Rejoignez-nous

Actualité

Deal de rue: la stratégie du gouvernement a les faveurs des députés

Publié

,

le

La lutte contre le deal de rue et le renforcement des moyens policiers notamment ont été discutés mardi au Grand Conseil (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Grand Conseil vaudois a entamé mardi la problématique du deal de rue. Hormis des voix à gauche, les élus se sont montrés favorables au projet de loi du Conseil d'Etat visant à intensifier et mieux coordonner sa lutte contre la consommation et le trafic de drogues.

Le projet du gouvernement répond à dix interventions parlementaires. Il prône une stratégie globale et transversale contre le deal de rue axée sur la prévention, le sociosanitaire et la formation pour accompagner le volet répressif, avec comme maître-mot, la pluridisciplinarité. Le canton veut mettre davantage l'accent sur la demande, soit la consommation, tout en continuant à agir sur l'offre, soit la vente et le trafic de drogue.

Interdiction de périmètre critiquée

Dans l'ensemble, l'hémicycle a salué un projet reposant sur les quatre piliers de la stratégie nationale (prévention, traitement, réduction des risques et répression), à l'instar du PLR et de l'UDC. "Il était temps. Enfin des mesures concrètes (...). Il n'y a pas de prévention sans répression", a lancé le chef de groupe UDC Yvan Pahud.

Le Parti socialiste a lui souligné l'importance d'une approche systémique qui vise autant les trafiquants que les consommateurs, afin de lutter contre un milieu qui s'est "diversifié et banalisé", a dit son chef de groupe Jean Tschopp.

C'est la question de l'interdiction de périmètre pour les trafiquants arrêtés afin de réduire leur présence dans l'espace public qui a fait le plus discussion et nécessitera un deuxième débat la semaine prochaine. Cette interdiction sera d'abord signifiée verbalement pour 24h puis, si elle n'est pas respectée, par écrit jusqu'à trois mois au maximum, avant une dénonciation et une amende.

"Un joli principe, mais qui manque d'efficience", a résumé l'écologiste David Raedler. "Le trafic ne fera que se déplacer, il sera plus difficile de suivre les trafiquants et il y aura une perte de contrôle sur les autres mesures de la loi", a-t-il énuméré, citant les professionnels du milieu.

Article ambigu

La gauche radicale a pour sa part critiqué un article où la notion des mesures d'éloignement est "trop vague et trop floue", et qui pourrait ainsi ne pas cibler uniquement le deal de rue.

Les députés EP Vincent Keller et Hadrien Buclin se sont inquiétés de cette ambiguïté, notamment des termes "trouble à l'ordre public" et "importuner des tiers". Ils craignent que cet article puisse aussi s'appliquer à des manifestants, des musiciens de rue voire des enfants qui jouent au foot dans l'espace public. Il y a un risque "de dérives sécuritaires", selon l'un, et "que la police utilise ces mesures d'éloignement de manière indistincte", selon l'autre.

Le conseil d'Etat en charge de la sécurité Vassilis Venizelos a tenu à les rassurer. "Cette interdiction de périmètres est un nouvel outil, une possibilité supplémentaire, contre les trafiquants de drogue. Elle sera mise en oeuvre de manières proportionnée et nuancée", a-t-il promis. "Le but n'est pas d'engorger les tribunaux". "Cette nouvelle mesure ne va pas régler de manière catégorique et définitive le deal de rue mais l'apaiser", a-t-il dit.

Coût de 10 millions sur cinq ans

La nouvelle politique publique du cantron de Vaud de lutte contre le deal de rue s'inspire d'expériences dans d'autres cantons, notamment Berne et Zurich. Le coût total de la douzaine de mesures de ce plan d'action prévu sur cinq ans (2022-2026) s'élève à 10 millions de francs (2 millions par an). Ce programme compte par exemple renforcer la prévention en milieu scolaire.

Parmi d'autres mesures phares, il y a un dispositif de surveillance du marché des stupéfiants. Il s'agit d'un projet-pilote d'analyse des substances des drogues (qualité, composition, coupage, etc.) pour évaluer leur dangerosité et informer sur les risques.

L'idée est de cibler des lieux de fêtes - festivals, rave-party, etc - afin de proposer aux consommateurs d'analyser sur place les produits qu'ils s'apprêtent à utiliser avec un "laboratoire de poche" composé d'une lampe de poche haute technologie connectée à une tablette de la taille d'un smartphone (appareil "NIRLab").

Le marché vaudois de la drogue est particulièrement lucratif. Son chiffre d'affaires annuel se monte à 80 millions de francs en moyenne, pour quelque 40 millions de bénéfice. Quelque 3,5 à 5 tonnes de cannabis sont consommées chaque année par 25'000 à 35'000 individus. La cocaïne suit avec 500 kilos par an (14'000 consommateurs) et l'héroïne avec 200 kilos par an (2000 consommateurs).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Suisse

Pas de millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage samedi, 23,1 millions de francs seront en jeu. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 7, 13, 17, 19, 20 et 34. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 7 et le Joker le 591356.

Lors du prochain tirage samedi, 23,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Cyberattaque contre les CFF: données des clients pas concernées

Publié

le

L'exploitation ferroviaire et les données des clients n'ont pas été touchées par la cyberattaque, assurent les CFF. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Une cyberattaque a été perpétrée ce week-end contre les CFF. L'exploitation ferroviaire et les données des clients n'ont pas été touchées, assurent les Chemins de fer fédéraux. Ceux-ci ont déposé une plainte pénale.

Le porte-parole des CFF, Reto Schärli, a confirmé à Keystone-ATS la teneur d'un article paru mercredi soir sur le portail en ligne Watson. Il n'a pas souhaité s'exprimer plus en détail sur les auteurs de l'attaque. Des investigations sont encore en cours et la cyberattaque est analysée en collaboration avec des partenaires et les autorités fédérales, a-t-il dit.

Des cybercriminels ont diffusé des logiciels malveillants par courriel au cours du week-end et sont parvenus à s'introduire dans une partie du réseau d'entreprise des CFF, a expliqué le porte-parole.

La sécurité des collaborateurs de la société n'a toutefois pas été affectée, a déclaré M. Schärli. Par mesure de précaution, les niveaux de sécurité ont été augmentés, pour protéger à la fois les CFF et les données individuelles. Tous les employés ont par exemple dû changer leur mot de passe personnel.

Le site Internet des CFF avait déjà été piraté au printemps 2016, lorsqu'il était devenu inaccessible pendant une courte période. Mais les pirates n'avaient pas réussi à s'approcher du système de sécurité du trafic ferroviaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève veut abolir une injustice fiscale visant les parents séparés

Publié

le

© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le Conseil d'Etat genevois veut mettre fin à une inégalité fiscale qui touche les parents séparés ou divorcés qui assument à parts égales la prise en charge et l'entretien de leurs enfants. Il a transmis ce mercredi au Grand Conseil son projet de modification de la loi sur l'imposition des personnes physiques.

À Genève, un projet de loi du Conseil d'Etat veut corriger une injustice fiscale. Il s'attaque au traitement différent réservé aux parents séparés se partageant l’entretien et la garde des enfants à parts égales. Actuellement, lorsque des parents divorcés contribuent de manière identique à l’entretien de leur enfant, seul l’un des deux bénéficie d’une réduction de sa charge fiscale. Il s'agit souvent de celui qui gagne le moins. L’autre parent n’obtient aucun rabais d'impôt.  Un système considéré comme injuste par Nathalie Fontanet, conseillère d'Etat en charge des finances.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

Grâce aux nouvelles règles, les deux géniteurs seront placés sur pied d'égalité et chacun pourra revendiquer le droit à un "splitting" partiel (1,8) de son revenu imposable. Mais les conditions d'octroi de ce nouveau régime fiscal sont strictes comme l'explique Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

L'inégalité fiscale qui frappe les parents séparés qui assument équitablement les dépenses liées à leurs enfants est le sujet à propos duquel "j'ai reçu le plus de courriers depuis le début de mon mandat", a souligné Mme Fontanet. La mesure doit encore passer la rampe du Grand Conseil. À ce stade, il est difficile de calculer, l'impact qu'aura la réforme sur les rentrées fiscales de l'Etat de Genève.

Eviter les mauvaises surprises lors des impôts

Avec ce changement, un des parents paiera moins d'impôts alors que l'autre devra en payer un petit peu plus. Mais cela évitera toute mauvaise surprise au moment de calculer ses impôts selon Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

Selon les statistiques fédérales, en Suisse, 17% des parents séparés se partagent intégralement la prise en charge et l'entretien de leurs enfants. Le système que le gouvernement genevois entend mettre ne place pour abolir cette différence de traitement au niveau des impôts est pour le moment unique en Suisse.

Continuer la lecture

Suisse

Un téléscope spatial suisse fait une étonnante découverte

Publié

le

Etonnant découverte de téléscope spatial Cheops. (© KEYSTONE/SCIENCE PHOTO LIBRARY SPL/ATG MEDIALAB/EUROPEAN SPACE AGEN)

Le téléscope spatial suisse Cheops a découvert un nouvel anneau autour de l'astéroïde Quaoar, une observation qui place les astronomes devant une énigme. Situé à plus de 4000 km du centre de la petite planète, l'anneau se trouve à une distance inhabituellement élevée.

"Lorsque la ceinture d'un astéroïde est aussi éloignée, nous nous attendrions à ce que ses matériaux (composants) se fondent en l'espace de quelques décennies pour former une petite lune" (mais cela ne s'est pas produit, ndlr), a déclaré à Keystone-ATS le professeur d'astrophysique à l'Université de Berne Willy Benz, qui a participé à la découverte avec l'équipe de Cheops.

Les anneaux autour des planètes ou astéroïdes sont constitués de débris de roches et de glace. Ils se trouvent généralement en deçà d'une "distance théorique" de la planète (limite de Roche), qui représente la limite de fragmentation sous l'effet des forces de marée.

La découverte des chercheurs met à mal cette théorie. En effet, elle va à l'encontre de l'idée selon laquelle les anneaux ne pourraient survivre qu'à l'intérieur de cette limite de Roche, établie à 1780 km. "Cette acception doit être revue entièrement", indique mercredi un communiqué de l'Agence spatiale européenne (ESA). Dans le cas présent, l'anneau a été repéré à quelque 4100 km de la planète.

Mystère à éclaircir

Une des hypothèses pour expliquer cette anomalie serait que l'anneau découvert par Cheops est encore très récent, précise Willy Benz. Mais c'est très peu probable. Il se peut aussi que les matériaux de l'anneau soient plus élastiques que ce qui est convenu habituellement. "Ainsi, les parties auraient tendance à éclater, à s'éloigner plutôt qu'à s'agglutiner", précise le professeur.

Il est aussi possible que les particules bougent à une telle vitesse que leur fusion ne se produirait pas. De nouvelles analyses s'avèrent nécessaires pour élucider le mystère. En attendant, la découverte a été publiée dans la revue "Nature".

Quaoar est un objet massif de la ceinture de Kuiper découvert en 2002, d'un diamètre de 1250 km. Cette planète naine est 44 fois plus éloignée du soleil que la Terre.

Cheops, petit téléscope spatial développé conjointement par l'Université de Berne et l'ESA, avec une collaboration de l'Université de Genève, a permis de capter des signaux clairs et de découvrir la particularité du système d'anneaux de l'astéroïde. Le téléscope "patrouille" à une hauteur de 700 km au-dessus de la Terre et a pour mission d'étudier de près les exoplanètes déjà connues. Les astronomes s'efforcent notamment d'évaluer s'il existe des conditions permettant la vie sur une des planètes.

https://www.nature.com/articles/s41586-022-05629-6

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Andreas Sutter succède à Gérald Cretegny

Publié

le

Dans le canton de Vaud, Andreas Sutter remplacera Gérald Cretegny à la tête de la Fondation pour l’accueil de jour des enfants (image prétexte). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Changement à la tête de la Fondation d'accueil de jour des enfants (FAJE): Andreas Sutter, syndic de Tolochenaz (VD), succède à Gérald Cretegny qui a souhaité remettre son mandat à fin mars, après huit années de présidence.

Président du Conseil de fondation de la FAJE depuis le 1er janvier 2015, l'ancien syndic de Gland et ex-député Gérald Cretegny a compté parmi les pionniers du dispositif d’accueil de jour des enfants adopté en 2006, salue le Conseil d'Etat mercredi dans un communiqué. Durant son mandat, il n'a cessé de renforcer le rôle de la FAJE, notamment en accompagnant la révision de la Loi sur l'accueil de jour des enfants entrée en vigueur en 2018.

Pour remplacer Gérald Cretegny, le Conseil d'Etat a nommé Andreas Sutter qui prendra ses fonctions dès le mois d’avril 2023. Impliqué dans plusieurs organes intercommunaux et fin connaisseur du dispositif d'accueil de jour, il dispose de toutes les compétences pour assurer le bon développement de la Fondation, relève le communiqué.

Pour mémoire, la FAJE est financée par des contributions des communes, des employeurs ainsi que de l'Etat. Elle a pour mission, outre le subventionnement des réseaux d'accueil de jour existant dans le canton, d'évaluer les besoins, de coordonner l'organisation de l'accueil de jour et de favoriser la création de places.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture