Rejoignez-nous

Actualité

Début des festivités du 50e de l’EPFL

Publié

,

le

Le président de l'EPFL Martin Vetterli a présenté lundi le nouveau logo de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne à l'occasion du lancement des festivités du 50e anniversaire devant le Rolex Learning Center. (©Keystone/LAURENT GILLIERON)

L’EPFL a lancé symboliquement les festivités de son 50e anniversaire lundi après-midi sur le campus par un double événement: la présentation de sa nouvelle identité visuelle et l’inauguration d’une agora sur la place Maurice Cosandey.

Le coup d’envoi des festivités du 50e anniversaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) fait le lien avec l’histoire. Il a rendu hommage au visionnaire qu’était Maurice Cosandey, qui, voici 50 ans, a transformé une école cantonale en Ecole polytechnique fédérale, souligne le communiqué publié lundi.

Dessiner un nouveau visage

L’Agora Lombard Odier a été inaugurée sur la place Cosandey, en présence de la famille du premier président de l’EPFL décédé en décembre dernier. Cette structure ouverte à tous accueillera aussi des spectacles, du théâtre, de la musique.

La place Cosandey est la porte d’entrée sud du campus, entre le Rolex Learning Center et ArtLab. La volonté de dessiner un nouveau visage à cet espace de vie sur le campus remonte au projet de construction de ce dernier bâtiment.

Le réaménagement a été confié au Laboratoire ALICE (Atelier conception de l’espace) et à son directeur, Dieter Dietz, professeur d’architecture à l’EPFL : « Notre mission était très claire: impliquer la communauté de l’EPFL et les étudiants afin de ramener de la vie sur cette place, alors très peu fréquentée. » Une trentaine d’étudiants et d’architectes ont participé au projet.

Symboliser la Suisse

L’EPFL s’est également dotée d’une nouvelle identité visuelle pour marquer cet anniversaire. Simple et sophistiqué à la fois, le nouveau logo se concentre sur les quatre lettres EPFL et la couleur rouge pour symboliser la Suisse.

« Nous voulions incarner une jeune école suisse, à la fois hautement dynamique, exploratoire et technologique, avec un rayonnement international. En somme, une start-up qui a grandi vite et qui passe à l’âge adulte », explique Martin Vetterli, président de l’EPFL, cité dans le communiqué.

2,60 mètres de haut

Pour créer cette nouvelle identité, l’EPFL a travaillé avec l’agence Moser Design à Lausanne. Deux sondages en ligne ont permis de voir comment l’école était perçue par la communauté et le public. Excellence, ouverture, technique, innovation, recherche figurent parmi les valeurs exprimées par les sondés, qui ont été 20’000 à répondre.

Au-delà du logo, une véritable identité visuelle a été créée, avec ses déclinaisons privilégiant la marque EPFL. L’acronyme a en effet été matérialisé sur le campus, à côté du Rolex Learning Center, sous la forme d’une structure en métal de 2,60 mètres de haut.

Nombreuses manifestations

De nombreux autres événements émailleront l’année du demi-siècle de l’institution. En mai, la journée de l’éducation accueillera des dialogues scientifiques et pédagogiques autour des enjeux du futur de l’enseignement. La journée de la recherche des différentes facultés se déroulera pendant la semaine du 10 au 14 septembre.

La plupart des événements destinés au grand public sont agendés en automne: portes ouvertes publiques les 14 et 15 septembre avec quelque 30’000 visiteurs attendus, journée consacrée à l' »open science » le 18 octobre.

En novembre, ce sera au tour des « alumni », les anciens, de célébrer ce 50e anniversaire. Suivra une journée de l’industrie et des investisseurs.

Fédéralisation en 1969

La longue histoire de l’EPFL est née d’une initiative privée qui a rassemblé en 1853 onze élèves sur les bancs de l’Ecole spéciale de Lausanne. Elle changera de nom plusieurs fois avant de devenir l’Ecole polytechnique de l’Université de Lausanne (EPUL). Après le oui unanime du Parlement en 1968 à la création d’une seconde EPF, celle de Lausanne naît le 1er janvier 1969.

En 50 ans, l’EPFL a vu son campus déménager et s’agrandir, ses domaines d’enseignement s’étendre, son nombre d’étudiants se multiplier par 10, son rayonnement s’étendre à l’international et en Suisse, avec la création de sites à Genève, Fribourg, Neuchâtel et en Valais.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Club Sport

Basketball: une déception vite évacuée pour Genève Elite

Publié

le

La participation à la finale de la SBL Cup demeure le moment fort pour Sabrina Palie (à gauche) et ses coéquipières de Genève Elite (© Swiss Basketball/Jonathan Picard/archives/DR).

Eliminées par Winterthour en trois matches lors des demi-finales des play-offs, les joueuses de Genève Elite ont vite évacué leur déception, tant les satisfactions ont été nombreuses cette saison.

L’élimination subie face à une équipe que les Genevoises avaient battue deux fois cette fois est plus rageante qu’elles se sont inclinées trois fois de justesse en autant de rencontres (76-80 a.p., 69-74 et 68-77 a.p.). Ce d’autant plus que des trois défaites, deux l’ont été après une, voire deux prolongations et que les écarts ont été faibles. L’Américaine de Winterthour Labrittney Jones (pivot de 185 cm) a inscrit 89 au total lors des trois matches. Pourtant, selon la meneuse et arrière shooteuse française Sabrina Palie, la joueuse la plus expérimentée de l’équipe, les Zurichoises ont quand même gagné en équipe et ce n’est pas tout… Il y a un autre facteur qui s’est avéré déterminant.

Sabrina Palie Meneuse et arrière de Genève Elite

 

Quoi qu’il en soit, le bilan est clairement positif ! D’ailleurs, la déception de l’élimination a vite été évacuée. Le palmarès 18-19 est eloquent pour les joueuses de Plan-les-Ouates: demi-finalistes des play-offs, finalistes de la SBL Cup (l’ex-Coupe de la Ligue) ; il n’y a que la Coupe de Suisse où ça s’est moins bien passé pour elles avec une élimination fin octobre en huitièmes de finales. Mais c’était face à Elfic Fribourg, les ogresses de la sphère orange féminine helvétique qui dévorent tout sur leur passage.

L’éclosion d’Emma Chardon

Difficile de rêver mieux! Surtout si on songe que cette équipe de Genève Elite devait en principe être reléguée à la fin de la saison dernière…
Et ce n’est pas tout ! Il y a eu un événement en forme de reconnaissance pour cette équipe : la sélection d’Emma Chardon ailière de 17 ans pour un camp d’entraînement de deux semaines aux Etats-Unis avec la NBA Academy. Un camp scruté par les entraîneurs des équipes universitaires américaines. Cette simple convocation est déjà une forme de reconnaissance pour tout le travail de formation effectué à Genève.

Sabrina Palie Meneuse et arrière de Genève Elite

 

Cette équipe a donc tout l’avenir devant elle.Reste à savoir ce qui lui manque encore pour franchir un cap supplémentaire et accéder, par exemple, à la finale du championnat. L’expérience, sans doute. Mais ces joueuses ont pu exprimer leur talent sans pression cette saison, car on ne les attendait pas si haut, et il y a un élément qui manque à cette formation genevoise pour y parvenir.

Sabrina Palie Meneuse et arrière de Genève Elite

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Les départements de la culture et des constructions visés par un audit

Publié

le

Le BGE avait déjà eu son propre audit, entraînant le départ de son directeur.

En Ville de Genève, les départements de Sami Kanaan et Rémy Pagani vont être passés au crible. C’est ce qu’a décidé hier le conseil municipal par 38 oui contre 23 non. Les refus émanant des rangs de l’UDC et les Socialistes.

Pour rappel, en mars 2018, Patricia Richard, conseillère municipale PLR et des deux indépendants Pierre Gauthier, Stéphane Guex-Pierre avaient formulé cette demande d’audit soupçonnant une «gestion dysfonctionnelle des ressources humaines dans le département municipal de la culture et du sport».

La demande avait ensuite été élargie au département des constructions, dirigé par Rémy Pagani.

En plénière, le magistrat socialiste, Sami Kanaan a expliqué qu’il n’avait rien contre un audit mais qu’il déplorait les méthodes de la commission des finances, les qualifiant de « gesticulations politiques ». Le PLR Simon Brandt, membre de cette commission et candidat au conseil administratif en 2020 répond:

Simon Brandt Chef de groupe PLR et candidat au Conseil administratif

Rappelons que Sami Kanaan est le seul membre de l’exécutif actuel à se représenter pour les municipales de 2020.

L’audit concernera donc aussi le département des constructions, dirigé par Rémy Pagani. Notamment suite à la lettre d’un corbeau adressée aux chefs de groupe. Comment Rémy Pagani voit ce futur audit?

Rémy Pagani Conseiller administratif

Le Municipal a voté un crédit de 100 000 francs pour financer ces audits.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Le Club Sport

A 17 ans, Paloma Mello nagera au Mondial sénior de natation artistique

Publié

le

Paloma Mello lors de la manche 2 des Worlds Series à Alexandropoulos [Photo Delphine Berenguer]

Elle a 17 ans et représente son club de natation artistique (nom remplaçant natation synchronisée depuis 2017) des Dauphins Synchro de Vernier depuis ses 6 ans. Paloma Mello a cette année franchi un cap avec une première participation au Championnat suisse élite qui se sont tenus le week-end du 13 au 14 avril dernier, le tout avec un certain succès puisqu’elle a remporté la médaille de bronze en solo tech (seule dans le bassin avec des figures imposées). Une médaille de bronze accompagnée d’une médaille d’or par équipe chez les juniores.

Deux semaines auparavant, Paloma Mello participait à la deuxième manche des World Series en Grèce, un mois d’avril chargé. Radio Lac a été à la rencontre de la jeune nageuse verniolane et de celle qui l’entraîne depuis 7 ans Delphine Berenguer.

Paloma Mello & Delphine Berenguer Dauphins Synchro Vernier

Sébastien Telley

Continuer la lecture

Actualité

Première réunion du nouveau comité de pilotage pour la patinoire

Publié

le

La fin du GSHC aux Vernets se rapproche lentement mais surement

Le projet de nouvelle patinoire a connu une petite avancée la semaine dernière avec une réunion du Comité de pilotage (CoPil) du projet.

Forcé de repartir de zéro suite à la nouvelle répartition des département, le CoPil a émis le préavis de ne se concentrer que sur l’emplacement de Trèfle-Blanc. En résumé, sous réserve d’un total renversement de situation venant du Conseil d’Etat, tout autre projet (emplacement de la voirie, parking des Vernets etc.) serait laissé tomber. Les explications du Conseil d’Etat à la tête du Département de la cohésion sociale Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

 

Le dernier projet en date est celui proposé par Olivier Plan, un projet 100% privé. Pour autant, le CoPil n’a pas encore retenu de modèle économique qui sera proposé au gouvernement genevois

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

 

« Il y aura un appel d’offres »

Cette première réunion du CoPil constitue donc une avancée dans ce dossier tortueux. Une avancée qui permet de formaliser: même si le projet d’Olivier Plan est actuellement le seul publiquement connu, un appel d’offres aura lieu pour cette nouvelle patinoire.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

Affaire à suivre…

 

 

Propos recueillis par Marie Prieur

Texte web: Sébastien Telley

Continuer la lecture

Actualité

Le Salon du Livre vous embarque dans son tram littéraire

Publié

le

C’est une nouveauté de l’édition 2019 du Salon du Livre.

Le vendredi 3 mai entre 18h et 19h, un apéritif sera servi dans l’un de ces anciens trams que vous avez probablement déjà vu passer si vous êtes un habitué du centre-ville genevois.

In vino veritas

Des vins de la région et des auteurs exclusivement suisses seront présentés. L’occasion de découvrir de la bonne littérature dans un environnement original. C’est en effet l’un des objectifs du Salon cette année : faire dialogue les lettres avec toutes les autres formes d’art, et sortir de la simple enceinte de Palexpo. Les places sont évidemment limitées, donc il faudra se dépêcher pour profiter de cette belle promenade.

Pour réserver vos places, c’est par ici.

Continuer la lecture