Rejoignez-nous

Actualité

Coronavirus: les infos du jour à Genève et ailleurs…

Publié

,

le

Geneve, samedi 14 mars 2020. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Genève réquisitionne les soins intensifs d’un hôpital privé

Le canton de Genève a réquisitionné samedi matin le service des soins intensifs de l’Hôpital privé de La Tour, à Meyrin. Cette mesure lui permet de disposer de davantage de places en soins intensifs pour faire face à l’épidémie de coronavirus. Le nombre habituel de lits en soins intensifs « peut être plus que doublé dans le cadre du système genevois », le président du Conseil d’Etat Antonio Hodgers, sans articuler de chiffres. 

Le canton ne veut pas affaiblir d’autres prestations médicales. « La population a d’autres problèmes de santé que le coronavirus, et nous devons aussi assumer », a souligné le magistrat. « Aujourd’hui, l’enjeu est de pouvoir faire face à la vague et qu’elle ne submerge pas notre système sanitaire, ce qui serait le pire des scénarios, a-t-il expliqué, considérant que « le pire reste à venir. » Le canton a demandé aux cliniques privées, avec leur accord, de se mettre en ordre de marche. « D’une manière générale, la collaboration avec l’ensemble des entités privées fonctionne très bien », a relevé le conseiller d’Etat.

Pas de risque de pénurie mais une ruée dans les magasins

(KEYSTONE/Urs Flueeler)

Des clients se sont rués dans les magasins suite aux mesures du Conseil fédéral pour lutter contre le coronavirus. Les rayons ont été partiellement vidés dans plusieurs villes suisses. Les détaillants assurent toutefois qu’il n’y a pas risque de pénurie. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont partagé entre vendredi soir et samedi des photos d’étals vidés. Un porte-parole de Migros confirme que certains magasins avaient des rayons en partie vides, malgré des capacités de livraison massivement augmentées et d’importants effectifs. Un porte-parole explique qu’Aldi a initialement connu des difficultés de livraison, notamment de la part des fournisseurs italiens. Les articles manquants ont jusqu’à présent bien été remplacés par des produits alternatifs. Les magasins sont désormais approvisionnés quotidiennement avec l’assortiment complet. Coop confirme pour sa part que la demande a de nouveau très fortement augmenté depuis vendredi. Selon les détaillants, les achats supplémentaires concernent avant tout les aliments de longue conservation, les accompagnements, les produits surgelés, le papier toilette, la farine, le sucre et les produits pour se laver les mains.

Premier déploiement de l’armée en Suisse lundi

Dans le cadre de la pandémie provoquée par le coronavirus, un bataillon de quelque 600 militaires sera déployé pour la première fois lundi. Il sera mobilisé pour soutenir des hôpitaux dans les cantons. Jusqu’à présent, deux douzaines de militaires interviennent au Tessin. L’armée pense que d’autres cantons vont bientôt demander de l’aide. Par ailleurs, l’Armée stoppe le recrutement dans toute la Suisse jusqu’à nouvel ordre.

L’interdiction vaut aussi pour les stations de ski

 

(KEYSTONE/Urs Flueeler)

Le Conseil fédéral maintient sa position : les mesures décidées valent aussi pour les structures récréatives comme les stations de ski. Dans certains cantons, les stations de ski ont cessé leurs activités conformément à l’ordonnance du Conseil fédéral ; dans d’autres, les exploitations sont en partie encore ouvertes. L’interdiction permet d’éviter de grands rassemblements autour des structures de transport n’ayant pas de fonction de desserte dans les stations de ski et, par-là, diminuer le risque de contamination. Les stations de ski de même que les autres établissements de divertissement et de loisirs qui regroupent simultanément plus de 100 personnes doivent être fermés. Lorsque les exploitants ne peuvent pas garantir le respect de cette prescription, les stations de ski doivent immédiatement cesser leur activité. L’Office fédéral de la santé publique demande à celles qui sont encore ouvertes de fermer immédiatement.

Les nouveaux contrôles à la frontière sud sont efficaces

(KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

 

La réintroduction temporaire de contrôles Schengen aux frontières, décidée par le Conseil fédéral, fonctionne bien jusqu’à présent. Les nouvelles dispositions, visant à freiner la propagation du coronavirus, sont en vigueur depuis vendredi à 15h30. Depuis, l’entrée en provenance d’Italie n’est autorisée que pour les citoyens suisses, les personnes disposant d’un permis de séjour et les personnes devant se rendre en Suisse pour des raisons professionnelles. Le nombre de véhicules frontaliers a dégringolé de 68’000 à 28’000 entre 04h30 et 11h30. Les longues files, qui s’étaient formées la semaine après l’introduction des contrôles renforcés, ont pratiquement disparu.Le Conseil fédéral surveille en permanence la situation. Il agira avec les autres pays frontaliers si cela s’avérait nécessaire.

Lucerne ferme des petits postes de police

La police cantonale lucernoise fermera plusieurs petits postes de police à partir de lundi pour protéger ses agents du coronavirus. La mesure doit permettre de réduire le contact avec le public et donc les risques d’infection. Lucerne est le premier corps en Suisse à prendre une telle mesure. Au total, 23 postes seront temporairement fermés, a annoncé samedi la police cantonale lucernoise. Aucun cas d’infection au coronavirus n’a été découvert dans les rangs de la police lucernoise à ce jour.

Deux nouveaux morts au Tessin

Deux autres personnes sont mortes vendredi après-midi au Tessin, victimes du coronavirus. Il s’agit de deux personnes d’un certain âge et faisant partie des groupes à risques, a indiqué samedi l’état-major de crise. Le total des décès dus au virus en Suisse se monte à 13. Ces deux personnes souffraient d’autres maladies. Le nombre de décès au Tessin s’élève à ce jour à cinq. C’est le canton qui a enregistré le plus grand nombre de morts à ce jour. Depuis vendredi, le canton a enregistré 54 nouvelles infections, confirmées, a ajouté l’état-major de crise. Les cas d’infection se montent à 265.

Des militants du climat veulent aider les personnes affaiblies

Certaines manifestations sur le climat prévues dès dimanche seront réduites, voire annulées. Les militants veulent maintenant aider les personnes qui ont en besoin en période de pandémie. Les militants suisses du climat offrent leur aide, via un nouveau site, pour garder les enfants ou aller faire les courses. Lutter contre la pandémie et la crise climatique demande que les générations soient solidaires, peut-on lire dans un communiqué samedi. La tenue de la grève étudiante nationale prévue le 15 mai est incertaine. La grève climatique de Bâle prévue le 24 avril est annulée.

En Europe

Espagne: 1500 nouveaux cas, plus de 5700 au total

Plus de 1500 nouveaux cas de coronavirus ont été notifiés depuis vendredi soir en Espagne, deuxième pays le plus touché en Europe avec un total de 5753 cas, selon le dernier bilan publié samedi par les autorités. Le pays, qui va déclarer samedi l’état d’alerte pour tenter de limiter la propagation du virus, compte 136 morts contre 121 jeudi soir.

La Lituanie ferme ses frontières aux étrangers

La Lituanie a annoncé qu’elle fermerait à son tour ses frontières aux étrangers samedi après-midi pour endiguer la propagation du coronavirus, dont sept cas de contamination ont été confirmés jusqu’à présent dans ce pays balte de 2,8 millions d’habitants. Des restrictions analogues ont été adoptées ces derniers jours par plusieurs pays européens, dont la Pologne voisine, la Slovaquie et la République Tchèque.

Les plateformes streaming et vidéo également contaminées

Le coronavirus inspire des chansons qui pullulent sur les plateformes vidéo ou de streaming. Tous les genres sont représentés, avec des titres de plus ou moins bon goût, qui trouvent une audience spectaculaire ou confidentielle. Le Dominicain Yofrangel, musicien établi, cumule ainsi plus de 2,8 millions de vues sur Youtube avec son clip « Coronavirus », posté le 9 février.  Sur les plateformes de streaming, c’est le déluge. Il y a des chansons lâchées seules comme « La cumbia del coronavirus » d’un certain « Mister Cumbia » ou des playlists qui assemblent des titres d’artistes connus en écho à la pandémie, comme « Temperature » de Sean Paul, « Hot N cold » (« Chaud et froid ») de Katy Perry ou encore « Don’t Panic » (« Pas de panique ») de Coldplay.

Dans le reste du monde

La Russie ferme ses frontières terrestres côté Pologne et Norvège

La Russie fermera aux étrangers, à partir de dimanche, ses courtes frontières terrestres avec la Norvège et la Pologne. L’interdiction, qui entrera en vigueur dimanche à 00h00, heure de Moscou s’appliquera aux étrangers voyageant « pour des raisons professionnelles, privées, liées à des études ou touristiques ». La Russie possède une courte frontière terrestre avec la Pologne au sud de l’enclave russe de Kaliningrad. Elle en possède également une avec Oslo à l’extrême-nord de la Norvège, sur moins de 200 kilomètres. Moscou a enregistré 45 cas de contamination au nouveau coronavirus mais aucun décès, selon les données officielles rendues publiques vendredi.

Les autorités russes ont aussi annoncé vendredi réduire à partir de lundi le nombre de liaisons aériennes avec l’Union européenne pour juguler la propagation du nouveau coronavirus. 

La Chine lève des confinements dans la province de Hubei

Les autorités chinoises ont annoncé samedi avoir de nouveau allégé les restrictions aux déplacements dans la province du Hubei (centre), épicentre de l’épidémie de covid-19 à ses débuts, levant les confinements de certains quartiers et villages. La quasi-totalité du territoire provincial, où le nouveau coronavirus est apparu en décembre dans le chef-lieu Wuhan, a été bouclé fin janvier afin de contenir la propagation de la maladie.

Plus de 50 millions d’habitants avaient interdiction de sortir des limites de leur commune. Dans les villes, la plupart ne pouvaient quitter leur complexe résidentiel que pour effectuer quelques rares courses. Et des villages étaient barricadés. La ville de Wuhan, la plus touchée, n’est pas encore concernée par cette mesure.

 

ATS/PV

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Covid-19 à Genève: les chiffres stagnent à un niveau élevé

Publié

le

La situation sanitaire stagne à Genève sur le front du Covid-19. Chaque jour entre 180 et 220 cas sont détectés. Ce qui inquiète les autorités sanitaires. Elles demandent à la population de respecter strictement les gestes barrières. 

Sur le front sanitaire la situation reste préoccupante à Genève. Les contaminations demeurent à un niveau élevé et semblent stagner en plateau. Chaque jour entre 180 et 220 cas sont détectés et les choses sont à surveiller de près si l’on veut éviter une troisième vague…. Le détail avec la Médecin cantonale Aglaé Tardin.

Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

La population est encouragée à se faire tester au moindre symptôme dans un des cinq centres du canton. Du côté des lieux de cultes, les précisions devraient être fixées tout prochainement. Notamment quant au nombre de personnes autorisées. Les gestes barrières doivent être impérativement respectés ce qui est plus difficile dans un lieu de recueillement, selon Aglaé Tardin

Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Actuellement 260 personnes sont hospitalisées aux HUG dont 32 personnes aux soins aigus. Chaque jour entre 5 et 7 décès sont enregistrés. Des chiffres à mettre en lien avec les récentes ouvertures, selon le Directeur général de la santé, Adrien Bron.

Adrien Bron Directeur général de la santé

Limite de 100 contamination par jour pour ouvrir les restaurants

Pour ouvrir les commerces, les autorités avaient fixé une limite à 250 cas maximum par jour. Pour celle des restaurants, la limite de 100 a été fixée. Mais il ne semble pas qu’elle sera atteinte d’ici le 10 décembre. Pourquoi cette limite de 100 personnes? Ecoutez la réponse de la Doctoresse Tardin

Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Le taux d’incidence a repassé la barre des 0,5 pour atteindre 0,62 la semaine passée.

 

Continuer la lecture

Actualité

Les cérémonies religieuses autorisées à Genève grâce à deux recours en justice

Publié

le

Photo Illustration KEYSTONE/Martial Trezzini

Genève, la chambre constitutionnelle de la Cour de justice a octroyé l’effet suspensif à deux recours dirigés contre l’interdiction temporaire des cultes religieux.

Les fidèles peuvent à nouveau se réunir. Le canton lance un appel pour que de strictes mesures sanitaires soient respectées.

Le Département de la sécurité de l’emploi et de la santé, qui travaillait à une réouverture de ces lieux, va naturellement suivre la décision du tribunal. Il va communiquer très rapidement les mesures sanitaires pour permettre de protéger la population et limiter au maximum les risques des contaminations, a indiqué son porte-parole Laurent Paoliello à Keystone-ATS.

Dans l’immédiat, il est impératif que les personnes qui assisteront aux cérémonies religieuses respectent strictement les gestes barrières. Elles doivent éviter tout contact direct et indirect, ne pas se passer d’objets, respecter la distance de la sécurité. Il leur est ainsi demandé de ne pas chanter, de porter un masque et de se désinfecter les mains, a précisé M.Paoliello.

Atteinte à la liberté religieuse

La décision de la Cour fait suite à deux recours formés contre l’arrêté du Conseil d’Etat du 1er novembre 2020, amendé le 25 novembre, qui voit les services religieux et autres manifestations religieuses accessibles au public être interdites. L’effet suspensif a été demandé, au motif que la mesure viole la liberté religieuse, a indiqué jeudi la Cour de justice dans un communiqué.

Statuant sur son octroi, la chambre constitutionnelle a constaté que l’interdiction litigieuse constitue une atteinte potentiellement grave à la liberté religieuse, car elle revêt un caractère quasi-absolu. Seuls les offices de funérailles et de mariage sont tolérés dans une certaine mesure.

Bien qu’elle soit censée être temporaire, cette mesure a déjà été prise au printemps, et se voit en l’occurrence prolongée jusqu’au 17 décembre 2020 sans assurance qu’elle ne le soit pas à nouveau. Si l’interdiction poursuit un intérêt important voire vital de santé publique, elle pose un sérieux problème de respect du principe de la proportionnalité.

Pas des clusters

A première vue, des mesures moins incisives permettraient d’atteindre ce but sans emporter une ingérence aussi importante aux droits fondamentaux. De plus, il n’a pas été démontré que les lieux de culte avaient constitué des foyers de contamination particuliers (« clusters ») dans le canton depuis la mise en place de mesures de protection.

Les chances de succès du recours étant ainsi élevées, la chambre constitutionnelle lui a octroyé l’effet suspensif. Il appartiendra au service du médecin cantonal de déterminer à bref délai les mesures sanitaires adéquates.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Radio Lac est partenaire de la 33e édition du Téléthon !

Publié

le

Ensemble, nous sommes tous plus forts ! Le 33e Téléthon aura lieu du 4 au 5 décembre prochain et Radio Lac en est partenaire.

Téléthon 2020: une édition adaptée à la situation sanitaire

Malgré le contexte sanitaire qui rend difficile la tenue des manifestations liées au Téléthon, il était impensable pour l’organisation de l’événement de renoncer en 2020. L’édition 2020 sera donc adaptée à la situation avec moins de manifestations de terrain mais toujours avec un élan de solidarité incroyable. Les bénévoles du Téléthon seront donc mobilisés, dans le respect du gestes barrières.

Parmi les adaptations 2020, les traditionnelles fondues se feront depuis la maison avec un concours photo et pour les peluches de l’année, la vente se fera via des drive-in ou elles seront livrées à domicile par les bénévoles.

2020 ne fera donc pas exception, le Téléthon aura lieu même si la fondation prévoit déjà une recolte de dons moins importante que les années précédentes. Rappelons qu’en 2019, elle avait collecté plus de 1’900’000 CHF pour aider la recherche sur les maladies génétiques rares. Malgré tout, le Téléthon est determiné à aller toujours plus loin et invite tout le monde à apporter son soutien !

Evan, ambassadeur du Téléthon 2020 avec sa famille.

Comme chaque année, le Téléthon 2020 a sa famille ambassadrice. Il s’agit de la famille d’Evan qui a découvert il y a trois ans qu’il était atteint de la myopathie de Becker, une maladie neuromusculaire caractérisée par une atrophie et une faiblesse musculaires progressives. Cette maladie chronique est aujourd’hui incurable mais des progrès sont faits tous les jours grâce à la recherche !

 

Ensemble, soutenons le Téléthon 2020

La solidarité est indispensable en cette période, en particulier pour les personnes touchées par une maladie génétique rare. Radio Lac soutient le Téléthon les 4 et 5 décembre prochain pour aider la Fondation de Recherche sur les Maladies Musculaires (FSRMM). Pendant ces deux jours d’opération, Radio Lac vous fait suivre les actions du Téléthon à Genève.

Vous aussi, vous souhaitez soutenir le Téléthon ? On vous explique tout juste en dessous.

Covid oblige, vous pouvez soutenir le Téléthon depuis votre salon ! Pour cela, c’est très simple, il vous suffit d’envoyer votre don:

– par SMS au 339 en envoyant TELETHON suivi du montant

– par téléphone au 0800 850 860

– par Twint en utilisant le QR code ci-dessous

Vous pouvez également envoyer directement votre don via le site du Téléthon.

Vous avez aussi la possibilité d’acheter la peluche de l’année, le mignon kangourou, Jumpy au prix de CHF 12.-. Cette peluche, dont l’intégralité des bénéfices sont reversés au Téléthon, est disponible sur la boutique en ligne du Téléthon.

Coucou Jumpy !

Il n’a jamais été aussi important de faire preuve de solidarité et le slogan du Téléthon, « Ensemble, nous sommes tous plus fort », prend encore plus de sens en cette période. Ensemble, aidons la recherche sur les maladies génétiques rares !

Continuer la lecture

Actualité

Les magasins genevois resteront ouverts jusqu’à 20h le samedi

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

A Genève, la chambre constitutionnelle de la Cour de justice refuse d’octroyer l’effet suspensif au recours formé contre l’extension des horaires d’ouverture des magasins le samedi. La mesure facilite le respect des mesures sanitaires visant les commerces de détail, estime-t-elle.

Par arrêté du 25 novembre, le Conseil d’Etat a fixé l’heure de fermeture des magasins du samedi à 20h00. Il a dérogé en cela à la loi cantonale sur l’heure d’ouverture des magasins qui prévoit une fermeture du samedi à 18h00, rappelle la Cour de justice jeudi dans un communiqué.

Un recours a été formé contre cette mesure, avec demande d’effet suspensif, parce qu’elle vise un but économique et favorise des phénomènes de surconsommation. Un facteur contre-indiqué d’un point de vue sanitaire selon les opposants à cette prolongation.

Concernant l’effet suspensif, la chambre constitutionnelle considère que la mesure litigieuse vise un but sanitaire: elle a pour objectif de diluer sur la journée les clients des magasins en augmentant de 20 % la période pendant laquelle ceux-ci peuvent venir faire leurs achats.

Les clients sont ainsi moins nombreux simultanément dans un même lieu. Cela favorise le respect des distances interpersonnelles et diminue le risque de files d’attente à l’entrée des magasins.

Compte tenu de l’objectif poursuivi par la mesure, soit la protection de la population et l’empêchement de la propagation du coronavirus, le Conseil d’Etat pouvait a priori se fonder sur les dispositions qui fondent le droit d’urgence et de nécessité pour déroger au droit cantonal. Une telle mesure, limitée dans le temps (soit jusqu’au 17 décembre 2020), n’est au demeurant manifestement pas disproportionnée, conclut la Cour.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

La start-up vaudoise ClearSpace va nettoyer l’espace en 2025

Publié

le

En près de 60 ans d'activité spatiale, environ 42'000 objets de plus de 10 centimètres gravitent autour de la Terre, formant un nuage de déchets. Ici une vue d'artiste générée par ordinateur et fournie par l'Agence spatiale européenne (archives). (©KEYSTONE/AP European Space Agency)

L’agence spatiale européenne (ESA) a signé mardi un contrat avec la start-up suisse ClearSpace pour la première mission au monde d' »enlèvement » d’un débris spatial. Elle ouvre ainsi la voie vers un nouveau marché de dépollution de l’orbite terrestre.

Il s’agira de la première mission au monde de nettoyage en orbite, a précisé l’ESA. Pour l’agence spatiale, qui compte 22 Etats membres, c’est aussi une première, car « jamais nous n’avions confié un contrat d’une telle ampleur à une petite start-up », a précisé à l’AFP Eric Morel de Westgayer, en charge de l’industrie et des achats à l’ESA.

Plus de 40’000 objets

En près de 60 ans d’activité spatiale et plus de 5500 lancements, environ 42’000 objets de plus de 10 centimètres gravitent autour de la Terre, formant un nuage de déchets composé de fusées anciennes, de morceaux de satellites restés en orbite après explosion ou de satellites entiers qui ne sont plus opérationnels, entre autres. Un chiffre édifiant expliqué par Luc Piguet, CEO et Co-fondateur de ClearSpace:

Luc Piguet CEO et Co-fondateur de ClearSpace

Entreprise dérivée de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), ClearSpace a recueilli des contributions d’une vingtaine de sociétés venant de huit pays membres de l’ESA (Suisse, République tchèque, Allemagne, Royaume-Uni, Pologne, Suède, Portugal et Roumanie).

La start-up construira un satellite nettoyeur de 500 kilos, qui évaluera dans un premier temps la vitesse de Vespa. Il devra ensuite capturer sa cible, en l’encerclant de ses quatre « tentacules », pour la désorbiter. Vespa se désintègrera ensuite dans l’atmosphère, avec son satellite nettoyeur. Les explications de Luc Piguet, CEO et Co-fondateur de ClearSpace:

Luc Piguet CEO et Co-fondateur de ClearSpace

Ce contrat de services, d’un montant total de 100 millions d’euros, dont 86 millions (93 millions de francs) investis par l’ESA, partira en 2025 et aura pour cible un morceau d’une ancienne fusée européenne Vega. Le débris appelé Vespa (Vega Secondary Payload Adapter), qui pèse 112 kilos, a été laissé en 2013 en orbite basse, à 800 km de la Terre. Mais pourquoi avoir choisi ce débris en particulier ? La réponse de Luc Piguet:

Luc Piguet CEO et Co-fondateur de ClearSpace

Marché encore vierge

Confier à ClearSpace cette première mission dans un marché encore vierge était « une manière de lui mettre le pied à l’étrier, et nous espérons qu’en faisant la démonstration de la faisabilité technique, nous permettrons à ce marché de se développer », a poursuivi le responsable de l’ESA, qui veut également « montrer l’exemple » en matière de dépollution spatiale.

Créée en 2018 par des experts de l’étude des débris spatiaux – ClearSpace a été sélectionnée parmi douze candidats. « Nous sommes très fiers que notre spin-off Clearspace ait été choisie par l’ESA pour sa première action de nettoyage », a indiqué le président de l’EPFL Martin Vetterli, cité dans un communiqué de l’agence spatiale.

La première sortie opérationnelle est prévue en 2025 après un lancement depuis la base de lancement de Kourou en Guyane française. La mission ClearSpace-1 fait partie du programme ADRIOS de l’ESA, visant à développer des services en orbite pour les satellites tel que le ravitaillement, la réparation ou les manœuvres orbitales. Des partenaires industriels et hautes écoles suisses seront également de la partie.

ATS/Tom Monaci

Continuer la lecture