Rejoignez-nous

Sport

David Goffin en tête d’affiche du prochain Geneva Open

Publié

,

le

David Goffin ! Voici le nom de la première tête d’affiche pour le prochain Geneva Open.

Les organisateurs ont réussi leur pari en attirant dès le départ un joueur du Top 10 pour l’édition 2018.

Le Belge, actuellement 7e à l’ATP, affiche quatre titres à son palmarès sur le circuit principal. Il avait atteint la finale du dernier Masters en battant Roger Federer dans le dernier carré. Et il est également…francophone. Un élément important qui peut rapprocher le joueur avec le public genevois selon Thierry Grin, le directeur du tournoi :

 

Thierry Grin Directeur du Geneva Open

 

Outre David Goffin, d’autres joueurs de classe mondiale sont attendues du côté de la Cité de Calvin. Les années précédentes de grands noms comme Nishikori, Cilic ou Isner se sont succédé…Aujourd’hui, on se pose la question de la participation ou non de Stan Wawrinka. Le Vaudois, double tenant du titre, était aussi  l’ambassadeur des trois premières éditions. Blessé à un genou, Stan The Man peine à retrouver son meilleur niveau. Nous avons demandé à Marc Rosset, le directeur sportif du tournoi, s’il avait des nouvelles :

 

 

Marc Rosset Directeur sportif du Geneva Open

 

Le tournoi Banque Eric Sturdza Geneva Open, c’est donc du 20-26 mai au Parc des Eaux-Vives.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Miami: Federer en 1/8 de finale

Publié

le

Un très bon Roger Federer lund à Miami. (©KEYSTONE/EPA/JASON SZENES)

Deux jours après une entrée en lice un brin laborieuse contre Radu Albot, Roger Federer a retrouvé ses ailes à Miami. Il s’est qualifié avec brio pour les huitièmes de finale.

Le Bâlois s’est imposé 7-5 6-3 devant Filip Krajinovic (ATP 103) qui lui avait ravi un set l’automne dernier à Bâle. « Bourreau » de Stan Wawrinka samedi, le Serbe a offert une très belle réplique. Très solide en fond de court, le finaliste de Paris-Bercy 2017 a contraint Roger Federer à serrer sa garde.

Le Bâlois a, ainsi, concédé le premier break de la rencontre au troisième jeu avant de recoller immédiatement au score. A nouveau face à un trop grand déchet sur les balles de break, il a su conserver un certain flegme pour prendre les commandes de la partie avec le gain – fort brillant – du douzième jeu. Il signait ensuite le break sur son premier jeu de relance du second set pour signer une 52e victoire à Miami où il a cueilli à trois reprises le titre. Vif sur les jambes et dans le bon timing en revers, Roger Federer a livré la partition qu’il espérait pour entrer vraiment de plein pied dans ce deuxième Masters 1000 de l’année.

Son prochain adversaire sera le vainqueur de la partie entre le Russe Daniil Medvedev (ATP 15) et le géant américain Reilly Opelka (ATP 58) qui doit encore se demander comment Henri Laaksonen avait pu laisser filer la victoire face à lui au premier tour des qualifications…

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

NL: Genève tombe avec les honneurs

Publié

le

Robert Mayer battu après 118 minutes de jeu (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève-Servette est en vacances après s’être incliné 3-2 après trois prolongations lors du 6e acte des quarts de finale des play-off. Un match débloqué par Mark Arcobello au terme de 117’44 de jeu.

Mark Arcobello a soulagé son club, sa ville et presque tous les spectateurs présents aux Vernets. Le but de la délivrance est tombé en toute fin de troisième prolongation, à la 118e minute, un record dans l’histoire du hockey suisse. Il a fallu un goal consécutif à un lob d’un défenseur bernois mal négocié par la défense genevoise pour qu’Arcobello ajuste la lucarne de Mayer et délivre tout le monde. Tout le monde car même le public grenat devait être content de rentrer à la maison juste avant une heure du matin.

« On a des regrets mais beaucoup de fierté, a lâché Goran Bezina au micro de la RTS. Tout se joue sur un lob et un mauvais rebond dans notre zone. On s’est ajusté tactiquement et on leur a posé des problèmes. On a tout donné. On a fait preuve de courage et d’énergie. Au final, ça s’est joué sur des détails. »

Avant ces trois périodes de prolongation, Genève-Servette avait réussi un nouveau miracle. Imaginez une formation, privée de son meilleur défenseur et menée de deux buts à une minute de la fin du troisième tiers, qui revient au score en seize (!) secondes après avoir rappelé Robert Mayer sur le banc au profit d’un sixième joueur de champ. Imaginez aussi que c’est la quatrième fois en six parties de play-off face à Berne que Genève parvient à le faire. On appelle cela la force de caractère. En parvenant à arracher la huitième place et une participation aux play-off lors d’une dernière semaine de saison régulière complètement folle, les Aigles ont jeté les fondations d’un groupe qui repousse les limites du courage.

Les deux buts en toute fin de troisième tiers sont venus de la crosse des étrangers Wingels et Winnik, suspendus à l’occasion du cinquième acte. Et ces goals étaient parfaitement mérités parce que le GSHC a ennuyé les Ours en mitraillant la cage de Genoni. Et aussi en muselant les meilleurs artificiers adverses.

Que celui qui pense que Chris McSorley n’a pas une touche magique se lève? Il ne devrait pas y avoir énormément de monde debout. On sait que l’Ontarien est un motivateur hors pair, il l’a encore prouvé avec un morceau de bravoure exceptionnel livré par une équipe qui a arraché la page du dictionnaire où l’on trouve le verbe abandonner.

Mais il se peut que le Canadien ne soit plus sur le banc la saison prochaine. Et ça ce serait un sacré vide pour Genève, mais aussi pour le hockey suisse.

Berne de son côté attend son adversaire pour le début des demi-finales mardi. Si Lausanne gagne samedi, les Ours affronteront Bienne. Si c’est Langnau qui s’impose, le SCB se frottera aux Tigres dans un nouveau « Tatzenderby » nettement plus animé que celui du Stade de Suisse début janvier.

Source ATS

Continuer la lecture

Le Club Sport

Football: la flexibilité tactique, atout majeur des Helvètes

Publié

le

Le coach national Vladimir Petkovic a su inculquer aux "Rouges" la faculté de changer de système de jeu en cours de match.

Capable de changer de système de jeu en cours de match, l’Equipe de Suisse aborde le tour qualificatif de l’Euro en pleine confiance avec le retour de son capitaine Stephan Lichtsteiner. Une sélection saluée par Michel Pont.

Cinq mois et cinq jours après sa brillante victoire sur la Belgique (5-2), l’Equipe de Suisse débute une nouvelle campagne qualificative. Celle qui devrait la mener à l’Euro, dont la phase se jouera dans une douzaine de pays différents. Avec un premier match samedi en Géorgie et un fait marquant : le retour du capitaine Stefan Lichtsteiner (35 ans, 104 sélections) qui n’avait plus joué depuis le 11 septembre dernier à Leicester face à l’Angleterre (défaite 0-1). On pensait alors sa carrière en équipe nationale terminée. On peut donc s’étonner du choix du coach national Vladimir Petkovic.

Michel Pont Ex-coach-assistant de l'Equipe de Suisse

 

Embolo de retour, Mehmedi malade

Si l’Equipe de Suisse peut aussi compter sur le retour de Breel Embolo (Schalke 04), d’autres internationaux ont dû déclarer forfait pour les deux premiers matches. Le dernier forfait en date étant celui d’Admir Mehmedi (Vfl Wolfsburg). Malade, il va rester en Suisse pour se soigner, avant de – peut-être – rejoindre ses coéquipiers plus tard. Quoi qu’il en soit, il joue de malchance. Lui qui revenait en forme – lui qui venait de marquer trois buts en lors du mois ecoulée dans le championnat allemand. Il était aussi susceptible de reprendre le poste de meneur de jeu en lieu eta place de Xherdan Shaqiri, blessé… Shaqiri dont le remplaçant n’est autre que Kevin M’Babu. Vladimir Petkovic a donc fait appel à un troisième arrière latéral droit, un défenseur aux caractéristiques assez semblables à celles de Lichtsteiner. Un paradoxe.

Michel Pont Ex-coach-assistant de l'Equipe de Suisse

Mais ces absences ne devraient avoir qu’un impact limité sur une équipe talentueuse et capable – qui plus est – de changer de systèmes de jeu au cours d’un même match.

 

 

 

Continuer la lecture

Le Club Sport

Une nouvelle patinoire pour faire grandir Genève-Servette

Publié

le

Genève-Servette devra encore patienter au moins cinq ans avant de pouvoir jouer dans sa nouvelle patinoire.

Le club grenat mise sur le projet de nouvelle patinoire porté par Olivier Plan, le promoteur immobilier genevois. Le point avec le directeur général du GSHC, Christophe Stucki.

Le hockey sur glace est toujours au centre de l’actualité. Mardi soir le Genève-Servette HC s’est incliné face à Berne après prolongation. Désormais menés (2-3) dans ce quart de finale, les Aigles se retrouvent dans l’obligation de gagner leurs deux prochaines rencontres pour rester en course dans ces play-offs.
Mais il y a un autre type de match qui se joue, en coulisse cette fois. Celui de la nouvelle patinoire. Le club genevois a été le premier en Suisse à lancer un projet de nouvelle patinoire, c’était en 2011. Huit ans plus tard, il est le dernier de la classe. La faute à une succession d’obstacles et au manque de possibilités de financement. Plusieurs projets se sont succédés ces dernières années sans qu’aucun n’aboutisse. Le dernier en date, celui d’investisseurs canadiens, a été sifflé hors-jeu par le Conseil d’Etat la semaine dernière. Mais un nouveau projet porté par Olivier Plan émerge. Promoteur immobilier genevois et grand supporter du Genève-Servette HC, il veut être celui qui offrira au club un infrastructure digne de ce nom.

Christophe Stucki, le Directeur Général du Ge-Servette nous a reçu dans son bureau et il répond d’abord à cette question: “ne perd-t-il pas espoir avec ces projets de nouvelle patinoire à Genève?”

Christophe Stucki Directeur général du Genève-Servette HC

@GeffScar

Continuer la lecture

Actualité

National League: GSHC et LHC battus

Publié

le

Lausanne à terre et Langnau qui revient à 3-2 dans la série de quarts de finale (©KEYSTONE/GABRIEL LADO)

Lausanne pouvait se qualifier pour la première fois de son histoire pour les demi-finales. Mais à côté de leurs patins, les Vaudois ont été battus 5-1 par Langnau qui revient à 3-2 dans la série.

Est-ce la possibilité de franchir pour la première fois de son histoire les quarts de finale des play-off qui a tétanisé les Lausannois? Ou peut-être une certaine suffisance après un 1-0 tombé trop vite et trop facilement? Toujours est-il que Lausanne a une fois de plus livré un match indigne de son talent. Comme un copié-collé du premier acte à Malley où Jeffrey avait ouvert le score en début de partie avant que Langnau ne prenne la mesure de Vaudois incapables de créer du jeu. Et en parlant de ctrl C/ctrl V, le 1-1 et le 1-3 de l’ancien junior lausannois Nolan Diem auront de quoi mettre en ébullition le staff des Lions

Avec un système qui laisse l’initiative à l’adversaire, il convient de faire preuve d’une certaine agressivité sous peine de se faire piéger. Les joueurs de Ville Peltonen l’ont une nouvelle fois constaté. Alors que les Lions avaient su contenir les Tigres au cours des trois derniers duels, ils ont été repris par une équipe le dos au mur. Rien n’a marché pour ce LHC frustré et surpris le pantalon baissé.

Les Lausannois auront une nouvelle balle de demi-finale jeudi dans l’Emmental, là où ils ont su s’imposer deux fois. Mais les Bernois se retrouveront dans la même situation que ce mardi avec l’obligation de gagner pour ne pas partir en vacances. Il s’agira de mettre en avant d’autres valeurs sous peine de devoir accueillir Langnau samedi dans un septième acte à haute teneur émotionnelle.

Bienne dans le dernier carré

Se qualifier pour les demi-finales, une chose que Bienne réussit pour la deuxième saison consécutive. Contrairement aux Vaudois, les Seelandais n’ont pas gâché leur premier puck de match à domicile en écartant Ambri 2-1 pour remporter la série 4-1.

Comme Langnau, Bienne a encaissé le premier but sans que cela ne dérègle la machine. Damien Brunner a pu rapidement niveler la marque et c’est finalement Earl qui a pu inscrire le but de la victoire pour les hommes de Törmänen à la 28e. Les Seelandais ont su une fois encore museler la triplette de Dominik Kubalik. Ils ont également bloqué 25 tirs adverses pour compléter un très bel effort défensif.

Après Zoug, Bienne peut désormais se reposer et attendre son prochain adversaire dans la sérénité.

La bravoure genevoise

A Berne, Genève-Servette a livré un nouveau morceau de bravoure. Mais pas de miracle cette fois-ci avec le succès de Berne 4-3 ap dans une partie qui s’est une fois de plus décidée dans le temps réglementaire. Une statistique en dit plus que les autres, celle des tirs au but. Les Ours ont mitraillé Mayer à 56 reprises contre 23 shoots seulement pour les Genevois.

Mais les Aigles ont bien failli une fois de plus créé la surprise malgré une infirmerie XXL et la perte de leur leader défensif Henrik Tömmernes. Seulement la magie de Chris McSorley a ses limites et la fatigue dans les jambes servettiennes a finalement eu raison de leur immense volonté. Les Grenat ont une fois de plus forcé l’admiration de tous avec ce doublé de Jacquemet et cet avantage d’un but avant d’aborder le dernier tiers. Les joueurs de Kari Jalonen ont dû s’employer pour aller chercher ce succès no 3, ils devront faire pareil jeudi aux Vernets car ce GSHC-là ne se rendra pas sans combattre.

Source ATS

Continuer la lecture