Rejoignez-nous

Actualité

Coronavirus: toutes les infos du mardi 17 mars 2020

Publié

,

le

KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari

De très longs bouchons se sont formés à la douane de Bardonnex

Au premier jour après la fermeture des frontières suisses, les automobilistes doivent en revanche se montrer patients aux postes-frontières. En revanche, les routes sont d’un calme inhabituel mardi dans les grandes agglomérations, habituée aux embouteillages. Selon les infos trafics disponibles sur Google Maps, ce sont jusqu’à 7 kilomètres de bouchons qui se sont formés sur tous les axes menant à la douane de Bardonnex. Depuis mardi à minuit, le trafic frontalier en Suisse est canalisé aux principaux points de passage, a annoncé lundi l’Administration fédérale des douanes. Environ 130 petits postes-frontières ont été fermés dans tout le pays.  Seuls les ressortissants suisses, les personnes disposant d’un titre de séjour valable et les personnes qui viennent en Suisse pour travailler sont désormais autorisés à entrer. Cette restriction à l’entrée affecte uniquement la circulation des personnes. Les marchandises peuvent passer. Cette mesure vise à lutter contre la propagation du coronavirus.

Genève Aéroport limite l’accès au terminal

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Depuis son ouverture mardi matin, Genève Aéroport limite l’accès au terminal aux détenteurs d’un billet valable pour un vol confirmé. Cette mesure de filtrage vise à créer plus d’espace entre les passagers en attente, conformément aux consignes pour lutter contre la propagation du coronavirus. Compte tenu de la taille du terminal, des congestions pourraient se reporter à l’extérieur, notamment le week-end prochain, selon la porte-parole. Il est demandé aux passagers dans le terminal de garder les distances sociales et de respecter les mesures d’hygiène. Des vitres en Plexiglas sont en train d’être installées aux guichets check-in et au Visitors Center, mais la livraison du matériel est perturbée.

Ville de Genève: les Vert’libéraux renoncent au second tour

Les Vert’libéraux de la Ville de Genève renoncent à présenter un candidat pour le second tour de l’élection à l’exécutif, a indiqué le parti lundi soir dans un communiqué. Leur candidate Susanne Amsler est arrivée en septième position avec 9746 suffrages lors du premier tour dimanche. La majorité des membres du parti s’est prononcée en faveur de la liberté de vote pour le second tour. Le parti note toutefois dans son communiqué qu’il espère « que la population saura veiller à maintenir un équilibre au Conseil administratif en élisant, au-delà de la majorité rose-verte, un représentant du centre droit » afin que le plus de citoyens soient représentés à l’exécutif de la Ville de Genève.

Coronavirus: le Léman Express réduit son offre

En raison des différentes mesures nationales de lutte contre l’épidémie de COVID-19, l’offre du Léman Express est adaptée à partir du mercredi 18 mars, jusqu’à nouvel avis. « Au vu du nombre important d’arrêts maladie et de la fermeture des établissements scolaires, une partie du personnel ne peut actuellement assurer sa prise de poste », explique Lemanis dans un communiqué publié ce mardi. La circulation du Léman Express reste toutefois partiellement assurée. Néanmoins, les offres seront réduites dès mercredi 18 mars et des adaptations et retards seront possibles selon l’évolution de la situation.

Dès le jeudi 19 mars, les branches de Haute-Savoie entre Annemasse et Evian-Les-Bains / Annecy / St-Gervais-les-Bains-Le Fayet ne pourront plus être assurées par train. Ces relations seront partiellement substituées par des bus, jusqu’à nouvel avis. Lémanis, les CFF et la SNCF demandent aux voyageurs de consulter les horaires en ligne avant chaque voyage. Lémanis continue d’informer les voyageurs sur les changements importants qui devraient subvenir, via le groupe WhatsApp mis en place ainsi que sur le site lemanexpress.com. Les horaires sont disponibles sur les sites et applications des CFF et de la SNCF, dans la mesure du possible. Lémanis, les CFF et la SNCF, sont pleinement mobilisés pour informer les voyageurs et veiller à leur protection, comme à celle de ses collaborateur

La Suisse atteint la barre des 2700 cas positifs

Le nombre de cas de COVID-19 en Suisse et au Liechtenstein continue de progresser à un rythme soutenu. Mardi à la mi-journée, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) faisait état d’environ 2700 cas, contre environ 2300 la veille.  Selon un décompte de Keystone-ATS, le coronavirus a déjà fait au moins 25 victimes en Suisse depuis le 5 mars. Il s’agit principalement de personnes âgées ou souffrant déjà d’autres maladies.

L’OFSP clarifie les interdictions pour la vie privée

Les soupers entre amis ne sont pas interdits. Les enfants sont autorisés à se retrouver sur une place de jeux, mais pas à plus de cinq. Pour toutes les rencontres, les règles d’hygiène doivent être respectées. Tout comme la distance sociale, indique l’OFSP sur son site. De manière générale, l’office appelle les citoyens à réduire au maximum les contacts sociaux. La situation n’était pas claire pour les responsables de magasins qui vendent d’autres produits que de l’alimentaire. Les petites structures peuvent garder ouvert. Et les produits ne doivent pas être séparés. Les grandes enseignes qui ont des départements différents doivent fermer les rayons qui ne concernent pas les produits nécessaires au quotidien. Les boulangeries et boucheries peuvent aussi rester ouverts. Mais avec des restrictions: les boulangeries qui proposent un coin café doivent le fermer. Les produits ne peuvent être vendus qu’au comptoir.

L’OFSP a également éclairci la question des hôtels. Motels, auberges de jeunesse et cabanes du club alpin suisse pourront accueillir leurs clients. Les offres AirBnB ne sont pas soumises à restriction. Les cabinets médicaux sont autorisés à poursuivre leurs activités. Les physiothérapeutes, ergothérapeutes, ostéopathes, sages-femmes et les diététiciens comptent parmi le personnel de la santé. Selon le droit cantonal, les acupuncteurs, opticiens, hygiénistes dentaires, psychothérapeutes, homéopathes, podologues, praticiens de la santé et thérapeutes de la médecine traditionnelle chinoise font partie du personnel de santé. Les établissements sont toutefois tenus de repousser les interventions qui ne sont pas urgentes.

L’armée a commencé à mobiliser ses troupes

(KEYSTONE/Urs Flueeler).

L’Armée suisse a engagé lundi et mardi les premières troupes chargées de soutenir les autorités civiles face au coronavirus. Les militaires sont convoqués dans un délai d’un à trois jours au maximum. Le Conseil fédéral a décidé de mettre à disposition jusqu’à 8000 militaires d’ici fin juin au service des hôpitaux, de la logistique et de la sécurité. Les troupes en service régulier seront les premières à être mobilisées. Les écoles de recrues, les services longs et les cours de répétition seront prolongés si nécessaire.

En plus des aides au personnel soignant, il est également prévu que l’armée se charge, si nécessaire, de différentes tâches logistiques supplémentaires, notamment en transportant et en montant des infrastructures improvisées. L’armée pourra aussi décharger les corps de police cantonaux dans le domaine de la sécurité, apporter un soutien renforcé au niveau de la protection des ambassades, mais aussi aux frontières et dans les aéroports.

Nouvelles propositions du SECO pour les entreprises vendredi

Le SECO va présenter vendredi des propositions pour couvrir les entreprises et les personnes qui ne peuvent pas avoir recours à ces possibilités. Généraliser le report des paiements n’est en revanche pas la meilleure solution car elle serait appliquée aussi à des entreprises qui n’en ont pas besoin. Le SECO va également mettre en place une ligne téléphonique pour répondre directement aux questions des entreprises. Le problème de livraison du matériel médical provenant de l’étranger n’est pas encore résolu. Il vient d’un nouveau règlement édicté par l’UE jeudi dernier. Sa mise en oeuvre est encore peu claire et crée beaucoup d’incertitudes. Les instruments à disposition devraient être étendus aux travailleurs intérimaires et à ceux aux contrats à durée déterminée. Le chômage partiel, largement utilisé, est actuellement la meilleure mesure pour les employés. La garantie de cautionnement est une autre solution.

Des mesures sont nécessaires pour protéger le personnel de santé

(KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Pour le SSP, les mesures décidées par le Conseil fédéral ne vont pas assez loin et ne permettront pas d’éviter l’écroulement du système de santé. Le syndicat demande au Conseil fédéral de décréter urgemment « un arrêt massif de toutes les activités de production et de service qui ne sont pas socialement nécessaires et urgentes ». Il demande également une meilleure protection du personnel de santé. Les personnes âgées de plus de 60 ans ne doivent pas être contraintes à travailler dans les services à fort risque de contamination.  Le droit aux pauses et aux périodes de repos doit être respecté pour garantir des conditions sécurisées au personnel de santé. Le syndicat appelle par ailleurs à une surveillance accrue notamment des heures supplémentaires, de la durée hebdomadaire du travail et des interdictions de congés. Il demande par ailleurs que les heures supplémentaires soient indemnisées en temps ou en argent de 25%, une fois la crise sanitaire passée. La garde d’enfants pour le personnel de santé devrait en outre être gratuite.

Cinq vols prévus pour rapatrier les touristes suisses du Maroc

La Confédération s’efforce de favoriser un retour des touristes suisses bloqués au Maroc. Dès mardi, au moins cinq vols affrétés par des compagnies aériennes basées en Suisse peuvent être effectués au départ de Marrakech. Des vols supplémentaires sont prévus par ces compagnies dans le courant de la semaine. L’ambassade helvétique dans le royaume chérifien est en contact régulier avec les touristes suisses et les a informés de ces possibilités de retour. Il s’agit de vols commerciaux. Les voyageurs suisses sont responsables d’effectuer les réservations nécessaires et de prendre à leur charge les frais correspondants. Le Maroc a annoncé la semaine passée la suspension « jusqu’à nouvel ordre » de ses vols en provenance et à destination de 29 pays, dont la Suisse et la France, afin de prévenir la propagation du nouveau coronavirus. En février, dix Suisses et cinq de leurs proches chinois avaient pu être évacués de Chine à bord de deux avions affrétés par la France.

La Suisse risque de tomber en récession au premier semestre (KOF)

L’économie suisse risque de faire les frais de la pandémie de coronavirus et devrait chuter en récession en première partie d’année avant de rebondir par la suite. Grâce aux différentes mesures de soutien, les répercussions sur l’emploi devraient être limitées.  Dans leur scénario de base, les spécialistes de l’institut conjoncturel KOF s’attendent à un repli du produit intérieur brut (PIB) au premier et deuxième trimestres, ont-ils indiqué mardi dans un communiqué.  Sur l’ensemble de l’année, la Suisse ne devrait plus enregistrer qu’une croissance de 0,3%, contre une hausse de 1,8% attendue jusqu’à présent. En 2021, le KOF table toujours sur une progression du PIB de 1,4%.

Premier décès dans le canton de Neuchâtel

Le canton de Neuchâtel a enregistré mardi à 01h00 sur le site de La Chaux-de-Fonds du Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) un premier décès lié au coronavirus. Il s’agit d’un homme âgé de 79 ans avec comorbidité,  soit un profil de patient particulièrement à risque. a indiqué la Chancellerie d’Etat.

Vingt-quatre nouveaux cas de Covid-19 dans le canton de Zurich

Le canton de Zurich annonce mardi 24 nouveaux cas confirmés de coronavirus. Au total, 294 personnes ont été testées positives en terres zurichoises depuis le début de la crise, indique le département cantonal de la santé sur Twitter.

Décès d’une femme de 78 ans dans les Grisons 

Une femme de 78 ans est décédée du coronavirus dans les Grisons dans la nuit de lundi à mardi. Elle souffrait d’autres maladies avant d’être infectée par le virus, ont indiqué mardi les autorités cantonales.

(KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Pour protéger ses caissiers, la Migros mettra en place ces prochains jours des plexiglas aux caisses. Le grossiste appelle aussi à la solidarité des clients afin de maintenir la « distance sociale ». L’entreprise a également commencé à produire des produits désinfectants puisque ceux-ci ne sont presque plus disponibles. L’ensemble des 100’000 collaborateurs du groupe sont déjà été équipé avec du désinfectant. Les règles d’hygiène de l’Office fédéral de la santé sont strictement suivies. Combinées à un nettoyage régulier et conventionnel des surfaces, ces mesures offrent une protection efficace contre la transmission d’homme à homme.

En Europe:

L’Euro reporté à l’an prochain

(KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

L’UEFA a décidé de reporter l’Euro à l’an prochain. Le tournoi réunissant les 24 meilleures équipes nationales du continent se jouera du 11 juin au 11 juillet 2021. Les associations membres doivent entériner cette décision mardi après-midi. Acculée par le coronavirus, l’UEFA n’avait plus le choix. Il lui fallait absolument reporter le tournoi. Le risque de propagation du Covid-19 était trop grand, alors que les phases qualificatives ne sont pas encore terminées. Quatre sélections doivent encore gagner leur place. Or, les matches de barrage devaient se dérouler du 26 au 31 mars.

Roland Garros repoussé au mois de septembre

(Martin Bureau/Pool via AP, File)

En raison du Coronavirus, l’édition 2020 de Roland Garros est repoussée au moins de septembre. Les travaux rendent possible l’organisation du tournoi en automne. La Fédération Française de Tennis précise que les travaux – en particulier le toit rétractable du court Philippe Chatrier – « rendent possible l’organisation du tournoi à cette période », à savoir en début d’automne à une période où les jours sont plus courts.

Le Royaume-Uni influencé par des prévisions alarmistes

Le gouvernement britannique a drastiquement renforcé ses mesures face au nouveau coronavirus. Il a été mis en garde par des scientifiques que la pandémie pourrait causer plus de 250’000 morts au Royaume-Uni sans changement de stratégie. Lundi soir, le Premier ministre Boris Johnson a recommandé aux personnes âgées et femmes enceintes de s’isoler pendant trois mois. Dans la foulée mardi matin, le Royaume-Uni a déconseillé à ses ressortissants tout voyage à l’étranger « non essentiel », dans un premier temps pour 30 jours, mettant en avant les limitations « sans précédent » à la circulation imposées dans le monde.

Ces mesures restent moins radicales que celles prises dans les pays voisins. Elles ne prévoient ni fermeture des écoles, restaurants ou salles de spectacle, ni interdiction formelle des rassemblements. Elles constituent cependant un net renforcement par rapport à la stratégie controversée adoptée jusqu’alors, qui consistait essentiellement à isoler les personnes présentant des symptômes ou revenant de zones à risque pour alléger la pression sur les services de santé et favoriser l’émergence d’une « immunité collective ».

Dans le reste du monde:

Suspension au dernier moment de la primaire démocrate dans l’Ohio

(David Proeber/The Pantagraph via AP)

Quelques heures à peine avant l’ouverture des bureaux de vote, le gouverneur de l’Ohio a annoncé le report de ses primaires présidentielles en citant l’ »urgence sanitaire » à cause du coronavirus. Il s’agit d’une première dans la longue course à l’investiture démocrate dominée par Joe Biden face à Bernie Sanders. Le nombre de cas confirmés du coronavirus aux Etats-Unis a franchi lundi la barre des 4200 cas, dont plus de 70 morts. Les scrutins prévus mardi dans trois autres Etats, -Arizona, Floride et Illinois- étaient eux maintenus avec des mesures de précaution renforcées. La Louisiane, la Géorgie et le Kentucky, qui devaient voter plus tard, ont d’ores et déjà reporté leurs scrutins à mai et à juin. D’autres Etats pourraient rapidement suivre.

A Las Vegas les casinos ferment

(AP Photo/John Locher)

Machines à sous silencieuses, tables de poker désertées: frappés de plein fouet par l’épidémie de coronavirus et ses retombées économiques, de grands casinos de Las Vegas et leurs hôtels géants vont fermer leurs portes pour plusieurs semaines. Des cas de Covid-19 ont commencé à être diagnostiqués parmi les employés des casinos, un premier décès lié au coronavirus a été annoncé lundi et la plupart des touristes étrangers sont de toute façon maintenus à distance. Les dizaines de milliers d’employés du secteur, dont beaucoup se retrouvent au chômage, en sont réduits à serrer les dents en espérant que la situation revienne à la normale au plus vite. L’industrie du jeu est menacée dans l’ensemble des Etats-Unis par les consignes de lutte contre l’épidémie. D’après les chiffres de la profession, elle emploie environ 1,8 million de personnes dans le pays pour un chiffre d’affaires de plus de 260 milliards de dollars.

L’Amérique du Sud également frappée par le Covid-19

La Colombie va fermer toutes ses frontières à partir de mardi et ce jusqu’au 30 mai pour combattre la propagation du coronavirus, a annoncé lundi le président Ivan Duque. De son côté, le président Nicolas Maduro a décrété lundi la mise en quarantaine de la totalité du Venezuela pour lutter contre le virus, qui a contaminé 33 personnes dans le pays jusqu’à présent.

Evasion massive au Brésil

Des centaines de prisonniers se sont évadés lundi de centres pénitentiaires dans l’Etat de Sao Paulo (sud-est du Brésil) après la décision des autorités de suspendre les sorties temporaires de leur régime de semi-liberté pour éviter la propagation du Covid-19. Les autorités avaient décidé d’annuler la sortie prévue mardi « parce qu’elle concernait plus de 34’000 détenus en régime de semi-liberté et que, à leur retour, il y aurait un grand risque d’introduire et propager le coronavirus au sein d’une population vulnérable », a expliqué le secrétariat de l’Administration pénitentiaire de l’Etat de Sao Paulo. Le Brésil, pays de 210 millions d’habitants, dénombre jusqu’ici 234 cas de coronavirus, sans déplorer de décès, dont 152 dans l’Etat de Sao Paulo, le plus peuplé du pays.

 

ATS/MH

1 commentaire

1 commentaire

  1. thomas

    17 mars 2020 à 21 h 16 min

    Bonjour,

    Avez vous des informations au niveau des métiers du paysage ? (jardiner, maçon…) sa reste très flou. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Covid-19 à Genève: les chiffres stagnent à un niveau élevé

Publié

le

La situation sanitaire stagne à Genève sur le front du Covid-19. Chaque jour entre 180 et 220 cas sont détectés. Ce qui inquiète les autorités sanitaires. Elles demandent à la population de respecter strictement les gestes barrières. 

Sur le front sanitaire la situation reste préoccupante à Genève. Les contaminations demeurent à un niveau élevé et semblent stagner en plateau. Chaque jour entre 180 et 220 cas sont détectés et les choses sont à surveiller de près si l’on veut éviter une troisième vague…. Le détail avec la Médecin cantonale Aglaé Tardin.

Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

La population est encouragée à se faire tester au moindre symptôme dans un des cinq centres du canton. Du côté des lieux de cultes, les précisions devraient être fixées tout prochainement. Notamment quant au nombre de personnes autorisées. Les gestes barrières doivent être impérativement respectés ce qui est plus difficile dans un lieu de recueillement, selon Aglaé Tardin

Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Actuellement 260 personnes sont hospitalisées aux HUG dont 32 personnes aux soins aigus. Chaque jour entre 5 et 7 décès sont enregistrés. Des chiffres à mettre en lien avec les récentes ouvertures, selon le Directeur général de la santé, Adrien Bron.

Adrien Bron Directeur général de la santé

Limite de 100 contamination par jour pour ouvrir les restaurants

Pour ouvrir les commerces, les autorités avaient fixé une limite à 250 cas maximum par jour. Pour celle des restaurants, la limite de 100 a été fixée. Mais il ne semble pas qu’elle sera atteinte d’ici le 10 décembre. Pourquoi cette limite de 100 personnes? Ecoutez la réponse de la Doctoresse Tardin

Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Le taux d’incidence a repassé la barre des 0,5 pour atteindre 0,62 la semaine passée.

 

Continuer la lecture

Actualité

Les cérémonies religieuses autorisées à Genève grâce à deux recours en justice

Publié

le

Photo Illustration KEYSTONE/Martial Trezzini

Genève, la chambre constitutionnelle de la Cour de justice a octroyé l’effet suspensif à deux recours dirigés contre l’interdiction temporaire des cultes religieux.

Les fidèles peuvent à nouveau se réunir. Le canton lance un appel pour que de strictes mesures sanitaires soient respectées.

Le Département de la sécurité de l’emploi et de la santé, qui travaillait à une réouverture de ces lieux, va naturellement suivre la décision du tribunal. Il va communiquer très rapidement les mesures sanitaires pour permettre de protéger la population et limiter au maximum les risques des contaminations, a indiqué son porte-parole Laurent Paoliello à Keystone-ATS.

Dans l’immédiat, il est impératif que les personnes qui assisteront aux cérémonies religieuses respectent strictement les gestes barrières. Elles doivent éviter tout contact direct et indirect, ne pas se passer d’objets, respecter la distance de la sécurité. Il leur est ainsi demandé de ne pas chanter, de porter un masque et de se désinfecter les mains, a précisé M.Paoliello.

Atteinte à la liberté religieuse

La décision de la Cour fait suite à deux recours formés contre l’arrêté du Conseil d’Etat du 1er novembre 2020, amendé le 25 novembre, qui voit les services religieux et autres manifestations religieuses accessibles au public être interdites. L’effet suspensif a été demandé, au motif que la mesure viole la liberté religieuse, a indiqué jeudi la Cour de justice dans un communiqué.

Statuant sur son octroi, la chambre constitutionnelle a constaté que l’interdiction litigieuse constitue une atteinte potentiellement grave à la liberté religieuse, car elle revêt un caractère quasi-absolu. Seuls les offices de funérailles et de mariage sont tolérés dans une certaine mesure.

Bien qu’elle soit censée être temporaire, cette mesure a déjà été prise au printemps, et se voit en l’occurrence prolongée jusqu’au 17 décembre 2020 sans assurance qu’elle ne le soit pas à nouveau. Si l’interdiction poursuit un intérêt important voire vital de santé publique, elle pose un sérieux problème de respect du principe de la proportionnalité.

Pas des clusters

A première vue, des mesures moins incisives permettraient d’atteindre ce but sans emporter une ingérence aussi importante aux droits fondamentaux. De plus, il n’a pas été démontré que les lieux de culte avaient constitué des foyers de contamination particuliers (« clusters ») dans le canton depuis la mise en place de mesures de protection.

Les chances de succès du recours étant ainsi élevées, la chambre constitutionnelle lui a octroyé l’effet suspensif. Il appartiendra au service du médecin cantonal de déterminer à bref délai les mesures sanitaires adéquates.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Radio Lac est partenaire de la 33e édition du Téléthon !

Publié

le

Ensemble, nous sommes tous plus forts ! Le 33e Téléthon aura lieu du 4 au 5 décembre prochain et Radio Lac en est partenaire.

Téléthon 2020: une édition adaptée à la situation sanitaire

Malgré le contexte sanitaire qui rend difficile la tenue des manifestations liées au Téléthon, il était impensable pour l’organisation de l’événement de renoncer en 2020. L’édition 2020 sera donc adaptée à la situation avec moins de manifestations de terrain mais toujours avec un élan de solidarité incroyable. Les bénévoles du Téléthon seront donc mobilisés, dans le respect du gestes barrières.

Parmi les adaptations 2020, les traditionnelles fondues se feront depuis la maison avec un concours photo et pour les peluches de l’année, la vente se fera via des drive-in ou elles seront livrées à domicile par les bénévoles.

2020 ne fera donc pas exception, le Téléthon aura lieu même si la fondation prévoit déjà une recolte de dons moins importante que les années précédentes. Rappelons qu’en 2019, elle avait collecté plus de 1’900’000 CHF pour aider la recherche sur les maladies génétiques rares. Malgré tout, le Téléthon est determiné à aller toujours plus loin et invite tout le monde à apporter son soutien !

Evan, ambassadeur du Téléthon 2020 avec sa famille.

Comme chaque année, le Téléthon 2020 a sa famille ambassadrice. Il s’agit de la famille d’Evan qui a découvert il y a trois ans qu’il était atteint de la myopathie de Becker, une maladie neuromusculaire caractérisée par une atrophie et une faiblesse musculaires progressives. Cette maladie chronique est aujourd’hui incurable mais des progrès sont faits tous les jours grâce à la recherche !

 

Ensemble, soutenons le Téléthon 2020

La solidarité est indispensable en cette période, en particulier pour les personnes touchées par une maladie génétique rare. Radio Lac soutient le Téléthon les 4 et 5 décembre prochain pour aider la Fondation de Recherche sur les Maladies Musculaires (FSRMM). Pendant ces deux jours d’opération, Radio Lac vous fait suivre les actions du Téléthon à Genève.

Vous aussi, vous souhaitez soutenir le Téléthon ? On vous explique tout juste en dessous.

Covid oblige, vous pouvez soutenir le Téléthon depuis votre salon ! Pour cela, c’est très simple, il vous suffit d’envoyer votre don:

– par SMS au 339 en envoyant TELETHON suivi du montant

– par téléphone au 0800 850 860

– par Twint en utilisant le QR code ci-dessous

Vous pouvez également envoyer directement votre don via le site du Téléthon.

Vous avez aussi la possibilité d’acheter la peluche de l’année, le mignon kangourou, Jumpy au prix de CHF 12.-. Cette peluche, dont l’intégralité des bénéfices sont reversés au Téléthon, est disponible sur la boutique en ligne du Téléthon.

Coucou Jumpy !

Il n’a jamais été aussi important de faire preuve de solidarité et le slogan du Téléthon, « Ensemble, nous sommes tous plus fort », prend encore plus de sens en cette période. Ensemble, aidons la recherche sur les maladies génétiques rares !

Continuer la lecture

Actualité

Les magasins genevois resteront ouverts jusqu’à 20h le samedi

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

A Genève, la chambre constitutionnelle de la Cour de justice refuse d’octroyer l’effet suspensif au recours formé contre l’extension des horaires d’ouverture des magasins le samedi. La mesure facilite le respect des mesures sanitaires visant les commerces de détail, estime-t-elle.

Par arrêté du 25 novembre, le Conseil d’Etat a fixé l’heure de fermeture des magasins du samedi à 20h00. Il a dérogé en cela à la loi cantonale sur l’heure d’ouverture des magasins qui prévoit une fermeture du samedi à 18h00, rappelle la Cour de justice jeudi dans un communiqué.

Un recours a été formé contre cette mesure, avec demande d’effet suspensif, parce qu’elle vise un but économique et favorise des phénomènes de surconsommation. Un facteur contre-indiqué d’un point de vue sanitaire selon les opposants à cette prolongation.

Concernant l’effet suspensif, la chambre constitutionnelle considère que la mesure litigieuse vise un but sanitaire: elle a pour objectif de diluer sur la journée les clients des magasins en augmentant de 20 % la période pendant laquelle ceux-ci peuvent venir faire leurs achats.

Les clients sont ainsi moins nombreux simultanément dans un même lieu. Cela favorise le respect des distances interpersonnelles et diminue le risque de files d’attente à l’entrée des magasins.

Compte tenu de l’objectif poursuivi par la mesure, soit la protection de la population et l’empêchement de la propagation du coronavirus, le Conseil d’Etat pouvait a priori se fonder sur les dispositions qui fondent le droit d’urgence et de nécessité pour déroger au droit cantonal. Une telle mesure, limitée dans le temps (soit jusqu’au 17 décembre 2020), n’est au demeurant manifestement pas disproportionnée, conclut la Cour.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

La start-up vaudoise ClearSpace va nettoyer l’espace en 2025

Publié

le

En près de 60 ans d'activité spatiale, environ 42'000 objets de plus de 10 centimètres gravitent autour de la Terre, formant un nuage de déchets. Ici une vue d'artiste générée par ordinateur et fournie par l'Agence spatiale européenne (archives). (©KEYSTONE/AP European Space Agency)

L’agence spatiale européenne (ESA) a signé mardi un contrat avec la start-up suisse ClearSpace pour la première mission au monde d' »enlèvement » d’un débris spatial. Elle ouvre ainsi la voie vers un nouveau marché de dépollution de l’orbite terrestre.

Il s’agira de la première mission au monde de nettoyage en orbite, a précisé l’ESA. Pour l’agence spatiale, qui compte 22 Etats membres, c’est aussi une première, car « jamais nous n’avions confié un contrat d’une telle ampleur à une petite start-up », a précisé à l’AFP Eric Morel de Westgayer, en charge de l’industrie et des achats à l’ESA.

Plus de 40’000 objets

En près de 60 ans d’activité spatiale et plus de 5500 lancements, environ 42’000 objets de plus de 10 centimètres gravitent autour de la Terre, formant un nuage de déchets composé de fusées anciennes, de morceaux de satellites restés en orbite après explosion ou de satellites entiers qui ne sont plus opérationnels, entre autres. Un chiffre édifiant expliqué par Luc Piguet, CEO et Co-fondateur de ClearSpace:

Luc Piguet CEO et Co-fondateur de ClearSpace

Entreprise dérivée de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), ClearSpace a recueilli des contributions d’une vingtaine de sociétés venant de huit pays membres de l’ESA (Suisse, République tchèque, Allemagne, Royaume-Uni, Pologne, Suède, Portugal et Roumanie).

La start-up construira un satellite nettoyeur de 500 kilos, qui évaluera dans un premier temps la vitesse de Vespa. Il devra ensuite capturer sa cible, en l’encerclant de ses quatre « tentacules », pour la désorbiter. Vespa se désintègrera ensuite dans l’atmosphère, avec son satellite nettoyeur. Les explications de Luc Piguet, CEO et Co-fondateur de ClearSpace:

Luc Piguet CEO et Co-fondateur de ClearSpace

Ce contrat de services, d’un montant total de 100 millions d’euros, dont 86 millions (93 millions de francs) investis par l’ESA, partira en 2025 et aura pour cible un morceau d’une ancienne fusée européenne Vega. Le débris appelé Vespa (Vega Secondary Payload Adapter), qui pèse 112 kilos, a été laissé en 2013 en orbite basse, à 800 km de la Terre. Mais pourquoi avoir choisi ce débris en particulier ? La réponse de Luc Piguet:

Luc Piguet CEO et Co-fondateur de ClearSpace

Marché encore vierge

Confier à ClearSpace cette première mission dans un marché encore vierge était « une manière de lui mettre le pied à l’étrier, et nous espérons qu’en faisant la démonstration de la faisabilité technique, nous permettrons à ce marché de se développer », a poursuivi le responsable de l’ESA, qui veut également « montrer l’exemple » en matière de dépollution spatiale.

Créée en 2018 par des experts de l’étude des débris spatiaux – ClearSpace a été sélectionnée parmi douze candidats. « Nous sommes très fiers que notre spin-off Clearspace ait été choisie par l’ESA pour sa première action de nettoyage », a indiqué le président de l’EPFL Martin Vetterli, cité dans un communiqué de l’agence spatiale.

La première sortie opérationnelle est prévue en 2025 après un lancement depuis la base de lancement de Kourou en Guyane française. La mission ClearSpace-1 fait partie du programme ADRIOS de l’ESA, visant à développer des services en orbite pour les satellites tel que le ravitaillement, la réparation ou les manœuvres orbitales. Des partenaires industriels et hautes écoles suisses seront également de la partie.

ATS/Tom Monaci

Continuer la lecture