Rejoignez-nous

Actualité

A Genève, des affiches sur l’urgence climatique

Publié

,

le

Des affichettes appelant à dire la vérité sur le changement climatique sont posées sur le trottoir avant d'être collées sur des panneaux publicitaires pour protester contre le réchauffement climatique, lors d'une action d'Extinction Rebellion Genève. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, des dizaines de panneaux publicitaires ont été détournés dans la nuit de dimanche à lundi. Déployés par binômes, des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion les ont recouverts d’affiches et de slogans pour alerter sur l’urgence climatique.

Le lac de Bret asséché en 2018, une fillette interrogeant son père sur ce qu’il a fait pour arrêter le réchauffement climatique, une bouche demandant la vérité sur le changement climatique: ces affichettes sont venues compléter les publicités de la ville. D’autres panneaux publicitaires ont été recouverts de peinture blanche et estampillés de slogans « Soulève-toi! » ou encore « Pollution en cours ».

Par cette action, la première à Genève, les militants locaux d’Extinction Rebellion veulent alerter sur les conséquences désastreuses pour l’environnement de la surconsommation. Ils misent aussi sur l’effet de surprise pour se faire connaître de la population.

« Tout s’est bien passé », indique en pleine nuit à l’issue de l’opération une militante à Keystone-ATS. L’un des groupes a dû montrer ses papiers d’identité à la police genevoise, ajoute-t-elle. Ce que confirme un photographe de l’agence de presse suisse qui a dû faire de même. Mais « l’ambiance était plutôt détendue », complète-t-il.

Les militants n’ont pas souhaité communiquer leur nombre.

Désobéissance civile

Extinction Rebellion est un mouvement écologiste né en Grande-Bretagne en 2018. L’action de désobéissance civile genevoise marque la fin de deux semaines de rébellion internationale. Le 15 avril, la section lausannoise a bloqué le pont Chauderon à l’occasion d’un petit déjeuner, tandis que d’autres actions similaires ont eu lieu à Paris et à Londres.

Partout, le mouvement demande aux autorités de reconnaître l’état d’urgence écologique et climatique, attesté par les scientifiques. Il exige l’élaboration de mesures pour réduire les émissions de CO2 à zéro d’ici à 2025, ainsi que la mise en place d’une assemblée citoyenne qui prendrait part aux décisions politiques, notamment sur les questions environnementales.

Extinction Rebellion s’inscrit dans une logique de rébellion mondiale jusqu’à ce que les acteurs politiques agissent sérieusement par rapport à la crise environnementale. Le mouvement estime que le système doit être changé immédiatement et en profondeur pour préserver la vie sur terre.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

5000 chiens investissent les Automnales

Publié

le

5000 chiens – de 200 races différentes – qui viennent de 31 pays. L’exposition Canine Internationale à commencé aujourd’hui. Il s’agit de la plus grande exposition du genre en Suisse. 

L’Exposition Canine Internationale se tient aux Automnales pour la 7ième année consécutive. Les 5000 chiens présents viennent de 31 pays, notamment de France, d’Angleterre et de Pologne. Leurs propriétaires attendent patiemment dans cet espace annexe, tout au bout du hall d’exposition de Palexpo. Un lieu où l’odeur est relativement forte, liée aux petites déjections incontrôlées et aux croquettes.

Prix 

Rendez-vous incontournable pour tous les férus de chiens, ici, ce sont ces derniers qui sont à l’honneur. On retrouve des canidés de toutes les tailles, de tous les âges et appartenant à de très nombreuses races. Pendant trois jours, plusieurs compétitions sont prévues. Les chiens ont été divisés en six groupes, allant des bébés aux vétérans, en passant par le meilleur couple ou encore le meilleur groupe d’élevage.

Lors de cette exposition sont attribuées plusieurs distinctions, notamment par la Fédération Cynologique Internationale (FCI) et par la Société Cynologique Suisse (SCS).

Passionnés

Parmi les propriétaires, de nombreux passionnés. La plupart participent à de nombreux concours, essentiellement en France pour ceux que nous avons rencontrés vendredi. Marie, retraitée, est venue accompagnée de ses filles (sa fille et ses chiennes), l’occasion également de passer un moment privilégié en famille. Française, c’est la première fois qu’elle vient en Suisse, et – à peine arrivée – elle a déjà remporté un prix. Marie présente quatre de ces chiens, deux Braques de Weimar à poiles courts et deux à poiles longs. Heureuse, elle reviendra.

Marie Retraitée

Société Canine de Genève 

A l’entrée de l’exposition, un espace a été mis en place par la Société canine de Genève. Plusieurs tapis ont été disposés, pour pouvoir effectuer des démonstrations. Car c’est justement l’objectif de l’association, d’une part promouvoir le rôle du chien et de l’autre, réaliser une bonne socialisation de nos amis à poiles, notamment face à un environnement comme celui de Palexpo, parfois très bruyant, stressant et odorant.

La Société canine de Genève vend également différents objets destinés aux chiens, comme des jouets ou des peluches. Sa responsable, Rachel Fouvy, a effectué une démonstration de « kyno-mental », un travail en cercle pour renforcer le lien entre le propriétaire et son chien. Elle prodigue plusieurs conseils et invite les propriétaires à se tourner vers des professionnels, notamment vers des clubs d’éducation pour chiens, afin d’éviter de blesser son toutou ou de se blesser soi-même.

Rachel Fouvy  Responsable de la boutique de la Société Canine Genève

L’exposition Canine Internationale prend fin dimanche, dernier jour des Automnales 2019. Plus d’information sur le site internat de cette manifestation.

Braque de Weimar à poiles longs

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Zurich présente son nouveau tram « Flexity »

Publié

le

Présenté vendredi aux médias, le premier "Flexity" doit entrer en service régulier au début de l'été prochain, après avoir passé tous les tests usuels. (©KEYSTONE/WALTER BIERI)

Zurich a présenté vendredi le premier de ses 70 nouveaux trams livrés par Bombardier. La ville a dû prolonger la vie d’anciens trams et réduire provisoirement son offre pour pallier ce retard de livraison d’un an, dû aux recours contre l’attribution du mandat.

La première rame « Flexity » aurait dû débarquer sur les bords de la Limmat en 2018. Les recours – écartés en 2017 – des concurrents de Bombardier, dont le Suisse Stadler Rail et l’Allemand Siemens, en ont voulu autrement. Au final, ce premier exemplaire sera mis en service régulier dès l’été prochain et les neuf à dix suivants d’ici à fin 2020, indiquent les transports publics de la ville (VBZ).

Le nouveau venu est plus long (7 mètres de plus) que les trams zurichois les plus récents et d’une capacité supérieure (58 passagers de plus). Destiné d’abord aux lignes les plus fréquentées, il peut transporter jusqu’à 279 usagers et sera soumis ces prochains mois aux tests usuels sur le réseau des VBZ.

Fiabilité éprouvée ailleurs

Le « Flexity » circulant déjà dans plusieurs villes dont Bâle, Berlin, Vienne et Toronto, les autorités zurichoises sont convaincues de sa fiabilité. Elles espèrent que sa mise en service et son entretien en sera facilité. La présence à Zurich-Oerlikon des ingénieurs de Bombardier au siège de sa filiale suisse devrait aussi être un avantage.

Le nouveau tram zurichois, à l’intérieur très sobre, dispose de sièges en bois. Il s’agissait d’un souhait des usagers pour des raisons d’hygiène.

Une année avec des « bouts de ficelle »

Les « Flexity » sont appelés à remplacer le modèle « Tram 2000 », âgé de 40 ans. Le retard entraîné par le litige opposant la ville aux concurrents du constructeur canadien a obligé les VBZ à prolonger la durée de vie d’anciens trams.

Pire, la compagnie doit supprimer durant un an la desserte d’une ligne. Deux autres lignes pallieront ce manque sur une partie du parcours en modifiant le leur. De plus, la cadence des horaires d’une autre ligne est réduite de moitié. Ces mesures provisoires resteront en vigueur jusqu’à l’introduction de l’horaire 2021, en décembre 2020.

La totalité des 70 « Flexity » commandés doit être livrée d’ici à 2024. Les VBZ et Bombardier ont en outre signé une option sur la livraison de 70 rames supplémentaires. La nouvelle flotte doit permettre de couvrir l’extension prévue du réseau ces prochaines années et de faire face à la croissance de la mobilité.

Source: ATS

Continuer la lecture

A la une

La salle des fêtes de Thônex inaccessible jusqu’à nouvel avis

Publié

le

Thônex Live doit interrompre les concerts de la salle des fêtes. Suite à la chute en début de semaine d’une partie du plafond, l’accès est fermé jusqu’à nouvel ordre pour des raisons de sécurité. Les concerts prévus vont devoir être déplacés ou annulés.

Mardi dernier, une partie du plafond de la salle des fêtes de Thônex s’est effondrée. Heureusement, la salle était vide. Mais l’ensemble de la structure va devoir subir des observations, alors que le bâtiment date déjà de 1968. Pour des raisons de sécurité, l’accès à la salle est donc fermé jusqu’à nouvel avis. D’autres points fragiles ont été détectés, et des rénovations sont à prévoir. Une réouverture qui n’est pas prévue avant l’an prochain, selon le maire de Thônex, Philippe Decrey:

Philippe Decrey Maire de Thônex

Une situation difficile pour les représentations prévues. D’autant que la période de fin d’année est particulièrement chargée en événements et manifestations.

Philippe Decrey Maire de Thônex

Une situation également compliquée pour Opus One, la société en charge de Thônex Live. Avec de nombreux concerts prévus prochainement, dont certains à guichets fermés, il s’agit d’une mauvaise nouvelle.

Vincent Sager Directeur - Opus One

Le concert du groupe Trois Cafés Gourmands, prévu le 21 novembre, est d’ores et déjà annulé. Le remboursement des places est d’ailleurs déjà possible. Pour d’autres, comme celui de Vanessa Paradis, des discussions sont encore en cours pour tenter de trouver une solution dans l’urgence.

Vincent Sager Directeur - Opus One

Opus One indique d’ailleurs s’occuper en priorité des concerts prévus à court terme. La suite du plan de secours sera dévoilé prochainement. Les détenteurs de billets de concerts seront avertis sur les différents réseaux sociaux de Thônex Live, ainsi que par des newsletters.

Crédit Photo :  © Joseph Carlucci 

Continuer la lecture

Actualité

Les enfants veulent être pris au sérieux par les politiques

Publié

le

"Les adultes devraient se rappeler qu’eux aussi ont été des enfants, nous prendre au sérieux et tenir compte de nos avis", tel est l’un des messages que les enfants adressent aux responsables politiques (archives). (©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Des enfants venus de toute la Suisse se sont réunis à Berne vendredi à l’occasion du 30e anniversaire de la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant. Ils ont demandé à être pris au sérieux par les responsables politiques.

« Quand on constate qu’un droit n’est pas respecté, pourquoi est-ce qu’il n’y a pas de sanction, mais seulement un gros rapport? », s’est inquiété un membre de la délégation d’enfants invitée à Berne par la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS). « Comment vous pouvez savoir si tous les droits sont respectés en Suisse? », a demandé un enfant de Martigny (VS), cité dans le communiqué de la CDAS.

Ces futurs citoyens sont inquiets sur le respect effectif de leurs droits. « Les adultes devraient se rappeler qu’eux aussi ont été des enfants, nous prendre au sérieux et tenir compte de nos avis », tel est l’un des messages que les enfants adressent aux responsables politiques.

Parler davantage avec les enfants

Ceux-ci se sont prêtés au jeu. Des membres d’exécutifs cantonaux ont mené un « bref dialogue » avec la délégation d’enfants, précise le communiqué. Ils appellent notamment à mieux associer les enfants à la planification de l’espace public et à renforcer la protection de l’enfance.

La Confédération et les cantons doivent travailler ensemble pour améliorer les droits des enfants, a estimé Alain Berset. L’objectif doit être « d’aider les enfants à devenir des adultes conscients de leurs responsabilités envers eux-mêmes et envers la société, et de promouvoir leur intégration sociale, culturelle et politique », ont estimé les membres des exécutifs présents.

« Pour atteindre cet objectif, nous devons moins parler des enfants et davantage parler avec eux », a conclu le conseiller fédéral.

« L’enfant a quelque chose à nous dire »

Trente ans après la signature de la Convention de l’ONU, la reconnaissance de l’enfant comme sujet de droit a peu avancé, précise à Keystone-ATS Jean Zermatten, fondateur de l’Institut international des droits de l’enfant (IDE) à Bramois (VS) et ancien président du comité de l’ONU sur les droits de l’enfant.

Ce serait la révolution: reconnaître que l’enfant a quelque chose à nous dire, qu’il faut l’entendre systématiquement lorsque des décisions doivent être prises à son égard et que son intérêt supérieur soit pris en compte, souligne-t-il.

Le Valaisan salue toutefois les avancées réalisées en 30 ans dans le domaine des droits économiques, sociaux et culturels, notamment au niveau de l’éducation et de la santé.

La protection des enfants a aussi évolué. Mais des poches de résistance subsistent en matière d’abus, de maltraitance et de violences, regrette M. Zermatten.

La Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant a été adoptée le 20 novembre 1989 par l’Assemblée générale des Nations unies. La Suisse l’a ratifiée en 1997.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Le Tribunal fédéral confirme son traitement pour un violeur

Publié

le

Le recourant attaquait la mesure thérapeutique stationnaire prononcée par le Tribunal cantonal de Bâle-Campagne (archives). (©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le Tribunal fédéral rejette le recours d’un violeur contre la mesure thérapeutique stationnaire prononcée à son encontre. A l’expiration d’une première mesure pour jeunes adultes, la justice bâloise a décidé de poursuivre le traitement en institution.

En février et en avril 2013, le jeune homme avait suivi et agressé deux adolescentes. Si l’une d’elles avait pu lui échapper grâce à l’intervention d’un tiers, l’autre avait été violée. En 2014, le recourant avait été condamné à 7 ans de prison pour viol, tentative de viol, actes d’ordre sexuel avec des enfants, pornographie et infraction à la loi sur les armes.

Le Tribunal pénal de Bâle-Campagne avait suspendu la peine à l’exécution d’un traitement stationnaire dans une institution pour jeunes adultes. Le condamné n’avait pas fait recours. En 2018, à l’expiration de la mesure, la justice bâloise a décidé d’ordonner une nouvelle mesure, pour adultes cette fois-ci.

Diagnostic imaginaire

Débouté dans son canton, le jeune homme a saisi le Tribunal fédéral. Il a argumenté que le diagnostic de « prédisposition au viol » posé par l’expert psychiatre consulté par les juges cantonaux ne figure pas dans les classifications internationales des maladies DSM-5, ICD-10 ou ICD-11.

Dans un arrêt publié vendredi, la Cour de droit pénal du Tribunal fédéral rappelle qu’une mesure thérapeutique stationnaire peut être ordonnée lorsque l’auteur d’un délit souffre d’un trouble psychique grave en rapport avec le délit commis. En outre, le traitement doit permettre de réduire le risque de récidive.

Juridiquement, un trouble psychique grave se définit à l’aide de critères fonctionnels, et pas uniquement médicaux, ajoutent les juges de Mon Repos. Pour autant, on ne peut pas se fonder uniquement sur le type et l’intensité des actes délictueux pour diagnostiquer un trouble. Dans la mesure du possible, il convient de le définir à l’aide d’une classification reconnue, qui permet de saisir sous une forme rationnelle les comportements observés.

Critiques infondées

Dans son rapport, l’expert observe chez le sujet plusieurs troubles recensés dans l’ICD-10. Il en déduit ensuite une prédisposition au viol définie comme le désir et la pulsion d’imposer des actes d’ordre sexuel contre la volonté des victimes. Il explique aussi les actions du condamné par des conditions d’existence difficiles.

Dans sa décision de 2018, la justice bâloise mentionne également une condamnation en 2016 pour possession d’images pornographiques violentes. Ainsi qu’un geste agressif à caractère sexuel contre une élève dans l’école professionnelle où le recourant suit une formation de peintre. Deux faits loin d’être anodins dans ce contexte, note l’expert.

Pour le Tribunal fédéral, les critiques du recourant contre la conclusion de l’expert apparaissent donc infondées. Et l’instance précédente n’a pas violé le droit en constatant un trouble psychique grave justifiant une mesure thérapeutique stationnaire. (arrêt 6B_828/2019 du 5 novembre 2019)

Source: ATS

Continuer la lecture