Rejoignez-nous

Coronavirus

INFOGRAPHIE - Où partir en vacances cet été ? Les exigences Covid pays par pays

Publié

,

le

Afin de vous aider dans le casse-tête des vacances d'été, nous avons décidé de rassembler dans cet article toutes les exigences en matière de lutte contre le Covid-19 dans plusieurs destinations touristiques. Cet article sera mis à jour régulièrement afin de vous donner les informations les plus récentes.

La vie reprend petit à petit et les chiffres du Covid en Suisse sont toujours en baisse mais malgré la fin de nombreuses restrictions, voyager à l'étranger reste soumis à des mesures souvent contraignantes. Entre les tests PCR ou antigéniques obligatoires, les mesures de quarantaine, le déploiement des certificats Covid... cela peut vite être un casse-tête d'organiser ses vacances pour l'été 2021. Pour vous aider au mieux, Radio Lac a rassemblé dans une infographie les mesures en place pour les déplacements dans plusieurs pays de la région méditerranéenne.

 

Une évolution positive et rapide.

Depuis le 26 juin dernier, des assouplissements ont été annoncés avec la diminution du nombre d'hospitalisation et l'avancée de la campagne de vaccination partout en Europe. La Suisse a d'ailleurs adapté ses exigences concernant les entrées sur le territoire depuis le 26 juin. En effet, les personnes guéries du Covid-19 sont déjà exemptés de quarantaine pour une durée de six mois et les personnes vaccinées seront désormais exemptées de l'obligation de quarantaine ainsi que de l'obligation de faire un test (PCR ou antigénique) de l'obligation de fournir leurs coordonnées lors de leur entrée sur le territoire. Les enfants de moins de 16 ans sont aussi exemptés de quarantaine et d'obligation de dépistage (test). Ces exemptions ne s'appliquent par contre pas aux personnes guéries et vaccinées en provenance d’un Etat ou d’une zone où circule un variant préoccupant du Covid-19.

 

Malgré les assouplissements côté Suisse, plusieurs pays européens exigent encore de remplir certaines conditions à l’entrée sur leur territoire. Dès le 1er juillet, le certificat Covid suisse et le certificat vert Covid-19 de l’Union européenne devraient faciliter encore les déplacements entre les pays européens.

 

Dans quels pays puis-je me rendre ?

Avant de choisir votre destination, quelques informations peuvent vous êtres utiles. Tout d'abord, pensez à vous informer sur la situation épidémique dans votre pays de destination et sur les mesures sanitaires en vigueur dans celui-ci. Consultez également la liste des pays dits à risque afin de vous assurez que votre destination n'y figure pas. Vous trouverez cette liste, régulièrement mise à jour, ici. A ce jour, 18 pays sont considérés à risque en raison de la circulation de variants préoccupants du Covid-19 et une quarantaine est obligatoire pour les voyageurs en provenance de ces derniers. Vérifiez également que votre pays de destination accueille bien des touristes étrangers.

 

Quelles sont les exigences en matière de lutte contre le Covid-19 pour voyager ?

Découvrez notre infographie des destinations les plus prisées de la côte méditerranéenne et des mesures en vigueur au départ ainsi qu'au retour.

Dernière mise à jour des informations: le 29.06.2021

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Personnel soignant pour des tests obligatoires contre le Covid-19

Publié

le

Des tests réguliers contre le Covid-19 pour le personnel soignant peuvent faire partie intégrante de concepts de protection des hôpitaux, estime l'Association suisse des infirmières et infirmiers (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Association suisse des infirmières et infirmiers approuve l'introduction de tests obligatoires pour les soignants non vaccinés contre le coronavirus. "Un des buts principaux de notre profession, c'est de mettre hors de danger les patients", déclare Roswitha Koch.

"Pour les institutions de soins, il est donc primordial de mettre en place des concepts de protection afin de protéger leurs patients et aussi le personnel", ajoute la responsable du développement des soins infirmiers de l'association dans un entretien diffusé vendredi par La Tribune de Genève et 24 Heures.

Selon elle, des tests réguliers peuvent faire partie intégrante de tels concepts. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a transmis mercredi plusieurs propositions aux cantons pour faire face à la propagation rapide en Suisse du très contagieux variant Delta. Parmi elles figure un dépistage obligatoire du personnel soignant non vacciné contre le Covid-19.

Réduction du salaire

Mme Kock réitère en revanche son opposition à une vaccination obligatoire pour le personnel soignant en Suisse. "La loi sur les épidémies prévoit une telle clause, mais les conditions ne sont pas remplies, notamment en ce qui concerne la proportionnalité de la mesure. Si les autorités devaient prendre une telle décision, il faudrait sans doute que la justice tranche".

Quant à la décision de l'Hôpital du Jura de moins payer son personnel non vacciné en cas de quarantaine, ce n'est, selon la responsable de l'association, qu'une tentative de mettre la pression pour la vaccination. Elle "laissera des traces".

Elle peut être interprétée "comme un manque de respect vis-à-vis d'hommes et de femmes qui se sont beaucoup engagés [...] dans cette pandémie" et "peut même renforcer les convictions de ceux qui hésitent" à se faire vaccine, assure Mme Koch.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 827 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les patients Covid-19 occupent 4,40% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,50%. (Photo d'illustration) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte jeudi 827 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore deux décès supplémentaires et 24 malades ont été hospitalisés.

Le nombre de décès a été adapté jeudi. Il a été complété par 18 déclarations tardives, erronées ou doubles durant la période de mars 2020 à juin 2021. C’est pourquoi 18 décès supplémentaires figurent sous la rubrique "Différence par rapport à la veille", a précisé l'OFSP dans son rapport de situation.

Le nombre des hospitalisations a également été adapté, pour les mêmes raisons: 51 hospitalisations supplémentaires figurent ainsi sous la rubrique "Différence par rapport à la veille".

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 18'590 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,45%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 9246, soit 106,95 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,26. Les patients Covid-19 occupent 4,40% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,50%.

Au total 8'947'156 doses de vaccin ont été administrées et 47,66% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 9'535'650 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 4'934'755 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 716'865 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 9'030'792 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'415 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'477.

Le pays dénombre par ailleurs 5391 personnes en isolement et 6189 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 964 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Pas de nouveaux assouplissements: compréhension des cantons

Publié

le

Lukas Engelberger (à gauche) assure "partager l'évaluation" d'Alain Berset concernant l'évolution de la pandémie (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les cantons peuvent comprendre la décision du Conseil fédéral de ne pas assouplir les mesures de lutte contre le coronavirus. Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS), Lukas Engelberger, l'a déclaré jeudi à la radio alémanique SRF.

Le Bâlois assure "partager l'évaluation selon laquelle la situation actuelle est incertaine et juge par conséquent juste la décision de renoncer pour le moment à de nouveaux assouplissements".

Le Conseil fédéral aurait dû transmettre ce jeudi aux cantons des propositions pour les nouvelles étapes d'assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus. Le ministre de la santé Alain Berset a toutefois informé mercredi la CDS que ce ne serait pas le cas, en raison de la "dynamique négative" et des "incertitudes" liées notamment aux retours de vacances.

Test obligatoire

Dans le même temps, la Confédération a proposé de soumettre le personnel soignant non vacciné à un test obligatoire au travail. Une mesure à laquelle s'opposent les cantons.

Selon M. Engelberger, il ne faut pas augmenter la pression sur des personnes en particulier, mais il faut rappeler constamment la possibilité de se faire vacciner pour tous les collaborateurs du domaine de la santé qui ne le sont pas.

Toutefois, le personnel non vacciné ou qui a guéri du coronavirus devrait se faire tester régulièrement, précise la CDS. Cette tâche revient, selon elle, aux employeurs.

Spitex et l'association des hôpitaux H+ ne sont pas contre cette obligation. Mais cela impliquerait un effort plus important qui n'est pas inclus dans les tarifs actuels.

Le financement de cette "tâche supplémentaire" doit être préalablement réglée, a indiqué jeudi à Keystone-ATS H+. Cela vaut également dans le cas où des visiteurs doivent se soumettre à un test avant d'entrer dans un hôpital ou s'il faut contrôler leur certificat covid. Certaines organisations Spitex testent déjà régulièrement leur personnel non vacciné, a précisé l'organisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

L'OFSP veut des tests obligatoires pour le personnel soignant

Publié

le

La Confédération propose aux cantons d'introduire des tests obligatoires pour le personnel soignant non vaccin (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le personnel soignant non vacciné contre le Covid-19 devrait se soumettre à un test obligatoire au travail. La Confédération propose aussi aux cantons d'introduire une obligation de certificat lors des visites en hôpital, dans les homes ou les maisons d'accueil.

Le conseiller fédéral Alain Berset a annoncé, après un téléphone avec plusieurs directeurs cantonaux de la santé, que la Confédération voulait renoncer à de nouvelles mesures. La situation en Suisse est bonne, mais il y a une dynamique négative et le retour des vacanciers amène une incertitude, a indiqué le ministre de la santé sur Twitter.

Tests obligatoires

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a transmis mercredi plusieurs propositions pour faire face à la propagation du virus aux cantons, indique-t-il sur sa page internet. La Confédération souhaite que les cantons prennent des mesures dans divers domaines afin de protéger les enfants, les jeunes et les personnes à risque.

Les cantons devraient notamment faire progresser la campagne de vaccination, intensifier les contrôles du respect de l'obligation de certificat et imposer des tests dans les écoles. La Confédération conseille vivement aux cantons de rendre obligatoire les tests répétitifs pour le personnel soignant non vacciné ou ayant contracté le coronavirus.

Les personnes asymptomatiques contribuent grandement à propager le virus, écrit l'OFSP. Les tests sont donc un complément nécessaire à la vaccination et au concept de protection.

Par ailleurs, une visite dans un hôpital, un home ou autre ne devrait être autorisé qu'avec un certificat. Les autorités veulent ainsi éviter que le virus ne se propage dans les établissements de santé.

Renoncer aux mesures

Malgré le nombre d'infections en hausse, la Confédération veut renoncer à un durcissement des mesures. Mais un assouplissement n'est pas non plus en vue. La situation actuelle est loin des critères de durcissement établis par le Conseil fédéral. Par ailleurs, la hausse des cas a ralenti ces derniers jours.

La situation doit toutefois être observée. En cause, les infections avec le variant Delta, les revirements dans le nombre d'hospitalisations ou encore l'incertitude liée au retour des vacanciers. Le Conseil fédéral se penchera sur la situation lors de sa première séance après la pause estivale le 11 août.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Certains vaccins ne donnent pas droit au certificat Covid suisse

Publié

le

Les personnes vaccinées n'obtiennent un certificat covid que si elles sont vaccinées avec des produits autorisés en Suisse (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Certaines personnes vaccinées doivent encore subir un test avant leur entrée en Suisse ou lors de grandes manifestations. Le certificat Covid suisse n'est remis qu'aux personnes qui ont reçu un vaccin autorisé en Suisse.

SRF a rendu public le cas d'une Suissesse de l'étranger ayant été vaccinée en Jordanie avec le produit anglo-suédois AstraZeneca, mais n'ayant pas obtenu de certificat de la Suisse. Elle devra subir un test avant de participer à de grandes manifestations.

La remise d'un certificat covid par la Suisse après une vaccination à l'étranger est possible si le produit injecté est autorisé en Suisse et que la vaccination est complète, indique à Keystone-ATS l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), confirmant les informations de SRF.

Toutefois, la Suisse accepte des vaccinations avec des produits qui ne sont pas autorisés sur le territoire lorsque les personnes peuvent présenter un certificat délivré par l'UE ou l'AELE. Depuis le 9 juillet, l'UE reconnaît le certificat suisse et la Suisse reconnaît les documents émis par les membres de l'UE et de l'AELE.

181 pays

Le vaccin AstraZeneca est administré dans 181 pays. L'entreprise attend son autorisation par la Suisse depuis octobre. Il manque à Swissmedic des données indispensables pour prendre une décision.

En Suisse, trois produits sont officiellement autorisés: Pfizer-Biontech, Moderna et Johnson&Johnson. Le dernier n'a pas encore été administré en Suisse, parce que la Confédération n'a pas signé de contrat avec l'entreprise américaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture