Rejoignez-nous

Actualité

Coronavirus: toutes les infos du 2 avril 2020

Publié

,

le

KEYSTONE/Gaetan Bally

Le second tour des élections municipales genevoises est maintenu

Le second tour de l’élection des exécutifs municipaux genevois aura lien comme prévu dimanche. La justice a rejeté le recours déposé par Ensemble à Gauche, SolidaritéS, le DAL et le MCG, qui estiment que l’organisation du scrutin dans de telles conditions n’est pas démocratique. Dans son arrêt publié jeudi, la Chambre constitutionnelle de la Cour de justice a procédé à une pesée d’intérêt entre le report et le maintien de ce second tour malgré l’épidémie de Covid-19. Les juges relèvent notamment qu’aucun nouveau candidat ne s’est déclaré pour le deuxième tour. Le premier tour avait eu lieu le 15 mars. « Il n’y a pas eu non plus de modification notable ni d’alliances politiques, ni d’argumentaire de certains candidats », ajoutent les juges. Ils admettent que la restriction des libertés d’expression et de réunion affectent la campagne, mais relèvent que les candidats ont tout de même pu la mener via internet et les réseaux sociaux.

Les juges ont donc privilégié le maintien du second tour. « On ne saurait en effet minimiser les difficultés juridiques et institutionnelles que pourrait entraîner un report sine die du second tour », ont-ils insisté. « Nous sommes contents d’avoir eu cette décision de justice avant dimanche afin de clarifier le débat », a réagi la chancelière Michèle Righetti. De son côté, le président du gouvernement Antonio Hodgers a rappelé qu’en maintenant ce second tour, Genève ne se singularisait pas par rapport aux autres cantons dans la même situation. Nidwald a ainsi autorisé le maintien des élections communales prévues dimanche, Saint-Gall a maintenu le second tour des élections cantonales prévues le 19 avril – avec vote par correspondance uniquement – et Lucerne avait maintenu le premier tour des élections communales le 29 mars.

A Genève, les locaux de vote seront fermés dimanche et seul le vote par correspondance est possible. Les enveloppes peuvent être récupérées à domicile sur demande par la police municipale. Les électeurs ont été informés par courrier de ces modalités particulières. Jeudi, le taux de participation atteignait 23%, a précisé la chancelière. Etant données les mesures strictes imposées pour le dépouillement, les résultats définitifs ne seront pas connus avant mardi soir. Au total, 21 communes sur les 45 du canton doivent élire dimanche leur exécutif. Parmi celles-ci, la Ville de Genève où seul un magistrat sortant se représente.

De nombreuses incivilités dans la campagne genevoise

A Genève, de nombreux promeneurs qui profitent de la campagne depuis le début de la pandémie de Covid-19 ne sont pas respectueux de l’environnement. Des déchets sont abandonnés, des cultures piétinées, déplore le Conseil d’Etat. Lors du point presse de ce jeudi matin, le Président du Conseil d’Etat a salué la nécessité de s’aérer mais constate que la population se promène parfois de manière désorganisée en campagne. Le stationnement est parfois aléatoire. Les automobiliste garent leur véhicule sur des bandes herbeuses et dans des prairies bloquant parfois l’accès des engins agricoles, a relevé jeudi le président du gouvernement Antonio Hodgers. Tout en comprenant la nécessité de s’aérer, il appelle à respecter l’espace rural et les sites naturels du canton.

« Sans quoi des mesures de restrictions d’accès seront prises », a annoncé M.Hodgers. Le gouvernement demande de rester sur les chemins balisés, de ne pas pénétrer dans les champs, les vignes, les prés et les pâturages. Les feux en forêt sont strictement interdits en dehors des sites aménagés, a rappelé M.Hodgers. La police cantonale procédera à des contrôles et sanctionnera les contrevenants. Avant un week-end printanier, le Conseil d’Etat souhaite, sans sévir, en appeler au civisme des Genevois. Antonio Hodgers demande également à ceux et celles qui voudraient sortir, dans les prochains jours, de renoncer ou d’écourter leurs promenades dès lors qu’ils constatent qu’un trop grand nombre de personnes est rassemblé.

Le Conseil d’Etat rappelle ces consignes.

  • Gardez vos distances (2m). Tout rassemblement de plus de cinq personnes est interdit, y compris dans le cadre d’une promenade.Restez sur les chemins ou les sentiers balisés, ne pénétrez pas dans les champs, les vignes, les prés, les pâturages ou les surfaces de promotion de la biodiversité et ne provoquez pas de dégâts aux cultures.
  • Respectez la tranquillité de la nature, veillez à ne pas déranger la faune ou endommager la flore, ne faites pas de feux en forêt – ils sont formellement interdits en dehors des sites aménagés.
  • Les chiens doivent impérativement rester sur les chemins : gardez les chiens en laisse, et tout particulièrement dans les zones cultivées et en forêt (période de naissance pour la faune sauvage).
  • Respectez les indications et panneaux, notamment les règles qui s’appliquent aux réserves naturelles.
  • Ne laissez aucun déchet derrière vous.

Pour en savoir plus sur les comportements à adopter,  site de l’USP : www.sbv-usp.ch/fr/dechets-sauvages

Le SIT veut une allocation pour les employées domestiques

La crise due au Covid-19 frappe durement les personnes aux emplois précaires, notamment les employées domestiques. A Genève, le SIT appelle le Conseil d’Etat à prendre des mesures urgentes pour les protéger, dont la création d’une allocation temporaire cantonale de pandémie. Estimées entre 8000 et 10’000 dans le canton de Genève, les employées domestiques cumulent pour la plupart diverses formes de précarité: de l’emploi, du statut de séjour, du logement, de la couverture sociale, y compris en termes d’accès aux soins, a rappelé David de Filippo, co-secrétaire général du Syndicat interprofessionnel des travailleurs (SIT) jeudi lors d’un point de presse vidéo. Réalisant des tâches essentielles au fonctionnement de la société, (garde d’enfant, assistance aux personnes âgées, handicapées ou malades), les travailleuses de l’économie domestique se retrouvent aujourd’hui au cœur du dispositif de lutte contre la pandémie: le domicile des gens. Dans ce lieu dévolu au confinement, elles ne bénéficient d’aucune forme de protection, ni sanitaire ni de leur revenu, a expliqué M. De Filippo.

Depuis le 16 mars, le syndicat a reçu une centaine d’appels d’employées domestiques licenciées ou perdant des heures de travail du jour au lendemain, a indiqué Mirella Falco, secrétaire syndicale en charge de l’économie domestique. Leurs employeurs renoncent aux services de ménage et/ou de garde d’enfants, craignant la contamination ou étant eux-mêmes confinés en télétravail ou en RHT (chômage partiel). Les employées de maison en charge d’enfants, de personnes malades ou âgées se rendent au travail la peur au ventre: peur de contaminer le foyer où elles travaillent ou de tomber malades et de rester sans revenu. Elles se retrouvent ainsi « dans une détresse extrême », a souligné la secrétaire syndicale. Etant sous contrat avec des personnes privées, les employées domestiques ne peuvent en effet prétendre à l’indemnité en cas de RHT, réservée aux entreprises produisant bien et services. L’accès au chômage ou aux allocations perte de gains (APG) est également difficile, en raison des caractéristiques structurelles du secteur: persistance du travail non déclaré, absence de fiches de salaires, de contrats écrits et de stabilité dans le nombre d’heure travaillées, le plus souvent auprès de plusieurs employeurs Malgré la régularisation effectuées lors de l’opération Papyrus, environ 3000 d’entre elles ne disposent pas d’une permis de séjour, ce qui leur ferme l’accès aux chômage et aux assurances sociales, a notée Mme Falco.

Pour remédier à cette situation, le SIT a adressé jeudi dix revendications au Conseil d’Etat. Parmi les plus importantes, une allocation temporaire cantonale de pandémie forfaitaire de 3’320 francs par mois, afin de garantir un revenu d’existence minimal, subsidiaire au dispositif d’assurances sociales fédéral. Elle pourrait être étendue à tous les travailleurs précarisés, comme le revendique la CGAS, a relevé M. de Filippo. Le SIT demande également la reconnaissance du caractère essentiel pour la collectivité de leur tâche de soins et d’assistance. Les employées domestiques doivent bénéficier des mêmes mesures de protection sanitaire que le personnel d’aide à domicile, estime-t-il. Enfin, les autres activités non essentielles de l’économie domestique doivent être interdites de manière à protéger la santé de tous. Interpellé à ce sujet jeudi lors de son point presse, le Conseil d’Etat va étudier avec attention les demandes des syndicats qui concernent un secteur économique dont le personnel a un statut fragile. Selon le président du gouvernement Antonio Hodgers, « cela se fera en lien avec l’aide aux entreprises et avec l’aide sociale ». Afin de protéger ces personnes, il faut les connaître a ajouté le conseiller d’Etat Pierre Maudet. Il a appelé le personnel de l’économie domestique à faire part de ses difficultés.

Genève veut aider financièrement les petites entreprises

Genève va soutenir les petites entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires entre 20’000 et 100’000 francs. La Fondation d’aide aux entreprises (FAE) pourra attribuer des crédits sans intérêt pour permettre à ces sociétés de continuer à payer leurs charges urgentes. Cette mesure vise les microsociétés. L’aide de transition allouée par la FAE peut aller jusqu’à 25% du chiffre d’affaires annuel brut déclaré ou des charges annuelles justifiées de l’entreprise. « Les dossiers pour demander les aides sont ramenés au stricts minimum », a souligné jeudi Pierre Maudet, chef du Département du développement économique. Cette mesure pour les plus petites entreprises a pu être mise en place car de nombreuses PME ont retiré leur dossier à la FAE suite au programme de crédit lancé jeudi par le Conseil fédéral. Depuis le vendredi 13 mars, date de l’annonce de la fermeture de certains commerces, la FAE a reçu plus de 700 dossiers de demande de prêt direct sans intérêts. A ce jour 52 sollicitations, pour un montant total de 4,6 millions de francs, ont été validées. Les demandes sont en baisse en raison du programme lancé au niveau fédéral.

La hotline (022 388 34 34) mise en place dès le début pour répondre aux questions économiques a été largement sollicitées avec plus de 1400 appels. Le nombre de questions diminue, mais les préoccupations sont plus vives, a relevé M.Maudet. La perception d’une certaine urgence est très forte, a-t-il ajouté. Les demandes de chômage partiel continuent d’affluer. Plus de 11’000 demandes ont été déposées. Elles concernent plus de 130’000 personnes. Pierre Maudet a rappelé que le canton a sollicité la Confédération pour un élargissement des aides pour les indépendants.

L’année scolaire ne sera pas prolongée

L’année scolaire ne sera pas prolongée. Elle doit être intégralement validée pour les enfants de l’école obligatoire. Concernant le secondaire II, les élèves doivent obtenir leurs certificats assez tôt pour pouvoir commencer des études ou un emploi à l’automne. La Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) a adopté mercredi des principes et mesures communs. L’objectif est que des solutions harmonisées au niveau national soient mises en oeuvre aux différents degrés de la scolarité et dans la formation des enseignants, indique-t-elle jeudi dans un communiqué. Leur mise en œuvre est du ressort des cantons. Pour les diplômés de toutes les filières du degré secondaire II, la possibilité de commencer des études ou un emploi en automne « est garantie », souligne-t-elle.

Les élèves de dernière année des gymnases, des écoles de culture générale et des filières de maturité professionnelle ainsi que les élèves de la passerelle « maturité professionnelle, maturité spécialisée – hautes écoles universitaires » obtiendront leur certificat « suffisamment tôt ». Une décision concernant les modalités de délivrance des certificats sera prise début mai au plus tard. Des scénarios sont en cours d’élaboration. La décision dépendra notamment de l’évolution de la pandémie. Concernant la formation professionnelle, la question de la procédure de qualification sera réglée d’entente avec la Confédération et les partenaires sociaux. La protection et la santé des apprentis constituent « une priorité absolue », relève la CDIP. Concernant l’école obligatoire, l’année scolaire « sera validée intégralement dans tous les cantons, bien que l’enseignement ait actuellement lieu à distance et même si de nouvelles décisions devaient être prises par le Conseil fédéral ». L’année scolaire en cours ne sera donc pas prolongée et les calendriers scolaires établis par les cantons restent valables. En outre, les vacances ne seront pas utilisées pour l’enseignement. Des bulletins de notes seront délivrés pour toutes les années scolaires. Il y sera indiqué que l’enseignement a eu lieu à distance durant la période de la pandémie de coronavirus. Les cantons devront édicter d’ici fin avril des dispositions relatives au passage de l’école primaire au degré secondaire I et du degré secondaire I au degré secondaire II, ajoute la CDIP.

La Suisse enregistre 1128 nouveaux cas de Covid-19

(KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Jeudi à 08h00, la Suisse comptait 18’267 cas testés positifs au coronavirus, soit 1128 de plus que la veille. A l’heure actuelle, 432 personnes sont décédées des suites de la maladie Covid-19, selon le site de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). La Suisse a désormais l’une des incidences les plus élevées (213 cas pour 100’000 habitants) en Europe, précise jeudi l’OFSP dans son rapport. Celui-ci est basé sur les informations fournies par les laboratoires et les médecins dans le cadre de la déclaration obligatoire. Les chiffres du jour se basent sur les déclarations que l’OFSP a reçues jusqu’à jeudi matin. C’est pourquoi ils peuvent diverger de ceux communiqués par les cantons. Jusqu’à présent, 432 personnes testées positives pour le Covid-19 en laboratoire sont décédées en Suisse. Parmi elles, 276 étaient des hommes (64%) et 156 des femmes (36%). L’âge des personnes décédées va de 32 à 101 ans, avec un âge médian de 82,5 ans.

Depuis le premier cas de Covid-19 confirmé en laboratoire le 24 février, le nombre de cas n’a cessé d’augmenter. A ce jour, 139’330 tests ont été effectués, dont 15% étaient positifs. L’âge des cas confirmés en laboratoire va de 0 à 102 ans, avec un âge médian de 53 ans (50% des cas sont plus jeunes et 50 % plus âgés que cet âge). Au total, 48% des cas sont des hommes, 52% des femmes. Les adultes sont nettement plus touchés que les enfants. Chez les adultes de 60 ans et plus, les hommes sont plus touchés que les femmes, et chez les adultes de moins de 50 ans, les femmes que les hommes. Par rapport à leur taille, les cantons du Tessin, de Vaud, de Genève et de Bâle-Ville restent les plus touchés. Le taux d’incidence pour 100’000 personnes est de 638,5 au Tessin, 491,3 à Genève, 478,8 dans le canton de Vaud et 413,8 à Bâle-Ville.

Appel à rester à la maison pendant les vacances de Pâques

Le respect des règles face à la pandémie de coronavirus est d’une importance vitale, « même quand il fait grand beau ». Le président de la conférence des commandants des polices cantonales a exhorté jeudi les Suisses à rester chez eux pendant les vacances de Pâques. Il faut éviter tout voyage inutile, a déclaré Stefan Blättler devant la presse à Berne. Ce n’est notamment pas le moment de vouloir profiter du Tessin et de ses charmes, a-t-il ajouté, transmettant un appel de son collègue tessinois. Cela vaut aussi pour les autres destinations de vacances, comme le Valais, les Grisons ou l’Oberland bernois. Il faut éviter de surcharger les infrastructures, notamment hospitalières, qui touchent déjà à leurs limites, a-t-il expliqué. M. Blättler s’est notamment adressé aux jeunes et aux jeunes adultes. Il a dit comprendre que l’on souhaite profiter de la liberté et du beau temps. Mais il faut respecter les règles et faire preuve de sens des responsabilités. Il s’agit de montrer sa solidarité, en particulier avec les parents et les grands-parents.

Toujours pour éviter de surcharger les hôpitaux, le responsable policier a demandé aux motards de laisser leurs engins au garage. En cas d’accident, ils occuperaient des lits dans les hôpitaux. La police va renforcer sa présence dans l’espace public, notamment en vue des vacances. Des contrôles auront lieu au Gothard ou au San Bernardino, mais la police ne pourra pas interdire aux gens de se rendre au Tessin. Les routes restent ouvertes, a-t-il dit. Selon le commandant de la police bernoise, les moyens techniques comme les drones ou les caméras peuvent aider les policiers, mais ne remplaceront jamais une présence physique sur place.

M. Blättler se dit confiant que les effectifs des polices cantonales suffiront pour remplir les missions actuelles, en tout cas pour la période de Pâques, voire faire face à d’autres engagements. En cas de besoin, un canton pourrait faire appel à des forces de police d’autres cantons, « mais nous sommes encore loin d’une telle situation », a-t-il souligné. Même optimisme du côté de l’armée. « Nous avons assez de capacités », a déclaré le brigadier Raynald Droz. Le bataillon actuellement déployé en soutien au corps des garde-frontière va être remplacé dans les prochains jours par un bataillon d’infanterie de montagne. En outre, l’armée de l’air a redéfini ses priorités et s’engage désormais en soutien à l' »opération corona », a ajouté l’officier.

Les seniors confinés doivent continuer à bouger

Les personnes de 65 ans et plus doivent continuer à bouger malgré le confinement. Si elles ne font pas assez d’exercice durant la crise liée au coronavirus, elles perdent de la masse musculaire et risquent davantage de chuter, prévient jeudi le Bureau de prévention des accidents (bpa). Pour ces personnes, les médecins et les hôpitaux enregistrent chaque année plus de 85’000 consultations liées à des chutes lourdes. Celles-ci sont souvent dues à un manque de force, un équilibre précaire ou une déficience visuelle. Un sol glissant ou l’absence de main courante peut aussi entraîner un trébuchement.

Le risque de tels accidents augmente si les personnes de plus de 65 ans ne bougent pas assez. Mais l’entraînement des capacités physiques et mentales permet de lutter contre le risque de chute. Le bpa et ses partenaires proposent des exercices d’entraînement à effectuer à domicile, sur le site equilibre-en-marche.ch. L’organisation appelle en particulier les personnes limitées dans leur mobilité à faire de l’exercice, sans quoi leur situation se détériorera encore davantage. La difficulté doit être augmentée progressivement afin de gagner toujours plus de stabilité, explique le bpa. Les personnes concernées peuvent utiliser une chaise ou un plan de travail de la cuisine pour se tenir, et fléchir légèrement les genoux puis se redresser. Plusieurs programmes sont proposés. Par ailleurs, rappelle Barbare Pfenniger, experte en prévention des chutes au bpa, il est important de monter ses pulsations cardiaques une fois par jour pour ne pas affaiblir son système cardiovasculaire. Il est également important de ne pas rester assis trop longtemps et de mobiliser ses articulations, par exemple les épaules en levant les bras et en effectuant de lentes rotations dans toutes les directions.

Le DFAE a déjà rapatrié plus de 2000 Suisses

(KEYSTONE/Laurent Gillieron)

L’opération de rapatriement du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) continue. Depuis le 24 mars, plus de 2000 Suisses ont été ramenés en Suisse via treize vols en provenance d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie. Un avion a atterri jeudi matin à Zurich en provenance de Rangoun (Birmanie), annonce le DFAE sur son site. Outre 39 Suisses, ils transportait de nombreux passagers issus d’autres pays européens. Mercredi soir, c’est un appareil venant de Yaoundé au Cameroun, avec à son bord 268 passagers de la Suisse et d’autres pays européens, qui est arrivé à Zurich. Le vol a transité par Douala, la capitale économique du Cameroun, où il a également pu prendre plusieurs passagers. Il s’agissait du second vol en provenance d’Afrique subsaharienne. Ces personnes n’ont pas pu organiser elles-mêmes leur retour en raison des restrictions de voyages dues au Covid-19. Des milliers de voyageurs sont encore bloqués à l’étranger, mais impossible de dire combien.

Quelque 13’000 se sont enregistrées sur l’application travel-admin, mais il y a sans doute bien plus de personnes concernées. Dans une interview au quotidien « Blick », Johannes Matyassy, chef de la division consulaire du DFAE, invite les voyageurs suisses non enregistrés à le faire afin de pouvoir mieux organiser leur retour. Leur rapatriement est particulièrement compliqué lorsque les Suisses se trouvent loin d’un aéroport, explique M. Matyassy. Avec le confinement, il leur est parfois difficile de rejoindre un aéroport et c’est là que la diplomatie intervient. La situation est en outre tendue partout dans le monde. Le DFAE a l’habitude des crises, mais M. Matyassy dit n’avoir jamais vécu un blocage quasi total à l’échelle planétaire. Pendant que le département montait ses services en puissance, réaffectait du personnel d’autres sections et cherchait des solutions aux nombreuses questions qui se posent, les autorités étaient déjà débordées par les demandes.

Le DFAE a d’abord demandé aux voyageurs d’organiser tout seuls un vol de retour. Sans ces initiatives individuelles, de nombreuses personnes attendraient encore de pouvoir rentrer. Les vols de rapatriements ont été mis sur pied dans un second temps. Il y a toujours des gens bloqués qui doivent s’organiser de manière autonome sur place. Ceux qui rencontrent des problèmes, notamment financiers, peuvent toutefois se tourner vers l’ambassade ou le consulat suisse. Cette représentation éclaircira qui peut se faire envoyer de l’argent de Suisse et qui en a vraiment besoin. Une aide financière a déjà accordée dans « très peu de cas », précise M. Matyassi sans citer de chiffres. La limite est fixée à 600 francs en Europe et 1200 francs ailleurs. Un soutien allant jusqu’à 2200 francs peut aussi être accordé. L’argent doit être remboursé dans les 60 jours. D’autres vols sont prévus ces prochains jours. Jeudi un charter devrait arriver à Zurich de Casablanca (Maroc). Des vols au départ de Phuket (Thaïlande), Quito (Equateur) et Phnom Penh (Cambodge) doivent se poser à Zurich vendredi. Dimanche, c’est un vol en provenance de Sydney qui devrait fouler le sol helvétique.

26’000 chômeurs de plus en quinze jours

La pandémie de Covid-19 coûte de plus en plus de places de travail. En plus des quelque 1,2 million de personnes touchées par le chômage partiel, la Suisse compte 26’000 sans emploi de plus depuis mi-mars. Le taux de chômage s’éleve à ce stade à 2,7%, a précisé à la presse Eric Scheidegger, chef de la Direction de la politique économique du Secrétariat d’Etat à l’économie. ll n’a en revanche pas pu préciser combien de demandes de réduction avaient été refusées.

Neuchâtel: le Conseil d’État renonce aux loyers dus en avril et mai

Le Conseil d’Etat neuchâtelois renonce aux loyers dus en avril et en mai par les locataires de locaux commerciaux appartenant à l’État. Le gouvernement a aussi pris contact avec les organisations immobilières. Le Conseil d’État « entend tendre la main à de petites entreprises, pour la plupart des restaurateurs, qui sont aujourd’hui dans l’impossibilité d’exercer leur activité, et par conséquent d’honorer leurs loyers, et qui par ailleurs se sont toujours acquittés de loyers de façon régulière », a-t-il indiqué jeudi. Le gouvernement invite aussi les acteurs parapublics à étudier la faisabilité d’une mesure comparable. Il demande aux instituts bancaires d’autoriser le rééchelonnement des amortissements pour les propriétaires fonciers qui en feraient la demande.

Le Fête du slip annulée à Lausanne

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

La 8e édition de la Fête du slip à Lausanne est annulée en raison du coronavirus. La manifestation dédiée aux sexualités devait se tenir le 2 mai puis du 7 au 10 mai dans différents endroits de la capitale vaudoise. « D’entente avec les bailleurs de fonds principaux du festival, cette annulation anticipée permettra de préserver la santé financière de la structure ainsi que les cachets des artistes », écrivent jeudi les organisateurs dans un communiqué. Le festival explique qu’il fonctionnera néanmoins à distance, en proposant une plateforme aux artistes qui auraient dû se produire. Il ajoute que l’édition 2021 est d’ores et déjà programmée du 13 au 16 mai.

Premier décès lié au Covid-19 dans le canton d’Uri

Le canton d’Uri annonce son premier décès lié au coronavirus. Il s’agit d’une femme de 75 ans qui souffrait déjà de maladies au préalable. Elle n’a pas souhaité que le personnel hospitalier la maintienne en vie de manière artificielle. La première victime uranaise est décédée mercredi à l’hôpital cantonal, indique le gouvernement cantonal jeudi. Jusqu’à présent, Uri a enregistré 59 cas confirmés de coronavirus. Neuf personnes sont actuellement hospitalisées dans le canton à cause du Covid-19. Treize patients ont déjà pu sortir, guéris, de quarantaine.

Dernière phase de réduction des horaires des transports publics

La dernière étape de la réduction des horaires des transports publics suisses causée par la pandémie de coronavirus est entrée en vigueur jeudi. Selon les CFF, la demande a chuté de 80 à 90%. Depuis ce jeudi, les Intercity Genève-Aéroport-St-Gall ne circulent plus entre Genève-Aéroport et Fribourg. L’Interregio Zurich-Lucerne est également supprimé, ont précisé les CFF dans un communiqué. La mise en oeuvre de cette quatrième étape s’est bien déroulée pour le moment, précise l’ex-régie fédérale. Les entreprises de transports publics recommandent aux voyageurs de consulter avant chaque déplacement l’horaire en ligne, qui est mis à jour en continu.

Selon les CFF, les mesures d’hygiène et de distanciation sociale sont tenues. Lorsque c’est possible, les trains criculent dans leur composition maximale. Ce changement d’horaire est valable au moins jusqu’au 26 avril. On ignore combien de temps la situation exceptionnelle causée par le coronavirus durera. Mercredi, le nouveau patron des CFF Vincent Ducrot avait affirmé que l’entreprise prépare des plans pour faire redémarrer l’exploitation. Cela se fera en « deux, maximum trois étapes », avait-il précisé.

Tessin: neuf nouveaux décès à cause du Covid-19

La pandémie de Covid-19 a causé le décès de neuf personnes supplémentaires dans le canton du Tessin au cours des dernières 24 heures. En outre, 76 nouveaux cas positifs ont été détectés. Au total, 2271 personnes y ont été testées positives jusqu’à jeudi matin, ce qui fait du Tessin le canton le plus touché par le virus en Suisse, proportionnellement à sa population. Pour l’heure, 141 personnes ont perdu la vie, indique le canton dans un communiqué.

Quinze résidents en EMS décédés en Valais

(KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

En Valais, 72 résidents en EMS ont pour l’heure été testés positifs au coronavirus. Quinze en sont décédés sur un total de 37 décès dans le canton. Diverses mesures ont été prises pour protéger les résidents et le personnel. Les plus de 3000 personnes vivant dans des établissements médico-sociaux (EMS) en Valais sont âgées et présentent souvent plusieurs maladies chroniques. Elle sont donc particulièrement vulnérables face au Covid-19, rappelle l’Etat du Valais jeudi dans un communiqué. Elles ne reçoivent plus de visites de personnes extérieures à l’établissement depuis le début de l’épidémie et communiquent avec leurs proches via le téléphone ou les appels vidéo. Le personnel est bien sûr équipé de masques, surblouses et gants selon les situations et bénéficient de l’aide de personnel de réserve et de la protection civile.

Les résidents présentant des symptômes du coronavirus ou testés positifs sont isolés dans leur chambre. Si les lieux le permettent, des zones séparées pour le confinement et les quarantaines sont mises en place, précise le canton. Les médecins-répondants peuvent s’adjoindre la collaboration d’un médecin référent. Ces médecins dovient garantir un soutien médical 24h/24 pour les situations urgentes. De plus, les médecins gériatres de l’Hôpital du Valais ont renforcé leurs disponibilités.

Les entreprises pourraient avoir plus de temps avant la faillite

Les entreprises en difficulté pourraient avoir plus de temps avant d’être déclarés en faillite. L’Office fédéral de la justice a mis en consultation jusqu’à vendredi un projet qui leur donnerait un répit de six mois. Le Conseil fédéral a mis les tribunaux en vacances du 21 mars au 19 avril. Les tribunaux, les autorités, les procureurs, les avocats et les parties ont ainsi profité de cette pause pour s’adapter à la situation du coronavirus. Les juges travaillent à la maison, les auditions peuvent être faites par vidéoconférence. Les fonctions essentielles de la justice sont garanties, s’est réjouie jeudi devant la presse Susanne Kuster, vice-directrice de l’Office fédéral de la justice. Mais il reste plusieurs problèmes pratiques et juridiques à régler. Le projet d’assouplissement des conditions de mise en faillite doit donner plus de temps aux créanciers, aux débiteurs et à la justice.

Une plateforme pour aider les commerçants romands

Un couple de Fribourgeois a mis en ligne une plateforme pour venir en aide aux commerçants romands affectés par le coronavirus. Elle propose aux consommateurs d’acheter des bons qui seront valables dès la fin de la crise. En attendant la fin de la pandémie, le montant des bons est reversé en intégralité aux magasins, bars, restaurants et autres salons de coiffure, explique jeudi la Jeune chambre internationale de Suisse, qui a relayé le projet.

Au total, plus de 1500 commerçants ont déjà bénéficé de cette action et près de 350’000 francs leur ont été reversés. Le site internet, d’abord uniquement consacré à Fribourg, s’est étendu sur quasiment toute la Suisse romande. « L’objectif est d’aider les petites structures à rester à flot durant cette période économiquement très compliquée », expliquent les instigateurs du projet dans leur communiqué. Ils précisent qu’aucun profit n’est fait sur les transactions.

En Europe:

Désormais plus de 10’000 morts en Espagne

(AP Photo/Emilio Morenatti)

L’Espagne est toujours autant frappée par le coronavirus. Les pays a franchi la barre des 10’000 morts. Pas moins de 950 personnes ont perdu la vie en 24 heures, ce qui constitue un nouveau record, ont dit les autorités. Deuxième pays le plus endeuillé au monde par la maladie après l’Italie, l’Espagne totalise désormais 10’003 victimes du Covid-19. Ce funeste bilan a été multiplié par dix en seulement deux semaines. Le nombre de cas confirmés dans le pays a dépassé la barre des 110’000, mais la progression quotidienne a encore ralenti légèrement (+7,9% depuis mercredi contre +8,2% la veille et +18% il y a une semaine). « Les données nous montrent que la courbe s’est stabilisée, que nous avons atteint le premier objectif d’arriver au pic de la courbe et que nous sommes entrés dans la phase de ralentissement » de la pandémie, a déclaré le ministre de la Santé Salvador Illa.

La progression quotidienne du nombre de morts s’est stabilisée jeudi à +10,5% en 24 heures contre 10,6% la veille et 19,1% il y a une semaine. Alors que de nombreux hôpitaux sont débordés, la hausse du nombre de patients en soins intensifs (6092) a ralenti elle aussi à +3,7% jeudi contre +20% il y a huit jours. Autre signe positif, les personnes guéries sont toujours plus nombreuses, atteignant 26’743, soit près d’un quart (24%) des cas confirmés. Par ailleurs, la paralysie de l’économie consécutive au confinement se fait déjà sentir dans les chiffres du chômage. L’Espagne a enregistré une hausse « historique » du chômage en mars avec plus de 300’000 demandeurs d’emplois supplémentaires en raison de « l’impact extraordinaire » de la pandémie de coronavirus, a annoncé le ministère du Travail.

Poutine déclare le mois d’avril chômé avec salaire

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi que le mois d’avril serait chômé en Russie, mais les salaires préservés, pour ralentir la propagation de la pandémie de coronavirus. « J’ai décidé de prolonger le régime de jours chômés jusqu’au 30 avril inclus », a-t-il déclaré lors d’un discours télévisé, ajoutant que cette mesure, en vigueur depuis le 28 mars, « a permis de gagner du temps ». Les régions russes pourront choisir quelles entreprises seront néanmoins autorisées à travailler, et quel mode de confinement elles imposent à leur population.

Dans le reste du monde:

Plus de 5000 morts aux Etats-Unis

Plus de 5000 personnes sont mortes aux Etats-Unis du fait de l’épidémie de Covid-19, a annoncé jeudi l’université Johns Hopkins, dont les bilans font autorité. Le pays compte en outre plus de 215’000 personnes contaminées. A 02h35 GMT (04h35) jeudi, un total de 215’417 personnes ont été contaminées aux Etats-Unis et 5116 d’entre elles en sont mortes, a indiqué cette université sur son site internet. En 24 heures, 884 personnes ont succombé au Covid-19 dans le pays, ce qui constitue un nouveau record quotidien. Le record du nombre de morts en 24 heures a été observé le 27 mars en Italie (969 décès).

FMI: accord de principe pour une aide de 221 millions au Sénégal

Les services du Fonds monétaire international et le Sénégal se sont entendus pour une aide d’urgence de 221 millions de dollars. Elle doit permettre au pays de faire face à l’impact économique de la pandémie de coronavirus. Le conseil d’administration du Fonds doit se prononcer sur ce plan à la mi-avril, précise mercredi un communiqué de l’institution. « Le gouvernement (sénégalais) a pris des mesures fortes pour stopper le virus dans la communauté et a mis en place un plan stratégique pour minimiser l’impact économique et social de la pandémie », souligne le Fonds.

Deux tiers du montant total (environ 147,3 millions de dollars) viendraient de l’Instrument de financement rapide. L’IFR est attribué à des conditions moins strictes que d’autres instruments d’aide du FMI, notamment parce qu’il n’est pas nécessaire de disposer d’un programme à part entière. Le dernier tiers (73,6 millions de dollars) sont attribués dans le cadre de la Facilité de crédit rapide. La FCR permet d’apporter rapidement une aide financière aux pays à faible revenu qui se heurtent à un problème immédiat de balance des paiements. L’épidémie de Covid-19 a porté un coup à l’économie du Sénégal.

Arabie: Couvre-feu total dans les villes saintes

L’Arabie saoudite a imposé jeudi un couvre-feu total de 24 heures dans les villes saintes de l’islam, La Mecque et Médine, pour « lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus », le pays étant le plus touché par la maladie dans le Golfe. Cette mesure, qui renforce un couvre-feu partiel déjà en vigueur, intervient dans un contexte d’incertitude quant au grand pèlerinage musulman du hajj, censé se tenir fin juillet. Les autorités ont exhorté cette semaine les musulmans du monde entier à suspendre temporairement leurs préparatifs de voyage à La Mecque.

« Un couvre-feu total de 24 heures s’applique aux villes de La Mecque et Médine à partir d’aujourd’hui et jusqu’à nouvel ordre », a déclaré une source du ministère de l’Intérieur citée par l’agence de presse officielle saoudienne SPA. Les villes étaient déjà soumises à un couvre-feu quotidien de 15 heures et étaient également bouclées à l’instar de la capitale Ryad et la ville de Jeddah, avec interdiction d’entrées et de sorties. La circulation entre les différentes régions est par ailleurs interdite. De tous les pays arabes du Golfe, l’Arabie saoudite est le plus touché par la pandémie de Covid-19. Jeudi, le nombre de cas officiellement annoncés est passé à 1885 infections et 21 décès dus à la maladie.

ATS/MH

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Yves Flückiger, recteur de l’UNIGE

Publié

le

La crise sanitaire n’empêche pas la tenue des examens. Ils ont commencé à l’UNIGE, en début de semaine. Une mesure qui a d’ailleurs été critiquée par certains étudiants, estimant que tous les élèves n’ont pas pu se préparer dans les meilleures conditions. Le recteur de l’Université de Genève a d’ailleurs envoyé un courrier à l’ensemble des enseignants appelant à leur bienveillance pour ces examens, comme il l’a expliqué à Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: une start-up optimise les places de bureaux

Publié

le

Avec la reprise progressive d’activités, l’occupation des bureaux est aussi au coeur des préoccupations. Une start-up suisse optimise justement les espaces de travail de demain…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Son nom : Locatee, c’est une jeune pousse née en 2015 à Zurich. Elle est spécialisée dans l’analyse de l’utilisation des places de travail. Une préoccupation qui trouve un écho particulier en cette période de Covid-19, où certaines sociétés modifient leurs espaces pour permettre à leurs employés de revenir travailler avec les distances nécessaires, quand d’autres réfléchissent à prolonger l’essai réussi du télétravail. Avec cette question sous-jacente: est-ce que les entreprises auront, à l’avenir, besoin de plus d’espace pour respecter les précautions de santé ou au contraire d’espaces plus réduits pour confirmer l’option de la mobilité et de la flexibilité imposée par le confinement? La question n’a, certes, pas attendue le Covid-19 pour être posée mais elle revient avec d’autant plus d’insistance aujourd’hui. Et l’idée intéresse : Locatee vient récemment de lever 4 millions de dollars de financement auprès d’investisseurs suisses et américains et elle compte déjà plusieurs grandes entreprises parmi ses clients, dont Zurich, Swiss Re, La Poste ou UPC. Au point même de se rêver en futur « Google Analytics des bâtiments».

Comment s’effectue l’analyse de l’occupation des locaux? 

Locatee utilise plusieurs sources de données, dont celles déjà existantes dans les entreprises comme l’infrastructure informatique, le wi-fi ou même des capteurs de mouvements pour mieux comprendre comment sont utilisés les espaces de travail et les optimiser ensuite. Locatee assure au passage que la protection de la vie privée des employés est respectée. Quelques clients en témoignent aussi sur le site de l’entreprise. Parmi eux, l’assurance Zurich qui, avec l’épisode Covid-19, a fait analyser les pics d’occupation des bureaux de son siège et prépare ainsi la réoccupation progressive des lieux. Swiss Re, de son côté, explique qu’ils pourraient réduire de 10% leurs surfaces de bureaux à Munich, à la clé une économie d’environ 290 000 € par an.

 

Continuer la lecture

Actualité

Vols de données: EasyJet va devoir rendre des comptes selon la FRC

Publié

le

Neuf millions de clients d’EasyJet ont été victimes de hacking entre le 17 octobre 2019 et le 4 mars 2020. De précieuses données leur ont été subtilisées. Selon la Fédération romande des consommateurs, la compagnie low cost va devoir rendre des comptes aux clients, voire même aux autorités. 

Ils ont été surpris les client d’EasyJet de recevoir le 21 mai dernier un mail signé par le PDG de la compagnie pour les informer qu’ils faisaient parties des personnes dont le nom, l’adresse électronique et les coordonnées de voyages avaient été piratés. Pour la plupart d’entre eux, le mail assure que les données du passeport et les coordonnées bancaires n’ont pas été consultés. Mais la missive recommande néanmoins d’être vigilant face aux e-mails malveillants de type phishing, comprenez des mails suspects accompagnés d’une pièce jointe dangereuse.

500’000 Suisses touchés

Plus de 500 mille Suisses ont été victimes de ce hacking. En tout 9 millions de personnes sont atteintes dans le monde. Pour la FRC, la Fédération romande des consommateurs, EasyJet va devoir rendre des comptes. Sophie Michaud Gigon, Secrétaire générale de la FRC.

Sophie Michaud Gigon Secrétaire générale de la FRC

Droit d’être informés rapidement

2200 clients ont également été victimes du vol de leur coordonnées bancaires. En Angleterre, une action collective en dédommagement vient d’être déposée devant la haute cour de Londres pour 20 milliards d’euros contre la compagnie Low cost. Selon les plaignants, les intrusions dans le système informatique auraient été décelées en janvier déjà. Et le droit des consommateurs est d’être informé rapidement, comme le rappelle Sophie Michaud Gigon.

Sophie Michaud Gigon Secrétaire générale de la FRC

En Suisse, l’amende en cas de violation de protection des données est de 250 mille francs au maximum. C’est en tout cas ce que prévoit le projet de loi qui va passer au Conseil des Etats la semaine prochaine.

Arnaques plus fréquentes depuis la crise du Covid-19

Des voix se sont élevées pour rappeler les contraintes imposées par EasyJet. Il est obligatoire d’utiliser internet pour leurs réservations. D’où le devoir de la compagnie de protéger correctement les données, particulièrement depuis la crise du corona virus. La Secrétaire générale de la FRC

Sophie Michaud Gigon Secrétaire générale de la FRC

La FRC conseille aux voyageurs de ne pas enregistrer sa carte de crédit sur le site ou d’utiliser une carte pre-paid.

 

Continuer la lecture

Actualité

Coronavirus – Jusqu’à 86 millions d’enfants supplémentaires menacés de pauvreté

Publié

le

Nations unies (ats afp) – Les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19 pourraient pousser jusqu’à 86 millions d’enfants supplémentaires dans la pauvreté d’ici la fin de l’année, selon une étude conjointe de l’ONG Save the Children et de l’agence onusienne Unicef.

Au total, ce serait ainsi 672 millions d’enfants touchés par la pauvreté, soit une augmentation de 15% par rapport à l’année précédente, précisent les deux organisations dans un communiqué mercredi. Près des deux tiers de ces enfants vivent en Afrique sub-saharienne et en Asie du sud.

L’augmentation du nombre d’enfants touchés par la pauvreté à cause de la pandémie se réaliserait surtout en Europe et en Asie centrale, selon l’étude qui s’appuie sur des projections de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international et des données démographiques dans une centaine de pays.

« L’ampleur des difficultés financières auxquelles sont confrontées les familles menace les progrès obtenus depuis des années dans la réduction de la pauvreté des enfants et de les priver de services essentiels », estime Henrietta Fore, directrice de l’Unicef, citée dans le communiqué.

Avec une action immédiate et efficace, « nous pouvons contenir la menace de la pandémie pesant sur les pays les plus pauvres et certains des enfants les plus vulnérables », juge de son côté Inger Ashing, patronne de Save the Children. Ils sont « très vulnérables à des périodes de faim même courtes et à la malnutrition qui peuvent les affecter durant toute leur vie », avertit-elle dans le communiqué.

Les deux organisations demandent notamment aux gouvernements d’étendre rapidement leurs systèmes de couverture sociale et l’alimentation dispensée dans les écoles pour limiter les effets de la pandémie.

Continuer la lecture

Actualité

Les exécutifs genevois ont prêté serment

Publié

le

Prestation de serment des conseillers administratifs, maires et adjoints du Canton de Genève à la Cathédrale Saint-Pierre ©Photo Etat de Genève - Cellence

Une prestation de serment historique selon la chancellerie d’Etat. Pour la première fois dans l’histoire de Genève, la cérémonie s’est déroulée à huis clos. Des mesures sanitaires drastiques ont été observées en la Cathédrale Saint-Pierre. En fin de journée, 137 élus communaux portant l’écharpe de soie jaune et rouge ont été accueillis par le Conseil d’Etat.

Je jure ou Je promets solennellement

Dans un vibrant discours, Thierry Apothéloz s’est adressé aux élus pour faire ressentir l’importance de ce moment de la vie politique genevoise. « Dans le Je jure ou Je promets solennellement, vous retrouvez le frisson des moments de fraternité de l’enfance… ce frisson est celui du lien que des hommes et des femmes établissent. Les pouvoirs sont certes séparées, les communes ont leur autonomie, la justice est indépendante mais nous sommes tous liés » a souligné le Conseiller d’Etat.

Avec une pointe d’humour et de réalisme, il a ajouté « votre quotidien vous paraîtra parfois tristement trivial. L’ordre du jour de vos réunions portera plus souvent sur une pétition en faveur du wakeboard, sur des collecteurs d’égout, sur des crédits d’engagements pour renouvellement routier que sur des grands enjeux sanitaires, sociaux, climatiques, culturels ou encore sportifs qui ont peut-être et certainement encore mobilisé votre électorat. Mais il n’y a pas de petites ou de grandes politiques, toutes les préoccupations, tous les intérêts des habitants de ce canton sont légitimes. »

 

Parvis de la Cathédrale Saint-Pierre, une heure avant la cérémonie – photo phv – Radio Lac

Un dispositif sanitaire et un calendrier rigoureux

Avant la cérémonie, des bandes jaunes avaient été disposées sur le parvis pour que les élus se placent à une distance sociale de deux mètres les uns des autres. La désinfection des mains était obligatoire avant d’entrer dans la cathédrale. A l’intérieur, les élus étaient installés à au moins deux mètres les uns des autres. Alors que les rassemblements de 300 personnes seront possibles en juin, le calendrier politique ne pouvait pas autoriser le report de la cérémonie au delà la fin du mois.

Une sortie inédite
Après le « Cé qu’è lainô », la cheffe du protocole adjointe Marion Bordier Büschi s’est adressée à l’assistance pour rappeler les consignes de fin de cérémonie. La sortie par l’allée principale a été remplacée par un itinéraire empruntant les portes latérales, les magistrats ont quitté les lieux par les petites portes les uns après les autres sur la fugue en ré mineur de Johann-Sebastian Bach. Ni cortège, ni apéritif en vieille pour conclure cette journée marquant le début des mandats.
La rédaction de Radio Lac n’a pas été autorisée pour raison sanitaire à couvrir la cérémonie dans son intégralité. Voici les photos officielles fournies par l’Etat de Genève

 

Le Président du Conseil d’Etat, Antonio Hodgers  ©Photo Etat de Genève – Cellence

 

Le Conseiller d’Etat Thierry Apothéloz ©Photo Etat de Genève – Cellence

 

©Photo Etat de Genève – Cellence

Continuer la lecture