Rejoignez-nous

Actualité

Campus Santé: le Conseil d'Etat demande un crédit de 165,6 millions

Publié

,

le

C'est sur ce terrain, situé sur la commune de Chavannes-près-Renens, que sera construit le Campus Santé. (© KEYSTONE/$#2$)

Le Conseil d'Etat vaudois sollicite 165,6 millions de francs auprès du Grand Conseil pour son projet de Campus Santé. Ce projet prévoit la construction de quatre bâtiments à Chavannes-près-Renens, pour créer un centre de formation d'envergure nationale.

"C'est un jour décisif pour la population vaudoise en matière de prise en charge médicale, s'est réjouie vendredi devant la presse, la conseillère d'Etat en charge de la formation, Cesla Amarelle. Il s'agit d'un investissement vital qui fera rayonner le canton au niveau national et au-delà", a-t-elle ajouté.

Parmi les quatre bâtiments prévus dans le cadre du Campus Santé sur les Côtes de la Bourdonnette, le premier, dit "C4" (pour Centre coordonné de compétences cliniques), suscite une fierté particulière parmi les orateurs.

Ce centre, qui fait l'objet d'une demande d'un crédit d'ouvrage de 38,76 millions, sera dédié à l'apprentissage clinique en milieu simulé. Il permettra aux étudiants de pratiquer certains gestes et techniques essentiels "pour de faux" avant de se confronter à la réalité du terrain.

"Outil visionnaire"

"Cet outil unique et visionnaire, se déclinera en plusieurs pôles, à savoir réadaptation, ambulatoire et soins à domicile, a déclaré Cesla Amarelle. Il aidera en outre à pallier au problème du manque de places de stage."

Au programme: des mises en situation clinique (jeux de rôle), de fausses pièces anatomiques pour s'exercer aux gestes techniques, des mannequins haute technologie simulant par exemple un accouchement ou encore des infrastructures permettant la prise en charge des patients simulés interprétés par des comédiens. Le centre sera exploité par la Haute école de santé Vaud (HESAV), la Haute école de santé La Source, le CHUV et la Faculté de biologie et médecine de l'Unil.

Vers une interdisciplinarité accrue

"Ces approches pédagogiques font déjà partie du cursus de formation, mais les infrastructures du Campus Santé vont faciliter un travail en interprofessionnalité, en mettant par exemple une sage-femme, un médecin et un physiothérapeute sur une prise en charge conjointe d’une même situation", explique Carole Wyser, directrice générale de l'HESAV.

Cette interprofessionnalité accrue est également saluée par le doyen de l'Institut et haute école de santé La Source, Blaise Guinchard. "Dix pourcents des incidents critiques dans les hôpitaux, comme les mauvaises prescriptions ou celles faites à double résultent d'un manque de communication ou d'une mauvaise coordination. On peut donc se réjouir qu'un tel endroit oblige les différents professionnels de la santé à mieux comprendre les réalités des uns et des autres."

Site unique pour l'HESAV

Le Campus Santé réserve une autre révolution pour l'HESAV. Ses cinq filières, - soins infirmiers, physiothérapie, technique en radiologie médicale, ergothérapie et sage-femme-, actuellement dispersées sur cinq sites, seront regroupées sous un même toit. Ce deuxième bâtiment, dit HESAV, fait l'objet d'un crédit d'ouvrage de 86,7 millions.

La conseillère d'Etat Rebecca Ruiz, en charge de la santé, souligne que le nouveau campus répond aux besoins futurs du canton en personnel de santé, notamment en raison de l'évolution démographique annoncée. "En 2040, les plus de 80 ans vont plus que doubler dans le canton, a-t-elle rappelé. Il nous faudra 4000 soignants supplémentaires, principalement des infirmières et des infirmiers."

Face au nombre d'étudiants qui s'apprête à affluer dans la zone - le C4 doit accueillir simultanément quelque 250 à 400 étudiants, tandis que l'HESAV attend 1500 étudiants réguliers - quelque 500 logements étudiants sont prévus. Ils se trouveront dans le troisième bâtiment, baptisé LET (Logements pour étudiants).

La réalisation de ce dernier a été confiée à la Fondation maison pour étudiants Lausanne, à laquelle l'Etat a accordé un droit de superficie gratuit. Un montant de 1,89 million servira à couvrir la valeur de ce terrain.

Enfin, un crédit d'ouvrage de 38,25 millions s'appliquera quant à lui à la réalisation du parc public et des équipements bénéficiant à l'ensemble du site.

Possible début du chantier dans un an

Le Grand Conseil devrait approuver l'ensemble de ces montants en août prochain. Le premier coup de pioche pour le chantier est prévu pour avril 2023, après des fouilles archéologiques qui devraient débuter en septembre. Enfin, la mise en service des bâtiments est attendue pour la rentrée de septembre 2026.

A noter qu'un quatrième bâtiment, destiné à la Haute école pédagogique du canton de Vaud viendra compléter le Campus Santé. Il fera l'objet d'une demande de crédit d'ouvrage ultérieure.

Un quartier de logements privés sera également développé dans les Côtes de la Bourdonnette. Sa réalisation a été confiée à la Caisse de pensions de l'Etat de Vaud, sous la conduite des Retraites populaires.

La syndique de Chavannes-près-Renens Loubna Laabar, s'est réjouie du fait que grâce à ce futur campus, la commune acquérait "une nouvelle dimension en tant que pôle de savoir et d'innovation", ce qu'elle considère comme "une chance, un privilège et une grande responsabilité". La commune s'attend à passer de 8'000 à 14'000 habitants entre 2020 et 2030.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

International

Bélarus: citoyen allemand condamné à mort pour "acte de terrorisme"

Publié

le

La Biélorussie est le seul Etat d'Europe où la peine de mort existe encore. (© KEYSTONE/AP)

Un citoyen allemand a été condamné à mort au Bélarus, le seul pays d'Europe appliquant encore la peine capitale, après avoir été accusé notamment d'"acte de terrorisme" et de mercenariat, a rapporté vendredi l'ONG Viasna.

Dans un communiqué, Viasna dit avoir eu "la confirmation" du fait que Rico Krieger, qui serait médecin militaire et âgé de 30 ans, avait été condamné à mort le 24 juin par un tribunal de Minsk. Selon cette source, l'affaire a un lien avec le régiment Kastus Kalinouski, composé de Bélarusses combattant l'armée russe aux côtés de l'Ukraine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Rare naissance au Cambodge de 60 crocodiles en voie d'extinction

Publié

le

Les crocodiles siamois mesurent jusqu'à trois mètres de long et le bassin du Mékong et les zones humides du Cambodge semblent abriter les seules populations sauvages restantes, selon l'organisation de protection de la nature WWF. (© KEYSTONE/AP/Heng Sinith)

L'espoir renaît pour le crocodile siamois, l'un des reptiles les plus menacés au monde. Cela avec la rare naissance de 60 spécimens au Cambodge, ont déclaré jeudi les autorités.

Cinq nids ont été découverts à la mi-mai dans un parc national du sud-ouest du pays, où ces crocodiles sont victimes de braconniers, a annoncé le ministère cambodgien de l'environnement dans un communiqué commun avec l'ONG Fauna & Flora.

Les nids contenaient 106 oeufs, et 60 d'entre eux ont éclos avec succès entre le 27 et le 30 juin, a déclaré le ministère.

"Cette découverte indique que la zone est un habitat clé pour les crocodiles naturels, ce qui donne de l'espoir pour le rétablissement de l'espèce", a-t-il ajouté.

Plus que 400 crocodiles sauvages

Les chercheurs estiment qu'il ne reste plus que 400 crocodiles sauvages, principalement au Cambodge.

Leur survie est menacée par les braconniers qui fournissent des oeufs et des reptiles adultes aux fermes de crocodiles de la région, où leurs peaux sont transformées en ceintures, chaussures et sacs à main de luxe.

C'est une source de "fierté" que le pays abrite certaines des espèces les plus rares du monde, a déclaré le ministre cambodgien de l'environnement, Eang Sophalleth, s'engageant à poursuivre ses efforts pour "préserver la biodiversité".

Déforestation et braconage

La déforestation et le braconnage ont été fatals à de nombreuses espèces au Cambodge, l'une des nations les plus pauvres et les plus corrompues d'Asie.

Les crocodiles siamois mesurent jusqu'à trois mètres de long et le bassin du Mékong et les zones humides du Cambodge semblent abriter les seules populations sauvages restantes, selon l'organisation de protection de la nature WWF.

Ils figurent actuellement sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour les espèces menacées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Ukraine: Moscou revendique la prise d'un nouveau village dans l'est

Publié

le

Des policiers ukrainiens enquêtent sur le site d'un tir de roquette russe dans la ville de Chuhuiv dans la région de Kharkiv, au nord-est de l'Ukraine, vendredi. Au moins 9 personnes ont été blessées, selon les autorités locales. (© KEYSTONE/EPA/SERGEY KOZLOV)

La Russie a revendiqué vendredi la prise d'un nouveau village dans l'est de l'Ukraine, poursuivant sa poussée en direction de la localité de New York, cible d'intenses bombardements de la part des forces russes qui cherchent à progresser.

"Le village de Iourivka (...) a été libéré", a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Iourivka, un tout petit village du Donbass, se trouve à 2 km au sud de New York, et non loin de Toretsk, deux localités qui subissent depuis la mi-juin de nombreuses frappes de la part des Russes qui cherchent à s'en emparer et progresser dans la région de Donetsk (est).

L'armée ukrainienne, en manque d'hommes et de munitions, fait face à des assauts russes le long de la ligne de front, qui s'étend sur près de 1000 km, notamment dans l'Est, où l'armée russe a conquis plusieurs petites localités ces dernières semaines, malgré d'importantes pertes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Gaza : aucun cas de polio détecté jusqu'ici, dit l'OMS, inquiète

Publié

le

Selon l'OMS, des dizaines de milliers d'enfants de moins de cinq ans de la bande de Gaza risquent de contracter la polio et d'autres maladies évitables par la vaccination. (© KEYSTONE/EPA/HAITHAM IMAD)

Aucun cas de poliomyélite n'a été détecté jusqu'à présent dans la bande de Gaza, a déclaré vendredi l'OMS, après la découverte du virus dans des échantillons d'eaux usées. Mais l'organisation est très inquiète.

Mardi, le Réseau mondial de laboratoires de lutte contre la poliomyélite a isolé le poliovirus de type 2 dérivé d'une souche vaccinale dans six échantillons de surveillance environnementale collectés le 23 juin, a déclaré le porte-parole de l'OMS, Christian Lindmeier, lors d'un point de presse à Genève.

"Cette découverte est extrêmement préoccupante", a souligné M. Lindmeier, et était "malheureusement attendue" étant donné la situation sanitaire dans la bande de Gaza soumise à des bombardements intensifs depuis neuf mois par les forces israéliennes.

"Le virus n'a à l'heure actuelle été isolé que dans l'environnement et aucun cas de paralysie associé n'a été détecté", a-t-il précisé.

La poliomyélite est une maladie très contagieuse provoquée par un virus (le poliovirus) qui envahit le système nerveux et qui peut entraîner en quelques heures des paralysies irréversibles.

"Réponse rapide essentielle"

L'OMS, d'autres agences de l'ONU et le ministère de la Santé de Gaza contrôlé par le Hamas, sont en train d'essayer de déterminer l'ampleur de la propagation du poliovirus, a souligné M. Lindmeier.

"Ils détermineront quelles mesures prendre pour stopper toute nouvelle propagation", a-t-il ajouté. "Une réponse rapide est essentielle pour empêcher la propagation du virus", insiste t-il, soulignant les conditions très difficiles sur le terrain. Il n'exclut pas le risque d'une "propagation internationale".

Couverture optimale avant

Selon M. Lindmeier, la couverture vaccinale contre la polio était "optimale" à Gaza avant la guerre, estimée à 89% en 2023.

Actuellement, seuls 16 des 36 hôpitaux de l'étroite bande de territoire palestinien sont partiellement fonctionnels, et environ 45 des 105 établissements de soins de santé primaires sont opérationnels.

Dizaines de milliers d'enfants à risque

Les taux de vaccination chutent à cause des conditions extrêmes auxquelles sont soumises la population et le système de santé. Des dizaines de milliers d'enfants de moins de cinq ans risquent de contracter la polio et d'autres maladies évitables par la vaccination, selon le porte-parole.

L'OMS estime que beaucoup de maladies "se propagent de manière incontrôlable" dans le territoire assiégé.

"Les efforts visant à collecter et à transporter des échantillons de patients à Gaza afin de déterminer les causes de leurs maladies ont toutefois été empêchés par l'insécurité, les restrictions d'accès et, plus récemment, la fermeture du poste frontière de Rafah" avec l'Egypte, a expliqué M. Lindmeier.

"En fin de compte, un cessez-le-feu est essentiel pour permettre d'augmenter rapidement les campagnes de vaccination et combler les lacunes générées par la guerre", a-t-il souligné.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Environnement

Douze personnes sont mortes dans des accidents agricoles en Suisse

Publié

le

Deux personnes sont décédées lors du renversement d'un tracteur ou un transporteur (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Douze personnes ont perdu la vie dans des accidents agricoles en Suisse depuis le début de l'année, dont trois enfants. Deux personnes avaient déjà atteint l'âge de la retraite.

Trois enfants âgés de 6 à 9 ans ont perdu la vie en lien avec des véhicules ou des machines, indique vendredi le service de prévention des accidents dans l'agriculture (SPAA). Deux personnes sont décédées lors du renversement d'un tracteur ou un transporteur. Une personne a été écrasée lors de l'attelage d'un outil porté.

Deux personnes ont perdu la vie dans un accident dû aux gaz dans la fosse à lisier. Une personne est décédée dans une grange en feu. Deux personnes ont fait une chute mortelle d'un toit ou d'un grenier à foin. Et une personne a été retrouvée sans vie dans un box à chevaux, précise le SPAA.

Pour celui-ci, les risques sont souvent trop peu perçus, sous-estimés ou ignorés. Le SPAA et agriss veulent sensibiliser les personnes qui travaillent dans l'agriculture à prendre au sérieux les "dangers invisibles" et à ne pas prendre de risques pour leur sécurité ou leur santé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture