Rejoignez-nous

Actualité

Des familles de membres de l’EI se sont échappées d’un camp

Publié

,

le

Au moins 26 civils ont été tués dimanche dans le nord syrien par des bombardements et des tirs des forces turques ou leurs supplétifs syriens. (©KEYSTONE/AP/BADERKHAN AHMAD)

Les forces turques et leurs supplétifs syriens progressent malgré la résistance des forces kurdes dans le nord de la Syrie. Des familles de membres du groupe djihadiste Etat islamique (EI) ont fui dimanche un camp situé à proximité des combats.

Les combats faisaient rage au cinquième jour d’une offensive d’Ankara qui a provoqué un tollé international. Au moins 26 civils ont été tués dimanche dans le nord syrien par des bombardements et des tirs des forces turques ou leurs supplétifs syriens, engagés dans une offensive contre une milice kurde, a rapporté une ONG dans un nouveau bilan.

Dans la localité frontalière de Ras al-Aïn, au moins dix civils ont péri dans une attaque de l’aviation turque qui a touché un convoi de civils et des journalistes, d’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Un journaliste tué

« Nous étions dans le convoi de civils kurdes pris pour cible par les forces turques ou leurs alliés à Ras Al Aïn. Notre équipe va bien, mais des confrères sont morts », a annoncé sur son compte Twitter une journaliste de France Télévisions, Stéphanie Perez, sans donner plus de précisions. L’OSDH a rapporté la mort « d’un journaliste », mais il n’était pas en mesure de donner son identité ou sa nationalité.

La Turquie et des supplétifs syriens ont lancé mercredi une offensive dans le nord de la Syrie pour éloigner de sa frontière la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), considérée comme une organisation « terroriste » par Ankara.

En cinq jours, au moins 104 combattants kurdes ainsi qu’une soixantaine de civils ont été tués dans les violences, selon un dernier bilan de l’OSDH. Les violences ont provoqué la fuite de 130’000 personnes, d’après l’ONU.

Le ministère turc de la Défense a maintes fois répété que toutes les mesures nécessaires étaient prises dans le cadre de son opération pour éviter les pertes civiles.

Combats à Ras al-Aïn

Dimanche, les combats se concentrent sur une bande allant des villes de Ras al-Aïn à Tal Abyad tenues par les forces kurdes. Près de Tal Abyad, les forces turques et les supplétifs syriens ont conquis la localité de Suluk ainsi que la ville frontalière de Tal Abyad, d’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Tal Abyad est la plus grande ville conquise jusqu’à présent par les forces turques depuis le début de leur offensive mercredi, a précisé l’Observatoire, ajoutant que la seule cible majeure qui reste à prendre dans la phase initiale de l’assaut, est la ville de Ras al-Aïn.

Sur le front de Ras al-Aïn, plus à l’est, les forces kurdes ont fait reculer les militaires turcs et les combats se poursuivent à la périphérie de la ville, a indiqué l’OSDH. Un responsable des FDS à Ras al-Aïn a affirmé que ses forces avaient utilisé « des tunnels souterrains » pour prendre l’assaillant par surprise.

Face à la résistance des combattants kurdes, les forces turques progressent lentement. Elles ont pris au total depuis mercredi 36 villages aux Kurdes, mais n’ont pas encore conquis de villes majeures, selon l’OSDH.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha), « des déplacements significatifs continuent d’être rapportés autour de Tal Abyad et Ras al-Aïn ». Ces déplacés ont été installés dans des écoles transformées en abri dans des zones relativement épargnées par les violences.

Dimanche, « plus d’une centaine de personnes, des femmes et des enfants », ont fui le camp de déplacés de Aïn Issa, situé à proximité des combats, a indiqué un responsable du camp. Des « bombardements ont visé » le camp, selon les autorités kurdes. L’OSDH a confirmé qu' »environ une centaine » de femmes « étrangères » et d’enfants des familles de l’EI ont pris la fuite, sans autre précision.

La France est « inquiète » après la fuite annoncée de 800 proches de djihadistes étrangers d’un camp et appelle une nouvelle fois Ankara à mettre fin « au plus vite » à son offensive contre les Kurdes, a déclaré dimanche la porte-parole du gouvernement français.

La chancelière allemande Angela Merkel a enjoint dimanche au président turc Recep Tayyip Erdogan d’immédiatement faire cesser l’offensive dans le nord de la Syrie, mettant en garde contre une plus grande instabilité de la région et la résurgence du groupe Etat islamique (EI).

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Test négatif à la frontière genevoise? la proposition passe mal

Publié

le

La proposition des Présidents des grands partis de Suisse est irréaliste selon le Groupement transfrontalier européen (GTE). Comment exiger un test négatif aux nombreux frontaliers qui passent la frontière à Genève? Une idée accueillie fraîchement par l’association.

La proposition peut surprendre…un test Covid négatif demandé à toute personne qui entre en Suisse, y compris aux frontaliers. C’est ce que proposent plusieurs Présidents de partis politiques suisses dans une lettre au  président de la Confédération Guy Parmelin envoyée ce week-end. Exiger un test de moins de 48 heures à l’entrée en Suisse y compris aux travailleurs frontaliers…c’est complètement irréaliste pour Guylaine Riondel-Besson, docteur en droit chargée des recherches juridiques au Groupement transfrontalier européen.

Guylaine Riondel-Besson
Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE
Guylaine Riondel-Besson Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE

La Docteur en droit s’interroge sur la méthodologie. Guylaine Riondel-Besson.

Guylaine Riondel-Besson
Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE
Guylaine Riondel-Besson Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE

Si le coût des tests revient aux entreprises, une telle proposition pourrait coûter très très cher, estime la juriste. Elle rappelle que le personnel soignant des HUG est en grande majorité frontalier.

Guylaine Riondel-Besson
Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE
Guylaine Riondel-Besson Docteur en droit en charges des recherches juridiques au GTE

Les présidents des grands partis proposent également d’introduire des tests rapides dans les hôtels pour les voyageurs d’affaires. Ces propositions n’ont de loin pas fait l’unanimité. De nombreux élus ont réagi sur les réseaux sociaux.

Continuer la lecture

Actualité

Une classe en quarantaine à Genève à cause du variant britannique

Publié

le

Photo illustration Keystone

Une classe de primaire du groupe scolaire de Cressy, dans le canton de Genève, a été placée en quarantaine.

Au moins un des élèves a en effet été testé positif au nouveau variant britannique du Covid-19. L’information, révélée dimanche par la RTS, a été confirmée lundi par les autorités genevoises.

Avec le nouveau variant, plus contagieux, les mesures de précaution sont plus strictes. Le but est d’éviter une propagation du virus mutant dans l’école, avec au final, l’obligation de devoir fermer l’ensemble de l’établissement, a expliqué le porte-parole du département de la santé Laurent Paoliello.

Plusieurs classes en Suisse alémanique ont déjà été placées en quarantaine en raison du virus mutant. En Suisse romande, cette classe genevoise est la première à subir ce sort.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Vernier lance un projet pilote d’extinction partielle de l’éclairage public

Publié

le

La Ville de Vernier lance aujourd’hui et pour les six prochains mois un projet pilote d’extinction de l’éclairage public. Un enjeu écologique dont l’objectif est d’améliorer la qualité de vie des habitants. Le concept est inédit dans le canton de Genève. 8000 Verniolans sont concernés et auront un rôle à jouer.

« Vernier rallume les étoiles » ! C’est le nom du projet pilote d’extinction partielle de l’éclairage public lancé aujourd’hui par la Ville de Vernier. Le projet répond à une motion votée par le Conseil municipal le 9 avril 2019. Durant les six prochains mois, l’éclairage public de quatre secteurs de Vernier sera éteint entre 1h et 5h du matin. Les secteurs concernés ont été soigneusement sélectionnés, de concert avec la police municipale et les Correspondants de Nuit. Il s’agit de chemins situés dans les quartiers de Châtelaine-Balexert-Concorde, Aïre et Canada ainsi que dans la zone industrielle du Lignon. Près de 8000 Verniolans sont concernés. Détail des objectifs avec Mathias Buschbeck, conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie. 

Mathias Buschbeck
Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie
Mathias Buschbeck  Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie

La période d’extinction des réverbères ne s’est pas décidée au hasard. Elle correspond à l’arrêt de la desserte des Transports publics genevois. Des heures où l’activité humaine diminue fortement, surtout dans les zones résidentielles et industrielles.

Peur pour la sécurité

Bien que le projet permette des économies d’énergie, l’aspect sécuritaire est remis en question. Pour certains, l’absence d’éclairage public fait craindre une hausse des agressions. Un argument que réfute Mathias Buschbeck

Mathias Buschbeck
Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie
Mathias Buschbeck Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie

 

Population partie prenante

Une fois cette phase de test de 6 mois passée, la population sera invitée à participer à son bilan afin de déterminer de la suite à donner à ce projet novateur. Intégrer les Verniolans au projet est essentiel comme l’explique Mathias Buschbeck.

Mathias Buschbeck
Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie
Mathias Buschbeck Conseiller administratif de la Ville de Vernier en charge de l’énergie

Continuer la lecture

Actualité

Situation épidémiologique stable à Genève, malgré le variant

Publié

le

La situation épidémiologique reste stable à Genève. Le nouveau variant représente 5 à 6 % des tests positifs. Elle progresse par rapport au début du mois de janvier, mais les fermetures de commerces et de restaurants semblent porter leurs fruits selon la Médecin cantonale. Du côté des vaccinations, 10’000 personnes ont reçu le vaccin. Le point avec la Pharmacienne cantonale.

La situation est stable à Genève du côté épidémiologique. Chaque jour entre 130 et 150 personnes sont testées positives au Covid et entre 10 et 15 personnes sont hospitalisées. En tout 400 personnes sont aux HUG pour un Covid aigu ou pour les suites d’un Covid aigu. Et ce malgré le nouveau variant plus contagieux. Pour la doctoresse Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise, c’est un soulagement.

Aglaé Tardin
Médecin cantonale genevoise
Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

La proportion du variant est actuellement de 5 à 6% des tests positifs. Elle progresse puisque début janvier, le nouveau variant ne représentait qu’un pourcent. Une progression qui inquiète tout de même la médecin cantonale.

Aglaé Tardin
Médecin cantonale genevoise
Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Du côté des vaccinations, quelque 10’000 personnes ont reçu la première dose de vaccin. Le point de la situation avec la Pharmacienne cantonale genevoise, Nathalie Vernaz.

Nathalie Vernaz-Hegi
Pharmacienne cantonale genevoise
Nathalie Vernaz-Hegi Pharmacienne cantonale genevoise

Lundi le canton de Genève va recevoir 10’500 doses de vaccins Moderna.

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève: Alain Berset visite le nouveau centre de vaccination des HUG

Publié

le

ATS/Keystone

Le Conseiller fédéral chargé de la santé Alain Berset a visité le futur centre de vaccination des Hôpitaux universitaires de Genève en compagnie des autorités cantonales et des autorités sanitaires genevoises. Il a également visité le centre des maladies virales émergentes. 

Alain Berset était en visite aux HUG aujourd’hui. Il a rappelé l’importance des contacts et des rencontres sur le terrain avec l’ensemble des acteurs, privés et publics et aussi de la santé.

Le Conseiller fédéral a profité de sa visite à Genève pour voir le directeur de l’OMS. Il a rappelé l’importance de l’organisation onusienne pour notre pays. La Suisse s’est investie dans l’initiative Covax pour que l’ensemble des pays aient accès aux vaccins. Elle collabore activement avec Singapour. Alain Berset s’est réjoui du retour en force des USA au sein de l’OMS.

Le Conseiller fédéral n’avait pas visité les HUG depuis le 24 mars 2020. Il a rendu hommage aux familles touchées par le virus qui ont connu des décès. Il a remercié le personnel hospitalier pour son fort engagement et salué la capacité d’adaptation de l’hôpital cantonal pour faire face à la pandémie.

Apparition de variants

Il a regretté l’apparition de nouveaux variants plus contagieux tout en rappelant l’importance des HUG pour le séquençage des modifications du virus. Alain Berset s’est réjoui de l’apparition de vaccins dans des temps records. La Suisse serait d’ailleurs dans une très bonne position grâce à la réservation et l’achat de bons produits de vaccination. 500’000 doses de vaccins sont arrivées dans le pays.

Visite du futur centre

Aux HUG, il a visité le nouveau centre de vaccination ainsi que le centre des maladies émergentes dirigées par le Pr Laurent Kaiser. Le Conseiller fédéral a félicité les Suisses pour leur bon comportement durant les fêtes. Sur deux semaines, l’incidence est de 360 cas par 100’000 habitants. Il a conclu en soulignant que la campagne de vaccination doit monter en puissance.

« la Suisse pas à la traîne en matière de vaccination »

« La Suisse n’est pas à la traîne en matière de vaccination », selon Alain Berset. Les situations selon les cantons sont très différentes. Les capacités de vaccinations attendues sont de 525 par jour et par 100’000 habitants en février. A Genève, pour une population d’un demi-million d’habitants, la capacité doit donc être de 2625 par jour. Les précisions du Conseiller fédéral chargé de la santé, Alain Berset.

Alain Berset
Conseiller fédéral chargé de la santé
Alain Berset Conseiller fédéral chargé de la santé

Retard de livraison

Le prix payé par la Confédération n’aurait rien à voir avec les délais de livraisons des vaccins, la Suisse n’a pas lésiné lors de l’achat des doses, selon Alain Berset.

Alain Berset
Conseiller fédéral chargé de la santé
Alain Berset Conseiller fédéral chargé de la santé

Pfizer-BionTech serait en train d’améliorer son outil de production pour pouvoir monter en puissance. La deuxième dose de vaccin devrait être livrée à temps aux cantons, selon le gouvernement.

Test négatif pour entrer en France

La France a annoncé qu’un test négatif serait demandé dès dimanche à toutes les personnes étrangères entrant en France par voie aérienne ou fluviale seulement. Les Suisses seraient concernés mais la décision exclut à priori les frontaliers qui travaillent à Genève. Ecoutez la réaction du Conseiller d’Etat gnevoise chargé de la santé, Mauro Poggia.

Mauro Poggia
Conseiller d'Etat genevois chargé de la santé
Mauro Poggia Conseiller d'Etat genevois chargé de la santé

Les Suisses qui entrent par la route ou par le train ne sont pas concernés par l’obligation de présenter un test négatif.

La Confédération songe également à réclamer des tests aux ressortissants étrangers. Le Conseil fédéral en discutera mercredi prochain.

 

 

 

 

Continuer la lecture