Rejoignez-nous

Actualité

Courses en France: la publicité à Genève qui fait polémique

Publié

,

le

La photo publiée sur Facebook par Mauro Poggia a suscité plus de 430 commentaires.

Le conseiller d'Etat Mauro Poggia a dénoncé sur sa page Facebook une publicité incitant les Genevois à venir faire leurs courses de Noël à Annemasse. Il déplore un manque de tact dans un sujet sensible.

« Côté Annemasse : du bon, du beau, du vrai. Avec le tram, vos courses de Noël en centre-ville deviennent un jeu d’enfant » : cette publicité, que l’on peut voir sur un tram des TPG a fait bondir Mauro Poggia, conseiller d’Etat en charge notamment du département de l’emploi. Il l’a fait savoir en publiant sur Facebook une photo de la fameuse publicité, ce qui a provoqué des réactions par centaines. Le conseiller d’Etat dénonce un manque de tact au vu de la sensibilité du sujet et pointe du doigt tant l’agence de pub des TPG que de l’agglomération d’Annemasse. Mauro Poggia.

Mauro Poggia
Conseiller d'Etat - sécurité, emploi et santé
Mauro PoggiaConseiller d'Etat - sécurité, emploi et santé

Mauro Poggia précise qu'en aucun cas, il ne blâme les Genevois qui vont faire leurs courses de l'autre côté de la frontière.

Mauro Poggia
Conseiller d'Etat - sécurité, emploi et santé
Mauro PoggiaConseiller d'Etat - sécurité, emploi et santé

Le conseiller d'Etat souligne que si le sujet est autant sensible, c'est aussi et surtout en raison des difficultés rencontrées par les commerçants. Mauro Poggia.

Mauro Poggia
Conseiller d'Etat - sécurité, emploi et santé
Mauro PoggiaConseiller d'Etat - sécurité, emploi et santé

Maire d'Annemasse et par ailleurs président d'Annemasse Agglomération, Christian Dupessey se dit choqué par les propos de Mauro Poggia.

Christian Dupessey
Maire d'Annemasse
Christian Dupessey Maire d'Annemasse

Selon Christian Dupessey, le commerce se fait dans les deux sens.

Christian Dupessey
Maire d'Annemasse
Christian DupesseyMaire d'Annemasse

Du côté de la Fédération du commerce genevois, cette publicité déplaît, mais on ne la dénonce pas. Sa présidente, Sophie Dubuis, tient surtout à rappeler l’importance de consommer local en cette période de fin d’année.

Sophie Dubuis
Présidente de la Fédération du commerce genevois
Sophie DubuisPrésidente de la Fédération du commerce genevois

Les TPG, eux, précisent que leurs espaces publicitaires sont gérés par sa filiale TP Publicité SA (TP Pub), qui fonctionne en tant que régie publicitaire autonome. Le service de communication a pris position dans une réponse écrite:

"A propos du cas présenté, TP Pub indique avoir agi en toute légalité et en conformité avec ses conditions générales et ses clauses de déontologie.

Il est important de relever que TP Pub refuse en effet certains messages publicitaires.

Il s’agit cependant de messages publicitaires « pour le tabac », de messages publicitaires considérés comme étant « de mauvais goût, inesthétiques ou outranciers », de messages publicitaires « constitutifs d’actes de concurrence déloyale » ou encore de messages publicitaires « interdits par des dispositions » au niveau cantonal et fédéral.

Sur cette base, TP Pub précise que la teneur du message publicitaire dénoncé n’est pas de nature à être refusé selon ses clauses de déontologie. Et que cette campagne n’est pas contraire à l’ordre public."

 

Actualité

YB arrache un point à la dernière minute

Publié

le

YB a souffert face à Lucerne après l'expulsion de Martins (© KEYSTONE/THOMAS HODEL)

Lucerne a manqué de peu l'exploit samedi en ouverture de la 10e journée de Super League.

Les hommes de Fabio Celestini ont concédé l'égalisation à la 94e minute au Wankdorf face à Young Boys (1-1), qui pensait certainement cueillir aisément une cinquième victoire d'affilée en championnat.

C'est Nicolas Ngalameu qui a offert un point mérité à YB, reprenant sur la ligne un centre-tir de Meschack Elia au bout des arrêts de jeu. Le quadruple champion de Suisse en titre a survolé les débats (28 tirs à 7), même en s'étant retrouvé en infériorité numérique dès la 39e à la suite de l'expulsion de Christopher Martins.

Toujours en quête d'un premier succès dans ce championnat 2021/22, Lucerne avait ouvert la marque à la 30e. Marvin Schulz a alors transformé un penalty obtenu pour une faute de Martins, averti une première fois sur cette action. Les Lucernois n'avaient jusque-là pas adressé le moindre tir en direction de la cage bernoise...

Le FCL a ensuite fait le dos rond, résistant tant bien que mal à des assauts bernois parfois désordonnés. Poussé par plus de 20'000 supporters, YB a toutefois obtenu la récompense de ses efforts dans le temps additionnel, évitant une défaite qui aurait fait tache à quatre jours de la réception de Villarreal en Ligue des champions.

Zurich reprend les commandes

Zurich a pleinement profité de la contre-performance des Bernois, s'imposant 1-0 devant Lugano pour reprendre provisoirement la tête du classement. Une réussite d'Assan Ceesay (77e), idéalement servi par Marchesano, a permis aux FCZ de battre les "bianconeri" pour la cinquième fois consécutive.

Faciles vainqueurs de Sion avant la trêve internationale (6-2), les hommes d'Andre Breitenreiter fêtent surtout un deuxième succès d'affilée en championnat après avoir enchaîné quatre matches sans victoire. Ils comptent une longueur d'avance sur Bâle, qui ira défier le FC Sion de Paolo Tramezzani dimanche après-midi, et deux sur YB qui a un match en retard.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Pas de nouveau millionnaire samedi soir au Swiss Loto. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 4, 10, 11, 13, 28 et 32. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 5 et le Joker le 108143.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 2,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Dortmund leader provisoire

Publié

le

Haaland a signé un doublé samedi (© KEYSTONE/EPA/SASCHA STEINBACH)

Dortmund a pris provisoirement la tête de la Bundesliga samedi après une victoire 3-1 contre Mayence.

Le BVB, qui alignait Gregor Kobel et Manuel Akanji d'entrée, a forcé la décision sur un doublé de Haaland.

Au Borussia, Erling Haaland est revenu de blessure et le colosse norvégien a repris son histoire là où il l'avait arrêtée: avec neuf buts en six matches disputés, il reprend à Robert Lewandowski (Bayern) la tête du classement des buteurs, et place Dortmund tout en haut du classement avec 18 points.

Le podium pourrait être remanié dimanche, après le choc au sommet (15h30) entre les deux anciens co-leaders Leverkusen et Munich, tous deux à 16 points. Le vainqueur, s'il y en a un, prendra la tête avec un point d'avance. Dortmund restera seul leader en cas de match nul.

Dortmund a pris provisoirement la tête de la Bundesliga samedi après une victoire 3-1 contre Mayence. Le BVB, qui alignait Gregor Kobel et Manuel Akanji d'entrée, a forcé la décision sur un doublé de Haaland.

Au Borussia, Erling Haaland est revenu de blessure et le colosse norvégien a repris son histoire là où il l'avait arrêtée: avec neuf buts en six matches disputés, il reprend à Robert Lewandowski (Bayern) la tête du classement des buteurs, et place Dortmund tout en haut du classement avec 18 points.

Le podium pourrait être remanié dimanche, après le choc au sommet (15h30) entre les deux anciens co-leaders Leverkusen et Munich, tous deux à 16 points. Le vainqueur, s'il y en a un, prendra la tête avec un point d'avance. Dortmund restera seul leader en cas de match nul.

Mönchengladbach et sa colonie helvétique ont par ailleurs dû se contenter d'un nul (1-1) face à Stuttgart. La troupe d'Adi Hütter - lequel avait titularisé Sommer, Elvedi, Zakaria et Embolo - reste ainsi engluée dans le ventre mou, à 7 points de Dortmund.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Entre 800 et 1000 personnes contre le pass Covid à Lausanne

Publié

le

Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masque blanc. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Certains s'en sont pris directement au conseiller fédéral Alain Berset, appelant à sa démission ou le brocardant en dictateur. Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masques blancs, brandissant un drapeau suisse et des slogans: "les bergers mènent à la boucherie", avec une photo des sept conseillers fédéraux, ou encore "Non au pass nazitaire".

Des tracts étaient distribués sur le parcours pour encourager à voter non à la loi Covid, le 28 novembre. Certains manifestants, parfois drapés dans un drapeau suisse ou valaisan, rejetaient pêle-mêle masque, vaccin et pass sanitaire. La manifestation était autorisée. Elle s'est déroulée sans incident, ni déprédation, a indiqué la police de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Milliers de manifestants dans des villes suisses samedi

Publié

le

A Berne, un cortège entendait dénoncer samedi l'empreinte de l'extrême droite sur les manifs contre les mesures anti-Covid. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Des milliers de personnes ont à nouveau défilé contre les mesures anti-Covid samedi en Suisse, notamment à Lausanne, Lugano, Baden (AG) et Rapperswil-Jona (SG). A Berne, une contre-manifestation était au programme. Les rassemblements se sont déroulés sans heurt.

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Cortèges dans le calme

A Lugano, à l'appel de l'association "Amis de la Constitution", environ 400 personnes opposées aux mesures anti-Covid ont protesté samedi après-midi. La manifestation, la troisième organisée au Tessin après celle de Bellinzone et Locarno, s'est déroulée dans le calme.

Les manifestants ont défilé le long des quais du lac et se sont dirigés vers le centre-ville. Intitulée "Homo pandemicus, quo vadis", la protestation avait aussi pour but de dire non à la loi Covid 19 en votation le 28 novembre prochain : "Obligation de la vaccination pour tous ? Non à un endurcissement extrême et inutile de la loi Covid" pouvait-on lire sur une banderole.

En Suisse alémanique, à Rapperswil-Jona, près de 3000 personnes ont défilé jusqu'au lieu de rendez-vous, un parking à côté de la patinoire locale, où des discours ont eu lieu. L'organisateur "Aktionsbündnis Urkantone" ("Alliance en action des cantons originels") avait annoncé que le rassemblement durerait jusqu'en soirée.

A Baden, ils étaient 1500, selon la police, à manifester contre les mesures prises par les autorités, accompagnés des désormais traditionnels "Freiheitstrychler". Le cortège était autorisé et n'a pas donné lieu à des violences, selon la police. La plupart des manifestants ne portaient pas de masques, a constaté sur place un journaliste de l'agence Keystone-ATS.

Contre-démo à Berne

Dans la capitale fédérale, ce sont quelque 300 personnes de la nouvellement créée Alliance solidaire de Berne qui ont battu le pavé samedi après-midi sous le slogan "Solidaires pour sortir de la crise - solidaires contre la droite". La plupart des participantes et participants portaient un masque.

Le groupement de gauche entendait lancer un signal contre les manifestations du mois passé, marquées à leurs yeux par l'extrême droite. Si la manifestation n'était pas autorisée, elle a été encadrée par la police, qui n'a pas eu à intervenir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture