Rejoignez-nous

Sport

Stan Wawrinka: une certaine pression tout de même...

Publié

,

le

Wawrinka est sous pression à Bâle (© KEYSTONE/EPA/ADAM VAUGHAN)

"Mon seul objectif: passer le premier tour !" Sage, Stan Wawrinka ne veut pas voir plus loin que son match de mardi contre le qualifié Alexander Shevchenko (ATP 83).

"Je suis très lucide. J'ai signé cette année des bons résultats pour revenir dans le top 50, mais pas des résultats fous", a reconnu le Vaudois lors de son point presse des Swiss Indoors.

Ainsi, il n'a pas réussi à regagner un titre - son but suprême depuis son retour aux affaires au printemps 2022 - avec cette finale d'Umag perdue sur le fil au mois d'août. "Ici à Bâle, je me sens capable de battre n'importe quel joueur du tableau. Mais la difficulté est de le faire un par un...", souffle-t-il.

Un engouement presque inattendu

Aux Swiss Indoors où l'ambiance n'est pas franchement à la fête avec le forfait de Carlos Alcaraz, la tête d'affiche sur laquelle le tournoi avait bâti l'essentiel de sa promotion, et la bouderie de Roger Federer, Stan Wawrinka doit ressentir un certain poids sur ses épaules. L'an dernier, son parcours jusqu'en quart de finale avec sa victoire sur le no 3 mondial Casper Ruud, avait suscité un engouement presque inattendu, lui qui fut longtemps outre-Sarine le Suisse qui... perdait.

"Je suis heureux de bénéficier d'une nouvelle occasion de jouer devant ce public", dit-il. A l'heure où Dominic Stricker et Leandro Riedi marquent quelque peu le pas, il demeure la valeur sûre d'un tennis suisse orphelin de qui vous savez. Et ce n'est pas vraiment un hasard si sa rencontre contre Shevchenko sera le "highlight" de la journée avec une programmation à 20h00.

"Mon niveau de jeu est bon. Toutefois, je ne parviens pas à le concrétiser sur le plan des résultats, poursuit-il. J'ai eu des défaites difficiles à Astana ou à Shanghaï où j'aurais pu mieux faire. Mais je reste sur une superbe semaine de travail à Stockholm !"

Et la victoire dimanche en Suède de Gaël Monfils, son cadet d'une année seulement, lui dit que gagner un tournoi à plus de 35 ans n'est pas uniquement l'apanage de Novak Djokovic. A moins que seuls des joueurs français - Richard Gasquet et Adrian Mannarino y sont également parvenus cette année - se montrent capables de faire aussi bien que Nole... Mais cette dernière remarque doit être tout simplement insupportable pour le Vaudois.

Un adversaire "dangereux"

L'annonce des récentes fiançailles Alexander Shevchenko avec la 28e mondiale Anastasia Potapova a fait davantage le buzz que ses derniers résultats. Mais à 22 ans, le Russe, victorieux cette année de deux Challengers, est un joueur que l'on peut qualifier de "dangereux". Il avait, ainsi, brillé ce printemps aux Masters 1000 de Madrid et de Rome où, sorti des qualifications. il avait poussé Daniil Medvedev et Jannik Sinner dans leurs derniers retranchements à chaque fois au troisième tour.

Mais malgré tout, Stan Wawrinka reste le grand favori de cette rencontre. Elle peut à la fois lui permettre de savourer à nouveau la ferveur incroyable des spectateurs rhénans et lui offrir éventuellement un superbe défi en huitième de finale contre le no 9 mondial Taylor Fritz.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voile

Yann Guichard remporte son 3e Bol d'Or

Publié

le

Le skipper Français Yann Guichard à l'arrivée du Bol d'or (KEYSTONE/Martial Trezzini)
Yann Guichard a remporté samedi la 85e édition du Bol d’Or. Le bateau Sails of Change 8 a coupé la ligne en 6h22'24 devant Realteam Sailing et Ylliam XII – Comptoir Immobilier.

Le skipper a empoché son 3e Bol d’Or. Contrairement aux trois éditions précédentes, les conditions ont été idéales avec passablement de vent. Au milieu des 398 concurrents, les TF35 se sont détachés avec des pointes de vitesse à plus de 30 nœuds (60 km/h).

Realteam Sailing a viré en tête au Bouveret avant de faiblir. Et finalement Sails of Change 8 s'est imposé avec 1'26 d'avance dans la rade de Genève.

Continuer la lecture

Sport

Adam Yates remporte le Tour, le chrono final pour Joao Almeida

Publié

le

Adam Yates est le vainqueur du Tour de Suisse 2024. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Adam Yates a remporté dimanche la 87e édition du Tour de Suisse. Il a gardé son maillot jaune à l'issue du contre-la-montre final à Villars-sur-Ollon, gagné par son coéquipier Joao Almeida.

Le Britannique, qui comptait 31 secondes d'avance sur le Portugais avant cette huitième et dernière étape de la boucle helvétique, n'en a concédé que neuf à son coéquipier. Vainqueur sortant, Mattias Skjelmose (Lidl) a terminé troisième de ce chrono, suffisant pour déloger Egan Bernal (Ineos) à la troisième place du classement général.

Les deux coureurs de l'équipe UAE ont ainsi signé un quatrième doublé consécutif sur ce Tour de Suisse. Yates a remporté les 5e et 7e étapes devant Almeida, qui a terminé devant lui lors des 6e et 8e étapes.

Meilleur Suisse, Matteo Badilatti (Q36.5) a bouclé cet ultime contre-la-montre à la 21e place, à 2'20'' du vainqueur portugais. Le coureur grison a conservé sa 15e place au classement général final.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Vollering encore la plus forte, Chabbey recule

Publié

le

Demi Vollering intouchable (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Demi Vollering a récidivé au Tour de Suisse dames. Après avoir enlevé la première étape, la Néerlandaise s'est également imposée lors du contre-la-montre en côte de 15,7 km entre Aigle et Villars.

Vollering a devancé de 18 secondes l'Italienne Elisa Longo Borghini et de 26 la Néo-Zélandaise Kim Cadzow. Comme la veille, où elle avait roulé en solitaire pendant 50 km et n'avait été rattrapée que dans l'avant-dernier kilomètre, Elise Chabbey a terminé meilleure Suissesse. La Genevoise de 31 ans a cependant payé les efforts fournis la veille et a perdu près de 3'30 sur Vollering pour échoir à la 17e place.

Au général, Vollering mène avec 1'26 d'avance sur Longo Borghini. Chabbey a cédé sept places et se retrouve 10e à 4'13. La troisième étape de lundi se fera sur 125,6 km entre Vevey et Champagne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

L'équipe UAE continue de dominer le Tour de Suisse

Publié

le

Adam Yates et Joao Almeida sont au-dessus du lot sur ce Tour de Suisse (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

L'équipe UAE continue d'écraser le Tour de Suisse. Le maillot jaune Adam Yates a en effet remporté la 7e étape à Villars-sur-Ollon devant son coéquipier João Almeida.

Le Britannique et le Portugais sont arrivés ensemble dans la station vaudoise au terme des 118 km de cette étape montagneuse avec 3000 m de dénivelé positif, qui proposait deux ascensions du col de la Croix et deux fois la montée vers Villars-sur-Ollon. Yates et Almeida ne se sont pas disputé la victoire d'étape, le maillot jaune franchissant la ligne juste devant son collègue.

Avant le contre-la-montre final entre Aigle et Villars-sur-Ollon (15,7 km), Adam Yates possède 31 secondes d'avance sur Almeida et 1'51 sur le Colombien Egan Bernal. Mais le Britannique doute qu'il puisse s'imposer dimanche: "João est super-fort en contre-la-montre. J'estime qu'il peut me reprendre jusqu'à une minute."

Egon Bernal n'a quant à lui pas pu profiter du gros travail de ses coéquipiers d'Ineos Grenadiers et a lâché trente secondes supplémentaires samedi. Le Grison Matteo Badilatti, 16e de l'étape, est pour sa part toujours le meilleur Suisse. Il a gagné quatre places samedi et figure désormais au 15e rang, à 8'15.

Dernier rescapé de l'échappée du jour, le Norvégien Johannes Staune-Mittet a été rejoint à un peu plus de 4 km de l'arrivée. L'Autrichien Felix Gall a alors attaqué, mais il n'a pas réussi à créer une grosse différence. A 3 km du but, Joao Almeida a lancé la chasse et Gall a été repris peu après. Le maillot jaune a alors accéléré et seul Almeida a pu prendre sa roue. L'Américain Matthew Riccitello a pris la troisième place de l'étape à 14 secondes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Euro 2024

Les Helvètes ont répondu présents en battant la Hongrie 3-1

Publié

le

Fabian Schaer, en rouge et grenat, ont remporté 3 points precieux face à la Hongrie de Dominik Szoboszlai, en blanc (© KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT).

L'Equipe de Suisse a battu la Hongrie (3-1) samedi après-midi lors de son entrée en lice. Les joueurs de Murat Yakin se sont imposés grâce à des buts de Duah et Aebischer en première mi-temps. Embolo a inscrit le but de la sécurité en toute fin de match.

Cologne n'est plus une terre maudite pour l'équipe de Suisse ! Victorieuse 3-1 de la Hongrie pour son entame de l'Euro 2024, elle a exorcisé les fantômes du passé.

Cette victoire qui ouvre en grand les portes des huitièmes de finale gomme le souvenir de la mortifiante élimination face à l'Ukraine lors de la Coupe du monde 2006 (0-0 après prolongation, 0-3 aux penalties) sur cette même pelouse du Müngersdorfer Stadion.

Ce succès, les Helvètes le doivent au flair de Murat Yakin. Buteurs aux 12e et 45e minutes, Kwadwo Duah et Michel Aebischer faisaient figure, en effet, d'invités-surprises du onze de départ... Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, le "revenant" Breel Embolo devait sceller le score à la 93e.

Le génie de Murat Yakin

Murat Yakin, génie absolu ou flambeur invétéré ? Au coup d'envoi, la question s'est posée avec les titularisations inattendues d'Aebischer et de Duah qui entraînaient le positionnement sur la droite de l'attaque de Dan Ndoye alors qu'il avait évolué comme piston gauche lors des quatre matches amicaux disputés en 2024...

A la pause, la réponse donnée à cette interrogation était limpide. Le drôle de coup de poker tenté par Murat Yakin a réussi au-delà de toutes espérances. Il faut bien sûr louer l'efficacité des deux buteurs lors de cette première mi-temps de tous les bonheurs.

Mais il convient aussi de saluer les performances de Fabian Schär, de Manuel Akanji, de Ricardo Rodriguez et de Granit Xhaka. Les cadres de l'équipe ont répondu présent le jour où il le fallait. Leur maîtrise technique et tactique a fait merveille face à des Hongrois qui n'ont pas porté une seule fois le danger devant la cage de Yann Sommer lors des 45 premières minutes.

Une fin de match crispante

A la reprise, l'introduction du désormais ex-Servettien Bendegúz Bolla a permis à la sélection hongroise de réagir. Mais jusqu'à l'heure de jeu, la maîtrise des Suisses demeurait pleine et entière. La Hongrie donnait enfin un signe de vie avec une tête de Barnabás Varga à la 63e. Trois minutes plus tard, ce même Varga a surgi dans le dos d'Aebischer pour battre Sommer...

Même si elle ne devait concéder aucune autre occasion, la formation rouge à croix blanche a vécu une fin de match bien crispante jusqu'au but libérateur d'Embolo. Longtemps blessé ce printemps, l'attaquant de l'AS Monaco était entré en jeu peu auparavant à l'instar de Leonidas Stergiou, Zeki Amdouni, Vincent Sierro et Fabian Rieder. Pendant que Xherdan Shaqiri est resté nonante minutes sur le banc. Quoi qu'il en soit, le onze helvétique a fait preuve d'une combativité remarquable face à la Hongrie qui est passée à côté de son match.

Continuer la lecture