Rejoignez-nous

Coronavirus

La fièvre des réseaux sociaux : Le chanteur Raphaël interrompu par sa femme et son fils en plein live !

Publié

,

le

Sur les réseaux sociaux, beaucoup d’artistes donnent des concerts en direct pour continuer de divertir leurs fans. Mais tout ne se passe pas toujours comme prévu. C’est ce qui est arrivé au chanteur Raphaël qui s’est vu interrompre en plein direct par les membres de sa famille, non pas une mais bien trois fois !

La fièvre des réseaux sociaux Le chanteur Raphaël interrompu par sa famille en plein live Facebook !

Comme vous le savez surement, le télétravail apporte son lot d’inconvénients au quotidien en particulier si vous n’êtes pas tout seul chez vous ou si vous avez des enfants. Jongler entre le travail, l’école à la maison, les tâches ménagères… ce n’est pas toujours facile. Et ça, personne n’y échappe, pas même les stars. C’est ce dont le chanteur Raphaël, bien connu pour son titre Caravane, s’est rendu compte la semaine dernière alors qu’il a été interrompu à plusieurs reprises par sa famille pendant ses lives sur Facebook.

 

Raphaël interrompu en plein direct par sa femme.

Comme beaucoup d’artistes, le chanteur de Caravane a décidé de continuer à partager sa musique avec ses fans via des lives Facebook réguliers sur sa page.
C’est au cours d’un de ces lives, le 7 avril dernier, que le chanteur a été interrompu par sa compagne, l’actrice Mélanie Thierry (Largo Winch, Babylon A.D.). Une scène amplement relayée sur les réseaux sociaux.

On y voit le chanteur, guitare à la main, se produisant face à sa webcam lorsque la voix de sa femme se fait entendre.

« Je suis en direct sur un truc Facebook, arrête de m’interrompre… », lui demande alors le chanteur.

« Bah ouais, mais c’est pas une heure… T’es dans la cuisine, je dois faire à bouffer ! », lui rétorque la comédienne.

Les joies du télétravail comme on dit ! Mais cela ne s’est pas arrêté là pour Raphaël.

« Mais à qui tu parles ? » Le fils de Raphaël l’interrompt à son tour pendant un direct.

Lors d’un second live, c’est son fils qui a interrompu le chanteur, lui demandant simplement « Mais à qui tu parles ? ». Une question à laquelle Raphaël a répondu, non sans humour, qu’il parlait tout seul et que c’était là une des conséquences du confinement.

Bien entendu, l’extrait vidéo de ce moment a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux et a suscité de beaucoup de réactions. Les internautes ont souligné le côté mignon de la situation mais ont également félicité le chanteur pour sa réaction très zen et son sens de l’humour.

Lors d’un troisième live, le fils de Raphaël a fait son retour. Cette fois, il veut dire bonjour et s’incruste dans la vidéo malgré la réticence de son père.

On ne peut que compatir avec le chanteur car nous savons qu’il est parfois bien compliqué de conjuguer vie de famille et télétravail. La prochaine fois que votre petit dernier viendra vous demander de l’aide en pleine visioconférence avec votre patron, vous penserez à Raphaël! Car en même temps, ça nous fait du bien de voir que nous sommes tous dans le même panier, y compris les stars. Et ces moments sont aussi emplis de joie et de partage avec nos enfants.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

SwissCovid peine à convaincre les Suisses

Publié

le

Un sondage de Comparis montre que plus de la moitié de la population en Suisse (56%) n’entend pas installer SwissCovid. La majorité des sondés ne croit pas à son utilité. Ils apprécient d’autres applications pour simplifier leur vie depuis l’arrivée du virus.

Avec 63% de non, la part des réfractaires est la plus importante chez les plus de 60 ans. Mais même chez les moins de 30 ans, plus de 52% refusent l’application de la Confédération. Ceci alors que presque 90% des personnes interrogées utilisent au moins une fois par semaine une application sur leur téléphone portable.

Selon l’expert du comparateur en ligne Jean-Claude Frick, c’est « désastreux », puisqu’il faudrait une participation de la population la plus large possible pour déployer un effet optimal de l’application de traçage. Les experts parlent d’au moins 60%.

« L’ignorance sur la fonction et la sécurité de l’application est un obstacle important. La Confédération doit impérativement mieux informer », estime le spécialiste en numérisation. Le sondage a été mené à la fin du mois de juin auprès de 1000 personnes de toutes les régions de la Suisse.

Le nombre d’activations de l’application stagne depuis samedi. Il est passé de 1’015’293 à 1’016’899 mardi, soit une hausse de 1606. SwissCovid avait été activée par plus de 560’000 personnes le jour de son lancement le 25 juin.

Si une majorité des sondés ne souhaitent pas utiliser l’application, d’autres personnes n’en ont pas le droit. C’est le cas notamment des employés de l’hôpital de St-Gall. Comme ces derniers sont quotidiennement en contact avec des patients présentant des symptômes, l’hôpital craint de trop nombreuses fausses alertes et les absences du personnel qui en résulteraient.

Simplifier le quotidien

Les Suisses ne sont cependant pas entièrement réfractaires aux applications destinées à simplifier leur vie depuis l’apparition du coronavirus. Près de 25’000 clients de discothèques ont téléchargé un pass numérique permettant aux organisateurs de soirées de collecter les informations de contact de tous les participants et ce de manière sécurisée.

Les gourmets et les assoiffés peuvent eux télécharger depuis vendredi dernier Eat’s me. Cette application simplifie leur passage dans leurs établissements préférés, pour autant que ces derniers aient téléchargé son pendant Eat’s you.

« La demande vient des quatre coins de la Suisse », a indiqué mercredi à Keystone-ATS Mikaël Zennaro, co-directeur de l’entreprise qui a réalisé les deux applications. En plus des restaurants, des barbiers, des ostéopathes et des sociétés actives dans le tourisme l’utilisent. Plus de 2000 téléchargements ont été comptabilisés le premier week-end.

Le client qui active Eat’s me entre les coordonnées exigées qui sont ensuite intégrées dans un code QR. Le personnel d’un établissement qui utilise Eat’s you n’aura alors qu’à scanner le code de chaque nouvel arrivant. Le départ des clients est aussi relevé.

Continuer la lecture

Coronavirus

Les USA quittent l’OMS

Publié

le

Les Etats-Unis l’avaient annoncé: ils quittent l’OMS. Le président américain, Donald Trump, a lancé la procédure de retrait. Parallèlement, le président brésilien, Jair Bolsonaro a été testé positif au coronavirus. 

Le président américain Donald Trump a indiqué avoir notifié le retrait américain de l’OMS. Il avait accusé l’organisme onusien d’avoir tardé à réagir après l’apparition du virus en Chine en décembre afin de ménager Pékin.

Deuxième pays le plus touché après les Etats-Unis, le Brésil recense plus de 66’000 morts mais son président, Jair Bolsonaro, même malade, reste défiant. « Je vais parfaitement bien », a dit à la télévision M. Bolsonaro, 65 ans, après avoir annoncé le résultat positif de son test au Covid-19.

Transmission aérienne

Il a précisé suivre un traitement à base de l’azithromycine (un antibiotique) et de l’hydroxychloroquine, un médicament controversé, un temps adopté par Donald Trump mais dont l’OMS a fini par conclure qu’il n’avait aucun effet bénéfique.

Une étude française, publiée mardi, fait valoir que les patients traités « au long cours » avec de la chloroquine ou de l’hydroxychloroquine, notamment pour des maladies auto-immunes, n’ont pas été moins touchés par des formes graves de Covid-19 durant l’épidémie.

Parallèlement, l’OMS a mis en garde sur la probable capacité du virus à se transmettre par voie aérienne, soit de manière beaucoup plus contagieuse qu’initialement envisagé.

L’épidémie « s’accélère »

L’épidémie « s’accélère » avec 400’000 nouveaux cas enregistrés au cours du week-end dernier, a également averti l’OMS. « En réalité certains pays ont fait des progrès significatifs dans la réduction du nombre de décès, alors que dans d’autres pays, les décès sont toujours en augmentation », a souligné le patron de l’organisation Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Plus de trois millions de cas de Covid-19 ont été recensés en Amérique latine et aux Caraïbes depuis le début de l’épidémie, dont plus de la moitié au Brésil, selon un bilan établi mardi par l’AFP à partir de sources officielles. Le Guatemala, lui, a dépassé la barre de 1000 morts. La pandémie a tué à ce jour au moins 539’620 personnes dans le monde.

En Europe, la situation semble sous contrôle, même si le Vieux continent reste le plus durement touché par le virus avec plus de 200’000 morts, dont plus des deux-tiers au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne.

Après le Louvre lundi, la National Gallery rouvre ses portes mercredi, premier grand musée londonien à sortir de plus de trois mois de confinement, avec masques et parcours fléchés pour des visiteurs priés de réserver à l’avance. En revanche, l’Australie a ordonné le reconfinement à Melbourne (sud-est) pour au moins six semaines.

« Enfoncé jusqu’aux genoux »

L’Iran a enregistré mardi un nombre record de 200 décès tandis que l’Inde, confrontée à une épidémie particulièrement virulente à Bombay, Delhi et Chennai, a franchi la barre des 20’000 morts.

Et les Etats-Unis continuent de battre des records de contaminations avec 60’000 nouveaux cas pour la seule journée de mardi selon l’université Johns Hopkins. Plus de 1100 personnes y sont décédées du Covid-19 lors des dernières 24 heures.

Le directeur de l’Institut américain des maladies infectieuses, Anthony Fauci, a jugé que son pays était encore « enfoncé jusqu’aux genoux » dans la pandémie. Selon lui, il faut agir immédiatement pour enrayer la résurgence actuelle, notamment dans l’ouest et le sud du pays.

En revanche, Donald Trump n’est pas d’accord avec cette analyse et estime avoir fait « du bon travail ». Il a prédit que « d’ici deux, trois, quatre semaines » le pays sera « dans une excellente position ».

Projet de vaccin américain

Washington a annoncé mardi avoir accordé 1,6 milliard de dollars à la biotech américaine Novavax pour son projet de vaccin, garantissant le cas échéant aux Etats-Unis la priorité des 100 millions de premières doses.

Sur le front économique, l’impact de la crise sanitaire sur le PIB de la zone euro sera pire que prévu: -8,7% en 2020, a averti mardi la Commission européenne.

A Londres, le Chancelier de l’Echiquier Rishi Sunak s’apprête à dévoiler mercredi un vaste plan de relance post-coronavirus comportant un investissement de 3 milliards de livres (3, milliards de francs) dédié à des emplois « verts » pour « re-dynamiser l’emploi et protéger l’environnement ».

La Banque africaine de développement a de son côté estimé dans un rapport mardi que près de 50 millions d’Africains pourraient basculer dans l’extrême pauvreté en raison des conséquences économiques de l’épidémie sur le continent.

Continuer la lecture

Coronavirus

Covid-19: La Suisse reste sous la barre des 100 nouveaux cas en 24H

Publié

le

La Suisse a enregistré 54 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, a annoncé mardi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

C’est le quatrième jour consécutif que le nombre de contaminations quotidiennes est sous la barre des 100.

L’OFSP a fait état de 47 nouveaux cas lundi, 70 dimanche et 97 samedi. La semaine dernière, on recensait 134 cas vendredi, 116 jeudi et 137 mercredi. Au total, la Suisse et la Principauté du Liechtenstein ont dénombré 32’369 cas confirmés depuis le début de la crise, dont 694 ces sept derniers jours. Aucun nouveau décès n’a été annoncé mardi, le total étant maintenu à 1686.

Il y a eu trois nouvelles hospitalisations, le total étant de 4061. Quant aux tests, 641’982 ont été effectués depuis le début de la pandémie, dont 6% étaient positifs. En 24 heures, le personnel soignant a effectué 5585 tests.

Avec Keystone/ATS.

Continuer la lecture

Coronavirus

N’oubliez pas votre masque, dans les transports !

Publié

le

Les usagers des transports publics doivent désormais porter un masque pour leur déplacement. Cette mesure, entrée en vigueur lundi, doit permettre de freiner l’augmentation des cas de coronavirus repartis à la hausse en Suisse.

L’obligation concerne les personnes de 12 ans et plus dans tous les trains, trams, bus, remontées mécaniques, téléphériques et bateaux de Suisse, a décidé mercredi dernier le Conseil fédéral. Pas d’amende prévue, mais toute personne refusant de porter le masque doit quitter le moyen de transport au prochain arrêt.

Lundi matin, cette nouvelle règle était très largement respectée dans les transports publics à Berne, a constaté l’agence Keystone-ATS. On ne rencontrait pratiquement pas de personnes sans masques à l’intérieur des bus et trains régionaux.

Depuis l’assouplissement des mesures de confinement, la fréquentation des transports publics a pris l’ascenseur et il est souvent difficile d’y respecter la distance prescrite. Le port du masque y était déjà vivement recommandé aux heures de pointe, mais cette prescription n’était guère suivie par les usagers.

Les Jurassiens doivent également porter depuis ce lundi le masque pour se rendre dans tous les commerces du canton. La mesure a été décidée pour une durée de deux mois. Moins radical, Vaud imposera le port du masque dès mercredi au personnel de vente et aux clients lorsque plus de dix personnes se trouvent dans un magasin.

Voyageurs en quarantaine

Depuis mi-juin, le nouveau coronavirus a connu une recrudescence en Suisse après l’arrivée de personnes infectées en provenance de l’étranger. A partir de lundi, toute personne franchissant la frontière depuis certaines régions à risque doit se mettre en quarantaine durant dix jours. L’Office fédéral de la santé publique tient une liste des régions en question, qu’il actualisera régulièrement.

Les personnes concernées seront informées dans les avions, les autocars et aux frontières. Une fois entrées en Suisse, elles doivent s’annoncer auprès des autorités cantonales.

Suite aux assouplissements successifs le nombre de cas est reparti à la hausse en Suisse. Il n’y a toutefois pas de raison de paniquer à ce stade, selon le Conseil fédéral. L’augmentation du nombre de tests explique aussi la hausse du nombre de cas, même si on constate un relâchement dans certaines situations.

Note:

Continuer la lecture

Coronavirus

57 000 infections au Covid-19 aux Etats-Unis ces dernières 24h

Publié

le

Le gouverneur de Californie a décrété la fermeture des plages pour le week-end de la fête nationale. (©KEYSTONE/AP/Jose Carlos Fajardo)

Les Etats-Unis ont enregistré vendredi un nouveau record d’infections au coronavirus, avec 57’683 cas supplémentaires. Très critiqué pour sa gestion de la pandémie, le président américain Donald Trump s’offrait lui une soirée de feux d’artifice, loin de Washington.

Le sud et l’ouest du territoire des Etats-Unis voient une flambée de cas de Covid-19, qui « met tout le pays en danger », selon les termes d’Anthony Fauci, directeur de l’institut américain des maladies infectieuses. Ce dernier a admis que la maladie était désormais hors de contrôle, prédisant le nombre quotidien de contaminations pourrait bientôt atteindre les 100’000.

Les Etats-Unis, de loin le pays le plus touché au monde par la maladie, ont désormais détecté près de 2,8 millions de cas en tout, selon le comptage de l’université Johns-Hopkins. Outre les 57’000 nouvelles infections, 728 décès supplémentaires ont été comptabilisés vendredi, portant le nombre total de morts à 129’405.

Nombre d’Etats ont dû mettre le déconfinement sur pause, voire faire machine arrière, refermant à la hâte bars et plages. Et le gouverneur républicain du Texas, un fervent soutien à Donald Trump, a annoncé que le port du masque serait désormais obligatoire dans les lieux publics.

Très peu de masques portés

Quelques minutes après les sombres bilans dévoilés par l’université Johns-Hopkins, Donald Trump arrivait dans le Dakota du Sud, accompagné de son épouse Melania Trump. Il savait pouvoir compter sur un accueil chaleureux dans cet Etat peu peuplé, qu’il a remporté en 2016 avec plus de 60% des voix.

La gouverneure républicaine Kristi Noem avait indiqué par avance qu’elle n’entendait pas gâcher la fête, où 7500 personnes étaient attendues. « Nous avons dit à ceux qui sont inquiets qu’ils peuvent rester chez eux », avait-elle expliqué.

« Pour ceux qui veulent se joindre à nous, nous distribuerons des masques gratuits, s’ils décident d’en porter un. Mais il n’y aura pas de distanciation sociale ».

Dans le cadre majestueux du mont Rushmore, devant une foule scandant « Quatre ans de plus » et dans laquelle les masques étaient rares, Donald Trump a vanté une Amérique « exceptionnelle », sans s’attarder sur les chiffres alarmants du Covid-19. Il s’est posé, à quatre mois de l’élection présidentielle et à la veille de la fête nationale du 4 juillet, en défenseur de « l’intégrité » de son pays.

« Nous allons dire la vérité telle qu’elle est, sans nous excuser: les Etats-Unis d’Amérique sont le pays le plus juste et le plus exceptionnel ayant jamais existé sur terre », a-t-il lancé.

La crise est « gérée »

En plein débat sur les symboles de l’histoire du pays et alors que des statues de généraux confédérés ont été mises à terre par des manifestants antiracistes, il a dénoncé « une campagne visant à effacer notre histoire, diffamer nos héros, supprimer nos valeurs et endoctriner nos enfants ». Mais « les Américains sont forts et fiers », a-t-il lancé.

En mauvaise posture dans les sondages, le locataire de la Maison-Blanche ne s’est pas attardé sur les chiffres alarmants du Covid-19. Laissant son vice-président Mike Pence en première ligne face au spectaculaire rebond de l’épidémie, Donald Trump s’en tient depuis plusieurs jours à un seul message: la crise du coronavirus est « gérée », l’économie américaine repart « plus fort et plus vite » que prévu et l’année 2021 sera « historique ».

Au début de ce long week-end férié, l’ancien président démocrate Barack Obama a, lui, appelé à un sursaut. « Vaincre ce virus demandera la mobilisation de tous. Portez un masque. Lavez-vous les mains », a-t-il tweeté. « Et écoutez les experts, pas ceux qui essayent de nous diviser ».

Continuer la lecture