Rejoignez-nous

Coronavirus

L’appel des Radios Régionales Romandes à la Confédération

Publié

,

le

Privées de publicité pour cause de Covid-19, les radios régionales romandes veulent se faire entendre à Berne. Cette semaine, elles en appellent aux parlementaires pour attirer l’attention du Conseil Fédéral. Face à cette situation exceptionnelle, une réserve financière existe dans les caisses de l’OFCOM (Office fédéral de la communication). Pourtant la Confédération n’est, pour l’instant, pas décidée à débloquer ces fonds. Il y a urgence, en dépit des mesures de chômage partiel (RHT), la prolongation des mesures sanitaires risque d’étouffer ces médias dont les radios lémaniques qui remplissent plus que jamais leurs obligations sans toucher la redevance. Grand entretien avec Philippe Zahno, le président des Radios Régionales Romandes.

 

 

Radio Lac: Subitement la situation économique des Radios Régionales Romandes s’est dégradée, quel est votre constat aujourd’hui?

Philippe Zahno: La situation des radios romandes est identique à celle des autres médias, elle est quasi dramatique dans la mesure où elles ont perdu énormément de publicités, pour certaines on en est à 95 % d’annulation de publicités et vous pouvez imaginer ce que cela signifie pour une entreprise lorsqu’elle perd 95% de ses revenus. Donc c’est extraordinairement compliqué, c’est d’autant plus dramatique que les radios sont très écoutées du fait de la crise du Coronavirus et qu’elles remplissent leur rôle de service public régional. A l’heure actuelle, elles sont toutes en train de lutter tous les jours pour faire en sorte que des émissions soient diffusés avec extrêmement peu de revenus. 

Philippe Zahno
Président des Radios Régionales Romandes
Philippe Zahno Président des Radios Régionales Romandes

Quelles actions engagez-vous à Berne?

Nous avons déposé, il y a deux semaines déjà, une lettre globale pour les médias. Nous avons demandé une douzaine de millions de francs pour les radios régionales suisses, neuf millions pour les télévisions, un soutien beaucoup plus important pour la presse écrite afin que la distribution postale ne soit pas subventionnée à moitié mais complètement. Malheureusement, le Conseil Fédéral n’est pas entré en matière pour une raison qui est la sienne, c’est-à-dire qu’il ne veut pas subventionner, il ne veut pas donner des fonds perdus pour les médias. Les autres mesures que le Conseil Fédéral a prise sont des garanties, sont des choses comme celles-là, mais il ne veut pas donner d’argent. Pour nous c’est très compliqué tout simplement parce qu’il n’y a pas d’argent qui rentre dans la caisse alors que le travail continu. Si on prend l’exemple des magasins d’alimentation ou les pharmacies, ils travaillent, mais ils encaissent. Pour les radios à l’heure actuelle on leur demande de travailler mais elles n’encaissent plus rien. Donc à un moment donné les caisses sont vides et si on ne bouge pas d’une manière ou d’une autre à Berne, on va se retrouver devant des cessations d’activité tout simplement. 

Philippe Zahno
Président des Radios Régionales Romandes
Philippe Zahno Président des Radios Régionales Romandes

La Confédération est-elle consciente de cette situation exceptionnelle?

Si on veut aujourd’hui que l’information circule, que la démocratie circule, que les gens soient informés par rapport à ce que demande les autorités sur les comportements, sur les exemples à suivre où ne pas suivre, les médias sont complètement indispensables. Or, les médias ne vivent pas d’air et d’eau, ils vivent de revenus. Les revenus sont en général publicitaires, quelques radios bénéficient d’une part de redevance, en particulier dans les cantons périphériques et là elles ont peut-être un petit matelas supplémentaire. Mais là aussi ce n’est pas suffisant et nous allons continuer la bataille à Berne. Nous allons sans doute faire intervenir ou demander une intervention de parlementaires fédéraux afin qu’ils convainquent la Conseil Fédéral. Sans eux, la population n’est pas informée, sans eux, la voix du Conseil Fédéral n’est pas entendue.

Philippe Zahno
Président des Radios Régionales Romandes
Philippe Zahno Président des Radios Régionales Romandes

L’OFCOM dispose tout de même de réserves financières pour ce type d’événements hors norme, qu’en est-il?

Je crois qu’on a jamais envisagé qu’on arrêterait le système ou presque l’entier du système. A l’OFCOM non plus, pas plus qu’ailleurs, on a pris en compte un scénario aussi profond que celui-ci. Cela dit, il y a à l’OFCOM un fond de fluctuation qui est prévu pour des périodes compliquées. A l’heure actuelle le Conseil Fédéral ne veut pas débloquer ce fond de fluctuation qui compte environ 34 millions de francs. Là aussi on essaye de convaincre l’administration et le Conseil Fédéral d’utiliser ce fond. Il existe, il y a pas d’argent à chercher en faveur des radios et des télévisions régionales. 

Philippe Zahno
Président des Radios Régionales Romandes
Philippe Zahno Président des Radios Régionales Romandes

Certaines radios romandes ne touchent pas la redevance, c’est le cas des radios privées lémaniques telles que Radio Lac, LFM, One FM. Pour quelle raisons?

En Suisse romande, les radios sont supportées grâce à une part de redevance parce que les marchés publicitaires sont insuffisant pour faire vivre les radios. Ce n’est pas le cas sur Lausanne et Genève en temps normal, mais on voit aussi qu’en temps de crise comme aujourd’hui, ce sont les radios des villes qui souffrent le plus parce qu’elles n’ont pas ce soutien. Donc c’est possible d’aider l’ensemble des médias y compris les radios de Lausanne et Genève qui sont dans une situation extrêmement difficile et qui jouent pleinement leur rôle de service public régional. 

Philippe Zahno
Président des Radios Régionales Romandes
Philippe Zahno Président des Radios Régionales Romandes

Pourtant aujourd’hui, ces radios relaient activement les messages utiles de la Confédération ou des autorités cantonales?

C’est une forme d’injustice, c’est complètement clair. D’une part, la Confédération demande, aux radios en particulier, d’être actives en cas de crise. Les radios jouent un rôle de relais, les radios transmettent les messages des accidents sur les routes, les alarmes à la population et elles ne touchent strictement rien pour cela. Pas un centime. Aujourd’hui on est dans cette situation qu’on a pas vu venir, mais il est clair qu’il faudra en tirer les leçons à l’avenir et bénéficier de moyens financier quelque part à la Confédération qui soient disponibles dans des cas comme celui-ci. On a bataillé pour que l’ensemble des radios puissent être soutenues. Le Conseil Fédéral ne nous a pas entendus. Nous voulons que l’ensemble des radios, qu’elles reçoivent une quote-part de la redevance ou pas, soient toutes soutenues. 

Philippe Zahno
Président des Radios Régionales Romandes
Philippe Zahno Président des Radios Régionales Romandes

 

 

 

1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Radios régionales romandes: à l'aide ! | UPF-Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Les opérations de chirurgie ont repris aux HUG

Publié

le

Photo Archives (KEYSTONE/Laurent Darbellay)

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont repris les opérations de chirurgie depuis la mi-janvier. Ils gardent toutefois une réserve de 229 lits dédiés au Covid.

« Treize blocs opératoires, sur 22, sont à nouveau ouverts », indique le directeur de l’établissement Bertrand Levrat dans une interview publiée mercredi dans La Tribune de Genève. Et d’ajouter que 1300 personnes attendent une opération qui a dû être reportée.

M. Levrat détaille en outre la répartition des 229 lits réservés pour les patients Covid: 10 aux soins intensifs, 22 en soins intermédiaires, 135 en soins aigus et 62 en réadaptation. « Nous comptons les garder jusqu’à la fin du printemps au moins », précise-t-il.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture

Coronavirus

Le Conseil d’Etat genevois est remonté contre la Confédération

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Le Conseil d’Etat genevois a exprimé mercredi sa colère suite aux annonces du Conseil fédéral. Le canton a dénoncé le manque d’aide financière de la Confédération. En revanche, il salue l’élargissement des bénéficiaires potentiels. 

Un Conseil Fédéral Picsou. C’est en ces termes que s’est exprimée la conseillère d’Etat genevoise chargée des finances Nathalie Fontanet. Le Conseil d’Etat genevois a tenu ce mercredi un point presse en réaction aux mesures prises par le Conseil Fédéral. Si le gouvernement du bout du lac salue l’assouplissement des critères pour les cas de rigueur, en revanche il s’est dit choqué qu’aucun montant fédéral supplémentaire ne soit versé. Une décision qui met très en colère la Conseillère d’Etat en charge des finances Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet
Conseillère d'Etat en charge des finances
Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances

 

340 millions pour six mois

Ainsi, ce sera au canton de payer. Selon Mme Fontanet, Genève qui avait fermé les commerces et des restaurants en novembre a déjà commencé à indemniser. Avec l’assouplissement des conditions d’accès aux aides annoncé mercredi par le Conseil fédéral, 4000 entreprises pourraient être concernées à Genève, ce qui correspond environ à 340 millions de francs pour les six premiers mois de 2021. Une responsabilité que le gouvernement genevois est prêt à assumer comme l’explique Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet
Conseillère d'Etat en charge des finances
Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances

Le Conseil d’Etat présentera la semaine prochaine un projet de loi global qui prend en compte toutes les entreprises qui ont été touchées directement ou indirectement par les fermetures imposées par les autorités. Jusqu’à présent les lois ciblaient des secteurs particuliers.

Des mesures préventives

Les mesures actuelles, notamment la fermeture des restaurants, des centres sportifs, de loisirs et de culture, ont été prolongées jusqu’à fin février. Dès lundi, les commerces et les marchés vendant des biens non essentiels leur emboîteront le pas. Les marchandises pourront cependant être commandées à l’avance et récupérées sur place. Les restrictions horaires et dominicales pour les magasins vendant des biens de consommation courante, et les kiosques sont en revanche levées. Pour Mauro Poggia, Conseiller d’Etat en charge de la santé, ces mesures porteront leurs fruits.

Mauro Poggia
Conseiller d'Etat en charge de la santé
Mauro Poggia Conseiller d'Etat en charge de la santé

ATS avec MH

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse renoue avec le semi-confinement!

Publié

le

Photo archives KEYSTONE/Anthony Anex

Commerces non essentiels fermés, télétravail obligatoire, réunions privées restreintes!

le Conseil fédéral a adopté mercredi une série de nouvelles mesures pour lutter contre le coronavirus. La Suisse reprend ainsi la route du semi-confinement.

Les mesures étaient dans l’air. Face à la levée de boucliers de certains milieux politiques et économiques, leur sort était toutefois incertain. Mercredi, le Conseil fédéral a décidé de serrer drastiquement la vis.

Crainte des variants

La situation épidémiologique reste extrêmement tendue, souligne le gouvernement dans un communiqué. Le nombre d’infections, d’hospitalisations et de décès stagne à un très haut niveau. Et l’apparition de nouveaux variants du coronavirus, beaucoup plus contagieux, laisse craindre une nouvelle recrudescence des cas qui serait difficilement contrôlable.

Les contacts doivent être réduits afin de freiner leur propagation. Le Conseil fédéral a donc décidé de prolonger jusqu’à fin février les mesures prises en décembre, notamment la fermeture des restaurants, des centres sportifs, de loisirs et de culture.

A partir de lundi, les commerces et les marchés vendant des biens non essentiels leur emboîteront le pas. Les marchandises pourront toutefois être commandées à l’avance et récupérées sur place. Les restrictions horaires et dominicales pour les magasins vendant des biens de consommation courante, les stations d’essence et les kiosks sont en revanche levées.

Employés à risque mieux protégés

Plusieurs mesures ont également été prises concernant le travail. Le télétravail sera obligatoire partout où c’est possible sans efforts disproportionnés. L’entreprise ne sera tenue à aucune indemnisation pour les frais d’électricité ou de loyer, la situation étant seulement temporaire.

Les employés, devant malgré tout se rendre sur place, devront porter un masque s’ils sont plusieurs dans un même bureau. La distance minimale entre les postes de travail ne suffit plus. Un employé ne sera dispensé de cette obligation que s’il dispose d’une attestation délivrée par un médecin ou un psychothérapeute.

Les personnes à risque devront quant à elles être mieux protégées. Le droit au télétravail ou à une protection équivalente sur le lieu de travail ou encore à un congé est introduit. Si les employés à risque ne peuvent pas être suffisamment bien protégés, ils pourront rester chez eux et recevoir la totalité de leur salaire.

Le Conseil fédéral a encore décidé de restreindre les réunions privées à cinq personnes, adultes ou mineures, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Coronavirus

Covid-19 : Swissmedic autorise le vaccin de Moderna

Publié

le

Swissmedic dit oui à l’utilisation du vaccin développé par Moderna. Il s’agit du deuxième vaccin contre le coronavirus autorisé en Suisse. Cette annonce mardi intervient moins d’un mois après le feu vert donné au premier vaccin, développé par Pfizer/BioNTech.

La décision suisse survient peu après celle prise par Bruxelles mercredi dernier le 6 janvier. La Suisse a commandé jusqu’ici trois millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech, autorisé juste avant Noël le 19 décembre par Swissmedic, et réservé 7,5 millions de doses du vaccin Moderna. Près de 5,4 millions de doses sont encore assurées par AstraZeneca.

La campagne de vaccination lancée avant Noël tente de juguler cette pandémie, qui connaît un nouvel essor, entraînant un énième confinement dans plusieurs pays.

Source: ATS

Continuer la lecture

Coronavirus

L’impact du covid-19 sur les entreprises suisses

Publié

le

Sponsorisé

À l’instar des autres grandes économies mondiales, la Suisse est aussi touchée par la crise du coronavirus. Depuis le 25 février 2020, date à laquelle le premier cas confirmé a été détecté jusqu’à ce jour, l’économie de la Confédération helvétique a relativement bien résisté. Cependant, on note quelques difficultés au niveau des petites et moyennes entreprises qui font la force du pays. Arrêt temporaire chez certains groupes, ralentissement des activités chez d’autres, faisons le point sur l’impact du Covid-19 sur les entreprises suisses.

Les difficultés de paiement auxquelles font face les entreprises

En Suisse, les PME spécialisées dans l’exportation sont les plus touchées par les retombées du Covid-19. En effet, les difficultés se situent notamment au niveau de la chaine d’approvisionnement et des ventes à l’international. D’après une étude réalisée par l’association Swiss Export, une PME sur six, risque de faire faillite si les difficultés de paiement ne sont pas affrontées de manière efficace. D’ailleurs, le conseil fédéral rappelle dans une récente intervention que la réduction du nouvel endettement provoqué par la crise sanitaire de 2020 ne sera pas dans l’immédiat.

Par ailleurs, la pandémie du coronavirus a engendré un recul significatif des heures de missions des télétravailleurs. Dans la majorité des secteurs, on note une baisse importante de la productivité. Selon les statistiques, au moins un travailleur sur trois a connu un chômage partiel en raison des difficultés de paiement.

De façon générale, l’impact du Covid-19 sur les sociétés suisses est profond. Pour le moment, le commerce de détail, la restauration et les secteurs culturels et sportifs sont les plus affectés par la situation actuelle. À noter que l’industrie des machines et de l’électronique est également touchée. Dans la plupart des entreprises, le retour à la normale est lent. En outre, l’usage du cash disparait progressivement des méthodes de transaction. Désormais, les consommateurs préfèrent faire leurs achats en ligne, ce qui profite largement au géant de l’e-commerce.

Sur les six semaines du confinement général, la facture se montait à près de 18 milliards, selon les informations livrées par l’institut de recherche conjoncturelle. Comme c’est le cas depuis quelques années, la productivité est stagnante dans presque toutes les économies développées. Avec la situation du coronavirus, les entreprises peu rentables qui fonctionnaient grâce au crédit presque gratuit pourraient finir par mettre les clés sous la porte. Selon les statistiques internes en fin d’année 2020, la majorité des sociétés clientes de notre fiduciaire ont enregistré une baisse d’au moins 35 % du chiffre par rapport à 2019.

Le deuxième confinement

D’après les statistiques, la Suisse romande est l’une des zones les plus touchées par le Covid-19 en Europe. Chaque jour, cette partie du pays compte des centaines de décès. C’est d’ailleurs ce qui pousse le gouvernement à prendre des mesures plus ou moins strictes pour contrer le mal. Signalons toutefois que ces mesures ne sont pas suivies de la même manière dans toute la Confédération helvétique. Dans le canton de Genève par exemple, on constate un confinement presque total. En revanche, on note une souplesse dans l’application des mesures barrières dans le canton de Vaud.

Dans l’ensemble, on note un manque de cohésion en fin d’année 2019 entre les cantons suisses en ce qui concerne les décisions du confinement. Nous en voulons pour preuve le fait que les coiffeurs étaient ouverts dans le canton de Vaud et étaient fermés dans le canton de Genève. Dans les autres cantons, les citoyens continuent de porter le masque de protection et de faire le lavage des mains. Cependant, on constate un relâchement quasi total en ce qui concerne la distanciation sociale.

Le 24 octobre passé, des centaines de personnes s’étaient réunies à l’occasion du 50e anniversaire du centre commercial Tivoli. Il est à noter que cet évènement devrait avoir lieu au printemps, mais avait été repoussé à cause du premier confinement. Critiqués sur les réseaux sociaux pour cette célébration qui intervient en pleine crise sanitaire, les organisateurs de l’évènement se sont défendus en ces termes : « Nous avons mis sur pied un concept de protection particulier pour protéger les gens, mais il est vrai que nous avons sous-estimé l’instinct grégaire et l’appât du gain des visiteurs. »

Le 25 octobre, le directeur de l’hôpital du Valais romand, à Sion, prévient la population que la capacité d’accueil du centre sera atteinte dans les prochains jours avec le rythme accéléré des admissions en soins intensifs. Par ailleurs, il prévient qu’il se pourrait que certains malades soient transférés à l’extérieur, et même dans d’autres cantons, ce qui serait la première fois dans l’histoire de l’établissement. Il poursuit en faisant comprendre que le personnel médical est épuisé et inquiet.

Les mesures d’aide sont insuffisantes

Face au Covid-19, le gouvernement a pris différentes mesures de protection. Il y a quelques semaines, Berne plaçait près d’une soixantaine de pays étrangers en « liste rouge ». Concrètement, tout citoyen suisse qui revient de l’un de ces pays devrait se mettre automatique en quarantaine pendant un temps pour limiter la propagation du virus. Malheureusement, cette mesure n’a pas suffi pour empêcher l’augmentation des cas confirmés et des décès. Désormais, la Suisse est devenue un territoire à haut risque. Sur les cartes montrant l’évolution de la pandémie, la Confédération suisse arbore un rouge sombre, signe du retournement de situation. Par conséquent, les pays voisins ont arrêté leurs interactions avec les Suisses.

À l’instar d’autres pays, la Suisse a adopté des mesures afin d’aider les particuliers et les entreprises. Cependant, on constate que certains secteurs d’activité souffrent plus que d’autres. C’est le cas par exemple de la restauration, du tourisme de luxe et de l’évènementiel. Par ailleurs, aucune aide n’est prévue pour le paiement des loyers des commerces fermés en raison du Covid-19. La mesure RHT, seule aide existante, exclut les dirigeants des entreprises, ce qui n’est pas apprécié par tout le monde. Sur l’ensemble du territoire suisse, les entrepreneurs déploient l’absence d’un deuxième crédit Covid-19.

Quelles seront les conséquences pour les années à venir

D’après une étude menée par une association spécialisée en économie, 88 % des entreprises suisses ont été négativement affectées par la pandémie du Covid-19. Selon la même source, un quart d’entre ces entreprises ont connu une baisse de leur chiffre d’affaires à hauteur de 70 % par rapport aux données recueillies l’année dernière à la même période. Sur l’ensemble du territoire sur, 32 % des entrepreneurs estiment que leur société est menacée par la faillite. En revanche, 43 % trouvent que les mesures économiques mises en place par le gouvernement sont suffisantes pour éviter le pire. Dans tous les cas, l’impact du Covid-19 est visible un peu partout.

Tenant compte des mesures prises par Berne pour ralentir l’expansion du coronavirus sur le sol suisse, les experts pronostiquent une augmentation importante du chômage. Selon eux, la moyenne annuelle du taux de chômage sera de 3,9 % dans les années à venir. De son côté, le Secrétariat de l’État à l’économie prévoit deux scénarios possibles : une croissance en V ou une croissance en L. Dans tous les cas, l’économie suisse va subir les conséquences des mesures de lutte contre le coronavirus pour un peu de temps encore. D’ailleurs, les économistes tablent sur une récession très sévère.

Face à la crise du coronavirus, les entreprises suisses sont fortement menacées. Si rien n’est fait, on pourrait assister à une faillite générale des petites et moyennes entreprises sévèrement touchées par le Covid-19. À noter que les grands groupes ne sont pas tous épargnés. En effet, certaines entreprises du secteur des transports, des loisirs et du tourisme pourraient bien fermer leurs portes dans les années à venir.

Heureusement, les grandes entreprises suisses bénéficient généralement de moyens plus considérables que les petites entreprises. Elles pourront donc survivre à une récession, peu importe son ampleur. Selon les pronostics, les entreprises qui ont fait faillite et qui possèdent un statut juridique de SA et SARL dont la responsabilité est limitée au capital de l’entreprise vont créer de nouvelles entreprises afin d’éviter d’assumer les dettes cumulées pendant la crise du Covid-19. Pour une création d’entreprises, vous pouvez bénéficier d’une assistance professionnelle et personnalisée pour la réussite de votre projet.

À l’instar d’autres secteurs, l’industrie suisse des technologies de l’information et de la communication n’échappera pas non plus aux conséquences du Covid-19. D’ailleurs, certaines entreprises du secteur des TIC ressentent déjà l’impact de la crise. Dans une récente publication, l’association Swico annonce que tous les segments du secteur de l’informatique et des télécommunications connaitront une baisse significative des commandes, des revenus et également des marges brutes.

Compte tenu de l’impact de la crise du Covid-19, les entrepreneurs ne vont plus opter pour les entreprises individuelles dans les années à venir. Sachant que les dettes de l’entreprise sont liées au patrimoine privé, ils préféreront les SA et les SARL. Vous pouvez demander conseil à des experts pour le choix du statut juridique de votre entreprise.

En résumé, l’apparition du Covid-19 n’est pas sans conséquence sur les entreprises suisses. Si des aides publiques sont déployées pour alléger la peine des entrepreneurs et favoriser un retour à la normale, il faut dire que la Confédération helvétique attend toujours une sortie de crise. S’agit-il d’une crise qui cache une autre crise ? Seul le temps nous le dira. Pour le moment, on sait qu’il faudra beaucoup de patience et un travail stratégique pour relancer progressivement les activités économiques.

Continuer la lecture