Rejoignez-nous

Actualité

Déficit de 419,6 millions au projet de budget 2023 de l'Etat

Publié

,

le

Le Conseil d'Etat genevois in corpore a présenté jeudi son projet de budget de l'Etat qui affiche un déficit de 419,6 millions de francs. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L’Etat de Genève présente un projet de budget déficitaire marqué par les crises successives mais qui tient compte des besoins de la population.

Un déficit de 419,6 millions de francs. C’est ce que prévoit le projet de budget de l’Etat de Genève pour 2023. Les charges augmentent de 3,7% par rapport à 2022. 488 nouveaux postes sont prévus pour faire face à l’augmentation des élèves par classe et à la crise ukrainienne. Pour contrer l’inflation, le Conseil d’état accorde une moitié d’indexation à ses fonctionnaires. Un tiers des investissements de l’Etat, soit 193 sur les 720 millions, sont consacrés à la mobilité notamment pour les trams à Nations et à Saint-Julien.

Un projet de budget marqué par trois années de crise entre Covid et guerre en Ukraine. La Conseillère d’Etat chargée des finances, Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat chargée des ressources humaines et des finances

Près de 500 postes sont prévus notamment pour faire face à l’augmentation des élèves par classes et à la crise ukrainienne. Le détail avec la Conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique Anne Emery-Torracinta

Pour contrer l’inflation, le Conseil d’état accorde une moitié d’indexation à ses fonctionnaires. Ce qui les a fait réagir. Mais les contraintes budgétaires étaient fortes, selon Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique Anne Emery-Torracinta

Le gouvernement ne veut pas revivre le scénario de l'an dernier: le parlement avait refusé le budget obligeant l'Etat à fonctionner sur la base du 12e des sommes votées en 2021, ainsi que des crédits supplémentaires votés au cours de l'année.Le Président Conseil d’Etat en appelle à la responsabilité du Grand Conseil pour trouver une majorité pour voter ce budget et ne pas se retrouver dans la même situation qu'en 2022. Mauro Poggia.

Mauro Poggia Président du Conseil d'Etat genevois

Avant de se lancer dans les discussions qui s'annoncent compliquées en cette année préélectorale, le Conseil d'Etat à majorité de gauche a défendu in corpore ses choix politiques. Il compte ainsi allouer davantage de moyens pour l'environnement et l'énergie, la formation, la cohésion sociale et la mobilité. Des investissements conséquents sont aussi dédiés à la transition écologique et numérique. Il a été voté à l'unanimité. Même par la Conseillère d'Etat PLR Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat chargée des ressources humaines et des finances

Frein à l'endettement

Le canton est tenu par la loi de retrouver le chemin de la croissance d'ici 2026, faute de quoi il faudra activer le frein au déficit obligeant à choisir entre des hausses d'impôts et des baisses de prestations. Le projet de budget 2023 et le plan financier quadriennal 2023-2026 respectent ce cadre légal. A condition de pouvoir réaliser des mesures d'économies, l'exécutif prévoit un retour progressif au déficit maximum admissible dès 2025. Le chemin de croissance, comme l'explique Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat chargée des ressources humaines et des finances

Economie résiliente

Les revenus s'élèvent à 9,37 milliards, soit une progression de 169,9 millions (+1,8%) par rapport au budget 2022 (basé sur les 12es provisoires). La grande argentière Nathalie Fontanet a relevé la résilience de l'économie. Les revenus fiscaux augmentent (+202 millions). Les revenus non fiscaux sont en baisse (-32 millions). La part des revenus de la Banque nationale suisse (BNS) devrait diminuer de moitié par rapport à 2022.

Les charges de fonctionnement passent à 9,79 milliards (+3,7%). Parmi ces charges, 84 millions sont directement liées à l'accueil des réfugiés ukrainiens (47 millions) et aux effets de la crise sanitaires (37 millions).

Source: ATS et Judith Monfrini

 

 

Suisse

Un nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Un joueur a coché les six bons numéros au tirage de mercredi et empoche un million de francs. (photo symbolique) (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Le Swiss Loto a fait un nouveau millionnaire mercredi. Un joueur a coché les six bons numéros et empoche un million de francs. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 1, 2, 5, 8, 13 et 24. Le numéro chance était le 1, le rePLAY le 4 et le Joker le 892011.

Lors du prochain tirage samedi, 25,4 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Ville de Genève a recensé 121 cas de harcèlement de rue depuis juin

Publié

le

(KEYSTONE/DPA/Frank May)

Il y a 5 ans le mouvement #MeToo mettait en lumière les violences sexistes et sexuelles. À Genève, une application permet de dénoncer les cas de harcèlement de rue. Bilan après 4 mois d'existence.

Voilà 5 ans que la vague #MeToo a déferlé sur le monde. Un mouvement qui a libéré la parole des femmes face aux violences sexistes et sexuelles. Il a également permis de mettre en lumière la problématique du harcèlement de rue. Dans l'optique de combattre ce phénomène, la Ville de Genève a lancé en juin dernier l'application Genève en poche qui permet de dénoncer ces situations. Elle comptait 121 signalements au 15 septembre. Le détail avec Christine Camp, commande de la Police Municipale en Ville de Genève.

Christine CampCommande de la Police Municipale en Ville de Genève

L'un des objectifs de l'application était aussi de cartographier le phénomène dans l'espace public. Quels sont les quartiers qui recensent le plus de cas? On retrouve Christine Camp.

Christine CampCommande de la Police Municipale en Ville de Genève

La majorité des cas rapportés l'ont été par des femmes. Mais la police municipale recense également 9 hommes et 17 personnes membres de la communauté LGBTIQ+ parmi les victimes.

Continuer la lecture

Genève

Economie d'énergie: Pas de patinoire extérieure et illuminations réduites

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Martial Trezzini)

La ville de Genève prend elle aussi des mesures d’économie d’énergie.

Le début de la période de chauffage dans les bâtiments publics et administratifs est repoussée au 15 octobre. A l’intérieur, il ne fera pas plus de 20 degrés.

Dans les piscines intérieures, maximum 26 degrés (au lieu de 25 habituellement) et 17 au mercure dans les salles de sport.

Décision plus drastique: la patinoire extérieure dans le Jardin Anglais ne sera pas installée cette année. La ville précise que des heures pour le public sont
proposées à la patinoire des Vernets tous les jours, y compris le week-end.

L’éclairage nocturne extérieur des bâtiments publics sera éteint dès 23H, sauf exceptions pour des questions sécuritaires. Les monuments et fontaines ne seront pas éclairés du tout dès le début de l'hiver. 

En revanche, les illuminations de Noël et le Festival “Geneva Lux” sont maintenus. Le Conseil administratif estime qu’ils consomment peu d’énergie mais leur périmètre sera réduit et l’extinction est prévue au plus tard à 22h30 (au lieu de minuit).

Continuer la lecture

Genève

Uber: échec des négociations

Publié

le

Photo d'illustration (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Aucun accord n’a été trouvé entre Uber, l’Etat de Genève et les syndicats. Les chauffeurs ont refusé mardi soir lors d'une assemblée la proposition de convention destinée à régler le passé.

A Genève, aucun accord n’a été trouvé entre Uber, les syndicats et l’Etat mardi après-midi pour les arriérés de salaire des chauffeurs. La convention proposait de leur payer 4,6 millions de francs, pour solde de tout compte, sur cinq ans et demi.  Avec un montant de 400'000 francs supplémentaires pour couvrir les maladies. Inacceptable pour le SIT, Unia et les chauffeurs ! Ce montant ne prend pas en compte le risque, comme l’explique Jean-Luc Ferrière, co-secrétaire général au SIT.

Jean-Luc FerrièreCo-secrétaire général au SIT

Dix fois plus élevé

Le calcul des syndicats était 10 fois plus élevé que celui prévu par l’accord, soit 46 millions de francs. De son côté, la Conseillère d’Etat Fabienne Fischer a estimé que c’était la fin d’une étape. Elle va rencontrer la société américaine.

Fabienne FischerConseillère d'Etat chargé de l'économie et de l'emploi

La rencontre devra avoir lieu avant le 15 octobre, dernier délai octroyé par l’Etat pour continuer d’exploiter légalement. L'autorisation d'exploiter dépend de la mise en conformité de la société américaine.

Rôle de médiation

Fabienne Fischer a estimé que ce refus constituait "la fin d’une première étape". Interrogée sur sa responsabilité dans cet échec, la conseillère d’Etat en charge du Département de l'économie et de l'emploi assure avoir joué un rôle de médiatrice et reprend maintenant son rôle d’autorité.

Fabienne FischerConseillère d'Etat chargé de l'économie et de l'emploi

Les syndicats restent ouverts à la discussion et continuent à se mobiliser. Jean-Luc Ferrière, co-secrétaire général au SIT.

Jean-Luc FerrièreCo-secrétaire général au SIT

Du côté de la compagnie américaine on promet de poursuivre les négociations.

"Uber continuera à s'engager de manière constructive avec l’Etat de Genève afin de fournir aux chauffeurs, et ce dès que possible, la plus grande clarté sur leur activité passée" Jean-Pascal Aribot, General Manager Uber Suisse.

Les syndicats, eux, relèvent le peu de coopération de Uber. Il leur a été très difficile d'obtenir des données exactes.

Jean-Luc FerrièreCo-secrétaire général au SIT

Pour ce chauffeur Uber, la proposition d'Uber de verser 4,5 millions de francs n'aurait jamais couvert ses frais.

Chauffeur Uber

 

Continuer la lecture

Economie

Le prix du gaz se détend grâce aux stocks et aux livraisons

Publié

le

Hormis la reprise des livraisons et le remplissage des infrastructures de stockage, une amélioration de la météo a également permis d'apaiser les craintes. (archives) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les tarifs du gaz naturel se détendaient mercredi, les marchés étant rassurés par les niveaux de remplissage des stocks en Europe, la reprise des livraisons de la Russie vers l'Italie, ainsi qu'une météo plus douce.

Peu avant 15h00, le contrat à terme du TTF néerlandais, référence du gaz naturel en Europe, montait de 0,55% à 162,50 euros le mégawattheure (MWh). Mais sur la semaine, il affichait un important repli de 21,6% et même de 32,3% en comparaison mensuelle. Sur un an, l'envolée atteint néanmoins toujours 50,2%.

A titre de comparaison, le TTF s'était envolé à plus de 227 euros début mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Fin août, il était monté à un plus haut historique à environ 340 euros.

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé la reprise de ses livraisons de gaz à l'Italie après les avoir suspendues samedi en raison d'un "problème" en Autriche. Le groupe avait totalement suspendu ses livraisons de gaz à l'Italien Eni en invoquant l'"impossibilité de transporter le gaz à travers l'Autriche" en raison d'une nouvelle réglementation entrée en vigueur le 1er octobre.

Remplies à 100% en France

En France, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a pour sa part indiqué que les réserves françaises de gaz étaient pleines en prévision de l'hiver. Avec 130 TWh, ces stocks, qui ont atteint un "niveau supérieur à la moyenne des dernières années", représentent "environ 2/3 de la consommation hivernale des PME et des particuliers" en France, a souligné CRE.

En Allemagne, le taux de remplissage a atteint le 3 octobre 92,5%, au-dessus de la moyenne de 89,6% dans l'UE, ont souligné les analystes de Trading Economics. Selon ces derniers, hormis la reprise des livraisons et le remplissage des infrastructures de stockage, une amélioration de la météo a également permis d'apaiser les craintes. Les températures devraient rester clémentes sur le Vieux continent et au Royaume-Uni.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture