Rejoignez-nous

Actualité

Coronavirus: toutes les infos du mardi 17 mars 2020

Publié

,

le

KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari

De très longs bouchons se sont formés à la douane de Bardonnex

Au premier jour après la fermeture des frontières suisses, les automobilistes doivent en revanche se montrer patients aux postes-frontières. En revanche, les routes sont d’un calme inhabituel mardi dans les grandes agglomérations, habituée aux embouteillages. Selon les infos trafics disponibles sur Google Maps, ce sont jusqu’à 7 kilomètres de bouchons qui se sont formés sur tous les axes menant à la douane de Bardonnex. Depuis mardi à minuit, le trafic frontalier en Suisse est canalisé aux principaux points de passage, a annoncé lundi l’Administration fédérale des douanes. Environ 130 petits postes-frontières ont été fermés dans tout le pays.  Seuls les ressortissants suisses, les personnes disposant d’un titre de séjour valable et les personnes qui viennent en Suisse pour travailler sont désormais autorisés à entrer. Cette restriction à l’entrée affecte uniquement la circulation des personnes. Les marchandises peuvent passer. Cette mesure vise à lutter contre la propagation du coronavirus.

Genève Aéroport limite l'accès au terminal

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Depuis son ouverture mardi matin, Genève Aéroport limite l'accès au terminal aux détenteurs d'un billet valable pour un vol confirmé. Cette mesure de filtrage vise à créer plus d'espace entre les passagers en attente, conformément aux consignes pour lutter contre la propagation du coronavirus. Compte tenu de la taille du terminal, des congestions pourraient se reporter à l'extérieur, notamment le week-end prochain, selon la porte-parole. Il est demandé aux passagers dans le terminal de garder les distances sociales et de respecter les mesures d'hygiène. Des vitres en Plexiglas sont en train d'être installées aux guichets check-in et au Visitors Center, mais la livraison du matériel est perturbée.

Ville de Genève: les Vert’libéraux renoncent au second tour

Les Vert’libéraux de la Ville de Genève renoncent à présenter un candidat pour le second tour de l’élection à l’exécutif, a indiqué le parti lundi soir dans un communiqué. Leur candidate Susanne Amsler est arrivée en septième position avec 9746 suffrages lors du premier tour dimanche. La majorité des membres du parti s’est prononcée en faveur de la liberté de vote pour le second tour. Le parti note toutefois dans son communiqué qu’il espère « que la population saura veiller à maintenir un équilibre au Conseil administratif en élisant, au-delà de la majorité rose-verte, un représentant du centre droit » afin que le plus de citoyens soient représentés à l’exécutif de la Ville de Genève.

Coronavirus: le Léman Express réduit son offre

En raison des différentes mesures nationales de lutte contre l’épidémie de COVID-19, l’offre du Léman Express est adaptée à partir du mercredi 18 mars, jusqu’à nouvel avis. "Au vu du nombre important d’arrêts maladie et de la fermeture des établissements scolaires, une partie du personnel ne peut actuellement assurer sa prise de poste", explique Lemanis dans un communiqué publié ce mardi. La circulation du Léman Express reste toutefois partiellement assurée. Néanmoins, les offres seront réduites dès mercredi 18 mars et des adaptations et retards seront possibles selon l’évolution de la situation.

Dès le jeudi 19 mars, les branches de Haute-Savoie entre Annemasse et Evian-Les-Bains / Annecy / St-Gervais-les-Bains-Le Fayet ne pourront plus être assurées par train. Ces relations seront partiellement substituées par des bus, jusqu’à nouvel avis. Lémanis, les CFF et la SNCF demandent aux voyageurs de consulter les horaires en ligne avant chaque voyage. Lémanis continue d’informer les voyageurs sur les changements importants qui devraient subvenir, via le groupe WhatsApp mis en place ainsi que sur le site lemanexpress.com. Les horaires sont disponibles sur les sites et applications des CFF et de la SNCF, dans la mesure du possible. Lémanis, les CFF et la SNCF, sont pleinement mobilisés pour informer les voyageurs et veiller à leur protection, comme à celle de ses collaborateur

La Suisse atteint la barre des 2700 cas positifs

Le nombre de cas de COVID-19 en Suisse et au Liechtenstein continue de progresser à un rythme soutenu. Mardi à la mi-journée, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) faisait état d'environ 2700 cas, contre environ 2300 la veille.  Selon un décompte de Keystone-ATS, le coronavirus a déjà fait au moins 25 victimes en Suisse depuis le 5 mars. Il s'agit principalement de personnes âgées ou souffrant déjà d'autres maladies.

L’OFSP clarifie les interdictions pour la vie privée

Les soupers entre amis ne sont pas interdits. Les enfants sont autorisés à se retrouver sur une place de jeux, mais pas à plus de cinq. Pour toutes les rencontres, les règles d’hygiène doivent être respectées. Tout comme la distance sociale, indique l’OFSP sur son site. De manière générale, l’office appelle les citoyens à réduire au maximum les contacts sociaux. La situation n’était pas claire pour les responsables de magasins qui vendent d’autres produits que de l’alimentaire. Les petites structures peuvent garder ouvert. Et les produits ne doivent pas être séparés. Les grandes enseignes qui ont des départements différents doivent fermer les rayons qui ne concernent pas les produits nécessaires au quotidien. Les boulangeries et boucheries peuvent aussi rester ouverts. Mais avec des restrictions: les boulangeries qui proposent un coin café doivent le fermer. Les produits ne peuvent être vendus qu’au comptoir.

L’OFSP a également éclairci la question des hôtels. Motels, auberges de jeunesse et cabanes du club alpin suisse pourront accueillir leurs clients. Les offres AirBnB ne sont pas soumises à restriction. Les cabinets médicaux sont autorisés à poursuivre leurs activités. Les physiothérapeutes, ergothérapeutes, ostéopathes, sages-femmes et les diététiciens comptent parmi le personnel de la santé. Selon le droit cantonal, les acupuncteurs, opticiens, hygiénistes dentaires, psychothérapeutes, homéopathes, podologues, praticiens de la santé et thérapeutes de la médecine traditionnelle chinoise font partie du personnel de santé. Les établissements sont toutefois tenus de repousser les interventions qui ne sont pas urgentes.

L'armée a commencé à mobiliser ses troupes

(KEYSTONE/Urs Flueeler).

L'Armée suisse a engagé lundi et mardi les premières troupes chargées de soutenir les autorités civiles face au coronavirus. Les militaires sont convoqués dans un délai d'un à trois jours au maximum. Le Conseil fédéral a décidé de mettre à disposition jusqu'à 8000 militaires d'ici fin juin au service des hôpitaux, de la logistique et de la sécurité. Les troupes en service régulier seront les premières à être mobilisées. Les écoles de recrues, les services longs et les cours de répétition seront prolongés si nécessaire.

En plus des aides au personnel soignant, il est également prévu que l’armée se charge, si nécessaire, de différentes tâches logistiques supplémentaires, notamment en transportant et en montant des infrastructures improvisées. L'armée pourra aussi décharger les corps de police cantonaux dans le domaine de la sécurité, apporter un soutien renforcé au niveau de la protection des ambassades, mais aussi aux frontières et dans les aéroports.

Nouvelles propositions du SECO pour les entreprises vendredi

Le SECO va présenter vendredi des propositions pour couvrir les entreprises et les personnes qui ne peuvent pas avoir recours à ces possibilités. Généraliser le report des paiements n'est en revanche pas la meilleure solution car elle serait appliquée aussi à des entreprises qui n'en ont pas besoin. Le SECO va également mettre en place une ligne téléphonique pour répondre directement aux questions des entreprises. Le problème de livraison du matériel médical provenant de l'étranger n'est pas encore résolu. Il vient d'un nouveau règlement édicté par l'UE jeudi dernier. Sa mise en oeuvre est encore peu claire et crée beaucoup d'incertitudes. Les instruments à disposition devraient être étendus aux travailleurs intérimaires et à ceux aux contrats à durée déterminée. Le chômage partiel, largement utilisé, est actuellement la meilleure mesure pour les employés. La garantie de cautionnement est une autre solution.

Des mesures sont nécessaires pour protéger le personnel de santé

(KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Pour le SSP, les mesures décidées par le Conseil fédéral ne vont pas assez loin et ne permettront pas d'éviter l'écroulement du système de santé. Le syndicat demande au Conseil fédéral de décréter urgemment "un arrêt massif de toutes les activités de production et de service qui ne sont pas socialement nécessaires et urgentes". Il demande également une meilleure protection du personnel de santé. Les personnes âgées de plus de 60 ans ne doivent pas être contraintes à travailler dans les services à fort risque de contamination.  Le droit aux pauses et aux périodes de repos doit être respecté pour garantir des conditions sécurisées au personnel de santé. Le syndicat appelle par ailleurs à une surveillance accrue notamment des heures supplémentaires, de la durée hebdomadaire du travail et des interdictions de congés. Il demande par ailleurs que les heures supplémentaires soient indemnisées en temps ou en argent de 25%, une fois la crise sanitaire passée. La garde d'enfants pour le personnel de santé devrait en outre être gratuite.

Cinq vols prévus pour rapatrier les touristes suisses du Maroc

La Confédération s'efforce de favoriser un retour des touristes suisses bloqués au Maroc. Dès mardi, au moins cinq vols affrétés par des compagnies aériennes basées en Suisse peuvent être effectués au départ de Marrakech. Des vols supplémentaires sont prévus par ces compagnies dans le courant de la semaine. L’ambassade helvétique dans le royaume chérifien est en contact régulier avec les touristes suisses et les a informés de ces possibilités de retour. Il s’agit de vols commerciaux. Les voyageurs suisses sont responsables d’effectuer les réservations nécessaires et de prendre à leur charge les frais correspondants. Le Maroc a annoncé la semaine passée la suspension "jusqu'à nouvel ordre" de ses vols en provenance et à destination de 29 pays, dont la Suisse et la France, afin de prévenir la propagation du nouveau coronavirus. En février, dix Suisses et cinq de leurs proches chinois avaient pu être évacués de Chine à bord de deux avions affrétés par la France.

La Suisse risque de tomber en récession au premier semestre (KOF)

L'économie suisse risque de faire les frais de la pandémie de coronavirus et devrait chuter en récession en première partie d'année avant de rebondir par la suite. Grâce aux différentes mesures de soutien, les répercussions sur l'emploi devraient être limitées.  Dans leur scénario de base, les spécialistes de l'institut conjoncturel KOF s'attendent à un repli du produit intérieur brut (PIB) au premier et deuxième trimestres, ont-ils indiqué mardi dans un communiqué.  Sur l'ensemble de l'année, la Suisse ne devrait plus enregistrer qu'une croissance de 0,3%, contre une hausse de 1,8% attendue jusqu'à présent. En 2021, le KOF table toujours sur une progression du PIB de 1,4%.

Premier décès dans le canton de Neuchâtel

Le canton de Neuchâtel a enregistré mardi à 01h00 sur le site de La Chaux-de-Fonds du Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) un premier décès lié au coronavirus. Il s'agit d’un homme âgé de 79 ans avec comorbidité,  soit un profil de patient particulièrement à risque. a indiqué la Chancellerie d'Etat.

Vingt-quatre nouveaux cas de Covid-19 dans le canton de Zurich

Le canton de Zurich annonce mardi 24 nouveaux cas confirmés de coronavirus. Au total, 294 personnes ont été testées positives en terres zurichoises depuis le début de la crise, indique le département cantonal de la santé sur Twitter.

Décès d'une femme de 78 ans dans les Grisons 

Une femme de 78 ans est décédée du coronavirus dans les Grisons dans la nuit de lundi à mardi. Elle souffrait d'autres maladies avant d'être infectée par le virus, ont indiqué mardi les autorités cantonales.

(KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Pour protéger ses caissiers, la Migros mettra en place ces prochains jours des plexiglas aux caisses. Le grossiste appelle aussi à la solidarité des clients afin de maintenir la « distance sociale ». L’entreprise a également commencé à produire des produits désinfectants puisque ceux-ci ne sont presque plus disponibles. L’ensemble des 100’000 collaborateurs du groupe sont déjà été équipé avec du désinfectant. Les règles d’hygiène de l’Office fédéral de la santé sont strictement suivies. Combinées à un nettoyage régulier et conventionnel des surfaces, ces mesures offrent une protection efficace contre la transmission d’homme à homme.

En Europe:

L’Euro reporté à l’an prochain

(KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

L’UEFA a décidé de reporter l’Euro à l’an prochain. Le tournoi réunissant les 24 meilleures équipes nationales du continent se jouera du 11 juin au 11 juillet 2021. Les associations membres doivent entériner cette décision mardi après-midi. Acculée par le coronavirus, l’UEFA n’avait plus le choix. Il lui fallait absolument reporter le tournoi. Le risque de propagation du Covid-19 était trop grand, alors que les phases qualificatives ne sont pas encore terminées. Quatre sélections doivent encore gagner leur place. Or, les matches de barrage devaient se dérouler du 26 au 31 mars.

Roland Garros repoussé au mois de septembre

(Martin Bureau/Pool via AP, File)

En raison du Coronavirus, l'édition 2020 de Roland Garros est repoussée au moins de septembre. Les travaux rendent possible l’organisation du tournoi en automne. La Fédération Française de Tennis précise que les travaux – en particulier le toit rétractable du court Philippe Chatrier – « rendent possible l’organisation du tournoi à cette période », à savoir en début d’automne à une période où les jours sont plus courts.

Le Royaume-Uni influencé par des prévisions alarmistes

Le gouvernement britannique a drastiquement renforcé ses mesures face au nouveau coronavirus. Il a été mis en garde par des scientifiques que la pandémie pourrait causer plus de 250'000 morts au Royaume-Uni sans changement de stratégie. Lundi soir, le Premier ministre Boris Johnson a recommandé aux personnes âgées et femmes enceintes de s'isoler pendant trois mois. Dans la foulée mardi matin, le Royaume-Uni a déconseillé à ses ressortissants tout voyage à l'étranger "non essentiel", dans un premier temps pour 30 jours, mettant en avant les limitations "sans précédent" à la circulation imposées dans le monde.

Ces mesures restent moins radicales que celles prises dans les pays voisins. Elles ne prévoient ni fermeture des écoles, restaurants ou salles de spectacle, ni interdiction formelle des rassemblements. Elles constituent cependant un net renforcement par rapport à la stratégie controversée adoptée jusqu'alors, qui consistait essentiellement à isoler les personnes présentant des symptômes ou revenant de zones à risque pour alléger la pression sur les services de santé et favoriser l'émergence d'une "immunité collective".

Dans le reste du monde:

Suspension au dernier moment de la primaire démocrate dans l’Ohio

(David Proeber/The Pantagraph via AP)

Quelques heures à peine avant l’ouverture des bureaux de vote, le gouverneur de l’Ohio a annoncé le report de ses primaires présidentielles en citant l' »urgence sanitaire » à cause du coronavirus. Il s’agit d’une première dans la longue course à l’investiture démocrate dominée par Joe Biden face à Bernie Sanders. Le nombre de cas confirmés du coronavirus aux Etats-Unis a franchi lundi la barre des 4200 cas, dont plus de 70 morts. Les scrutins prévus mardi dans trois autres Etats, -Arizona, Floride et Illinois- étaient eux maintenus avec des mesures de précaution renforcées. La Louisiane, la Géorgie et le Kentucky, qui devaient voter plus tard, ont d’ores et déjà reporté leurs scrutins à mai et à juin. D’autres Etats pourraient rapidement suivre.

A Las Vegas les casinos ferment

(AP Photo/John Locher)

Machines à sous silencieuses, tables de poker désertées: frappés de plein fouet par l'épidémie de coronavirus et ses retombées économiques, de grands casinos de Las Vegas et leurs hôtels géants vont fermer leurs portes pour plusieurs semaines. Des cas de Covid-19 ont commencé à être diagnostiqués parmi les employés des casinos, un premier décès lié au coronavirus a été annoncé lundi et la plupart des touristes étrangers sont de toute façon maintenus à distance. Les dizaines de milliers d'employés du secteur, dont beaucoup se retrouvent au chômage, en sont réduits à serrer les dents en espérant que la situation revienne à la normale au plus vite. L'industrie du jeu est menacée dans l'ensemble des Etats-Unis par les consignes de lutte contre l'épidémie. D'après les chiffres de la profession, elle emploie environ 1,8 million de personnes dans le pays pour un chiffre d'affaires de plus de 260 milliards de dollars.

L’Amérique du Sud également frappée par le Covid-19

La Colombie va fermer toutes ses frontières à partir de mardi et ce jusqu’au 30 mai pour combattre la propagation du coronavirus, a annoncé lundi le président Ivan Duque. De son côté, le président Nicolas Maduro a décrété lundi la mise en quarantaine de la totalité du Venezuela pour lutter contre le virus, qui a contaminé 33 personnes dans le pays jusqu’à présent.

Evasion massive au Brésil

Des centaines de prisonniers se sont évadés lundi de centres pénitentiaires dans l’Etat de Sao Paulo (sud-est du Brésil) après la décision des autorités de suspendre les sorties temporaires de leur régime de semi-liberté pour éviter la propagation du Covid-19. Les autorités avaient décidé d’annuler la sortie prévue mardi « parce qu’elle concernait plus de 34’000 détenus en régime de semi-liberté et que, à leur retour, il y aurait un grand risque d’introduire et propager le coronavirus au sein d’une population vulnérable », a expliqué le secrétariat de l’Administration pénitentiaire de l’Etat de Sao Paulo. Le Brésil, pays de 210 millions d’habitants, dénombre jusqu’ici 234 cas de coronavirus, sans déplorer de décès, dont 152 dans l’Etat de Sao Paulo, le plus peuplé du pays.

 

ATS/MH

1 commentaire

1 commentaire

  1. thomas

    17 mars 2020 à 21 h 16 min

    Bonjour,

    Avez vous des informations au niveau des métiers du paysage ? (jardiner, maçon...) sa reste très flou. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Un Suisse sacré pour la première fois meilleur pâtissier au monde

Publié

le

David Schmid "est considéré comme un phare" dans le secteur de la boulangerie-confiserie suisse. (© SBC)

L'Argovien David Schmid a été sacré mardi meilleur pâtissier du monde de l'année. Il est le premier Suisse à décrocher ce titre, a annoncé l'association suisse des patrons boulangers-confiseurs (SBC).

David Schmid "est considéré comme un phare" dans le secteur de la boulangerie-confiserie suisse, indique la SBC dans un communiqué. "Il avance avec détermination et convainc par son esprit d'innovation et sa créativité et n'hésite pas à partager ses connaissances et à transmettre ses idées."

Lauréat de nombreux prix depuis la fin de sa formation en 2001, David Schmid a ouvert avec son épouse l'an dernier une pâtisserie qui porte son nom à Zofingue (AG). Avec une gamme réduite mais de qualité, il a créé "un petit morceau de France" au c½ur de la cité argovienne, écrit la SBC. Le couple a reçu en juin dernier la "couronne boulangère".

Il faut remplir différents critères pour devenir le meilleur pâtissier au monde. Les candidats doivent notamment être au bénéfice d'une formation de pâtissier, exploiter de manière active et indépendante un café-boulangerie-pâtisserie, avoir publié un ouvrage et avoir participé avec succès à des concours. Ils doivent aussi avoir à leur actif des activités de marketing et des activités innovantes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Contraception: l'influence du statut migratoire, mais pas seulement

Publié

le

Le préservatif est le moyen de contraception le plus fréquemment utilisé en Suisse, suivi des méthodes hormonales combinées (pilule). Les femmes font plus attention que les hommes (photo d'illustration). (© Keystone/CHRISTIAN BEUTLER)

Le statut migratoire influence la pratique de la contraception: les femmes issues de groupes de migrants se protègent moins que les Suissesses. Mais d'autres facteurs entrent en jeu comme le revenu, la formation ou le style de vie.

Dans l’ensemble, 78% des hommes et des femmes de 15 à 49 ans sexuellement actifs ont eu recours à la contraception. Le préservatif est la méthode la plus fréquemment utilisée (35%). Suivent les méthodes hormonales combinées, à savoir la pilule (30%).

Neuf pour cent des personnes interrogées recourent à des méthodes hormonales purement progestatives (stérilets hormonaux ou piqûres); 8%, hommes ou femmes, se font stériliser; 4% utilisent le stérilet en cuivre; enfin, 3% font appel à des méthodes de contraception naturelles. En cas de pépin, 1% se rabat sur la pilule du lendemain.

C'est ce qui ressort d'une enquête de l'Observatoire suisse de la santé se basant sur des données de 2017. L'utilisation de méthodes contraceptives varie d'un groupe de population à l’autre, en fonction du pays d’origine des migrants de première et de deuxième génération.

Les plus prudents

Les personnes d’origine suisse indiquent le plus souvent contrôler leur fécondité, tous types de moyens contraceptifs confondus (84% des femmes et 82% des hommes). Les personnes originaires du Portugal, d’Espagne ainsi que d’Amérique du Sud et du Nord affichent des taux semblables.

Les personnes issues de tous les autres pays prennent nettement moins souvent des mesures pour éviter les grossesses. Les prévalences les plus faibles sont enregistrées chez les ressortissants d'Europe du Sud-Est (68% des femmes et 62% des hommes), et chez ceux provenant de l'est de la Méditerranée et d'Afrique (67% des femmes et 55% des hommes).

Le statut migratoire joue aussi un rôle dans les pratiques contraceptives: les femmes déjà citoyennes suisses à la naissance, dont les parents sont d’une autre nationalité, ont plus ou moins autant recours aux contraceptifs que les Suissesses de parents suisses. Par contre, les femmes nées en Suisse, mais ayant une autre nationalité à la naissance contrôlent nettement moins souvent leur fécondité, selon le rapport de l'Obsan.

Des choix individuels

Les personnes provenant du Portugal et d’Espagne sont celles qui ont le plus recours aux méthodes hormonales combinées (46%). Ce moyen est utilisé par un peu moins d'un tiers des Suissesses et Suisses. En revanche, la pilule est le moins apprécié des ressortissant-e-s de l'Est de la Méditerranée et d'Afrique.

Des facteurs socio-économiques entrent en jeu. D'autres liés au style de vie influencent aussi les habitudes: les femmes faisant plus de 150 minutes de sport par semaine ont plus souvent recours à la contraception que les autres. Mais elles optent plus rarement pour les méthodes hormonales combinées.

Les végétariennes ont aussi moins tendance à contrôler leur fécondité. Les personnes qui mangent chaque jour cinq portions au moins de fruits et légumes, évitent viande et boissons sucrées et ne fument pas prennent nettement plus rarement des contraceptifs hormonaux combinés. Parmi elles, les femmes mentionnent plus souvent la stérilisation comme moyen de contraception.

Les femmes présentant une consommation d’alcool à risque recourent plus fréquemment à la stérilisation et au stérilet hormonal. En revanche, en ce qui concerne le stérilet en cuivre, les méthodes naturelles, le préservatif et les autres méthodes, on ne relève pas de différence en fonction de facteurs liés au style de vie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse est devenue plus chaude et le Plateau plus ensoleillé

Publié

le

La durée de l'ensoleillement a augmenté de 5 à 10% sur le Plateau (image d'illustration). (© KEYSTONE/DPA/MATTHIAS BALK)

La Suisse est devenue plus chaude et le Plateau plus ensoleillé, selon une comparaison portant sur les 30 dernières années. En revanche, aucun changement majeur n'est visible pour les précipitations.

La température annuelle moyenne varie aujourd'hui de 9 à 10°C sur le Plateau à 13°C au sud du Tessin, indique mardi Météosuisse. Dans les régions situées au-dessus de 3000 mètres d'altitude, elle est bien inférieure à -5°C.

Concernant l'ensoleillement, on observe également de nettes différences dans le pays, avec une durée relative de 40% environ dans le nord-est du Plateau et jusqu'à 60% en Valais.

La durée de l'ensoleillement a augmenté de 5 à 10% sur le Plateau, souligne Météosuisse, parlant d'une hausse "frappante". Ce changement tend à se produire sur l'ensemble de l'année. En outre, les mois de printemps sont devenus légèrement plus ensoleillés dans toute la Suisse.

Différences de précipitations

En raison d'une topographie complexe, les précipitations varient elles aussi beaucoup selon les régions. Dans les grandes vallées des Alpes comme le Valais ou l'Engadine, elles sont parfois nettement inférieures à 1000 mm par an, tandis que sur le versant nord des Alpes et au Tessin, on peut s'attendre à 2000 mm et plus.

Au Tessin, les précipitations sont réparties sur une bonne centaine de jours, alors que sur le versant nord des Alpes, il pleut ou neige 150 jours ou plus par an.

MétéoSuisse utilise une période de référence de 30 ans pour classer les événements météorologiques, comme les températures, les précipitations ou l'ensoleillement. Le choix de cette période dite de référence est basé sur les spécifications de l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Nouvelles évaluations

Les nouvelles valeurs portent désormais sur la période courant de 1991 à 2020. Leur utilisation de référence conduit à classer certains mois, saisons ou années différemment par rapport à l'ancienne période de référence, notamment en ce qui concerne la température.

Par exemple, l'été 2021 (juin à août), frais et pluvieux, s'est révélé environ 0,5°C plus chaud par rapport à la norme 1981-2010, alors qu'il a été 0,1°C plus frais par rapport à la nouvelle période de référence.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1491 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Swissmedic autorise un booster contre le coronavirus pour les personnes à risques. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Suisse compte mardi 1491 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore neuf décès supplémentaires et 26 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 22'145 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,73%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 15'088, soit 173,24 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,24. Les patients Covid-19 occupent 11,6% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,7%.

Au total 11'043'045 doses de vaccin ont été administrées et 63,01% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 71,69%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'297'425 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'985'505 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 867'197 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'566'572 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'836 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'494.

Le pays dénombre par ailleurs 7967 personnes en isolement et 5411 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Participation numérique à la politique: Genève leader en Suisse

Publié

le

Le Centre pour la démocratie a évalué les outils numériques de participation aux scrutins, les outils électroniques d'éducation civique et les échanges entre l'Etat et la société civile. La facilité d'utilisation et le nombre d'utilisateurs ont fait partie des critères (photo symbolique). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Aucun autre canton que Genève ne permet aussi largement à ses citoyens de participer à la vie politique par le biais numérique. Un nouveau classement du Centre pour la démocratie le révèle. Tous les cantons peuvent cependant encore beaucoup progresser dans ce domaine.

Sur une échelle allant de 0 à 100 points possibles, le canton de Genève est crédité de 55 unités par le Centre pour la démocratie à Aarau (ZDA) et son partenaire, le laboratoire d'idées du groupe technologique Procivis. St-Gall (51 points) et Bâle-Ville (50) complètent le podium, talonnés par Zurich (49).

Autres Romands en milieu de classement

Outre Genève, les cantons romands se trouvent en milieu de classement. Fribourg, Neuchâtel, Vaud et le Valais se situent entre 29 et 30 points, alors que le Jura en obtient 25.

Les deux Appenzell font figure de cancres numériques. Les Rhodes-Intérieures se trouvent en avant-dernière position du classement avec dix points alors que les Rhodes-Extérieures ferment la marche avec six points.

Education civique et interaction avec l'Etat

De manière générale, les premiers rangs sont occupés plutôt par des cantons riches et urbains. Selon les auteurs de l'étude publiée mardi, le potentiel économique des cantons peut avoir un impact indirect sur ce classement. En effet, la mise à disposition d'outils numériques pour permettre à la population de participer au processus politique nécessite des investissements importants et du personnel.

Le classement se base sur sept indicateurs témoignant de domaines liés à la formation de l'opinion, à la participation et à la décision. Les chercheurs se sont penchés sur les outils électroniques utilisés dans l'éducation civique, sur l'échange entre les services de l'Etat et la société civile ainsi que sur les outils disponibles pour voter et élire les autorités. La facilité d'utilisation et le nombre d'utilisateurs font partie des critères.

Demande de plus en plus forte

Au final, le premier du classement obtient à peine plus que la moitié du nombre de points possibles. Même les cantons leaders peuvent donc encore largement s'améliorer dans tous les domaines observés, soulignent les concepteurs du "Digipartindex Suisse". Ce dernier sera désormais mis à jour chaque année et servira de base pour d'autres études scientifiques.

La participation numérique au processus politique complète de plus en plus sa forme analogue, expliquent les chercheurs. La pandémie a même renforcé la présence dans l'espace numérique d'éléments du processus politique, tels que le dialogue, la consultation, la participation, les votations et les élections. Ces derniers y jouent un rôle de plus en plus important, car ils correspondent au vécu d'une part de plus en plus grande de la population.

http://digipartindex.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture