Rejoignez-nous

Sport

Une suspension de quatre ans pour Kamila Valieva

Publié

,

le

Kamila Valieva: une suspension de quatre ordonnée par le TAS. (© KEYSTONE/AP/David J. Phillip)

Kamila Valieva, dont le contrôle positif à une substance interdite avait éclaboussé les JO 2022 de Pékin, a été condamnée à 4 ans de suspension à compter du 25 décembre 2021. Le TAS l'a annoncé lundi.

Saisi en appel, le TAS a désavoué la commission de discipline de l'Agence antidopage russe (RUSADA), qui avait dispensé la jeune prodige de 17 ans de sanction il y a un an, au motif qu'elle n'avait commis "aucune faute ou négligence".

"Tous les résultats en compétition de Mme Valieva à compter du 25 décembre 2021 sont annulés, avec toutes les conséquences qui en découlent", soit le retrait de ses titres, médailles et primes, tranche la juridiction suprême du monde sportif dans un communiqué.

Le suspense ne portait pas sur le fait de savoir si l'adolescente avait violé la législation antidopage: Kamila Valieva n'avait pas contesté son contrôle positif fin 2021 à la trimétazidine, une substance censée améliorer la circulation sanguine, interdite depuis 2014 par l'Agence mondiale antidopage, et détectée en quantité infime dans son organisme.

Mais la jeune fille, alors âgée de 15 ans, avait invoqué une "contamination via les couverts" partagés avec son grand-père, traité à la trimétazidine après la pose d'un coeur artificiel, et qui la conduit chaque jour à l'entraînement.

"Impardonnable" dopage des enfants

Le TAS, au terme d'une audience à huis clos engagée en septembre et reprise en novembre, a néanmoins estimé que Kamila Valieva "n'avait pas été en mesure d'établir", avec des preuves suffisamment convaincantes, qu'elle ne s'était pas "intentionnellement" dopée.

Le panel de trois arbitres a aussi relevé que si la patineuse ne prouvait pas son absence de faute, la législation antidopage russe n'offrait "aucune base permettant de la traiter différemment d'un athlète adulte": d'où la sanction maximale de quatre ans, la seule possible selon les textes.

Le Kremlin a dénoncé une "décision politique" par la voix du porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes.

"Le dopage des enfants est impardonnable", a de son côté insisté l'Agence mondiale antidopage, qui s'est félicitée de la décision du TAS mais a aussi appelé les gouvernements à adopter des législations pénalisant le dopage des mineurs.

L'âge de Valieva avait en effet été une composante importante du scandale: "personne protégée" selon le Code mondial antidopage (moins de 16 ans), elle aurait dû bénéficier d'une procédure confidentielle, mais son niveau sportif exceptionnel et le théâtre planétaire des JO l'avaient placée au centre des regards.

La Fédération internationale de patinage avait ensuite relevé de 15 à 17 ans le seuil d'entrée dans la catégorie senior à partir de 2024/25, mais la question reste entière pour d'autres disciplines comme la gymnastique et ses adolescentes stars.

"Si cette décision est justifiée sur le plan juridique, elle pose des questions sur le plan éthique en raison de son âge", estime David Pavot, directeur de la chaire de recherche antidopage de l'université canadienne de Sherbrooke.

"A un moment, le monde du sport doit s'interroger sur la présence de ces jeunes, sur la façon dont ils sont traités...", ajoute-t-il.

Et l'or par équipe?

L'affaire Valieva n'est cependant pas terminée: la patineuse peut saisir le Tribunal fédéral sous 30 jours, uniquement pour des motifs juridiques limités, avant que la décision du TAS ne devienne définitive.

Surtout, la juridiction sportive n'a pas tranché "les conséquences liées à la disqualification rétroactive de Mme Valieva lors de compétitions passées, y compris les JO de Pékin", puisque cette question "n'entrait pas dans le champ de la procédure", a précisé le TAS.

Or Kamila Valieva avait eu le temps de remporter l'or par équipe avec les Russes à Pékin, réalisant au passage le premier quadruple saut féminin de l'histoire olympique, avant que soit révélé son contrôle positif. La pandémie de covid avait perturbé le travail du laboratoire agréé par l'AMA à Stockholm, chargé d'analyser son prélèvement réalisé fin 2021 à Moscou.

Près de deux ans après, le CIO n'a toujours pas organisé de cérémonie de remise des médailles pour cette épreuve, au grand dam des patineurs américains, japonais et canadiens devancés par les Russes.

Or le CIO, qui doit désormais tirer les conséquences de la décision du TAS, est dans une situation délicate: à la différence d'autres disciplines comme l'athlétisme, le règlement de la Fédération internationale de patinage ne prévoit de disqualification collective qu'en cas de contrôle antidopage positif d'un des athlètes pendant la compétition. Pas huit semaines avant.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

International

Euro 2024: un alléchant Espagne - Italie ce soir dès 21h00

Publié

le

Lamine Yamal: les Italiens devront se méfier de lui (© KEYSTONE/AP/Petr Josek)

Trois matches de l'Euro 2024 figurent au programme aujourd'hui. L'affiche la plus alléchante opposera l'Espagne à l'Italie dès 21h00 dans le groupe B à Gelsenkirchen.

Ce derby du sud devrait offrir son lot d'émotions. Les deux pays ont entamé victorieusement le tournoi, l'Espagne en laminant la Croatie 3-0 et l'Italie, tenante du titre, en battant plus difficilement l'Albanie 2-1. Un match nul pourrait peut-être arranger les deux sélections...

Avant ce match, ce sera au tour des équipes du groupe C d'être en action. Dès 15h00 à Munich, la Slovénie (1 point) affrontera la Serbie (0). Cette dernière sera sous pression, car une deuxième défaite la laisserait dans une position difficile.

Ensuite, Francfort sera le théâtre dès 18h00 d'une partie entre le Danemark (1) et l'Angleterre (3). Les Three Lions, finalistes en 2021, ont assuré l'essentiel dans leur premier match, mais ils devront se montrer plus convaincants dans le jeu s'ils entendent aller loin dans le tournoi. Mais les Danois peuvent leur poser des problèmes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Murat Yakin: "Je peux vivre avec ce résultat"

Publié

le

Murat Yakin (à droite) et Giorgio Contini à l'heure des hymnes. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

"Je peux vivre avec ce résultat !" Murat Yakin avait le sourire après le dur combat de son équipe contre l’Ecosse. Il sait que ce point vaut de l’or.

"Nous ne sommes pas encore en huitième de finale. Mais c’est vrai que nous avons fait un pas important avec ce 1-1", souligne le sélectionneur qui sait très bien qu’aucune équipe avec 4 points n’est restée en rade après la phase de poules dans un Euro à 24. "Il reste un match à jouer. Le fait de ne pas devoir le gagner à tout prix est, bien sûr, rassurant, poursuit-il. Je suis convaincu que nous aurons nos chances contre l’Allemagne."

Le but extraordinaire de Xherdan Shaqiri a, bien sûr, nourri les débats de cette conférence de presse. "J’ai toujours dit que Xherdan était l’homme des grands matches, des grands tournois. Il l’a encore prouvé ce soir, explique-t-il. Sur le but, il a fait la seule chose qu’il y avait à faire pour marquer. Mais ce n’est pas donné à tout le monde." Murat Yakin sait aussi que le timing de ce but fut capital. "Egaliser assez vite fut une bonne chose", sourit-il. "Si Shaq n’avait pas marqué dans le quart d’heure qui a suivi le but des Ecossais, nous aurions vraiment été dans le dur", convient pour sa part Manuel Akanji, désigné homme du match.

"J’ai exploité l’erreur adverse sur mon but, raconte enfin Xherdan Shaqiri. J’ai vu le gardien avancé. C’était clair dans ma tête : il fallait reprendre le ballon directement et l’enrouler au premier poteau. La frappe était parfaite. Je veux croire que ce but est magnifique..." Il n’est pas le seul.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Erriyon Knighton contrôlé positif mais blanchi avant les Trials

Publié

le

Erriyon Knighton a été contrôlé positif mais blanchi par l'Usada (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Erriyon Knighton, double médaillé mondial sur 200 m, a été contrôlé positif à un stéroïde anabolisant mais blanchi lors de la procédure.

Le sprinter pourra donc s'aligner aux sélections olympiques qui débutent vendredi à Eugene, a annoncé mercredi l'agence antidopage américaine (Usada).

Médaillé de bronze des Mondiaux 2022 puis d'argent des Mondiaux 2023 à Budapest, Erriyon Knighton (20 ans) fait partie des favoris au podium olympique du demi-tour de piste aux Jeux de Paris cet été (26 juillet - 11 août). Il a été contrôlé positif à la trenbolone, un stéroïde anabolisant, le 26 mars 2024, explique l'Usada dans un communiqué.

Suspendu provisoirement depuis avril, sans que son cas n'ait été rendu public jusqu'ici, Knighton a plaidé une contamination alimentaire qui a été retenue lors d'une audience mi-juin. Il pourra donc défendre ses chances lors des Trials la semaine prochaine sur 200 m.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Euro 2024

La Suisse (virtuellement) qualifiée pour les 8e de l’Euro

Publié

le

Kwadwo Duah, Ruben Vargas et Granit Xhaka après un but durant le match Hongrie-Suisse, le 15 juin 2024 durant l'Euro 2024 (AP Photo/Darko Vojinovic)

Grâce au génie de Xherdan Shaqiri, la Suisse a virtuellement assuré son billet pour les 8es de finale de l’Euro 2024. A Cologne, elle a cueilli face à l’Ecosse le point qui devrait lui suffire dans un match que Radio Lac vous a fait vivre en direct.

Continuer la lecture

Sport

Tour de Suisse dames: encore Demi Vollering

Publié

le

Demi Vollering: une vraie razzia sur le Tour de Suisse (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

La Néerlandaise Demi Vollering a remporté le Tour de Suisse dames au terme de la 4e et dernière étape qu'elle a gagnée. Elle succède au palmarès à la Bernoise Marlen Reusser, absente cette année.

Cette ultime étape, avec départ et arrivée à Champagne après 127,5 km vallonnés à travers le Jura vaudois et neuchâtelois, n'a pas remis en question la victoire de Demi Vollering, malgré quelques attaques de ses rivales. Les quatre premières du classement général se sont isolées en tête dans le final et ont lutté pour la victoire du jour.

Au sprint, la détentrice du maillot jaune n'a laissé aucune chance à ses compagnes d'échappée pour s'adjuger une troisième victoire en quatre jours. Elle a devancé l'Italienne Elisa Longo Borghini, l'Australienne Neve Bradburry et la Polonaise Katarzyna Niewiadoma. La Suissesse Steffi Häberlin a pris une belle cinquième place à 42 secondes.

Au général final, Demi Vollering précède Neve Bradburry de 1'28 et Elisa Longo Borghini de 1'30.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture