Rejoignez-nous

Actualité

Engins de jardin: attention aux hérissons!

Publié

,

le

Le printemps rime avec tondeuse à gazon et débroussailleuse, chacun s’affaire dans son jardin pour le rendre plus beau. Mais toutes ces lames et ces fils ont des conséquences désastreuses sur certains animaux…notamment sur les hérissons, Judith Monfrini s’est rendue à SOS hérissons à Vernier, reportage:

SOS hérissons - reportage

Les petits hérissons sont marqués, afin de les reconnaître. Chaque jour, le centre de soins contrôle leur poids.

Une partie des coûts du centre de soin est pris en charge par l’Etat de Genève et par des parrainages privés. Si vous trouvez un hérisson blessé, vous pouvez appeler le numéro du centre qui se trouve sur le site internet SOS hérissons.

Plus d’info sur le site internet de SOS hérissons

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Oui à la RFFA: la droite genevoise soulagée, la gauche inquiète pour la suite

Publié

le

Plus de 58%. C’est le très bon score réalisé par le volet genevois de la RFFA. Concernant l’imposition des entreprises, les votants ont donné leur aval pour un taux unique de 13,99% à Genève. Fini les disparités entre les sociétés à statut spécial imposées entre 11 et 12% et les PME à 24%.

Aux yeux de Conseil d’Etat et de la droite, qui défendait la réforme, ce taux doit permettre de maintenir l’attractivité du canton auprès des multinationales, d’éviter leur fuite dans les cantons voisins. Et du coup, de préserver quelque 62000 emplois directs et indirects.

Ce résultat donne le sourire à Vincent Subilia, directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie de Genève. Mais, comment avoir la garantie que les entreprises réinvestissent le gain généré par la RFFA dans le développement ou l’emploi? La réponse de Vincent Subilia:

Vincent Subilia Directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Genève

« Ce n’est pas infamant quand on est patron d’une société de faire du bénéfice »

De son côté, la gauche peine à croire à cet effet positif. La réaction de Jocelyne Haller, députée d’Ensemble à Gauche:

Jocelyne Haller Députée Ensemble à Gauche

Une critique des actionnaires qui a le don d’agacer le président du PDC, Vincent Maître:

Vincent Maitre Président du PDC genevois

Ensemble à Gauche ne s’avoue toutefois pas vaincu. Le député Jean Batou annonce le dépôt d’un projet de loi ce lundi:

Jean Batou Député Ensemble à Gauche

Des craintes pour les prestations publiques

Face au oui à la RFFA, la socialiste Carole-Anne Kast, conseillère administrative de la Ville d’Onex, ne cache pas son inquiétude concernant les pertes fiscales attendues:

Carole-Anne Kast Conseillère administrative PS d'Onex

Des craintes pour l’avenir que partage Jocelyne Haller, particulièrement inquiète pour l’avenir des prestations publiques:

Jocelyne Haller Députée Ensemble à Gauche

Commentant à son tour le résultat du jour, la députée verte Delphine Klopfenstein Broggini tente de voir le verre à moitié plein et souligne le résultat du non à la RFFA:

Delphine Klopfenstein Broggini  Députée verte

Demain, la ministre des finances Nathalie Fontanet sera l’invitée de Radio Lac Matin après 7h15, pour revenir sur les résultats des votations.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Les réactions après le « oui » des Genevois à l’ouverture des magasins

Publié

le

A Genève, les commerces ouvriront trois dimanches par an. Les genevois ont dit « oui » sans condition à la loi sur l’ouverture des magasins.

Par 52,5 %, le peuple n’a pas voulu faire dépendre l’ouverture des magasins de la signature d’une convention collective de travail dans le secteur. En 2016 pourtant, il avait donné comme mission aux employés de la vente et aux patrons de s’entendre sur les conditions de travail. Mais les négociations sont au point mort et le projet voté n’a jamais été mis en oeuvre. Le parlement a donc proposé un nouveau projet aux Genevois, qui devrait s’appliquer jusqu’en décembre 2020 afin de débloquer la situation, et le peuple a dit «oui».

La réaction de Cyril Aellen député PLR au Grand Conseil.

Cyril Aellen Député PLR au Grand Conseil

En l’absence de convention collective, les usages devraient s’appliquer. La réaction de Jean Batou, député d’Ensemble à gauche au Grand Conseil.

Jean Batou Député d'Ensemble à gauche au Grand Conseil

Les commerces auront la possibilité d’ouvrir trois dimanche par an et le 31 décembre.

 

Continuer la lecture

Actualité

CPEG: les réactions après le « oui » des Genevois au projet de la gauche

Publié

le

Les Genevois ont préféré la version de la gauche et du MCG pour recapitaliser la caisse de pension des fonctionnaires. Elle propose de construire des logements dans le futur PAV.

A un cheveu, ils ont dit préférer ce projet à celui du Conseil d’Etat. A 52, 8% contre 52,6%. Les Genevois ont accepté la loi 12228, issue de la gauche et des syndicats. Pour recapitaliser la CPEG, ce projet réclame des terrains dans le futur PAV, le quartier Praille-Acacias-Vernet pour y construire des logements sociaux. La recapitalisation proposée conserve la primauté des prestations. Elle maintient également la contribution employé-employeur au même niveau.

Ecoutez la réaction du Président du Conseil d’Etat, Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat genevois

Du côté des syndicats, on ne cache par sa satisfaction. Marc Simeth, il est le Président du Cartel intersyndical.

Marc Simeth Président du Cartel intersyndical

La droite, elle, se dit déçue. Il n’y a pas de véritable réforme du système.

Alexandre de Senarclens Député PLR au Grand Conseil

Pour rappel, la CPEG doit atteindre un taux de couverture de 80% d’ici à 2050, une exigence fédérale. Son taux actuel est de 58,2%. L’Etat va devoir injecter 4,4 milliards de francs pour y parvenir.

Continuer la lecture

Actualité

Oui à la fiscalité des entreprises à Genève

Publié

le

Les Genevois ont accepté dimanche la réforme fiscale des entreprises et financement de l'AVS (RFFA) ainsi que sa déclinaison cantonale avec un taux unique à 13,99%. Dans la foulée, ils ont aussi dit "oui" à une hausse des subsides d'assurance-maladie (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois ont accepté dimanche à 62,18% la réforme fiscale des entreprises et financement de l’AVS (RFFA). Dans la foulée, ils ont aussi dit « oui » à 58,22% sa déclinaison cantonale. Le taux de participation s’est élevé à 45,29%.

La modification de la loi sur l’imposition des personnes morales (LIPM) prévoit un taux unique de 13,99% à Genève, contre aujourd’hui 11,6% pour les sociétés à statut spécial et 24,2% pour les autres. Défendu par le Conseil d’Etat et la droite, ce taux doit permettre de maintenir l’attractivité du canton auprès des multinationales et de préserver quelque 62’000 emplois directs et indirects.

Hausse des subsides

Conséquence: les pertes fiscales sont estimées à 186 millions de francs pour le canton et à 46 millions pour les communes en 2020. La principale contrepartie de 186 millions sous forme de subsides d’assurance-maladie a aussi été acceptée dimanche par 75,49% des votants.

Cette manne figurait dans le contre-projet à l’initiative de la gauche « Pour des primes d’assurance-maladie plafonnées à 10% du revenu du ménage! ». Celle-ci a recueilli 50,97% de votes pour. Mais la question subsidiaire visant à départager les deux objets en cas de double « oui » a donné le contreprojet gagnant à 53,90%.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

CPEG: victoire de la gauche et du MCG

Publié

le

Les Genevois ont dit oui dimanche à la réforme de la gauche et du MCG pour recapitaliser la Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (CPEG). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois ont accepté dimanche par 52,87% la réforme de la gauche et du MCG pour recapitaliser la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG). Ce projet, qui maintient la primauté des prestations, était en concurrence avec une solution gouvernementale.

Ces deux options attaquées par référendum ont été acceptées, celle de la gauche et du MCG par 52,83% et celle du gouvernement défendue par la droite par 52,64%. C’est finalement la question subsidiaire qui les a départagées. Le taux de participation a atteint 45,29%.

Sous-capitalisée, la CPEG doit être assainie pour répondre aux contraintes fédérales. L’institution, qui compte 48’000 affiliés, doit atteindre un taux de 80% d’ici 2052. Un palier de 60% devra déjà être atteint en 2020. Actuellement, la CPEG a un taux de couverture de 58,2%.

Le Grand Conseil n’ayant pas réussi à trancher entre deux solutions antagonistes, il revenait au peuple de procéder à ce choix. Après une longue campagne marquée par une guerre des chiffres, les Genevois ont préféré la réforme concoctée par la gauche qui est plus favorable aux fonctionnaires.

Du logement

Ce projet pour renflouer la CPEG soutenu par le MCG et l’Asloca et les syndicats prévoit une recapitalisation immédiate à hauteur de 75% avec une injection de 500 millions de francs et un prêt simultané entre l’Etat et la CPEG, remboursable sur la durée, échelonnant ainsi dans le temps l’effort financier fourni par la collectivité publique.

Le montant de la recapitalisation est estimé entre 4,4 et 5,4 milliards de francs. Le paiement des rentes est assuré grâce à des revenus tirés de logements futurs. L’Etat cède à la CPEG des terrains constructibles lui appartenant afin que la caisse y réalise des appartements locatifs.

Primauté des prestations

Il ne touche ni au système de primauté des prestations, ni à la répartition du taux de participation au paiement des cotisations entre employeur et employés maintenu à deux-tiers/un tiers. Les fonctionnaires ayant déjà vu leurs prestations baisser de 17% depuis 2014, il était inacceptable de subir une nouvelle baisse.

La gauche, le MCG, les syndicats et l’Asloca se réjouissent du choix des Genevois qui était, selon ce large front, plus équitable pour les fonctionnaires. A droite, la pilule est amère. Cette loi ne colmate en aucun cas les failles structurelles de la CPEG, selon le PDC. L’Etat employeur, donc les contribuables, risquent de devoir remettre la main au porte-monnaire, souligne le PLR.

La droite soutenait le projet gouvernemental qui imposait le passage au système de primauté des cotisations en vigueur dans la plupart des caisses de pension. Il revoyait aussi la répartition des cotisations entre employeur et employés pour la faire passer à 58%-42%. Des mesures d’accompagnement étaient prévues pour que ces changements ne conduisent pas à des pertes de prestation de plus de 5%.

Double non

Les Genevois auraient aussi pu refuser les deux solutions antagonistes. Ce scénario-catastrophe du double non, craint autant par la gauche que par la droite, aurait conduit à une baisse des rentes d’environ 10% en janvier 2020. La caisse aurait aussi pu perdre son autorisation de fonctionner en capitalisation partielle, obligeant l’Etat à actionner sa garantie.

Source ATS

Continuer la lecture