Rejoignez-nous

Actualité

Deux femmes de plus au Conseil fédéral

Publié

,

le

Le futur visage du Conseil fédéral. (©Keystone/PETER KLAUNZER)

Le Conseil fédéral comptera trois femmes dès l’an prochain. L’Assemblée fédérale a élu mercredi brillamment Viola Amherd et Karin Keller-Sutter pour remplacer Doris Leuthard et Johann Schneider-Ammann. L’élection de deux femmes à la fois est une première.

Les hommes resteront majoritaires au gouvernement avec quatre ministres, mais la représentativité des deux sexes sera améliorée. Interrogée à répétition sur les conséquences de la féminisation du gouvernement, Karin Keller-Sutter a jugé exagéré de dire que tout allait changer.

La libérale-radicale qui n’aime pas trop parler de féminisme compte s’engager pour l’égalité des chances. La démocrate-chrétienne Viola Amherd a de son côté annoncé qu’elle continuerait de se battre pour les familles et l’égalité salariale.

Ancienneté au gouvernement oblige, le Parlement a réglé d’abord la succession de Doris Leuthard. Alors que l’élection semblait plus ouverte que pour le siège libéral-radical, Viola Amherd n’a pas eu à trembler.

Plus vite que prévu

La conseillère nationale valaisanne de 56 ans a été élue dès le premier tour par 148 voix sur 240 bulletins valables. L’intéressée elle-même a avoué que cela s’était déroulé plus vite et de manière moins mouvementée que ce à quoi elle s’attendait.

Sa concurrente sur le ticket du PDC, la conseillère d’Etat uranaise Heidi Z’graggen, a obtenu 60 voix. Elle avait le désavantage de ne pas siéger sous la coupole et donc d’avoir une moins bonne notoriété. Le président du PDC Gerhard Pfister a recueilli 17 voix.

Le résultat de Viola Amherd est encore meilleur que celui de Doris Leuthard. L’Argovienne avait été élue au gouvernement en 2006 aussi au premier tour, mais avec 133 voix. Il faut remonter à 1989 pour trouver une élection au Conseil fédéral dès le premier tour.

Favorite élue

Sans surprise, la succession de Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral a été pliée tout aussi vite. La conseillère aux Etats libérale-radicale Karin Keller-Sutter de 54 ans était donnée ultra favorite.

Elle a d’emblée décroché son billet pour le gouvernement par 154 voix sur 237 bulletins valables. Taxé par certains de candidat alibi, son colistier sur le ticket PLR, le conseiller aux Etats nidwaldien Hans Wicki a obtenu 56 voix.

La nouvelle élue n’est que la deuxième femme PLR à siéger au gouvernement. Seule Elisabeth Kopp l’a précédée à cette fonction, mais la première conseillère fédérale de l’histoire avait dû quitter le gouvernement en 1989. Karin Keller-Sutter a jugé que son élection constituait la fin d’un chapitre difficile pour les femmes du PLR.

La Saint-Galloise avait déjà tenté d’accéder au Conseil fédéral en 2010. Elle avait échoué face à Johann Schneider-Ammann, mais faisait pas encore partie du sérail. Elle dirigeait le département saint-gallois de justice.

Suisse orientale et Arc alpin

Depuis mercredi, la Suisse orientale n’est plus laissée à l’écart du gouvernement. Avec Karin Keller-Sutter, St-Gall aligne désormais officiellement six conseillers fédéraux. L’Arc alpin n’a pas été oublié. Viola Amherd est la quatrième ministre du Valais.

Les deux nouvelles élues n’ont pas l’intention de s’immiscer dans les affaires du gouvernement avant le 1er janvier. Elles se sont dites prêtes à reprendre tous les départements. Des préférences existent mais le plus important est d’être membre du Conseil fédéral. Et c’est lui qui tranchera, a fait valoir Karin Keller-Sutter.

Interrogée sur le dossier européen, Viola Amherd n’a pas voulu dévoiler sa position. « Je ne connais pas le contenu de l’accord-cadre » avec Bruxelles qui sera traité vendredi au Conseil fédéral, si ce n’est via les médias, a-t-elle précisé.

Karin Keller-Sutter s’est avancée un peu plus. Elle a insisté sur la nécessité de défendre les mesures d’accompagnement. « Je suis convaincue que si l’on veut poursuivre sur la voie bilatérale, il faut protéger les salaires ». On ne pourra pas gagner une votation sur la libre circulation des personnes sans maintenir cette protection à son niveau actuel.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Une publicité des CFF fâche le syndicat du personnel des transports

Publié

le

Une publicité des CFF pour son application mobile méprise les employés de la compagnie. C’est en tout cas l’avis du syndicat du personnel des transports

Le syndicat du personnel des transports, le SEV, a distribué des tracts ce lundi dans plusieurs gares de Suisse. Dont Lausanne et Genève. La cause de leur colère: une publicité des CFF qui vante son application mobile pour l’achat de billets en ligne. «Pas besoin de travailler au CFF pour prendre le bon billet»,  dit la légende de la réclame qui montre une employée d’un certain âge de l’ex-régie fédérale. Le SEV s’insurge contre la publicité et il a distribué des faux tracts, qui vantent, eux, la compétence du personnel aux guichets. Les explications de René Zürcher, secrétaire syndical au SEV.

René Zürcher secrétaire syndical du SEV

Le SEV craint que le métier de guichetier ne disparaisse peu à peu et que les personnes peu familières avec les outils informatiques ne soient plus servies.

De leur côté, les CFF s’excusent platement auprès des employés blessés. Il ne s’agit en aucun cas de supprimer les guichets très utiles pour les billets plus compliqués. Les explications du porte-parole des CFF, Frédéric Revaz.

 

Frédéric Revaz porte-parole des CFF

Dans les petites gares, les guichets réduisent leurs horaires. Ce qui surcharge les grands centres comme Genève ou Lausanne. René Zürcher.

René Zürcher secrétaire syndical du SEV

 

Continuer la lecture

Actualité

En Marche et les Verts en tête chez les Français de Suisse

Publié

le

Comme partout en Europe, on a voté hier en Suisse. La communauté des Français de Suisse, la plus importante communauté française à l’étranger, s’est mobilisée. Rien qu’aux Vernets, où pouvaient venir voter les Français de Genève, la queue s’est allongée et il a parfois fallu attendre plus d’une heure pour atteindre l’isoloir. Reportage de Robin Jaunin dans la file d’attente:

Devant les Vernets

Quid des résultats ici et en France voisine?

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Le groupe Nestlé : nouveau souffle en préparation

Publié

le

Le président exécutif du groupe Nestlé à Vevey vient de donner une interview dans la presse dominicale en Suisse. C’est assez rare pour être mentionné.

Oui, c’est assez rare depuis la nomination de l’Allemand Mark Schneider il y a deux ans et demi à la tête des opérations du groupe. Et puis les interviews de dirigeants à ce niveau donnent rarement des informations importantes. Elles ne doivent en principe pas faire bouger le titre sur le marché des actions. Alors Mark Schneider a surtout donné quelques indications sympathiques portant sur des marques.

Lesquelles par exemple ?

Eh bien la récente reprise du café Starbucks aux Etats-Unis permet déjà de vendre des capsules Starbucks pour les machines Nespresso au Japon. Il a aussi été question du succès des hamburgers vegan Nestlé en Allemagne.

Ces produits seront bientôt sur le marché suisse ?

Oui certainement, bien que tous les produits Nestlé ne soient de loin pas sur le marché suisse. Il n’y ait pas la même urgence apparemment.

Il a aussi été question des chocolats Cailler à Broc.

Oui, l’un des points chroniquement faibles de Nestlé. Les chocolats Cailler existent surtout en Suisse, mais perdent des parts de marché. Le leader, ce sont les chocolats du groupe Migros. Et l’internationalisation de Cailler souffre de lourds retards par rapport aux succès spectaculaires de la marque zurichoise Lindt dans le monde. Alors Nestlé veut faire de Cailler un chocolat plus sain, plus faible en sucre. Mais ça restera du chocolat qui se cherche.

Et où en est l’évolution générale du groupe Nestlé depuis le retrait complet de Peter Brabeck ?

Peter Brabeck s’est retiré, mais il a toujours un bureau dans les étages. Les sceptiques affirment que c’est cela qui ralentit l’avènement d’un vrai après-Brabeck, mais ça ne joue certainement pas un rôle aussi important. Une ère nouvelle pour Nestlé, ce serait évidemment de vendre une partie des activités et de réinvestir dans d’autres, à plus fort potentiel. C’est-à-dire faire évoluer le profil d’activités du groupe.

Il est question de vendre les produits de soins pour la peau et la marque de salaisons Herta.

Oui, le processus est même bien avancé. Les soins pour la peau développés avec L’Oréal ne se sont jamais vraiment imposés dans le groupe. Ils devraient être vendus cette année encore à un pool d’investisseurs suédois et émiratis pour 10 milliards de dollars. Ce serait bien vendu.

Et dans quel domaine nouveau investirait Nestlé ?

Ça c’est la grande question. Un grand mystère en fait. Ce ne serait d’ailleurs pas forcément dans une activité nouvelle s’il s’agissait de compléments alimentaires. Nestlé en a déjà toute une gamme dans sa division Nutrition. Mais quelle grande référence des compléments alimentaires serait à vendre dans le monde, faisant d’un coup de Nestlé un leader sectoriel ? On ne voit pas très bien à vrai dire.

A moins que Nestlé fasse une ou deux méga-acquisitions dans la grande distribution.

Oui, là où s’exercent les plus fortes pressions sur ses marges. Genre Carrefour, présent dans trente pays. Mais ça, ce serait une immense surprise et une vraie révolution dans l’alimentaire. C’est dire si personne ne semble vraiment l’envisager.

 

Continuer la lecture

Actualité

La formation Alzheimer débarque à l’Académie de Savatan

Publié

le

Dans le volet pratique, une comédienne joue le rôle d'une personne souffrant de démence. (DR)

A l’Académie de Savatan, les futurs policiers sont maintenant formés à la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Le but: leur donner les outils pour réagir au mieux face à une personne souffrant de démence. L’idée est venue de l’association Alzheimer-Genève qui a mis au point cette formation théorique et pratique. Et l’a déjà dispensée aux policiers genevois en exercice.

A Savatan, la première session a eu lieu la semaine dernière. 163 aspirants ont donc participé. Une première qui a convaincu le colonel Alain Bergonzoli, directeur de l’Académie, conscient de l’enjeu:

Colonel Alain Bergonzoli Directeur de l'Académie de Savatan

La directrice d’Alzheimer Genève, Sophie Courvoisier décrit le contenu de la formation:

Sophie Courvoisier Directrice d'Alzheimer_Genève

Le colonel Alain Bergonzoli revient sur les risques du manque de formation des policiers:

Colonel Alain Bergonzoli Directeur de l'Académie de Savatan

L’enjeu est de taille quand on sait que le canton de Genève compte 8500 personnes atteintes d’Alzheimer. Et le canton de Vaud 13500.

D’où l’intérêt pour Alzheimer-Vaud mais aussi Valais de mettre en place cette formation au sein des polices de leurs cantons. Les explications pleines d’enthousiasme de Cathy Kuhni, directrice d’Alzheimer-Vaud, qui a assisté à la session dispensée aux aspirants:

Cathy Kuhni Directrice d'Alzheimer_Vaud

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Roland-Garros: Federer expéditif

Publié

le

Lorenzo Sonego n'a pas été à la hauteur de l'événement. (©KEYSTONE/EPA/JULIEN DE ROSA)

Roger Federer (no 3) a signé un retour gagnant à Roland-Garros, 1454 jours après sa défaite subie face à Stan Wawrinka en quart de finale en 2015.

Le Maître a dominé l’Italien Lorenzo Sonego (ATP 73) 6-2 6-4 6-4 au 1er tour sur le Court Philippe Chatrier.

Dix ans après son unique sacre à la Porte d’Auteuil, Roger Federer a été accueilli comme un roi par le public parisien. Ovationné à deux reprises avant même le premier échange de cette partie, il n’a pas déçu ses supporters dans une partie qui a duré 1h41′.

Lorenzo Sonego, qu’il affrontait pour la première fois, ne fut il est vrai pas à la hauteur de l’événement: nerveux, l’Italien a concédé le break dès le premier jeu, en commettant trois fautes directes. Il fut d’ailleurs mené 4-0 dans les deux premiers sets…

Roger Federer a certes laissé son adversaire revenir à 4-3 dans la deuxième manche. Mais il a su serrer sa garde dans le « money time » et n’a jamais été réellement inquiété par Lorenzo Sonego, qui a concédé un dernier break à 4-4 dans le troisième set.

La tâche du Bâlois, qui s’était échauffé en compagnie de Henri Laaksonen en fin de matinée, ne devrait pas non plus être trop compliquée au 2e tour. Il se mesurera au « lucky loser » allemand Oscar Otte (ATP 145), qu’il n’a jamais affronté.

Source ATS

Continuer la lecture