Rejoignez-nous

Actualité

Céline Amaudruz : nous sommes verts mais sans copier les écolos

Publié

,

le

“Pour nous, c’est très difficile”, reconnaît Céline Amaudruz, vice-présidente de l’UDC Suisse, présidente de l’UDC Genève et conseillère nationale. Elle attribue une partie des pertes récentes de son parti (-41 sièges dans les parlements cantonaux depuis 2015, -23 sièges dans les trois dernières élections à Zurich, Bâle-Ville et Lucerne) à une sorte d’effet balancier. L’UDC et la droite avaient le plus gagné aux élections 2015 atteignant une popularité record (près de 30% des voix). Et aujourd’hui, il serait donc normal que ces mêmes formations enregistrent les plus fortes pertes. “Ce qui m’inquiète, c’est non seulement la baisse de l’UDC mais de l’ensemble de la droite et surtout la montée de la gauche. Quelle sera la réponse aux problèmes ? Ce sera taxes, impôts, redevance.”

Il y a un phénomène assez nouveau avec cette vague internationale pour le climat, reconnaît la représentante UDC. “Et c’est vrai que cela crée une situation compliquée pour les partis qui n’ont pas la crédibilité de base en matière écologique.” Mais Céline Amaudruz affirme que l’UDC ne néglige pas l’écologie pour autant. Les trois mesures chocs ? “Arrêter le développement des constructions. Avoir un aéroport au trafic mesuré. Incitation fiscale pour les gens utilisant des technologies du renouvelable. Nous privilégions la responsabilité individuelle. »

Céline Amaudruz ne va cependant pas “verdir” le parti juste pour copier les Verts.

L’UDC semble être en perte de sujets porteurs ? Céline Amaudruz le conteste. “Les trois grosses préoccupations des Suisses sont dans l’ordre l’accord-cadre, les primes d’assurance maladie puis seulement ensuite le climat.“

La vice-présidente de l’UDC Suisse ne conteste pas que le parti est divisé sur plusieurs thématiques. “Je pense qu’il y a un malaise en raison de la perte des sièges. Quand vous êtes sur la pente gagnante, vous êtes à l’aise et vous pouvez suivre la ligne. Aujourd’hui, chacun veut changer des éléments (de programme) pour tenter de récupérer des voix. Je ne pense pas que cela soit la bonne solution. Il est clair qu’en Suisse romande on a davantage une sensibilité écologique.” Céline Amaudruz prend le pari qu’il n’y aura pas de perte de sièges UDC romands aux élections d’octobre.

Actualité

La Confédération communiquera vendredi sur les vaccinations

Publié

le

CLAUS FISKER

Après plusieurs reports, la Confédération informera à partir de vendredi deux fois par semaine sur les données de vaccination dans les cantons, a indiqué jeudi le conseiller fédéral Alain Berset lors d’une conférence de presse avec le représentant des cantons, Lukas Engelberger. Les cantons ont un devoir d’annonce.

Ces données permettront de voir combien de vaccins ont été administrés dans les cantons. Les capacités actuelles sont là mais elles doivent continuellement être augmentées, a déclaré le ministre de la santé. Dès février, la Suisse recevra beaucoup plus de doses de vaccins.

Il a formulé les capacités théoriques dont devront disposer les cantons. En février, ils devront disposer de 525 doses par jour et pour 100’000 habitant, ce sur les sept jours de la semaine. En juin, cette capacité devra être triplée à 1500 doses.

M. Berset a reconnu que le démarrage de cette campagne était un énorme défi logistique qui n’est pas facile à réaliser. Les cantons ont choisi des stratégies différentes mais les choses devraient s’aplanir avec le temps. Lors de ses discussions avec les cantons, il s’est renseigné sur les conséquences des retards dans les livraisons du vaccin Pfizer/Biontech.

La vaccination de la population avance différemment d’un canton à l’autre, a indiqué jeudi Lukas Engelberger, président de la conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS), devant la presse. Tous s’attellent toutefois à renforcer leurs structures et augmenter le tempo.

Lukas Engelberger a rappelé que les défis sont grands, notamment au niveau de l’organisation et de la livraison. Il a également reconnu que l’autorisation du vaccin Pfizer a un peu surpris. « En octobre, personne n’aurait parié pour une autorisation en décembre. »

Le président de la CDS a profité de l’occasion pour remercier toutes les personnes qui souhaitent se faire vacciner. Et de noter que la demande est forte. Les personnes, n’ayant pas encore de rendez-vous, montrent une grande impatience.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Une boutique de vêtements en ligne éco-responsable créée à Genève

Publié

le

©David Malacrida www.elmerjack.com

CLOTHER est une boutique en ligne qui vend des vêtements éco-responsables. L’objectif: rendre la mode éco-responsable accessible et pratique pour la démocratiser en Suisse Romande. La plateforme ne sélectionne que des marques qui ont le développement durable dans leur ADN. Pour l’instant, la boutique ne livre que sur Genève et sur Vaud. 

Un dressing engagé en toute simplicité. C’est le slogan de CLOTHER, une boutique en ligne qui vend des vêtements éco-responsables. Conçue comme une entreprise de proximité elle se concentre pour le moment sur les cantons de Genève et de Vaud. La plateforme ne sélectionne que des marques qui ont le développement durable dans leur ADN. Certaines seront même distribuées pour la première fois en Suisse. Le but : démocratiser la mode éco-responsable comme l’explique Benjamin Lecrivain, fondateur de CLOTHER.

Benjamin Lecrivain Fondateur de CLOTHER

Pour une démarche éco-responsable complète, CLOTHER essaye de minimiser son empreinte carbone logistique. La plateforme utilise des colis de livraison réutilisables au moins 100 fois.  Pour une livraison facile qui s’adapte aux besoins des clients, CLOTHER propose 4 modes de livraison: à domicile (sur des plages horaires programmées), en boutique partenaire, au bureau (selon un planning défini avec votre entreprise), ou directement en Click&Collect au siège de l’entreprise à Plan-les-Ouates. Pour un renvoi de la commande, CLOTHER propose les 4 mêmes modes de retour. Autre subtilité, la plateforme ne demande pas de paiement lors de la commande. Le client ne paye que ce qu’il garde.

Des marques engagées

Le projet CLOTHER se démarque de ce qui existe déjà sur le marché. Ici, pas de grands noms avec une collection dite « verte », la plateforme ne sélectionne que des marques vraiment engagées. C’est ce qui le différencie de ces concurrents comme l’indique Benjamin Lecrivain.

Benjamin Lecrivain Fondateur de CLOTHER

Une idée qui lui est venue suite à une mauvaise expérience comme il l’explique.

Benjamin Lecrivain Fondateur de CLOTHER

Crowfunding

Pour lancer son entreprise, Benjamin a lancé un financement participatif  le 15 janvier dernier au travers de la plateforme SIG impact. L’objectif est de récolter 20’000 francs pour acheter le premier stock de vêtements. La campagne prend fin le 12 février prochain.

Continuer la lecture

Actualité

La gym pour seniors débarque sur les télés locales romandes

Publié

le

Les aînés doivent bouger pour maintenir leur équilibre et leur mobilité. Pro Senectute a conclu un partenariat avec les télévisions locales romandes pour diffuser ses cours de gymnastique. A Genève, les cours se visionnent sur Léman Bleu. Dans le canton de Vaud, sur La Télé.

Avec l’annonce d’un nouveau variant du Covid-19, il est recommandé aux seniors de rester chez eux…ce qui ne devrait pas les empêcher de bouger. Le détail avec Judith Monfrini

Continuer la lecture

Actualité

 Le Conseil d’Etat genevois propose un plan d’indemnisation de 250 millions de francs

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Le Conseil d’Etat genevois a présenté ce mercredi son projet d’aide au entreprises. Il regroupe dans un seul projet les diverses aides financières destinées aux entreprises victimes de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Le coût de ce projet est estimé à 250 millions de francs et couvre l’exercice 2021. Un formulaire en ligne sera disponible pour les entreprises, dès le 3 février.

Un concept global cantonal d’aide aux entreprises. C’est le projet de loi proposé par le Conseil d’Etat genevois pour venir en aide aux entreprises. L’ensemble des diverses aides octroyées par l’état sont réunies dans ce projet, auxquelles s’ajoutent les mesures de soutien prévues par les ordonnances du Conseil fédéral. Le but est de permettre aux entreprises de survivre jusqu’à ce que la situation sanitaire s’améliore. Le coût de ce projet est estimé à 250 millions de francs et couvre l’exercice 2021. Il existe trois types de bénéficiaires comme l’explique Nathalie Fontanet, conseillère d’Etat en charge des finances.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances

Les coûts sont divisés comme suit. Pour les entreprises qui font l’objet d’une fermeture depuis plus de quarante jours: pour trois mois de fermeture, le coup estimé est de 171 millions de francs. Pour les entreprises non fermées mais qui font l’objet d’une baisse du chiffre d’affaires de plus de 40% le coût est de 64 millions de francs. Pour les entreprises qui font l’objet d’une baisse du chiffre d’affaires entre 25% et 40% cela coûtera 15 millions de francs.

Ainsi, pour ce total de 250 millions, il faut retirer les 80 millions de la manne fédérale. Sur ces 170 millions restants, 40 millions sont pris en charge par la Confédération. Ce dispositif coûtera donc au total 130 millions de francs au canton. Nathalie Fontanet détaille les aides prévues par le gouvernement.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances

Les aides ne sont pas rétroactives mais commencent dès le 1er janvier 2021.

Elargir les aides

Le gouvernement a volontairement élargi ses critères d’entrée au programme pour aider le plus d’entreprises possible comme l’explique Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances

Un formulaire en ligne sera disponible pour les entreprises, dès le 3 février. Elles devront y joindre leur bilan 2020. Les premières aides devraient être versées dans les jours qui suivront. Du personnel a été engagé pour traiter les demandes rapidement. Ce nouveau système se veut plus rapide que le précédent.

Continuer la lecture

Actualité

Joe Biden officiellement 46e président des Etats-Unis

Publié

le

AP/J. Scott Applewhite

Joe Biden est officiellement devenu mercredi le 46e président des Etats-Unis. Le démocrate a prêté serment peu avant midi (18h00 suisses) au Capitole à Washington.

L’ancien vice-président de Barack Obama a prêté serment face au président de la Cour suprême John Roberts, la main posée sur une Bible que tenait son épouse Jill. « Je jure solennellement que j’accomplirai loyalement les fonctions de président des Etats-Unis et que je ferai de mon mieux pour préserver, protéger et défendre la Constitution des Etats-Unis », a-t-il déclaré.

Un peu plus tôt, Kamala Harris avait été investie à la vice-présidence des Etats-Unis. L’ex-sénatrice et ancienne procureure âgée de 56 ans, fille d’immigrés, est ainsi devenue la première femme, ainsi que la première personne afro-américaine et asio-américaine, élue à ce poste.

La cérémonie a été ouverte par des prises de parole des sénateurs Amy Klobuchar (démocrate) et Roy Blunt (républicain). « Aujourd’hui est le jour où notre démocratie se reprend, balaye la poussière et fait ce que l’Amérique fait toujours: aller de l’avant en tant que nation, sous le regard de Dieu, indivisible, dans la liberté et la justice pour tous », a déclaré Mme Klobuchar, qui avait affronté Joe Biden lors de la primaire démocrate.

Après une prière du révérend père Leo Jeremiah O’Donovan III, un proche de Joe Biden, c’est Lady Gaga, portant une colombe dorée sur le coeur, qui a vigoureusement interprété l’hymne national

Source: ATS

Continuer la lecture