Rejoignez-nous

Actualité

26e Marche de l’Espoir, ce dimanche, à Genève

Publié

,

le

Comme chaque année, depuis 1992, des milliers d’enfants du Grand Genève, vont marcher pour récolter des fonds pour des jeunes défavorisés, des pays du Sud. Cette année, cet argent est destiné aux enfants de l’Etat d’Odisha, en Inde. Chaque marcheur, enfant ou adulte recherche à l’avance marraines et parrains qui lui promettent un montant pour chaque kilomètre parcouru. À l’issue de la Marche, ils récoltent l’argent et le versent à Terre des Hommes des Suisses. Souad Von Allmen, porte-parole de Terre des Hommes Suisse et organisatrice de la Marche de l’Espoir était dans Radio Lac Matin pour revenir sur cette 26e édition.
La marche de l'espoir

Rendez-vous de 11 heures à 18 heures, quai du Mont-Blanc, à Genève
Toutes les informations sur le www.marchedelespoir.ch

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Saut d’obstacle: nouveau chef pour l’Equipe de Suisse

Publié

le

Andy Kistler quittera son poste après les JO de Tokyo (©KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Andy Kistler rendra son tablier de chef de l’équipe de Suisse de saut. Le Schwytzois mènera une dernière campagne cet été, aux JO de Tokyo, avant de céder la place à Michel Sorg, actuel sous-directeur du Concours Hippique International (CHI) de Genève.

La nouvelle a été dévoilée lors d’un point-presse organisé par la Fédération suisse des sports équestres (FSSE) samedi au CHI de Genève. Kistler était en poste depuis six ans.

« J’ai vécu tant de beaux moments…, a déclaré un Kistler par-dessus tout « fier d’avoir contribué à bâtir une équipe ». Mais aussi très reconnaissant d’avoir pu « vivre sur place les trois sacres de Steve Guerdat en Coupe du monde, la conquête du bronze aux Européens d’Aix-la-Chapelle, synonyme de qualification pour les JO 2016 ainsi que le titre de Martin Fuchs aux derniers championnats d’Europe ».

Kistler avait succédé fin avril 2014 à Urs Grünig, dont il était l’assistant. Cet ancien homme d’affaires, qui n’était pas issu du milieu équestre, a su s’imposer à ce poste qui demande beaucoup de diplomatie grâce à son sens du relationnel et sa personnalité chaleureuse.

Le choix du lieu de l’annonce n’est sans doute pas anodin puisque Michel Sorg n’est autre que le sous-directeur du Concours hippique. Le futur boss, 34 ans, notamment ancien présentateur à Teleclub Sports, avait été nommé fin 2018 chef du sport pour le saut à la FSSE. « Je suis heureux et, je m’en rends compte à l’instant, aussi très ému », a-t-il commencé en tentant de contenir ses sanglots.

« J’ai une chance folle, je n’aurais même jamais osé rêver d’occuper un jour cette fonction, a-t-il ajouté. Je dois beaucoup à Andy, qui est un manager incroyable. Et il en faut un à la tête d’une équipe de Suisse qui s’appuie sur des cavaliers incroyables, des chevaux incroyables et des propriétaires incroyables. »

 

Michel Sorg toujours sous-directeur du CHI

Bonne nouvelle pour Michel Sorg et le saut helvétique, Thomas Fuchs a accepté de rester entraîneur national. « C’est un privilège de pouvoir compter sur son expertise », a insisté Sorg qui demeurera sous-directeur du CHI mais tout en diminuant son activité. « Les deux rôles sont compatibles », a-t-il assuré.

Michel Sorg a également tenu à rendre hommage à son prédécesseur Andy Kistler pour le travail effectué au cours de son mandat qui s’achèvera l’été prochain…

Michel Sorg Nouveau chef de l'Equipe de Suisse de saut d'obstacle

 

 

Continuer la lecture

Actualité

St-Moritz: Lara Gut termine 5e

Publié

le

Sofia Goggia a décroché son 7e succès en CdM samedi à St-Moritz (©KEYSTONE/AP/SERGIO BISI)

Sofia Goggia a remporté samedi le super-G de St-Moritz, cueillant ainsi sa septième victoire en Coupe du monde.

L’Italie a même signé un doublé, Federica Brignone terminant 2e à 0 »01. Meilleure Suissesse, Lara Gut-Behrami a obtenu son meilleur résultat de l’hiver (5e).

Vice-championne du monde de la discipline en février à Are, Sofia Goggia (27 ans) a forgé son succès sur le bas du parcours, elle qui accusait 0 »22 de retard sur Federica Brignone après 40 » de course. L’Italienne, championne olympique de descente en 2018, s’impose ainsi pour la troisième fois en super-G sur le Cirque blanc.

Le podium est complété par la reine Mikaela Shiffrin (3e à 0 »13 de la gagnante), qui avait remporté le super-G disputé l’an dernier dans la station grisonne. C’est la quatrième fois « seulement » que l’Américaine figure dans le top 3 en super-G, après ses trois victoires obtenues la saison dernière.

Lara Gut-Behrami a pour sa part concédé 0 »72 à la gagnante pour figurer pour la deuxième fois de la saison parmi les 10 premières. La Tessinoise, 8e du géant d’ouverture à Sölden, avait dû se contenter d’une 12e place en super-G à Lake Louise. Corinne Suter a confirmé sa belle forme en se classant 6e (à 0 »87), alors que Wendy Holdener et Michelle Gisin sont ex-aequo au 11e rang (à 1 »02).

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Nouveau test nord-coréen

Publié

le

La Corée du Nord a réalisé un nouveau "test crucial" sur son site de lancement de satellites de Sohae, a rapporté samedi l'agence officielle KCNA (archives). (©KEYSTONE/AP/AHN YOUNG-JOON)

La Corée du Nord a réalisé un nouveau test sur son site de lancement de satellites de Sohae, a rapporté samedi l’agence officielle KCNA. Cet essai intervient alors que les négociations avec Washington sur le programme nucléaire nord-coréen sont dans l’impasse.

« Un nouveau test crucial a été mené avec succès sur la base de lancement de satellites de Sohae le 13 décembre de 22H41 à 22H48 », (13H41 GMT), a déclaré un porte-parole de l’Académie nationale des sciences de défense cité par l’agence.

Les « succès en matière de recherche » seront « appliqués pour améliorer encore la dissuasion nucléaire stratégique fiable » de la Corée du Nord, a-t-il ajouté.

Cette annonce intervient alors que les Etats-Unis ont procédé jeudi au-dessus du Pacifique au test d’un nouveau type de missile balistique sol-air de moyenne portée, qui était interdit par le traité INF dont ils se sont retirés cette année, le deuxième en moins de 4 mois.

Fermeture promise

Pyongyang avait déjà annoncé dimanche dernier avoir mené un « test très important », censé changer le « statut stratégique » du pays. Ce test avait également été mené depuis la base de Sohae, sur la côte nord-ouest de la Corée du Nord et connue également sous le nom de Tongchang-ri, dont le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un avait promis en septembre 2018 la fermeture lors d’un sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU mercredi, Washington a mis en garde Pyongyang contre tout nouvel essai nucléaire ou de missile balistique intercontinental en fin d’année, tout en promettant de la souplesse si les négociations reprennent.

La Corée du Nord a qualifié cette semaine Washington d' »insensé » pour avoir convoqué cette réunion, la deuxième à lui être consacrée en une semaine après un rencontre à huis clos à la demande des Européens.

La tension monte entre Washington et Pyongyang qui a fixé un ultimatum pour la fin de l’année à l’approche d’un ultimatum fixé par la Corée du Nord.

Frustrée du manque de progrès dans la levée des sanctions après trois sommets avec le président américain Donald Trump, la Corée du Nord a récemment promis un « cadeau de Noël » si les Américains ne changent pas d’approche avant la fin de l’année.

Les négociations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord sont dans l’impasse depuis l’échec d’un sommet à Hanoi en février entre les dirigeants américain et nord-coréen. Les Etats-Unis exigent que la Corée du Nord renonce d’emblée à tout son arsenal atomique, alors que cette dernière réclame une approche progressive prévoyant une levée rapide d’au moins une partie des sanctions internationales qui étranglent son économie.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genève vote son budget déficitaire

Publié

le

Le Grand Conseil genevois a voté vendredi soir le budget d'Etat 2020 qui présente un déficit de 584,5 millions de francs (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Grand Conseil genevois a voté vendredi, après plus de seize heures de débat, le budget d’Etat 2020 largement déficitaire. Aucun poste supplémentaire n’a été accepté par la majorité composée de la droite et du MCG.

Ce budget rouge vif est passé par 54 voix (PLR, PDC, MCG et 3 UDC) contre 44 (PS, Verts, Ensemble à Gauche et 5 UDC). Ces fronts sont restés figés. Il fallait au minimum 51 députés pour voter ce budget qui présente un déficit de 584,5 millions pour des charges de 9,13 milliards et des revenus de 8,54 milliards. Les investissements nets atteignent 699 millions.

Aucun groupe n’est satisfait. Pour la gauche, ce budget nie les besoins de la population tout en augmentant les inégalités sociales. La droite en appelle à des réformes structurelles tout en dénonçant l’absence d’arbitrage de l’exécutif. Une critique que rejette la Grande Argentière Nathalie Fontanet: « Nous en avons fait, mais ils n’ont pas convenu à la majorité de circonstance ».

Déjà ficelé en commission des finances, le projet de budget n’a au final subi aucune modification majeure en plénière. Les quelque 250 amendements présentés par la gauche et le Conseil d’Etat ont quasiment tous été refusés. Seules deux modifications ont passé, permettant de rétablir des subventions au Club Suisse de la presse et à deux associations.

Souffrance

Les treize politiques publiques ont toutes été acceptées, même si certaines ont suscité de vifs débats, à l’instar de la sécurité. La gauche a notamment défendu des moyens supplémentaires pour la police et la détention alors que c’est habituellement la droite qui soutient cette politique publique.

La gauche, qui déplore une augmentation de la précarité dans le canton, a aussi tenté de donner des moyens supplémentaires à la santé et au social, dont de nombreux services sont en souffrance. Mais la droite et le MCG ont plaidé pour la restructuration des services plutôt que pour de nouveaux postes.

Projets abandonnés

Le chef du Département de la cohésion sociale, Thierry Apothéloz, a affirmé que sans postes supplémentaires, il y aurait des retards dans la délivrance de certaines prestations. Celui du Département de la santé, Mauro Poggia, a cité les projets qui vont passer à la trappe, dont les maisons de santé.

Pour rappel, l’Entente et le MCG se sont mis d’accord en commission des finances pour biffer 412 postes supplémentaires prévus par le gouvernement et diminuer de 24 millions les dépenses générales. Le Conseil d’Etat a fustigé leur incohérence.

Des tensions

Les tensions entre la majorité et le Conseil d’Etat étaient visibles. Jeudi soir, les députés ont donné le ton en refusant, contre l’avis de l’exécutif, de suspendre l’annuité des fonctionnaires. Maintenir cette progression salariale coûte 53 millions de francs.

Le gouvernement comptait sur la suppression de l’annuité pour sauver les 412 postes supplémentaires indispensables à ses yeux pour le fonctionnement de l’Etat. Nathalie Fontanet a déjà annoncé qu’il faudra passer par des demandes de crédits supplémentaires dès le mois de janvier 2020.

Parmi les postes supplémentaires demandés mais biffés en commission figurent notamment 196 postes pour le Département de l’instruction publique, 31 pour la police de proximité, 26 pour l’internalisation de convoyage de détenus,15 pour le Service de protection de l’adulte, sept pour le service des prestations complémentaires et huit pour le service de l’assurance-maladie.

Charges contraintes

La situation financière du canton est inquiétante, selon le Conseil d’Etat. Le budget 2020 est plombé par des charges contraintes liées à des votes populaires (réforme de la caisse de pension, contre-projet pour les subsides d’assurance-maladie et réforme de l’imposition des entreprises) et du paiement de l’annuité 2016.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Romain Loeffel et la Suisse irrésistibles

Publié

le

Soir de fête pour Simon Moser, Romain Loeffel et Enzo Corvi. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse a livré un deuxième match parfait à Viège. La sélection de Patrick Fischer a écrasé la Russie 8-2 et a remporté son tournoi.

Alors oui ce n’est qu’une Russie B dans un match amical, mais quand même. Infliger un camouflet à l’une des nations phares du hockey mondial, cela n’arrive pas tous les jours. Comme de réussir un quadruplé en étant défenseur, n’est-ce pas Romain Loeffel?

Le Neuchâtelois de Lugano était assurément dans un jour de grâce. Tous ses tirs ont été dangereux et son 4-0 a même eu raison du gardien Tikhomirov. Mais ne voir que la performance XXL de l’ancien défenseur de Genève-Servette serait faire injure au travail de toute l’équipe de Suisse. Car l’ensemble de l’effectif a travaillé de concert. On omettra sans souci les deux buts encaissés en fin de partie dans ce qu’il convient bien d’appeler du remplissage puisque les joueurs de Patrick Fischer avaient plus que le match dans leurs mains.

Gros sujet de satisfaction, les situations spéciales. Le power-play s’est à nouveau mis en évidence en marquant lors de ses deux premières tentatives. Avec de nombreux droitiers à l’arrière du dispositif (Untersander, Loeffel, Egli), le jeu de puissance a fait des étincelles et Loeffel s’est particulièrement régalé. Le box-play s’est lui aussi distingué en annihilant les velléités de la Sbornaya.

Nyffeler se fond dans le moule

Arrivé mercredi soir pour pallier l’absence de Reto Berra, gêné par des ennuis musculaires, Melvin Nyffeler a eu droit à son match. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le portier de Rapperswil a parfaitement répondu aux attentes de Patrick Fischer. Le Zurichois n’a pas eu du travail plein la mitaine, mais il a su s’interposer au moment adéquat. Deux scènes illustrent à merveille le calme du dernier rempart des Lakers. A la 13e, il a privé les Russes d’une égalisation et surtout à la 40e, il a repoussé une attaque où deux Russes se sont présentés seuls face à lui et alors que la Suisse évoluait en avantage numérique. Les 3844 spectateurs de la Lonza Arena se sont levés comme un seul homme pour saluer le sauvetage du gardien helvétique.

Dommage que le rush de Russes frustrés de se prendre une déculottée ait coûté son blanchissage au Zurichois. Mais la Suisse termine son tournoi sur un bilan réjouissant de treize buts inscrits pour seulement deux encaissés. Une base intéressante avant de retrouver les joueurs en avril. Il y aura bien sûr un rassemblement en février (deux matches à Herisau et Olten contre l’Allemagne), mais celui-ci sera l’occasion pour Patrick Fischer d’aligner des jeunes joueurs à développer.

Continuer la lecture