est le plus grand musée d'histoire naturelle de Suisse avec des collections comprenant plus de 15 millions de spécimens (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le chantier d'extension du Muséum d'histoire naturelle de Genève s'est ouvert lundi. Les travaux sont programmés de 2023 à 2027. Ils impliqueront la fermeture de l'institution au public durant toute l'année 2024, précise la Ville de Genève dans un communiqué.

Le chantier consiste en la construction d'une nouvelle aile qui sera consacrée à la conservation des immenses et riches collections du musée. L'institution compte aujourd'hui plus 15 millions de spécimens, référencés sur 30 kilomètres de rayonnages. Un nouvel aménagement pour les accueillir "était devenu indispensable".

Le transfert des collections dans la nouvelle aile impliquera une réorganisation partielle des bâtiments existants. L'accueil du public sera amélioré et un nouvel espace dédié aux expositions temporaires sera créé. A l'extérieur, le parvis sera rénové et le parc qui entoure le musée sera repensé.

Le muséum va aussi profiter du chantier pour s'engager dans la transition énergétique. Une centrale photovoltaïque verra le jour et les toitures seront végétalisées. Les besoins en chaleur du nouveau bâtiment seront entièrement assurés par des énergies renouvelables, indique la Ville de Genève.

L'année prochaine, quand le musée sera fermé aux visiteurs, l'institution organisera des activités hors les murs et offrira au public des rendez-vous en ligne. Le Muséum de Genève est le plus grand musée d'histoire naturelle de Suisse et le musée le plus fréquenté de Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Opération de secours de haute voltige dans les Alpes vaudoises

Publié

le

Plusieurs tentatives de sauvetage par hélicoptère ont échoué. Les quatre skieurs-alpinistes en détresse ont finalement été secourus grâce à une opération terrestre (archive). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Quatre skieurs-alpinistes qui se trouvaient en mauvaise posture près de la pointe d'Aufalle, au-dessus d'Ovronnaz (VS) dans les Alpes vaudoises, ont été secourus dimanche lors d'une opération de haute voltige. Ils sont sains et saufs.

La centrale d'intervention de la Rega a été alertée vers 14 heures, afin de secourir le groupe qui était bloqué dans une paroi rocheuse. Plusieurs tentatives de les récupérer par hélicoptère ont d'abord échoué en raison du mauvais temps, raconte la Garde aérienne suisse de sauvetage dans un communiqué.

Le Secours alpin suisse (SAS) a alors pris le relais pour une intervention terrestre. La colonne de Villars (VD) du SAS a mobilisé huit spécialistes qui sont intervenus depuis le fond du vallon de Nant. Les sauveteurs ont été transportés près du lieu d'intervention en motoneige par une personne privée. Un paysan de montagne a lui mis à disposition un espace chauffé.

Comme il était impossible de communiquer par téléphone en raison de l'absence de réseau, deux secouristes sont restés dans la vallée pour relayer les messages radio jusqu'au quartier général du dispositif à Villars. Sur la barre rocheuse, la descente des personnes en détresse devait s'effectuer en partie au-dessus d’un surplomb rocheux de 80 mètres, par mauvaise visibilité. Les skieurs ont finalement été extraits vers minuit et accompagnés en lieu sûr.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une centaine de personnes demandent la libération d'Abdullah Ocalan

Publié

le

La marche qui demande la libération du leader kurde Abdullah Ocalan doit arriver à Bâle vendredi. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, une centaine de personnes ont participé, lundi, à une marche jusqu'à Coppet (VD) pour alerter l'opinion sur le sort du leader et fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) Abdullah Ocalan, emprisonné depuis 23 ans en Turquie.

La marche ira par étapes jusqu'à Bâle. Elle doit arriver dans la cité rhénane vendredi. Beaucoup de participants portaient une chasuble avec le portrait du dirigeant kurde imprimé sur le dos. Ils brandissaient également des drapeaux à son effigie ou l'étendard du PKK.

Abdullah Ocalan milite pour une solution politique à la question kurde. Aujourd'hui, il se trouve à l'isolement sur une île turque. Pour la Société démocratique kurde de Genève, de telles conditions de détention sont contraires aux conventions internationales sur la protection des droits des prisonniers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Tobias Stephan arrêtera en fin de saison

Publié

le

Tobias Stephan arrêtera sa carrière en fin de saison (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Tobias Stephan mettra fin à sa carrière à l'issue de la saison 2022/23, annonce le Lausanne HC dans un communiqué.

Le gardien, qui a fêté ses 39 ans le 21 janvier, évolue depuis l'été 2019 à Malley. Il avait auparavant défendu les couleurs de Kloten, Genève-Servette et Zoug en National League.

"Je me suis toujours dit que le jour où je ne serais plus au top dans un des trois domaines que sont la forme physique, la forme mentale et la performance sportive, alors le moment serait venu d’arrêter", souligne dans ce communiqué le Zurichois, qui avait tenté sa chance en Amérique du Nord entre 2006 et 2009 (11 matches disputés en NHL avec Dallas).

"Mon corps ne me permet plus d’être à 100% au service de mon équipe. Ma décision est donc logique et réaliste, même si j’éprouve toujours autant de plaisir à venir à l’entraînement", poursuit l'ancien international, qui a participé à trois Jeux olympiques et à cinq championnats du monde sous le maillot de l'équipe de Suisse (70 sélections au total).

Vainqueur de la Coupe de Suisse en 2019 avec Zoug, Tobias Stephan n'a jamais été sacré en championnat: il a perdu les trois finales qu'il a disputées, en 2010 avec Genève-Servette puis en 2017 et en 2019 avec Zoug, à chaque fois face à Berne. Il n'a disputé que sept matches de National League dans ce championnat 2022/23 en raison d'une blessure au bas du corps.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le POP vaudois présente un ticket jeune et paritaire pour les Etats

Publié

le

La présidente du POP vaudois Anaïs Timofte est candidate au Conseil des Etats pour la deuxième fois (archive). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Parti ouvrier populaire vaudois (POP-VD) présente un ticket composé de sa présidente Anaïs Timofte et du militant écologiste Zakaria Dridi pour le Conseil des Etats lors des élections fédérales, a-t-il annoncé lundi. Ils sont aussi têtes de liste pour le National.

Agée 31 ans, Anaïs Timofte s'était déjà portée candidate à la Chambre des cantons du parlement fédéral lors des élections de 2019. Elle avait obtenu 2,4% des voix au premier tour. Cette mère d'un enfant de 10 ans a travaillé plusieurs années dans le commerce de détail, a été employée du syndicat Unia et est désormais politologue. Elle est conseillère communale à Lausanne, où elle vit.

Zakaria Dridi, 21 ans, est informaticien et assistant parlementaire au Grand Conseil pour le POP. Il a aussi été conseiller communal à Sainte-Croix. Membre du collectif de la Grève du climat, il s'est fait connaître pour avoir occupé les locaux des Retraites populaires à Lausanne le 15 mars 2019, en marge de l'une des premières marches pour le climat. Il a été condamné à six demi-journées d'intérêt général avec sursis par la justice vaudoise pour cette action.

Le duo servira de locomotive à la liste qui a été concoctée pour tenter de conquérir au moins un des 19 sièges qui reviennent au canton de Vaud au Conseil national. Avec cette liste paritaire qui regroupe des personnes aux origines, âges (de 21 à 65 ans) et métiers divers (chauffeur de poids lourd, infirmière, boucher ou encore éducateur social), le POP vaudois veut "relayer" à Berne des voix "qui ne le sont pas actuellement".

Plus de siège depuis 2011

"Nous sommes le seul parti à présenter une liste qui fait la part belle aux travailleuses et aux travailleurs", a vanté Anaïs Timofte devant la presse à Lausanne. "L'Assemblée fédérale n'est absolument pas représentative de la population suisse", a-t-elle ajouté. Les professions libérales, les entrepreneurs ou les professionnels de la politique y sont "surreprésentés". Une telle répartition débouche sur des lois "anti-sociales", a critiqué la politologue.

Le POP-VD va axer sa campagne sur le pouvoir d'achat, les retraites, les services publics, une écologie "populaire" ou encore le maintien de la Suisse hors de l'Union européenne (UE) et de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN). Le parti octogénaire va chercher à conclure des apparentements avec l'ensemble de la gauche, soit le PS, les Verts et Ensemble à Gauche, a précisé Zakaria Dridi.

Le dernier représentant du POP vaudois à Berne a été Josef Zisyadis jusqu'en 2011. Le seul popiste qui siège actuellement au parlement fédéral vient du canton de Neuchâtel. Il s'agit du conseiller national Denis de la Reussille, élu en 2015.

Le premier tour des élections fédérales aura lieu le 22 octobre prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture