Rejoignez-nous

Actualité

Avenir Suisse: La politique agricole favorise l’utilisation de pesticides

Publié

,

le

Selon Avenir Suisse, le taux d’auto-approvisionnement visé par notre pays pousserait les agriculteurs à utiliser des pesticides. Récemment, une étude de l’Université de Neuchâtel révélait  que 93% des champs bios étaient contaminés par des pesticides. Et cette nouvelle a provoqué des remous.

Bio Suisse s’inquiète évidemment de ces résultats. Selon l’étude de l’Université de Neuchâtel des traces de néonicotinoïdes, les pesticides soupçonnés de tuer les abeilles, ont été retrouvées dans les sols et les produits de 20 fermes biologiques. L’étude a pris en compte plus de 700 échantillons de sol et de plantes, dans 62 exploitations agricoles.

Bio Suisse estime que les causes de contamination sont probablement des dérives provenant de champs conventionnels. Les pesticides auraient été véhiculés par l’air et par l’eau depuis les fermes agricoles classiques, qui seraient, elles, largement contaminées. En septembre dernier déjà, un rapport d’Avenir Suisse dénonçait les coûts environnementaux de l’agriculture telle que pratiquée dans notre pays. Les pesticides ou produits phytosanitaires bénéficient d’un régime spécial qui favoriserait leur utilisation. Noémie Roten, chercheuse à Avenir Suisse.

Noémie Roten Chercheuse à Avenir Suisse

Avenir Suisse dénonçait aussi dans son rapport le risque d’appauvrir complètement les sols…à cause d’une politique discutable d’autosuffisance selon le think tank helvétique. Noémie Roten

Noémie Roten Chercheuse à Avenir Suisse

Selon les chiffres de l’Office fédéral de l’agriculture, l’utilisation de pesticides est presque deux fois plus élevée en Suisse qu’en Autriche. Les agriculteurs suisses utilisent deux kilos de produits phytosanitaires par hectare de surface agricole utile contre 1,3 en Autriche. Le nombre d’animaux par hectares y est aussi deux fois plus élevé que dans les pays avoisinants. Pour Avenir Suisse, il faudrait repenser la politique agricole. Et sortir de l’auto-approvisionnement. Les deux initiatives sur l’eau propre et sur les pesticides bientôt devant le peuple devraient relancer ce débat.

Selon le rapport d’Avenir Suisse, les coûts environnementaux de l’agriculture intensive pratiquée en Suisse s’élèveraient à 7,3 milliards par année.

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La hausse des subsides d’assurance-maladie satisfait aussi la gauche

Publié

le

Autre résultat du jour: le oui au contre-projet proposé par le Conseil d’Etat à l’initiative de la gauche. Les Genevois devaient départager deux propositions. D’un côté, l’initiative 170 qui visait à plafonner les primes payées par les ménages à 10% de leur revenu. De l’autre, le contre-projet du gouvernement qui prévoit de compenser les pertes fiscales avec une enveloppe de 186 millions de francs, sous forme de subsides d’assurance-maladie.

Au passage, le nombre de bénéficiaires augmentera, passant de 53 000 à 120 000. L’idée étant de favoriser la classe moyenne, celle qui se trouve juste en dessus du barème et qui ne peut toucher d’aide. Le oui du peuple genevois au contre projet réjouit le conseiller d’état chargé de la cohésion sociale, le socialiste Thierry Apothéloz. Il répondait à Judith Monfrini:

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat chargé de la cohésion sociale

Vincent Subilia est, lui aussi, satisfait du choix des votants, rappelant la facture qu’aurait engendré l’IN170 (estimée à 785 millions par an selon les calculs du PLR):

Vincent Subilia Directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Genève

Pour Carole-Anne Kast, fer de lance de l’initiative 170, le résultat du jour n’est pas une défaite, loin de là:

Carole-Anne Kast  Conseillère administrative PS d'Onex

Une satisfaction que partage la verte Delphine Klopfenstein:

Delphine Klopfenstein Députée verte

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Oui à la RFFA: la droite genevoise soulagée, la gauche inquiète pour la suite

Publié

le

Plus de 58%. C’est le très bon score réalisé par le volet genevois de la RFFA. Concernant l’imposition des entreprises, les votants ont donné leur aval pour un taux unique de 13,99% à Genève. Fini les disparités entre les sociétés à statut spécial imposées entre 11 et 12% et les PME à 24%.

Aux yeux de Conseil d’Etat et de la droite, qui défendait la réforme, ce taux doit permettre de maintenir l’attractivité du canton auprès des multinationales, d’éviter leur fuite dans les cantons voisins. Et du coup, de préserver quelque 62000 emplois directs et indirects.

Ce résultat donne le sourire à Vincent Subilia, directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie de Genève. Mais, comment avoir la garantie que les entreprises réinvestissent le gain généré par la RFFA dans le développement ou l’emploi? La réponse de Vincent Subilia:

Vincent Subilia Directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Genève

« Ce n’est pas infamant quand on est patron d’une société de faire du bénéfice »

De son côté, la gauche peine à croire à cet effet positif. La réaction de Jocelyne Haller, députée d’Ensemble à Gauche:

Jocelyne Haller Députée Ensemble à Gauche

Une critique des actionnaires qui a le don d’agacer le président du PDC, Vincent Maître:

Vincent Maitre Président du PDC genevois

Ensemble à Gauche ne s’avoue toutefois pas vaincu. Le député Jean Batou annonce le dépôt d’un projet de loi ce lundi:

Jean Batou Député Ensemble à Gauche

Des craintes pour les prestations publiques

Face au oui à la RFFA, la socialiste Carole-Anne Kast, conseillère administrative de la Ville d’Onex, ne cache pas son inquiétude concernant les pertes fiscales attendues:

Carole-Anne Kast Conseillère administrative PS d'Onex

Des craintes pour l’avenir que partage Jocelyne Haller, particulièrement inquiète pour l’avenir des prestations publiques:

Jocelyne Haller Députée Ensemble à Gauche

Commentant à son tour le résultat du jour, la députée verte Delphine Klopfenstein Broggini tente de voir le verre à moitié plein et souligne le résultat du non à la RFFA:

Delphine Klopfenstein Broggini  Députée verte

Demain, la ministre des finances Nathalie Fontanet sera l’invitée de Radio Lac Matin après 7h15, pour revenir sur les résultats des votations.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Les réactions après le « oui » des Genevois à l’ouverture des magasins

Publié

le

A Genève, les commerces ouvriront trois dimanches par an. Les genevois ont dit « oui » sans condition à la loi sur l’ouverture des magasins.

Par 52,5 %, le peuple n’a pas voulu faire dépendre l’ouverture des magasins de la signature d’une convention collective de travail dans le secteur. En 2016 pourtant, il avait donné comme mission aux employés de la vente et aux patrons de s’entendre sur les conditions de travail. Mais les négociations sont au point mort et le projet voté n’a jamais été mis en oeuvre. Le parlement a donc proposé un nouveau projet aux Genevois, qui devrait s’appliquer jusqu’en décembre 2020 afin de débloquer la situation, et le peuple a dit «oui».

La réaction de Cyril Aellen député PLR au Grand Conseil.

Cyril Aellen Député PLR au Grand Conseil

En l’absence de convention collective, les usages devraient s’appliquer. La réaction de Jean Batou, député d’Ensemble à gauche au Grand Conseil.

Jean Batou Député d'Ensemble à gauche au Grand Conseil

Les commerces auront la possibilité d’ouvrir trois dimanche par an et le 31 décembre.

 

Continuer la lecture

Actualité

CPEG: les réactions après le « oui » des Genevois au projet de la gauche

Publié

le

Les Genevois ont préféré la version de la gauche et du MCG pour recapitaliser la caisse de pension des fonctionnaires. Elle propose de construire des logements dans le futur PAV.

A un cheveu, ils ont dit préférer ce projet à celui du Conseil d’Etat. A 52, 8% contre 52,6%. Les Genevois ont accepté la loi 12228, issue de la gauche et des syndicats. Pour recapitaliser la CPEG, ce projet réclame des terrains dans le futur PAV, le quartier Praille-Acacias-Vernet pour y construire des logements sociaux. La recapitalisation proposée conserve la primauté des prestations. Elle maintient également la contribution employé-employeur au même niveau.

Ecoutez la réaction du Président du Conseil d’Etat, Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat genevois

Du côté des syndicats, on ne cache par sa satisfaction. Marc Simeth, il est le Président du Cartel intersyndical.

Marc Simeth Président du Cartel intersyndical

La droite, elle, se dit déçue. Il n’y a pas de véritable réforme du système.

Alexandre de Senarclens Député PLR au Grand Conseil

Pour rappel, la CPEG doit atteindre un taux de couverture de 80% d’ici à 2050, une exigence fédérale. Son taux actuel est de 58,2%. L’Etat va devoir injecter 4,4 milliards de francs pour y parvenir.

Continuer la lecture

Actualité

Oui à la fiscalité des entreprises à Genève

Publié

le

Les Genevois ont accepté dimanche la réforme fiscale des entreprises et financement de l'AVS (RFFA) ainsi que sa déclinaison cantonale avec un taux unique à 13,99%. Dans la foulée, ils ont aussi dit "oui" à une hausse des subsides d'assurance-maladie (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois ont accepté dimanche à 62,18% la réforme fiscale des entreprises et financement de l’AVS (RFFA). Dans la foulée, ils ont aussi dit « oui » à 58,22% sa déclinaison cantonale. Le taux de participation s’est élevé à 45,29%.

La modification de la loi sur l’imposition des personnes morales (LIPM) prévoit un taux unique de 13,99% à Genève, contre aujourd’hui 11,6% pour les sociétés à statut spécial et 24,2% pour les autres. Défendu par le Conseil d’Etat et la droite, ce taux doit permettre de maintenir l’attractivité du canton auprès des multinationales et de préserver quelque 62’000 emplois directs et indirects.

Hausse des subsides

Conséquence: les pertes fiscales sont estimées à 186 millions de francs pour le canton et à 46 millions pour les communes en 2020. La principale contrepartie de 186 millions sous forme de subsides d’assurance-maladie a aussi été acceptée dimanche par 75,49% des votants.

Cette manne figurait dans le contre-projet à l’initiative de la gauche « Pour des primes d’assurance-maladie plafonnées à 10% du revenu du ménage! ». Celle-ci a recueilli 50,97% de votes pour. Mais la question subsidiaire visant à départager les deux objets en cas de double « oui » a donné le contreprojet gagnant à 53,90%.

Source ATS

Continuer la lecture