Rejoignez-nous

Tennis

Le tournoi d’Indian Wells annulé à cause du coronavirus

Publié

,

le

Le tournoi d’Indian Wells, l’un des plus importants du calendrier de l’ATP et de la WTA, n’aura pas lieu. Il a été annulé en raison du coronavirus.

Gants et mesures de préventions n’y ont rien fait: l’épidémie de coronavirus se propage en Californie. L’annonce, redoutée par les fans de la balle jaune, a été faite à la veille des premiers matches de qualification pour les tableaux principaux.

Plusieurs joueurs de premier plan, dont Stan Wawrinka, étaient déjà arrivés dans cette partie désertique de la Californie. Pour eux désormais, le regard se tourne vers la Floride et le tournoi de Miami, programmé dans deux semaines, mais plus que jamais menacé par l’épidémie de « Covid-19 » qui sévit aux Etats-Unis comme dans une centaine d’autres pays et territoires.

Alors que l’état d’urgence a été déclaré vendredi en Californie, la direction du tournoi a pris sa décision après que « le département de santé publique du comté de Riverside eut déclaré une urgence de santé publique pour la vallée de Coachella, suite à un cas confirmé de coronavirus (COVID-19) au niveau local ».

« Il y a un trop grand risque, en ce moment, pour la santé publique, dans la région du comté de Riverside pour y organiser un rassemblement de cette taille », explique le Dr David Agus, professeur de médecine et de génie biomédical, à l’Université de Californie du Sud.

Après Miami, la saison sur terre battue est censée prendre le relais en Europe, avec Roland Garros en ligne de mire. « Il est trop tôt pour spéculer à propos des tournois qui doivent suivre, déclare à ce propos le président de la WTA, Steve Simon. La santé et la sécurité passeront toujours en premier. »

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tennis

Nadal bat facilement Djokovic en finale de Roland Garros

Publié

le

Nadal a égalé Federer en glanant son 20e titre du Grand Chelem (©KEYSTONE/AP/Christophe Ena)

Rafael Nadal peut regarder Roger Federer droit dans les yeux. Le no 2 mondial a égalé le record du Bâlois en s’adjugeant avec la manière son 20e titre du Grand Chelem dimanche à Roland-Garros, où il a triomphé pour la 13e fois.

Le gaucher majorquin s’est imposé 6-0 6-2 7-5 en 2h41′ en finale devant le no 1 mondial Novak Djokovic, qui en reste donc à 17 trophées majeurs. Il a en outre atteint dimanche la barre des 100 matches gagnés sur la terre battue parisienne, où il a triomphé de 2005 à 2008, de 2010 à 2014 puis de 2017 à 2020.

Impérial durant une quinzaine où l’on pensait que son lift ferait moins de dégâts en raison du froid et de l’humidité, Rafael Nadal triomphe pour la quatrième fois sans perdre le moindre set à Roland-Garros. Avec 100 victoires, il y a obtenu plus de 10% de ses… 999 succès décrochés sur le circuit!

Le Majorquin a d’ailleurs refusé d’évoquer le fait qu’il avait égalé Roger Federer au nombre de titres majeurs. « Gagner ici veut tout dire à mes yeux. J’ai vécu les moments les plus importants de ma carrière ici. Aujourd’hui, je ne veux penser qu’à Roland-Garros, et pas à ces 20 titres du Grand Chelem », a-t-il lâché sur le court.

A 10 longueurs début 2010

Battu deux fois Porte d’Auteuil (8e de finale 2009 face à Robin Söderling, quart de finale 2015 face à Novak Djokovic) où il a en outre déclaré forfait avant son 3e tour en 2016, Rafael Nadal a néanmoins bien fini par rattraper Roger Federer. Il a conquis quatre titres majeurs depuis le 20e fêté par le Bâlois en 2018 à Melbourne.

Le gaucher majorquin, qui avait débloqué son compteur à Paris en 2005 soit près de deux ans après son éternel rival (Wimbledon 2003), s’est irrémédiablement rapproché depuis maintenant dix ans. Roger Federer comptait en effet 10 longueurs d’avance (16-6) lorsqu’il s’était imposé à l’Open d’Australie en 2010.

Mais Rafael Nadal n’avait alors que 23 ans. Il n’avait pas encore donné sa pleine mesure à New York – ses quatre titres y ont été conquis entre 2010 et 2019 – et n’avait gagné « que » quatre fois à Paris où Roger Federer était tenant du trophée. Novak Djokovic n’avait lui que 22 ans, et ne tourmentait pas encore le Bâlois…

Rafael Nadal est désormais l’égal du plus grand joueur de tous les temps. Capable de gagner à Roland-Garros tant qu’il y prendra part, il pourrait bien y poursuivre sa moisson au printemps prochain. Roger Federer aura tout intérêt à être au sommet de sa forme en janvier à Mebourne, sa fenêtre de tir étant de plus en plus étroite.

Le Bâlois (38 ans) avait égalé l’ancien record de Pete Sampras (14) en décrochant son unique succès à Roland-Garros. Il en était devenu le seul détenteur moins d’un mois plus tard, le 5 juillet 2009, en battant Andy Roddick 16-14 au cinquième set en finale à Wimbledon. Il doit désormais apprendre à partager. Mais pour combien de temps?

Djokovic comme Federer en 2008

Double tenant du titre à l’Open d’Australie, Novak Djokovic (33 ans) rêve lui aussi plus que jamais de ce record. Revanchard après sa disqualification en 8e de finale d’un US Open qui lui était promis, le Serbe a pris un coup sur la tête dimanche. Comme Roger Federer en 2008, il a encaissé un 6-0 en finale à Paris face à Rafael Nadal.

Mais si le Bâlois avait subi cet affront dans le troisième set d’une finale à sens unique (6-1 6-3 6-0 en 1h48′), le Serbe a pris cette « gifle » d’entrée. En trois quarts d’heure de jeu certes, mais sans avoir grand-chose à se reprocher: Rafael Nadal n’a commis que 2 fautes directes dans le premier set, pour 10 coups gagnants!

Et l’Espagnol a longtemps maintenu ce même rythme insolent, livrant pendant les deux premiers sets un véritable récital sans laisser le moindre répit à son adversaire. Novak Djokovic a refait quelque peu surface dans la troisième manche, signant son seul break de l’après-midi pour recoller à 3-3 en se montrant plus conquérant.

Mais Rafael Nadal ne lui a pas laissé le temps de croire en un improbable retour. Il a su resserrer sa garde, profitant d’une double faute du Serbe pour signer son septième break du match à 5-5. Et l’Ibère a conclu sur un jeu blanc, armant un ace sur sa première balle de match pour rejoindre Roger Federer au Panthéon.

Continuer la lecture

Tennis

Roland-Garros: Schwartzman sort Thiem en 5h08′

Publié

le

Diego Schwartzman (no 12) disputera sa première demi-finale de Grand Chelem vendredi à Roland-Garros.

L’Argentin a vaincu le champion de l’US Open Dominic Thiem (no 3) 7-6 (7/1) 5-7 6-7 (6/7) 7-6 (7/5) 6-2 dans un quart de finale épique, qui a duré 5h08′.

La quatrième tentative fut donc la bonne pour Diego Schwartzman, qui avait échoué dans ses trois premiers quarts de finale majeurs. Dixième Argentin à se hisser dans le dernier carré d’une épreuve du Grand Chelem, il devrait retrouver vendredi l’homme aux 12 titres à Roland-Garros, Rafael Nadal (no 2), qu’il a battu en quart de finale à Rome il y a quelques jours.

Redoutable contreur qui aime s’appuyer sur la vitesse des balles adverses, Diego Schwartzman a démontré toute sa vaillance face au finaliste des deux derniers Roland-Garros. Le petit (1m68) joueur de Buenos Aires aurait ainsi pu lâcher prise lorsqu’il s’est retrouvé mené 2-0 dans la quatrième manche, après avoir manqué une balle de set dans une troisième manche où il avait mené 5-3.

L’Argentin a également gardé tout son calme après avoir raté trois balles de set consécutives sur son service dans le quatrième set, à 5-4 40/0. Plus solide dans le tie-break de la quatrième manche, il a en revanche fait facilement la différence dans un ultime set dont il a gagné 16 des 21 derniers points.

Dominic Thiem a connu une baisse de régime fatale dans cette dernière manche, perdant neuf points de suite de 2-2 30/30 à 4-2 40/0. Finaliste malheureux des deux derniers Roland-Garros, l’Autrichien a sans douté payé ses récents efforts, notamment ceux consentis dimanche dans un match gagné en 3h32′ face à Hugo Gaston.

Continuer la lecture

Tennis

Bencic s’entraîne à Bratislava mais veut disputer les Interclubs

Publié

le

Belinda Bencic a l'intention de jouer les Interclubs cet été (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Belinda Bencic espère disputer les Interclubs cet été en Suisse, a-t-elle expliqué dans un entretien accordé au « SonntagsBlick ».

La 8e joueuse s’entraîne actuellement à Bratislava en compagnie de son compagnon et préparateur physique, le Slovaque Martin Hromkovic. Elle avait au départ l’intention de rester plus longtemps aux Etats-Unis après le tournoi d’Indian Wells, prévu du 11 au 22 mars, afin de s’y entraîner. Mais la pandémie de coronavirus l’a contrainte à changer ses plans.

Belinda Bencic (23 ans) a opté pour Bratislava parce qu’elle ne souhaitait pas être séparée trop longtemps de son petit ami et qu »il est important que je travaille ma forme physique avec lui pendant cette pause ». Elle aimerait participer aux Interclubs et à d’autres tournois nationaux cet été en Suisse.

« Mais il faudra d’abord que je sois sûre de pouvoir revenir ensuite en Slovaquie et que mon petit ami puisse aussi voyager », a-t-elle expliqué. Un voyage qui se ferait en voiture, la demi-finaliste du dernier US Open ne se sentant pas suffisamment en sécurité dans les aéroports pour l’instant.

Belinda Bencic a repris l’entraînement sur les courts depuis environ deux semaines, sans forcer, et seulement à l’extérieur. Cette pause forcée lui fait le plus grand bien sur le plan physique. Même si la compétition lui manque, elle ne s’attend pas à ce que le circuit WTA reprenne prochainement ses droits.

« C’est aussi bien de pouvoir faire quelque chose de différent pour changer », souligne la St-Galloise, qui a perfectionné ses talents de cuisinière. Et pour qui le ralentissement de la société n’est pas une mauvaise chose. « Notre mode de vie était si rapide ! », lâche Belinda Bencic, qui admet toutefois souffrir du manque de perspectives à court terme: « Il y a des jours où je ne suis pas motivée et où je préfère rester allongée sur le canapé. »

Continuer la lecture

Tennis

Coupe Davis: l’Equipe de Suisse est reléguée

Publié

le

L'Equipe de Suisse de Coupe Davis et son capitaine Severin Lüthi ont perdu plus qu'un match à Lima (© KEYSTONE/EPA/JAKUB GAVLAK/archives).

Battue en barrage à Lima par le Pérou (1-3), l’Equipe de Suisse de Coupe Davis sombre dans l’anonymat du Groupe mondial II de Coupe Davis, six ans après avoir soulevé le Saladier d’argent.

Le poids qui pesait sur les épaules de Henri Laaksonen (ATP 137), incapable de remporter le moindre match cette année sur le Circuit, était trop important pour que l’issue de sa rencontre face à Juan Pablo Varillas (ATP 135) soit favorable à la Suisse. Le Schaffhousois (ATP 137), qui avait certes égalisé à 1-1 en dominant 6-4 6-4 Nicolas Alvarez, est pourtant allé puiser en lui des ressources inespérées avant de craquer en toute fin de partie.

Après avoir sauvé trois balles de break à 3-3 dans la troisième manche, Laaksonen a commencé de dessiner les contours de l’espoir en resserrant son jeu jusqu’à mener… 3-0 dans le tie-break. Un effort subitement ruiné par la perte de sept points consécutifs qui ont scellé le sort de la Suisse 6-3 3-6 7-6 (7/3).

Le double péruvien avait mis son leader sur orbite en prenant la mesure 7-5 7-6 (10/8) de la paire Sandro Ehrat/Luca Margaroli. Les Suisses ont laissé passer leur chance dans la première manche, ayant servi pour le set à 5-3 et ayant même eu une balle de set à 5-4. Mais Ehrat (ATP 382) – qui s’était incliné 7-6 7-6 en ouverture contre Varillas – et Margaroli (ATP 131 en double) ont perdu leurs moyens juste après le break qu’ils avaient réalisé, laissant aux Péruviens les… quatre jeux suivants.

Bis repetita dans la seconde manche, avec des Suisses qui ont effacé leur break de retard mais n’ont pas su matérialiser le 0-30 en leur faveur à 5-5 pour, finalement, courber l’échine sur la deuxième balle de match adverse alors qu’ils eu eux-mêmes une balle de set.

La Suisse espérait se transcender pour s’offrir un autre barrage, en septembre, avec comme enjeu une place dans le tableau qualificatif de la Coupe Davis 2021. Au lieu de cela, elle militera en 3e division, entourée de pays mineurs du tennis. Difficile à croire pour une nation dont les deux meilleurs représentants ont remporté le trophée en 2014 ainsi qu’un total de 23 titres en Grand Chelem (20 pour Federer et 3 pour Wawrinka)…

Continuer la lecture

Tennis

Coupe Davis: l’Equipe de Suisse et le Pérou dos à dos

Publié

le

Henri Laaksonen: le lader de l'équipe de Suisse a tenu son rang à Lima. (©KEYSTONE/EPA/JAKUB GAVLAK)

Tout reste à faire à Lima entre le Pérou et la Suisse. Les deux équipes en sont à une victoire partout après le point de l’égalisation apporté par Henri Laaksonen (ATP 137).

En panne de confiance et de résultats depuis le début de l’année, le Schaffhousois s’est imposé 6-4 6-4 devant Nicolas Alvarez (ATP 330) pour gommer la défaite 7-6 7-6 de Sandro Ehrat (ATP 382) devant Juan Pablo Varillas (ATP 135). Porté par un excellent service – 10 aces -, Henri Laaksonen n’a jamais été réellement inquiété sur la terre battue de Lima.

Severin Lüthi a apparemment su trouver les mots pour remettre son leader sur le droit chemin. « Je suis heureux de la performance de Henri, souligne le capitaine. Par ailleurs, ce résultat de 1-1 me convient. »

Sandro Ehrat a, quant à lui, laissé passer une belle occasion de créer la surprise lors du premier simple. Il a, ainsi, compté un break d’avance dans les deux sets avant de lâcher prise. « Je n’aurai jamais dû laisser filer le deuxième set », fulmine l’autre Schaffhousois de l’équipe.

Le double qui se jouera samedi à 13.00 (19.00 en Suisse) revêtira une importance capitale pour la suite de la rencontre. Le vainqueur de ce match se donnera une chance de participer à la phase finale de la Coupe Davis 2021. Il devra, toutefois, gagner encore deux autres rencontres pour arriver à ses fins. Le chemin sera, ainsi, très long pour l’équipe de Suisse. gagnante de l’épreuve en 2014 faut-il le rappeler.

Source: ATS

Continuer la lecture