Rejoignez-nous

Actualité

A Genève, des masques pour les plus démunis produits par les plus démunis

Publié

,

le

KEYSTONE/DPA-Zentralbild/JENS BÜTTNER

A Genève, un atelier de couture "de rue" géré par l'Eglise catholique romaine (ECR), qui propose une activité à des personnes en situation de grande précarité, fabrique depuis le début de l'épidémie de Covid-19 des masques antivirus en tissu. Ce matériel est destiné aux plus démunis.

Avant la crise sanitaire, l'atelier transformait de vieux parapluies en sacs pliables. La pandémie a tout changé. Il a été décidé de produire des masques de protection pour les offrir à ceux qui ne pouvaient pas s'en acheter. Une dizaine de personnes s'activent dans l'atelier actuellement, précise mercredi l'ECR.

Le travail est placé sous la supervision d'une couturière professionnelle bénévole. L'atelier veut atteindre une production totale de 800 masques pour que tout le monde puisse en recevoir. La précarité accroît l'exposition au Covid-19, rappelle l'ECR, citant à une étude des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Pour confectionner des masques, il faut toutefois de la matière première de qualité et non pas des tissus récupérés. L'atelier a besoin de 7000 francs pour continuer à fonctionner. Un appel à la solidarité est lancé avec une opération de financement participatif au travers d'une plateforme de crowfunding sur le site de l'ECR.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Des centaines de milliers de Colombiens manifestent contre Petro

Publié

le

Dans la capitale, malgré la pluie, des dizaines de milliers de manifestants se sont dirigés vers la place de Bolivar, voisine du siège de la présidence. (© KEYSTONE/EPA/Mauricio Duenas Castaneda)

Des centaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche dans les grandes villes de Colombie pour protester contre le président de gauche Gustavo Petro. Cette mobilisation dans la rue était sans précédent depuis son élection en 2022.

A l'appel des organisations médicales, de l'opposition, des forces politiques centristes et d'anciens alliés qui rejettent plusieurs réformes dont son projet de nationalisation des services de santé, ces manifestants ont protesté aussi contre la violence qui se poursuit malgré les négociations de paix avec les groupes armés.

"J'ai voté pour le changement, pour Petro, mais nous sommes toujours dans la même situation. Je manifeste parce que je pense que la Colombie a encore de l'espoir et que j'aime mon pays", a déclaré à l'AFP Martha Estrada, une retraitée de 64 ans, coiffée d'un chapeau tricolore, à Bogota.

Bien que le président ne se soit pas exprimé directement, il a posté sur le réseau X la vidéo d'une vieille satire télévisée, dans laquelle la "classe dirigeante" proteste.

"Dehors Petro!"

Ce n'est pas la première manifestation contre le gouvernement de Petro, mais c'est la première d'une telle ampleur à travers le pays. Dans la capitale, malgré la pluie, des dizaines de milliers de manifestants se sont dirigés vers la place de Bolivar, voisine du siège de la présidence, a constaté l'AFP.

À Cali (sud-ouest), Medellín (nord-ouest), Barranquilla (nord), Bucaramanga (nord-est) et dans d'autres villes, les manifestants ont rejoint le mouvement avec des drapeaux colombiens, des T-shirts blancs et un cri unanime : "Dehors Petro!".

L'un de ses projets de réforme, la santé, a divisé le pays, car M. Petro a commencé à mettre en oeuvre plusieurs axes sur le plan administratif malgré les difficultés rencontrées pour obtenir le soutien du Congrès.

"Marche des blouses blanches"

Le président souhaite réduire la participation du secteur privé dans la prestation des services de santé et, ces derniers jours, il est intervenu dans plusieurs entités qui servent d'intermédiaires entre l'État et les hôpitaux, afin de contrôler leurs budgets.

Les experts s'accordent à dire que le système de santé est en faillite et doit être réformé, mais certains s'interrogent sur la manière dont le gouvernement entend le faire. Sous le nom de "marche des blouses blanches", les médecins ont exprimé leur "désaccord avec la gestion actuelle du système de santé par le gouvernement".

Selon Invamer, 56% des personnes interrogées en avril ont rejeté le fait que le gouvernement "intervienne dans certaines EPS (entités de promotion de la santé) de Colombie pour administrer directement le système".

Insécurité, drogues

Dans différentes villes, les manifestants portaient des banderoles évoquant l'insécurité et la violence des rebelles et des trafiquants de drogue dans les campagnes.

L'ambitieuse politique de "paix totale" du gouvernement, qui vise à désactiver six décennies de conflit armé, subit des revers. Leurs détracteurs rejettent les concessions obtenues par les groupes armés dans le cadre des négociations de paix, malgré de fréquentes violations de l'accord et peu de signes de volonté de déposer les armes.

Les négociations avec les rebelles de l'Armée de libération nationale (ELN) et les dissidents des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont connu plusieurs crises dues à des assassinats, des enlèvements et des attaques contre les forces de sécurité.

Soixante-dix pour cent des Colombiens estiment que la situation du pays "s'aggrave", selon Invamer.

M. Petro est arrivé au pouvoir en août 2020, devenant le premier homme de gauche à gouverner un pays traditionnellement dirigé par des élites conservatrices. Avec un taux de désapprobation de 60%, selon l'institut de sondage Invamer, le président a perdu le soutien des forces politiques au Congrès et dans la rue.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Sport

Un pas de plus pour les Young Boys

Publié

le

Lukasz Lakomy: buteur décisif et bien chanceux pour les Young Boys à Winterthour. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Les Young Boys ont fait un pas de plus vers le titre ! Victorieux 2-1 à Winterthour, les Bernois maintiennent un écart conséquent sur leurs rivaux à la veille du tour final.

A la faveur de ce succès mérité mais acquis d’une manière heureuse avec la déviation fatale de Remo Arnold sur un coup franc de Lukasz Lakomy à la 84e, les Young Boys comptent toujours 6 points d’avance sur le FC Lugano et 8 sur le Servette FC, tous deux victorieux samedi. Avec trois rencontres à domicile sur les cinq encore à jouer, Joël Magnin et ses joueurs peuvent envisager l’avenir avec une réelle sérénité. On voit mal, en effet, comment ils ne pourraient pas conserver leur couronne.

A la Schützenwiese face à un adversaire qui restait sur douze matches sans défaite toutes compétitions confondues, YB aurait pu prendre le large bien avant la superbe ouverture du score de Joël Monteiro à la 70e. Mais Marvin Keller et le malheureux Arnold avaient réussi deux gestes de grande classe pour empêcher Bruno Berner et Silvère Ganvoula de marquer.

Les exploits du gardien et du défenseur illustrent parfaitement la bravoure d’une équipe qui est tombée les armes à la main et qui sera très dure à battre dimanche prochain lors de sa demi-finale de Coupe de Suisse face au Servette FC. Devant leur poste de télévision, les Grenat ont pu mesurer l'ampleur de la tâche qui les attend.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Une première défaite depuis deux ans pour Elfic Fribourg

Publié

le

Ana Costa Rodrigues (à gauche) face à la Fribourgeoise Abigail Fogg pour une victoire sans doute "historique". (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Elfic Fribourg devra encore patienter avant de fêter un huitième titre. A Nyon, les Fribourgeoises ont galvaudé une première balle de match au terme d’un final à couper le souffle.

Battues lors des deux premiers actes de cette finale et menées de 10 points à la pause (37-47), les Nyonnaises se sont imposées 74-73 grâce à un panier au buzzer de Lavinia Joao Gomez Da Silva. Elle a bénéficié d’une passe décisive de l’internationale portugaise Ana Carolina Coosta Rodriguez qui a été engagée après la blessure de la Belge Marjorie Capreaux.

Elfic a perdu un match pour la première fois dans une compétition nationale depuis une défaite concédée lors de la finale des play-off de 2022 face à ces mêmes Nyonnaises. Les Fribourgeoises auront une nouvelle occasion de conclure ce mercredi lors de l’Acte IV à Nyon.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Le PS perd son siège au gouvernement uranais

Publié

le

Le ministre sortant Dimitri Moretti (PS) n'est pas parvenu à conserver le siège de la gauche au gouvernement uranais (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le PS a perdu son siège au gouvernement uranais. Son candidat, le sortant Dimitri Moretti, n'est pas parvenu à se faire élire pour un troisième mandat dimanche lors du second tour. Le Centre détient la majorité dans ce Conseil d'Etat exclusivement bourgeois.

Le gouvernement uranais est désormais composé de quatre élus du Centre, deux PLR et un UDC. La gauche n'est plus représentée.

Lors de ce second tour, trois candidats s'affrontaient pour les deux fauteuils encore en lice. Avec 5032 voix, M. Moretti est le candidat qui a obtenu le plus mauvais score. Il était ministre de la sécurité depuis 2016.

Son siège est allé au candidat centriste Hermann Epp. Lors du 1er tour le 3 mars, il avait manqué la majorité absolue de peu. Avec son élection, le Centre récupère la majorité au gouvernement, qu'il avait perdue en 2004.

Le PLR Gerog Simmen fait également son entrée au gouvernement. Il a défendu avec succès le siège du ministre PLR Roger Nager, qui ne se représentait pas.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

L'armée israélienne bombarde Rafah, violences en Cisjordanie

Publié

le

Un homme pleure la mort d'un proche dans un bombardement israélien dans le camp de réfugiés de Rafah. (© KEYSTONE/AP/Ismael Abu Dayyah)

Israël a bombardé dimanche la bande de Gaza, notamment la ville de Rafah, six mois et demi après le début de la guerre contre le Hamas. Près de 50 personnes ont péri sous les bombes en 24 heures, alors que le nombre total de morts dépasse désormais les 34'000.

Engagé dans un bras de fer avec l'Iran, son ennemi juré, et en pleine offensive contre le mouvement islamiste, allié de Téhéran, Israël a reçu samedi un nouveau soutien des Etats-Unis, où la Chambre des représentants a approuvé une aide militaire de 13 milliards de dollars à cet Etat.

Pour le Hamas, Washington a ainsi donné à Israël le "feu vert" pour continuer à "agresser" les Palestiniens.

Après une semaine de tensions au plus haut depuis le début de la guerre le 7 octobre, l'Iran et Israël ont semblé s'éloigner d'une escalade samedi. Mais dans la bande de Gaza, assiégée et menacée de famine, la guerre fait rage sans aucun signe de trêve tandis que de nouvelles violences meurtrières ont éclaté en Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967 en violation du droit international.

Deux maisons bombardées à Rafah

Selon la Défense civile de Gaza, des frappes israéliennes sur deux maisons de Rafah, dans le sud, ont fait dimanche au moins 16 morts au total. Le ministère de la Santé du Hamas a dénombré 48 morts en 24 heures à travers le territoire.

Rafah, une ville frontalière avec l'Egypte où sont massés environ un million et demi de Palestiniens, vit sous la menace d'une offensive terrestre qu'Israël a promis de lancer.

"Vivre ou mourir"

Comme chaque jour, des rescapés fouillaient dimanche les décombres après les scènes de panique de la nuit. "Nous dormions et nous avons soudain été réveillés par le cauchemar d'une explosion. Le plafond est tombé sur les enfants", a raconté une femme de 35 ans, Umm Hassan Kloub, dont la maison abritait des familles déplacées.

"A chaque instant, nous vivons dans la terreur. Nous ne savons pas si nous allons vivre ou mourir", a-t-elle ajouté.

Vendredi, les pays du G7 avaient exprimé leur opposition à "une opération militaire d'ampleur à Rafah", tout en dénonçant le "nombre inacceptable de civils" tués à Gaza, qui dépasse désormais les 34'000 (34'097 morts), majoritairement des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Deux jeunes tués en Cisjordanie

En Cisjordanie, deux jeunes Palestiniens ont été tués dimanche par des soldats israéliens, selon le ministère palestinien de la Santé. L'armée a affirmé qu'ils avaient tenté de poignarder et d'ouvrir le feu sur des militaires près du village de Beit Einoun, dans le sud de ce territoire palestinien.

Samedi, un raid israélien dans le camp de Nour-Shams, près de Tulkarem, avait fait 14 morts, selon le Croissant-Rouge palestinien.

Une région "en feu"

La tension était brusquement montée au Moyen-Orient le 13 avril, lorsque l'Iran a mené une attaque contre Israël, son ennemi depuis la Révolution iranienne de 1979, avec 350 drones et missiles dont la plupart ont été interceptés avec l'aide des Etats-Unis et de plusieurs autres pays alliés.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a salué dimanche les "succès" des forces armées, qui illustrent selon lui la "grandeur" de l'Iran sur la scène internationale.

Israël a promis de riposter tandis que l'Iran disait avoir agi en "légitime défense" après l'attaque meurtrière, attribuée à Israël, qui a détruit son consulat à Damas le 1er avril.

Vendredi, une attaque imputée à Israël a touché le centre de l'Iran, sans faire ni victime ni dégâts selon les autorités. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a relativisé samedi cette opération, qu'il a comparée à un jeu d'enfant.

"Lutte pour l'équilibre du pouvoir"

Pour l'expert politique iranien Hamid Gholamzadeh, cet incident "très insignifiant" doit cependant être placé dans le contexte de "la lutte pour l'équilibre du pouvoir" entre l'Iran et Israël. "La région est en feu et une guerre totale peut être déclenchée à tout moment, et de telles actions la rendent plus imminente", a-t-il prévenu.

Israël a salué samedi l'aide financière votée à Washington, malgré les tensions avec les Etats-Unis, son allié, nées des inquiétudes américaines sur le sort des civils à Gaza. Le président américain Joe Biden a parlé d'une "aide cruciale". Mais pour la Russie, cette aide attribuée à Israël, comme à l'Ukraine et à Taïwan, "va exacerber les crises mondiales".

Une chaise vide

Alors que les négociations en vue d'une trêve piétinent, l'opinion israélienne réclame avec force à ses dirigeants un accord qui permettrait la libération des otages.

Des manifestants ont une nouvelle fois réclamé samedi soir à Tel-Aviv la démission du Premier ministre Benjamin Netanyahu. "Nous avons besoin que Bibi s'en aille car il est un désastre pour Israël, économiquement et surtout pour la sécurité de la population", a affirmé l'un d'eux, Benni Tirosh.

Les familles des otages ont appelé les Israéliens à laisser une chaise vide lors du repas rituel de Seder lundi soir, qui marque le début de la fête juive de Pessah, pour ne pas les oublier.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture