Rejoignez-nous

Actualité

Bientôt une vignette écologique à Genève

Publié

,

le

Berne a donné son feu vert pour l'introduction d'une vignette écologique, à Genève. Le principe : catégoriser les véhicules, selon leur degré de pollution, avec à terme, l'interdiction de certains secteurs pour les voitures les plus polluantes.

Le conseiller d'Etat genevois, Luc Barthassat, était l'invité de Béatrice Rul et Benjamin Smadja pour détailler ce dispositif mais aussi en dire davantage sur son avenir.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Les Etats-Unis, pilier essentiel du tourisme suisse

Publié

le

L'intérêt des touristes américains pour la Suisse continue de se renforcer. (archive) (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Les Etats-Unis sont en passe de dépasser l'Allemagne en tant que premier marché de provenance pour l'hôtellerie helvétique. Ce changement se profile pour la saison estivale à venir, selon les prévisions de l'institut Bak Economics publiées mardi.

Les économistes de l'institut bâlois tablent sur une croissance de 0,9% des nuitées hôtelières lors de la saison estivale, portée par la reprise des marchés lointains, dont les nuitées sont attendues en progression de pas loin de 10%. L'intérêt des touristes américains pour la Suisse continue de se renforcer, ce qui se reflète dans les statistiques. En l'espace de dix ans, les nuitées des hôtes américains ont ainsi presque doublée et sont attendues à 2,1 millions cet été, ce qui les fera peser pour un sixième des nuitées des hôtes étrangers à cette saison.

La solide progression des Etats-Unis et d'autres marchés lointains contraste avec l'accès de faiblesse au niveau de la demande indigène et de celle européenne, dont les nuitées sont attendues en baisse de respectivement 2,1% et 0,7%. En cause, la faiblesse du pouvoir d'achat et une conjoncture globalement morose en Europe. L'appréciation du franc cet hiver, bien que stoppée par la baisse des taux d'intérêt de la Banque nationale suisse (BNS), a possiblement encouragé à réserver ses vacances d'été ailleurs. L'Allemagne, particulièrement touchée par des conditions économiques difficiles, devrait essuyer un recul.

A mesure que la demande des marchés lointains prend une ampleur plus importante sur le total, les flux touristiques tendent à mieux se répartir sur l'année, car les visiteurs non européens voyagent plus volontiers en basse saison, expliquent les économistes. Un deuxième avantage est l'augmentation de la valeur ajoutée par nuitée, en raison de dépenses plus importantes en moyenne pour les visiteurs venus de loin.

Les économistes pointent néanmoins deux tendances négatives pour le tourisme helvétique: une durée des séjour qui tend à diminuer et une concentration plus forte des touristes dans certaines régions. Les statistiques très positives des nuitées ne reflètent donc pas toute la complexité du tableau.

Perspectives positives après l'été

Pour la saison d'hiver, Bak Economics table sur une légère croissance de 0,4%. La demande indigène et celle européenne devraient légèrement décroître, néanmoins, la progression des marchés lointains devrait permettre de compenser, projette l'institut.

A plus longue échéance, il faut s'attendre à ce que la demande intérieure se stabilise aux alentours de 14% de plus qu'avant la pandémie. La baisse des taux d'intérêt en Europe devrait stimuler l'économie et les ménages bénéficieront de l'augmentation des salaires nominaux, ce qui permettra à la demande de se maintenir.

A contrario, la lutte contre l'inflation aux Etats-Unis est moins avancée et cela devrait faire ralentir la demande, plaçant le budget pour les vacances sous pression. Les marchés lointains devraient tout de même rester un vecteur de croissance important en 2025 et 2026, le potentiel de rattrapage n'étant pas encore épuisé. Le marché chinois poursuivra sa large reprise, bien qu'il ne faille pas s'attendre à retrouver le niveau d'avant la pandémie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Politique

Vingt millions de plus pour le Campus Santé à Chavannes-près-Renens

Publié

le

Le Campus Santé, ici en 2022 lors du lancement du chantier, doit ouvrir en 2026 (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Grand Conseil vaudois a accepté mardi d'accorder trois crédits additionnels pour le futur "Campus Santé", actuellement en construction à Chavannes-près-Renens près de l'Université de Lausanne. L'objectif consiste à améliorer le projet en le rendant plus "durable".

Adoptés à l'unanimité, les crédits additionnels atteignent 20,45 millions de francs, qui s'ajoutent aux 165,6 millions déjà accordés en 2022 lors de l'octroi des crédits d'ouvrage. Avec ces montants supplémentaires, il s'agit notamment d'augmenter la surface des panneaux solaires de 4860 à 9176 m2. Cela permettra de générer environ 2000 MWh/an, couvrant ainsi 104% des besoins électriques des quatre bâtiments.

Ces modifications intègrent aussi l'utilisation de bois et optimisent la ventilation naturelle en façade. Le décret vise aussi à régulariser l'autorisation de dépenses supplémentaires pour finaliser des fouilles archéologiques.

La conseillère d'Etat Isabelle Moret a reconnu que ces ajustements avaient "un coût", mais qu'il était nécessaire de rendre "plus durable" de tels projets, quand cela était possible. "Il est beaucoup plus difficile de le faire après coup" lorsque les constructions sont achevées, a-t-elle ajouté, faisant référence au pôle muséal de Plateforme 10.

La date d'ouverture du Campus Santé est prévue pour septembre 2026. Il fera partie d'un nouveau quartier d'une dizaine d'hectares sur le site des Côtes de la Bourdonnette et sera fréquenté par plusieurs milliers d'étudiants.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La place de la Synagogue dévoile son nouveau visage sans voiture

Publié

le

Une place entièrement piétonne, des nouveaux arbres avec un revêtement clair et perméable à la place du bitume. Voilà à quoi ressemble désormais la place de la Synagogue, à Genève.

Après 12 mois de travaux, le nouvel aménagement a été présenté ce mardi par les autorités de la Ville de Genève. Les précisions de Frédérique Perler conseillère administrative en charge du Département de l'aménagement, des constructions et de la mobilité.

 

Un projet qui revient de loin, il a notamment fait l'objet d’un recours au tribunal fédéral. 

Un nouvel éclairage sera également mis en place cet automne. La synagogue et la fontaine seront illuminées et un nouvel éclairage adapté à la vocation piétonne va être installé.

Sans trafic motorisé ni places de stationnement, les abords de la synagogue, utilisée par la Communauté israélite de Genève, sont plus sûrs, explique Elias FRIJA, secrétaire général de la Communauté Israélite de Genève.

Cet aménagement a coûté 2,4 millions de francs.

Continuer la lecture

Suisse

Vetropack: Isabelle Moret appelle au calme et à la responsabilité

Publié

le

La situation tendue actuelle dans les négociations autour d'un plan social pour les employés de Vetropack à St-prex inquiète la ministre vaudoise Isabelle Moret et de nombreux députés du Grand Conseil (archives). (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

La ministre vaudoise Isabelle Moret a appelé mardi toutes les parties prenantes de la verrerie Vetropack à St-Prex à se mettre autour de la table et à négocier dans le calme. La négociation d'un plan social "solide et respectueux" est la priorité absolue, selon elle.

La conseillère d'Etat en charge de l'économie et de l'emploi a dit regretter "une situation tendue (...) qui continue à être tendue". "Le climat s'est même détérioré", a-t-elle déclaré devant le Grand Conseil, selon les dernières informations obtenues. "Cela m'inquiète. La tension doit redescendre", a-t-elle dit. Il s'agit de "recréer la confiance" entre les différents partenaires, a-t-elle insisté.

La ministre a publiquement appelé les dirigeants de Vetropack à "agir en entreprise responsable", non sans rappeler que cette entreprise avait des racines vaudoises. Les négociations doivent avoir lieu dans un environnement sécurisé, selon elle.

"Le Conseil d'Etat appelle toutes les parties prenantes à se mettre autour de la table et à négocier dans le calme", a-t-elle solennellement déclaré.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Les CFF testent leur nouveau centre d'exploitation à Renens

Publié

le

Dès septembre, le "cerveau" des trains circulant en Suisse romande se trouvera dans ce bâtiment à deux pas de la gare de Renens. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Dès septembre, le "cerveau" des trains circulant en Suisse romande déménagera de Lausanne à Renens. Les collaborateurs testent actuellement le nouveau centre d'exploitation CFF dernier cri et ultra-sécurisé.

"C'est d'ici que l'on gèrera quotidiennement l'horaire des CFF, afin que la réalité soit la plus proche possible de ce qui figure sur le papier", a déclaré le porte-parole des CFF, Jean-Philippe Schmidt, mardi, lors de la présentation du bâtiment aux médias. Ce jour-là, c'était au tour des employés en charge des trains de la région Genève d'essayer leurs futurs postes de travail.

Le nouvel espace accueillera les quelque 250 "anges gardiens du rail" qui veillent 24h sur 24 et 7 jours sur 7 sur le trafic ferroviaire en Suisse romande. Ces cheffes et chefs de circulation, sont en charge de la sécurité du trafic, de la ponctualité des 2500 trains qui y circulent chaque jour et de la gestion des quelque 500 perturbations quotidiennes.

Infrastructure critique

Le centre d'exploitation de Renens compte 122 places de commande réparties sur deux étages. Celles-ci sont bien sûr destinées aux collaborateurs en charge du trafic en Suisse romande, mais des places sont également prévues pour accueillir les collaborateurs de l'un des trois autres centres d'exploitation suisses, - à Olten, Zurich et Poleggio -, si l'un d'eux venait à être mis hors service pour une raison quelconque.

Les centres d'exploitation des CFF sont classés parmi les infrastructures ayant une fonction vitale pour la Suisse. Le centre de Renens répond donc à certaines exigences en termes de sécurité et de résistance aux dégâts naturels. Il doit ainsi obligatoirement se situer en hauteur et ne pas disposer de parking souterrain pour ne pas prêter le flanc à des attentats à la voiture piégée. L'accès y est en outre strictement contrôlé.

Eclairage circadien

La transition du centre d'exploitation de Lausanne à celui de Renens est prévue dans la nuit du 31 août au 1er septembre. Pour un passage en douceur, des essais en situation réelle se déroulent depuis le 13 mai.

Les CFF sont confiants. "Il n'y a pas de changement dans la tâche des collaborateurs, il s'agit surtout d'une optimisation du confort", précisent-ils. Les chefs de circulation, qui travaillent à toute heure du jour et de la nuit, bénéficieront par exemple d'un système dernier cri d'éclairage circadien, visant à préserver au maximum leur horloge biologique.

Outre les chefs de circulation, entre 150 et 250 employés du bâtiment de Lausanne, actifs dans les services techniques, de coordination et d'information à la clientèle déménageront également à Renens. Avec la mise en service de ce troisième bâtiment CFF dans le quartier du Parc du Simplon à Renens, l'entier des bureaux romands de l'ex-régie fédérale sera regroupé au même endroit.

Le centre d'exploitation de Lausanne avait été inauguré en 2010. Il était le premier des quatre centres de ce type créé par les CFF. Le bâtiment qui l'héberge actuellement, au 45 Avenue de la gare, sera prochainement détruit dans le cadre de la transformation du quartier de la Rasude.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture