Rejoignez-nous

A la une

Fête nationale : la parole des sages

Publié

,

le

Le conseiller fédéral Guy Parmelin a vanté la symbiose entre l'Etat et le citoyen dans un exercice relevant "presque du spirituel" (archives). (©KEYSTONE/TI-PRESS/SAMUEL GOLAY)

Quatre conseillers fédéraux ont entamé la Fête nationale mercredi soir déjà. Europe, monde et démocratie ont figuré au menu de leurs discours.

Le président de la Confédération Ueli Maurer a abordé le sujet de l’UE dans une interview avec la RTS. Les négociations pourraient être plus légères avec la nouvelle présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen. « J’espère qu’on trouvera une solution sur l’accord-cadre pour l’année prochaine. »

Revenant sur le problème du réchauffement climatique, il a dit qu’il fallait « trouver de nouvelles solutions pour les prochaines générations. Taxer le CO2 est peut-être une petite solution, mais jamais pour l’ensemble des problèmes à long terme. »

Il a aussi annoncé qu’il se représentera au Conseil fédéral pour quatre ans. Il tiendra son discours officiel jeudi à la Fête des vignerons.

Défendre sa valeur

Pour son unique intervention à l’occasion de la Fête nationale, Karin Keller-Sutter s’est aussi concentrée sur l’Union européenne. La Suisse ne doit pas se vendre en dessous de sa valeur, mais constamment défendre ses intérêts, a-t-elle déclaré dans son discours de mercredi soir à Rorschach (SG).

Mme Keller-Sutter a rappelé que pour beaucoup, l’UE est perçue comme un ennemi. Ils sont sûrs que la communauté éclatera à cause de son entêtement ou qu’elle s’usera de l’intérieur. Mais, a ajouté la ministre de la Justice, la Suisse n’a aucun intérêt à ce que l’Europe soit faible.

Selon la St-Galloise, l’UE apporte une contribution majeure à la stabilité en Europe. Une Europe forte est nécessaire comme contrepoids aux grandes puissances que sont les Etats-Unis et la Chine. Et la Suisse a besoin d’une bonne coopération avec l’UE. Cela vaut avant tout pour la protection des frontières extérieures et la politique migratoire.

La ministre radicale a par ailleurs rappelé que l’UE est le partenaire commercial le plus important de la Suisse, accueillant plus de la moitié des exportations. La Suisse ne doit par conséquent pas mettre en péril cet accès au marché de manière frivole en mettant fin à la libre circulation des personnes.

Grande estime internationale

Dans son discours à Krauchthal (BE), également orienté au-delà des frontières helvétiques, Ignazio Cassis a déclaré que la Suisse doit jouer avec confiance son rôle sur la scène internationale.

Le chef de la diplomatie a expliqué sa vision de la politique étrangère à l’horizon 2028. « J’ai demandé à des experts de réfléchir au rôle de la Suisse dans le monde dans dix ans », a-t-il rappelé. Ce rapport suggère une Suisse qui s’impose comme un acteur politique d’influence, tout en gardant sa neutralité.

La Suisse jouit d’une grande estime internationale, a expliqué M. Cassis à la communauté festive de l’Emmental. Cela ne changerait pas, même si le pays devait se battre avec son partenaire le plus important, l’UE.

Libertés civiles assurées

Guy Parmelin, chef du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) s’est pour sa part exprimé dans sa région d’origine, avant de passer la soirée à Gletterens (FR). Il a vanté la symbiose entre l’Etat et le citoyen dans un exercice relevant « presque du spirituel ».

Pour Guy Parmelin, l’engagement réciproque entre le citoyen et son pays est d’autant plus fort lorsque ce citoyen a la chance de vivre dans un système où la démocratie – directe en l’occurrence – affiche une remarquable vitalité.

Il a rappelé que « chez nous, les libertés civiles sont assurées, la culture politique est une réalité tangible, le pluralisme garanti, le processus électoral intègre, transparent et sûr, et le gouvernement affranchi des influences extérieures. »

Guy Parmelin estime que les Suisses ont plus d’une raison d’espérer: « La Suisse est un pays qui a bien davantage de ressort et de potentiel que de réels problèmes. »

Félicitations de Trump

Le président américain Donald Trump a envoyé ses félicitations à la Suisse. Il a salué les valeurs communes des deux pays. « Les Etats-Unis apprécient énormément le partenariat vital de la Suisse dans la promotion de nos idéaux communs de liberté économique et de démocratie », a écrit le président dans un message publié sur le site de l’ambassade américaine à Berne.

De nombreux lieux ont célébré la fête nationale dès le 31 au soir. Bâle, où le danger d’incendie s’est réduit, a profité d’un grand feu d’artifice tiré depuis deux bateaux sur le Rhin.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

Un riche programme pour les 100 ans du cirque Knie

Publié

le

A Genève, la rentrée des classes rime avec la venue du cirque Knie. Et cette année, il est centenaire. La première c’est ce vendredi 23 août et le programme s’annonce très riche.

La première représentation de la famille Knie a eu lieu en juin 1919 à Berne. Depuis elle a fait son chemin et le fameux cirque suisse est devenue une véritable institution. L’année 2019, un spectacle ponctué de souvenirs, comme l’explique Franco Knie Junior, le directeur technique.

Franco Knie Junior Directeur technique du cirque knie

Des générations de publics se sont succédés avec une fidélité métronomique. Le cirque est l’événement incontournable pour de nombreuses familles romandes.

Franco Knie Junior Directeur technique du cirque knie

Chaque année des comiques romands sont choisis pour la tournée et cette année, ce sont les deux Vincent, Kucholl et Veillon, qui vont assurer le spectacle. Avec quelques personnages célèbres de l’émission 120 secondes entre autres.

Une soirée a lieu ce soir, lundi, à Berne à l’occasion de ce centième anniversaire.

Continuer la lecture

A la une

Les jeunes genevois étaient présents au Sommet pour le climat à Lausanne

Publié

le

La semaine dernière, les militants du climat se sont réunis à Lausanne en présence de Greta Thunberg. Des représentantes genevoises du Mouvement étaient présentes.

Ils étaient près de 450 jeunes militants du climat, venant  de 38 pays à participer au sommet Smile For future, le SMILE. Cinq jours de discussions pour se mettre d’accord sur des valeurs communes dans un document appelé la Déclaration de Lausanne. Trois demandes essentielles: la justice climatique, le maintien du réchauffement climatique à 1,5 degré par rapport à l’ère pré-industrielle et l’écoute des meilleurs travaux scientifiques disponibles.

Deborah Hausser, 17 ans, étudiante au Collège Candolle à Genève, y a participé, avec Alice une autre manifestante. Avec 29 langues parlées, pas évident de se comprendre mais la cause climatique a été fédératrice. Deborah Hausser.

Deborah Hausser étudiante au Collège Candolle

Deux sortes de groupes de travail, les plénières dans lesquelles des propositions tentaient de trouver un consensus et les « Open forum » dans lesquels ils étaient approfondis. Le SMILE comptait aussi des scientifiques du Giec, le prix Nobel de chimie Jacques Dubochet et bien sûr la célèbre activiste Greta Thunberg. En toute simplicité.

Deborah Hausser étudiante au Collège Candolle

Le Mouvement suisse « Climat Strike » tient à prendre ses décisions de manière démocratique. Tous les avis sont pris en compte et tout est décidé par consensus. Cette organisation horizontale a fait ses preuves durant le SMILE.

Deborah Hausser étudiante au Collège Candolle

Les jeunes manifestants pour le climat préparent leur prochaine grève qui aura lieu le vendredi 27 septembre à Genève. Puis le 28 à Berne. Des dates qui coïncident avec la fin du sommet de l’ONU pour le climat qui se tiendra du 23 au 27 à New York.

Continuer la lecture

A la une

Coup d’envoi ce mercredi du Festival des arts vivants à Nyon

Publié

le

Le Festival des arts vivants a débuté mercredi à Nyon. Pour sa 35 ème édition, le FAR se penche sur notre rapport à la nature.

Jusqu’au 24 août, la Ville de Nyon se met à l’heure du spectacle vivant. Vingt-trois spectacles pour un total de 80 représentations. Cette année, le FAR propose de se questionner sur notre relation à la nature et à l’autre, qu’il soit humain ou non, d’où son titre: « Organique ». Une vingtaine de spectacles éclectiques, du théâtre, de la danse et autres performances. La directrice du Far, Véronique Ferrero Delacoste.

Véronique Ferrero Delacoste Directrice du FAR

Une vingtaine de spectacles éclectiques dédiés au théâtre, à la danse et aux autres performances. Même si la frontière entre les genres est de plus en plus floue.

Véronique Ferrero Delacoste Directrice du FAR

La spécificité du Far est de présenter les artistes dans des lieux qui leurs correspondent, une usine, une église, une salle communale, voire même un parking. Véronique Ferrero Coste.

Véronique Ferrero Delaoste Directrice du FAR

A ne pas manquer également le spectacle de l’artiste portugaise, Maria Lucia Cruz Correia au château de Nyon. L’artiste s’est penchée sur les pays qui ont donnés des droits à la nature.

Véronique Ferrero Delacoste Directrice du FAR

Le Festival des arts vivants est issu d’un travail d’équipe annuel et ne se limite pas à l’été. Avec des artistes en résidence et une participation active de la population.

Retrouvez toutes les infos sur: far-nyon.ch

Continuer la lecture

A la une

Quartier des Allières: Vingt-deux arbres centenaires vont être abattus

Publié

le

Trop grand, trop invasif, trop destructeur, c’est ainsi que le collectif « Contre l’enlaidissement de Genève » qualifie le projet de construction aux Allières en haut des Eaux-vives sur la route de Chêne.

Le quartier des Allières est situé à un jet de pierre de la future gare du Léman express, le nouveau pôle ferroviaire. Il va accueillir des immeubles et une tour de 11 étages. 600 logements sont prévus. Le 4 août dernier, le plan localisé de quartier des Allières est entré en force, date à laquelle le  collectif «contre l’enlaidissement de Genève» a manifesté pour la dernière fois. Ce PLQ prévoit la coupe de 22 arbres centenaires.

Pourtant début juillet, la Ville de Genève annonçait, en grande pompe, vouloir lutter contre les îlots de chaleur en doublant le taux de végétalisation. Pour le collectif « Contre l’enlaidissement de Genève », même si la ville a prévu de nouvelles plantations aux Allières, ce ne sera pas pareil.  Björn Arvidsson, membre du collectif et auteur d’un ouvrage sur la Belle époque de l’ornement à Genève.

Björn Arvidsson

Pour les opposants, la Ville aurait dû préserver le patrimoine arboré et la biodiversité. Comme le patrimoine bâti existant. La loi sur les PLQ doit être modifiée, selon Björn Arvidsson.

Björn Arvidsson

Le collectif s’est aussi battu pour conserver le patrimoine bâti. La propriété du noble exercice du jeu de l’Arc ainsi que trois autres bâtisses datant de 1910. Sans succès. Préserver le patrimoine, une nécessité pour Björn Arvidsson

Björn Arvidsson

Le plan de végétalisation de la Ville de Genève propose de passer de 37% de verdure à 51%, en dégageant une enveloppe de 100 millions de francs. Le quartier des Allières pourrait aisément être transformé en parc tout de suite selon le collectif et servir de lieu de repos aux voyageurs du futur pôle ferroviaire du Léman express.

Björn Arvidsson

De nombreux projets immobiliers sont prévus tout autour des gares du Léman express, à Chêne-Bourg, aux Eaux-Vives et à Lancy.

 

 

 

Continuer la lecture

A la une

Eric Stauffer soutenu par le PBD genevois

Publié

le

Le Parti bourgeois démocratique genevois confirme son alliance avec Eric Stauffer. Une décision qui contredit l’annonce de la section nationale du parti de compter Eric Stauffer dans ses rangs, la semaine dernière.

Le fondateur du MCG a annoncé le soutien de la section genevoise du PBD pour les élections fédérales d’octobre. Sa liste « Parti citoyen démocrate Genève d’abord », sera sous-apparentée, autrement dit unie, au Parti Bourgeois démocratique.

Eric Stauffer, établi en Valais, estime avoir des chances d’être élu à Genève malgré ses deux échecs successifs.

Le fondateur du MCG détaille son programme.

L’adhésion d’Eric Stauffer au PBD Suisse est pour l’instant gelée par la section nationale. Les discussions reprendront après les élections fédérales. Le président ad interim du PBD Genève, André Leitner, a annoncé que l’apparentement avec le trublion genevois était risquée, mais qu’il fallait oser.

Continuer la lecture