Rejoignez-nous

Equipe de Suisse

Une victoire helvétique qui change la donne

Publié

,

le

Mario Gavranovic (à droite) félicité après le 4-0. (© KEYSTONE/AP/Mindaugas Kulbis)

Les "Rouges" de Murat Yakin n'ont pas failli à Vilnius. Victorieuse face à la Lituanie (4-0), l'Equipe de Suisse se présentera le 12 novembre à Rome avec le même nombre de points l'Italie pour la "finalissima" du groupe C.

Ce succès a pris un tout autre relief avec le 4-0 inscrit dans le temps additionnel par Mario Gavranovic. La tête victorieuse du Tessinois change la donne pour le 12 novembre. Un nul à Rome ne serait pas une si mauvaise affaire pour l'équipe de Suisse qui aurait, trois jours plus tard, l'occasion d'effacer les deux buts de retard qu'elle accuse sur l'Italie lors de la venue de la Bulgarie à Lucerne. Le même soir, l'Italie se rendra à Belfast où il n'est jamais aisé de s'imposer largement.

Trois buts en moins d'un quart d'heure

Avec huit des onze titulaires de la victoire contre l'Irlande du Nord et dans un même dispositif en 4-2-3-1, la Suisse a su parfaitement déjouer le piège lituanien. Dans la nuit froide de Vilnius, elle a témoigné d'une efficacité clinique après la demi-heure avec le doublé de Breel Embolo (31e et 45e) le soir de sa 50e sélection sur deux corners bottés par Xherdan Shaqiri et avec le 2-0 de Renato Steffen (42e) pour son premier but en équipe nationale qui doit beaucoup à l'ouverture lumineuse de Fabian Schär. On ne sait pas si le Saint-Gallois fera partie du projet du nouveau Newcastle mais son brio dans le jeu long régale toujours autant les puristes.

A l'image d'un Nico Elvedi parfois hésitant - comme si la perspective d'écoper un carton jaune qui le priverait du rendez-vous de Rome l'a paralysé -, la Suisse a laissé des ouvertures en début de match. Heureusement pour elle, la Lituanie n'a pas su exploiter ces petites errances qui auraient pu singulièrement compliquer sa soirée. Comme à Genève trois jours plus tôt, ce sont le génie de Shaqiri et la puissance d'Embolo qui ont permis à la formation de Murat Yakin de forcer la décision. A la pause, il ne restait plus qu'une mission à remplir pour cette Suisse maitresse de son sujet: soigner sa différence de buts. Elle ne devait malheureusement pas la remplir.

Gavranovic marque à nouveau

A la reprise, les Suisses ne parvenaient pas, en effet, à maintenir le formidable élan de la fin de la première mi-temps. Avec Ulisses Garcia introduit à la place de Ricardo Rodriguez, les Suisses livraient un premier quart d'heure bien trop "neutre" pour ne pas laisser Murat Yakin sans réaction. Le sélectionneur lançait ainsi à la 68e Ruben Vargas et Christian Fassnacht pour Steven Zuber et Steffen, puis Mario Gavranovic à la 75e pour un Shaqiri qui peine toujours autant à tenir la distance. C'est Ruben Vargas qui devait se montrer le plus en jambes en fin de match pour se procurer deux occasions en or à la 82e. Mais une fois de plus, Mario Gavranovic sortait de sa boîte pour surgir sur un centre de Cédric Itten et inscrire son 16e but en sélection. Cette réussite n'a sans doute pas le poids que son égalisation contre la France en huitième de finale de l'Euro, mais on a le sentiment qu'elle peut compter au soir du 15 novembre.

On peut, enfin, regretter la "disparition" d'Embolo dans ce final. Mais comme Shaqiri, le Bâlois avait trop payé de sa personne depuis samedi soir pour que l'on puisse lui adresser le moindre reproche. Comme le joueur de Lyon, il a un mois devant lui pour monter encore plus en puissance et offrir aux supporters de l'équipe de Suisse le 12 novembre une nuit romaine aussi magique que fut celle de Bucarest le 28 juin dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Equipe de Suisse

Les supporters ont afflué en masse à Florimont

Publié

le

Le gardien Yann Sommer fait un selfie avec quelques uns des nombreux fans venus à sa rencontre au Stade de Florimont (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

Entre 1'000 et 2'000 personnes ont convergé vers le Stade de Florimont pour assister au dernier entraînement en Suisse de l'équipe nationale avant son départ pour la Lituanie.

Quoi de mieux que de fêter la victoire sur l’Irlande du Nord en venant encourager l’Equipe de Suisse au bord du terrain! Les Helvètes sont entraînés dimanche sur la pelouse synthétique du Stade de Florimont. Les titulaires devant recevoir des soins, seuls les remplaçants étaient présents au Petit-Lancy. Malgré cela, près de mille cinq cent personnes se sont pressées pour les voir. L'occasion pour Vincent Cavin de revenir sur ce succès (2-0). Un match à rebondissement marqué par le but annulé à Denis Zakaria et l’expulsion du défenseur visiteur Jamal Lewis pour deux cartons jaunes. Un match au cours duquel les Helvètes ont trouvé le chemin des filets par Steven Zuber et Christian Fassnacht au cours des arrêts de jeu de chaque mi-temps. Seul regret au terme de de cette soirée : le manque d’efficacité offensive des Helvètes dû en partie à l'état du terrain.

Vincent Cavin
Assistant du Coach National
Vincent CavinAssistant du Coach National

 

Remplaçant contre l'Irlande du Nord, Ruben Vargas était sur le terrain principal de Florimont dimanche (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

 

Les supporters eux sont ravis de voir les joueurs préférés, malgré une légère déceptions de ne pas pouvoir rencontrer les piliers du onze helvétique, en particulier son capitaine Xherdan Shaqiri.

Mathile et Lilou
Supportrices
Mathile et LilouSupportrices

 

La présence de Jonas Omlin à Lancy comme celle des deux autres gardiens sélectionnés a fait la joie des supporters des "Rouges" (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

 

Parmi tous ces mordus du ballon rond, on trouve egalement un journaliste à la retraite: Jean-Pierre Bula, très actif dans les années quatre-vingt et nonante.

Jean-Pierre Bula
Ancien journaliste
Jean-Pierre BulaAncien journaliste

 

Demander des autographes ou des photos-souvenirs fait partie des désirs récurrents des fans surtout les plus jeunes. Mais certain-e-s cherchent aussi à s'instruire en observant de près l'entraînement concocté par Murat Yakin et son encadrement, notamment celui de Patrick Foletti, l'entraîneur des gardiens, à l'image de cette jeune joueuse des moins de 15 ans du FC Champel...

Khoshi Sarwari (14 ans)
Joueuse du FC Champel FF15
Khoshi Sarwari (14 ans)Joueuse du FC Champel FF15

 

Vincent Cavin, à gauche, Murat Yakin, à droite, ont trouvé un accueil chaleureux dimanche matin au Stade de Florimont lors du dernier entraînement de l'Equipe de Suisse avant son départ pour la Lituanie (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

 

Mais l'essentiel est que l’Equipe de Suisse est toujours en course pour une qualification directe pour la Coupe du Monde au Qatar avant son prochain rendez-vous mardi soir (20h45) à Vilnius face à la Lituanie. Un match qui se jouera sur terrain synthétique. C'est pour cette raison que les internationaux helvétiques se sont entraînés dimanche sur le gazon artificiel lancéen.

Vincent Cavin
Assistant du Coach National
Vincent CavinAssistant du Coach National

 

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Les "Rouges" viennent à bout de l'Irlande du Nord

Publié

le

Steven Zuber, en rouge, ouvre le score malgré le retour du défenseur nord-irlandais Jordan Thompson (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Contrat rempli pour l'Equipe de Suisse ! Victorieuse (2-0) face à l'Irlande du Nord samedi soir au Stade de la Praille, elle engrange les trois points qui lui permettent de rester au contact avec l'Italie dans le groupe C du tour préliminaire de la Coupe du monde.

Face à un adversaire très rarement dangereux, les "Rouges" de Murat Yakin ont forcé la décision dans le temps additionnel des deux mi-temps. Meilleur passeur de l'Euro, Steven Zuber a été à la conclusion d'une rupture initiée par le capitaine Xherdan Shaqiri et menée par Breel Embolo pour l'ouverture du score. Les deux Bâlois furent d'ailleurs les Helvètes les plus en vue de la soirée.

Dans un rôle plus axial qu'à Lyon, Shaqiri fut pratiquement dans tous les bons coups. Quant à Embolo, il est capable de faire des ravages par sa seule puissance athlétique qui fait oublier une maîtrise technique parfois déficiente et un manque de lucidité par moments criard. Malgré ses imperfections, il n'a cessé de remettre l'ouvrage, offrant encore la passe décisive pour le second but helvétique marqué par Christian Fassnacht lors des ultimes instants de la partie.

L'Irlande du Nord à 10 durant près d'une heure

Réduits à dix dès la 37e minute après un second carton jaune à l'adresse de Jamal Lewis pour avoir trop tardé à effectuer une remise en touche, les Irlandais ne pouvaient pas espérer grand-chose dans ce match qui était pourtant celui de leur dernière chance pour accrocher une place de barragiste.

Même si l'Equipe de Suisse n'a de loin pas été irrésistible, le déséquilibre des forces en présence était beaucoup trop marqué. L'Irlande du Nord n'a bénéficié que d'une seule réelle occasion: une frappe de Connor Washington détournée par Yann Sommer sur une action provoquée par une bourde de Manuel Akanji après quatre minutes de jeu.

Frustration pour Zakaria

Quelques secondes plus tôt, Denis Zakaria avait cru vivre l'un des plus grands moments de sa carrière. Dans "son" stade qui a su réserver un accueil formidable à l'équipe de Suisse, le demi genevois a trouvé le petit filet d'une reprise magnifique du droit à l'orée de la surface pour ne laisser aucune chance au gardien Bailey Peacock-Farrell. Malheureusement, la VAR, après une longue délibération, annulait cette réussite pour un hors-jeu de Kevin Mbabu de quelques centimètres.

A Vilnius pour gagner encore

Mardi, la Suisse peut revenir à la hauteur de l'Italie avant la "finalissima" du 12 novembre à Rome. Elle y parviendra si elle s'impose à Vilnius sur une pelouse artificielle face à la Lituanie, qui a battu la Bulgarie samedi (3-1). Si Xherdan Shaqiri et Breel Embolo évoluent dans le même registre qu'à Genève, la Suisse peut envisager ce déplacement avec sérénité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Coupe du Monde: Michael Frey doit encore attendre

Publié

le

Murat Yakin explique ses choix (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Malgré les 11 buts qu'il a marqué depuis le début de saison dans le Championnat de Belgique, Michael Frey  ne figure pas dans la sélection de Murat Yakin pour affronter l'Irlande du Nord et la Lituanie. Il est toutefois de piquet.

Le Bernois ne figure pas dans la liste des vingt-quatre joueurs retenus par Murat Yakin pour les rencontres du tour préliminaire de la Coupe du monde contre l'Irlande du Nord le 9 octobre à Genève et en Lituanie trois jours plus tard à Vilnius.

Le sélectionneur a préféré rappeler Alban Ajeti et Cédric Itten plutôt que de lancer dans le grand bain l'attaquant du Royal Anvers. "Ce choix ne va pas à l'encontre de Michael Frey ou de Josip Drmic ou d'Eren Derdiyok lesquels brillent également en Croatie et en Turquie. Mais avec Ajeti et Itten, j'ai choisi deux attaquants de surface qui marquent aussi des buts aujourd'hui et qui ont l'avantage de connaître la maison", a déclaré le coach national.

Retour de Shaqiri

L'absence de Michael Frey est "la" surprise de cette liste qui enregistre les retours de deux joueurs, Xherdan Shaqiri et Breel Embolo, appelés à tenir un rôle essentiel lors de ces deux rencontres. Les deux Bâlois ont beaucoup manqué le 8 septembre dernier lors du 0-0 en Irlande du Nord.

En revanche, Murat Yakin doit déplorer les absences de son capitaine Granit Xhaka et de Haris Seferovic. "Voir Granit se blesser dimanche fut un véritable choc, avoue Murat Yakin. Il était vraiment en train de livrer un grand match pour son retour aux affaires après sa suspension.

La carte Zakaria

Murat Yakin juge son capitaine "irremplaçable". "Pour ses qualités bien sûr, mais aussi pour son rayonnement au sein de l'équipe, explique-t-il. Maintenant, il ne sert à rien de se lamenter. D'autres joueurs doivent prendre le relais." Il pense bien sûr à Xherdan Shaqiri mais aussi à Denis Zakaria.

A l'entendre lors de cette conférence de presse tenue à Lausanne, Murat Yakin est vraiment tenté de donner les clés du camion au Genevois. "Zakaria a retrouvé du rythme. Il a marqué des buts importants", souligne-t-il.

Remplaçant lors du 0-0 contre l'Italie, le joueur de Mönchengladbach sera appelé à endosser de grandes responsabilités face à l'Irlande du Nord. Son retour au premier plan explique aussi pourquoi Murat Yakin n'a pas retenu Fabian Frei, qui aurait été toutefois suspendu contre l'Irlande du Nord.

Adversaire coriace

Murat Yakin n'oublie pas que les Irlandais forment une équipe contre laquelle il n'est pas simple de briller. Ainsi, la Suisse a été incapable de marquer une seule fois sur un mouvement d'attaque lors des trois dernières rencontres contre cette équipe.

"L'Irlande du Nord défend parfaitement bien et elle sait aussi se montrer dangereuse sur les balles arrêtées glisse Murat Yakin. Le mois dernier à Belfast, nous avions manqué de présence dans la surface adverse. Mais cette fois, j'ai la conviction que nous avons les armes pour les battre."

Gagner les quatre derniers matches

L'objectif de la Suisse est toujours cette qualification directe pour la Coupe du monde au Qatar qui reviendra seulement au vainqueur du groupe. "Nous n'avons pas le choix: nous devons gagner nos quatre derniers matches pour terminer à la première place", indique Murat Yakin.

Après les rencontres contre l'Irlande du Nord et la Lituanie, la Suisse se déplacera en Italie le 12 novembre avant de recevoir la Bulgarie le 15 à Lucerne. "Il est important aussi de sécuriser la deuxième place du groupe, synonyme de barrage, poursuit-il. Pour cela, la victoire contre les Irlandais est aussi impérative."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Un 0-0 synonyme d'échec pour les Helvètes

Publié

le

Haris Seferovic a raté un penalty peu après la demi-heure (© KEYSTONE/AP/Peter Morrison).

Au terme d'une prestation très décevante, l'équipe de Suisse égar deux points précieux face l'Irlande du Nord à Belfast (0-0) lors du tour préliminaire de la Coupe du monde.

Cette issue, aussi frustrante soit-elle, répond à une certaine logique au vu de la physionomie de la rencontre. Les Suisses ont en effet livré une prestation décevante sur le plan offensif, n'arrivant jamais à se créer des occasions nettes.

Ils ont même trouvé le moyen de rater un penalty à la 33e par Seferovic. Cet échec a vraiment coûté cher, car ouvrir le score aurait certainement incité les Nord-Irlandais à sortir un peu de leur coquille, ce qui aurait donné des espaces aux Helvètes.

Deux fois 0-0

Les deux premières rencontres officielles de Murat Yakin à la tête de la sélection se sont donc conclues sur des 0-0. Mais la lecture doit être différente. Contre l'Italie, le nul pouvait être considéré comme un bon résultat alors que mercredi, c'est un sentiment de déception qui prédomine, car l'adversaire était d'un calibre bien inférieur.

Yann Sommer, beaucoup sollicité dimanche, a cette fois passé une soirée tranquille. Devant lui, Manuel Akanji a été impeccable sur les nombreux longs ballons balancés par les Nord-Irlandais.

En manque de presque tout

L'Equipe de Suisse n'a pas présenté le visage attendu surtout lors des quarante-cinq minutes initiales, tant s'en faut. Il lui a manqué les idées, l'intensité, la précision - que de contrôles approximatifs et de passes ratées - et les changements de rythme. Tout, ou presque, en fait.

Le jeu simple voire simpliste des Nord-Irlandais, articulés en 5-3-2, a posé des problèmes aux Helvètes, en difficulté dans les duels et qui se sont régulièrement brisés sur le bloc défensif vert.

Dans le jeu, la seule vraie occasion de cette période a été pour l'Irlande du Nord. Sur un long ballon venu de la défense, Lavery se montrait dangereux, mais son tir passait de peu à côté de la cage de Sommer (9e).

Seferovic rate un penalty

Les joueurs de Murat Yakin bénéficiaient pourtant d'une immense chance de prendre l'avantage à la 33e, sur un penalty bêtement provoqué par Smith sur Vargas. Mais Seferovic manquait l'occasion, son tir trop mou et mal placé étant sauvé par Peacock-Farrell.

En seconde mi-temps, constatant l'impuissance de ses hommes, Murat Yakin changeait de système en sortant Fabian Frei et passait à un 4-4-2 plus offensif. Cela permettait aux Suisses de pouvoir jouer un peu plus haut. Mais sans résultat concret...

L'Italie bat facilement la Lituanie (5-0)

Dans l'autre match du groupe, l'Italie a facilement pris la mesure de la Lituanie, dominée 5-0. La Squadra azzurra a ainsi porté à 37 sa série d'invincibilité.

Elle s'est aussi relancée dans ce groupe C après deux nuls consécutifs. Les buts ont été marqués par Kean (11e/29e), un autogoal (14e), Raspadori (24e) et Di Lorenzo (54e).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Vincent Cavin: "nos défenseurs ont l'habitude des deux systèmes"

Publié

le

Ancien analyste video de Vladimir Petkovic, Vincent Cavin est devenu l'assistant de Murat Yakin, peu après la nomination de ce dernier en tant que coach national (© KEYSTONE/Jean-Christophe Bott).

Pour le nouvel assistant du Coach National Murat Yakin, le passage à une défense à quatre est tout sauf une révolution: les défenseurs helvétiques ont l'habitude de passer d'un système à l'autre.

L’heure de vérité a sonné pour l’Equipe de Suisse !
A peine intronisé, le nouveau coach Murat Yakin doit déjà faire la preuve de ses compétences et obtenir des résultats. D'abord lors d'un match amical contre la Grèce mercredi (20h45), avant deux matches capitaux comptant pour le tour préliminaire de la Coupe du Monde face à l’Italie dimanche, puis en Irlande du Nord dans une semaine. Un défi d’autant plus difficile à relever pour les Helvètes qu’ils devront se passer de trois de leurs atouts offensifs Xherdan Shaqiri, Mario Gavranovic et Breel Embolo...  Dans ces conditions, on se peut se demander si le jeu de style de jeu des Helvètes va changer par rapport à celui prôné par son prédécesseur Vladimir Petković et à quel point…

Murat Yakin
Coach national de l'Equipe de Suisse
Murat YakinCoach national de l'Equipe de Suisse

 

Principal changement annoncé: une défense à au lieu de celle à trois précédemment ; beaucoup de spécialistes y voient un chamboulement tactique majeur, mais pour Vincent Cavin, assistant du coach national, c’est tout sauf une révolution: les « Rouges » ont déjà joué ainsi lors de l’Euro '21.

Vincent Cavin
Assistant du coach national
Vincent CavinAssistant du coach national

 

Avec cette flexibilité tactique, peut-on dire que l'Equipe de Suisse a une défense-caméléon?

Vincent Cavin
Assistant du coach national
Vincent CavinAssistant du coach national

 

Quoi qu'il en soit, obtenir des résultats positifs lors des deux matches qualificatifs en vue de la phase finale de la Coupe du Monde est capital. Dans cet ordre d'idée, le match face à la Grèce constitue une répétition générale face à une équipe qu'on aurait tort de sous-estimer.

Vincent Cavin
Assistant du coach national
Vincent CavinAssistant du coach national

 

 

 

 

Continuer la lecture