Rejoignez-nous

Sport

SFC-LS : les meilleures anecdotes de deux gardiens mythiques

Publié

,

le

Burgener et Pedat, les deux Eric, ont marqué l'Histoire des derbies lémaniques opposant le Servette FC au Lausanne-Sport.

La perspective du choc au sommet de Challenge League entre Servette et le Lausanne-Sport, vendredi soir (20h)  à la Praille, ravive les souvenirs de ce mythique derby lémanique. Suffisant pour déclencher un "gueguerre" pyschologique par réseaux sociaux interposés dans le but évident d'impressionner le camp adverse. Alors que le LS s’évertue à rappeler les meilleurs moments «bleus & blancs» passant sous silence les défaites les plus “mortifiantes”, le SFC se contente sobrement de publier les statistiques sur son compte facebook. Exemple avec l'évocation du printemps 1999: la victoire lausannoise 1-0 au Stade des Charmilles en demi-finale de la Coupe de Suisse (1 véritable hold-up sous dit en passant) figure en bonne place sur le site internet "bleu et blanc". Aucune mention en revanche du fameux 5-2 le 2 juin de la même année sur la pelouse de la Pontaise, transformée en pataugeoire pour l’occasion à cause des fortes pluies. Capitaine au moment du dernier titre grenat, Eric Pedat énumère ses principaux souvenirs.

Eric PedatAncien gardien du Servette FC

 

Autre figure emblématique du ballon rond helvétique, Eric Burgener est tout aussi très bien placée pour évoquer ses fameux derbies d’antan, les deux clubs qu'il a connus en LNA étant précisément le Lausanne-Sport (70-81) et Servette (81-87)! Haut-Valaisan, il n’a jamais évolué sous le maillot du FC Sion. Il a gardé les buts de l’Equipe de Suisse à 64 reprises en l'espace de treize ans (73-86), avant de devenir coach des portiers de la sélection nationale une fois sa carrière de joueur terminé.

Des déclarations tapageuses
Après avoir remporté la finale de la Coupe de Suisse contre le FC Zurich (4-3 après prolongations), le natif de Rarogne a décidé de mettre le cap sur Genève pour intégrer le onze grenat alors entraîné par le regretté Péter Pázmándy. Ses principaux souvenirs sont liés au LS. Et il l'avoue sans détour, c’était beaucoup plus difficile de jouer contre Servette avec le Lausanne-Sport que l'inverse. Une supériorité manifeste que les Lausannois s'efforçait de minimiser. Preuve en est les déclarations quelque peu tapageuses de leur coach de l’époque Paul Garbani, âgé aujourd’hui de 91 ans.

Eric BurgenerAncien gardien du Servette FC et du Lausanne-Sport

 

Menés 0-2, les Lausannois ont fini par arracher le match nul ce qui représentait presque une victoire pour les Lausannois au milieu des années septante. Une tendance qui se retrouve en grande partie celle des 85 dernières ans: les Servettiens ont remporté 80 matches au total contre 45 résultats nuls et 55 défaites, selon des statistiques publiés par le Servette FC.

Gardien, avant-centre et buteur !

Mais les résultats ne sont pas forcément ce qu’il y a de plus marquant. Au fil de la conservation d'autres épisodes resurgissent dans la  mémoire de notre interlocuteur. L'une d'elles est particulière cocasse. Fruit d'une décision inimaginable aujourd'hui, un choix tactique invraisemblable de l'entraîneur de l’époque, Miroslav Blazevic (autre personnage du football suisse), a offert à Eric Burgener un moment de gloire qui est resté dans les annales. Promu avant-centre ce jour-là (28.02.77), il a fait trembler  les filets grenats! Une partie dont il se rappelle encore.

Eric BurgenerAncien gardien du Servette FC et du Lausanne-Sport

 

Résultat final: Lausanne-Sport - Servette FC 3-7 ! Le coup de poker de Blazevic n'a donc pas payé. Mais pour l’Histoire le jeu en valait la chandelle : marquer – en tant que gardien de métier sur un service de Christian Gross, également joueur de Neuchâtel Xamax, Lugano, Saint-Gall après avoir commencé sa carrière aux Grasshoppers. Ce dernier deviendra par la suite entraîneur du FC Bâle et des Young Boys.

Les glaciales Plaines du Loup!

Quant à l'autre Eric, Pedat, il garde un souvenir précis et bien ancré du climat particulier du Stade de La Pontaise, situé sur les hauts de Lausanne.

Eric PédatAncien gardien du Servette FC

 

Photo: Wikimedia CommonsВалерий Дед

 

 

 

Actualité

FC Sion: un grand merci à Edin Omeragic

Publié

le

La troisième bévue d'Edin Omeragic qui permet au FC Sion de rester en Super League. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Trois bévues du gardien remplaçant du Servette FC Edin Omeragic ont permis au FC Sion d'assurer son maintien. Il ne passera pas par la case du barrage après son nul (3-3) heureux face aux Genevois.

Victorieux 3-2 du FC Zurich au Letzigrund après avoir pourtant été mené 2-0 à la 27e, le FC Lucerne devra sauver sa place en Super League lors d'une double confrontation face au FC Schaffhouse. Si une morale existait dans le football, jamais cette équipe si séduisante depuis le remplacement de Fabio Celestini par Mario Frick, n'aurait dû connaître un tel sort. Poussée par son public et par un élan formidables, elle est depuis des semaines l'une des formations les plus séduisantes du pays.

Une impression pitoyable

On ne peut pas malheureusement en dire autant du FC Sion. Sans les cadeaux royaux du malheureux Omeragic, le FC Sion aurait dû prolonger sa saison une semaine de plus comme l'an dernier pour un barrage qui aurait été bien celui de tous les dangers en raison de la pauvreté de son jeu. Face pratiquement à la seconde équipe du Servette FC, les Valaisans ont laissé une impression pitoyable. Si le Servette FC avait tout simplement aligné un gardien à la hauteur, jamais les Valaisans n'auraient cueilli ce point du nul qui les sauve.

Edin Omeragic a commis une première erreur de relance sur l'ouverture du score de Filip Stojilkovic à la 26e. A la 77e alors que son équipe menait 3-1 face à des Sédunois qui avaient vraiment abdiqué, il récidivait pour offrir à Itaitinga la possibilité de réduire la marque. A la 85e, il renvoyait mal une frappe de ce même Itaitinga pour le plus grand bonheur de Gaëtan Karlen et des supporters valaisans. Le FC Sion était sauvé, c'est vrai. Mais il n'a pas sans doute fini de se demander par quel miracle.

Encore sous contrat une année, Paolo Tramezzani a mené à bien une deuxième opération maintien après celle de 2020. Mais son président doit désormais se demander si son entraîneur sera bien l'homme de la situation la saison prochaine. Le manque d'identité dans le jeu interpelle. Le FC Sion donne, par ailleurs, l'image d'une équipe sans âme, incapable d'entraîner son public. Ce constat ne date malheureusement pas de hier.

Alex Frei de retour au FC Bâle

Grand artisan du maintien du FC Sion en 2020, Pajtim Kasami a été le buteur qui a permis au FC Bâle de conserver sa deuxième place au classement. Le Champion du monde a signé le 2-1 pour les Rhénans face à Lugano. Mais cette rencontre contre les Tessinois n'était pas le fait du jour au Parc Saint-Jacques. L'imminence de l'arrivée d'Alex Frei l'a reléguée au second plan.

Moins de vingt-quatre heures après avoir conduit le FC Winterthour en Super League, le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de Suisse s'apprête à reprendre les rênes de "son" club. Après un court intermède malheureux en 2018, Alex Frei revient par la grande porte. Aux yeux de David Degen, il est l'homme qui va redonner très vite ses lettres de noblesse au FCB. Le chantier qui se présente devant lui semble pour le moins très vaste.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Ruud signe le doublé au Parc des Eaux-Vives

Publié

le

La joie de Casper Ruud, désormais double tenant du titre à Genève (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Casper Ruud (ATP 8) a fait le plein de confiance avant Roland-Garros.

Le Norvégien de 23 ans a remporté pour la deuxième année consécutive le Geneva Open, s'imposant 7-6 (7/3) 4-6 7-6 (7/1) après 3h01' de jeu en finale devant le Portugais Joao Sousa (ATP 79).

Demi-finaliste à Rome la semaine passée, Casper Ruud retrouve donc ses meilleures sensations au moment idéal. Il avait connu quelques difficultés au début de la saison sur terre battue, ne gagnant que quatre matches dans ses quatre premiers tournois alors qu'il venait de jouer sa première finale en Masters 1000 à Miami.

Deuxième joueur après Stan Wawrinka (2016, 2017) à signer le doublé depuis que l'ATP Tour a fait son retour au Parc des Eaux-Vives en 2015, le Norvégien doit maintenant passer un cap à Roland-Garros, où il n'a jamais dépassé le 3e tour, et en Grand Chelem en général. Sa meilleure performance est un 8e de finale à Melbourne en 2021.

Sousa manque le coche

Casper Ruud, qui a remporté sept de ses huit titres ATP sur terre battue, est cependant revenu de loin avant de vaincre la résistance de Joao Sousa (33 ans). Celui-ci a en effet servi pour le titre à 5-4 dans la troisième manche. Mais il n'est pas parvenu à se relâcher au moment de conclure.

Victime d'une grosse baisse de régime à l'entame du deuxième set, Casper Ruud n'en demandait pas tant. Le Norvégien a manqué deux balles de match à 6-5 sur le service adverse dans la troisième manche, puis une troisième à 6/0 dans le deuxième tie-break. Un service gagnant lui a permis de plier l'affaire sur la quatrième.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Bellinzone en Challenge League la saison prochaine

Publié

le

Tresor Samba, en grenat, et Bellinzone obtiennent leur promotion en Challenge League, malgré les quatre points de retard sur Breitenrain de Moritz Hischier, en blanc, le stade du club de la capitale fédérale n'étant pas homologué pour la Swiss Football League (© KEYSTONE/Peter Klaunzer).

Le club grenat du "Sopra Ceneri" obtient sa promotion sur le tapis vert: les autres candidats à l'ascension ont tous vu leurs dossiers refusés par la SFL...

Bonne nouvelle pour l’AC Bellinzone: le club tessinois obtient sa licence par l’instance de recours et jouera ainsi la saison prochaine en Challenge League, le trente-troisième exercice dans la deuxième catégorie de jeu de son Histoire. Les trois autres candidats de Promotion League avaient retiré leur recours.

 

L'ancien Servettien Marco Schällibaum qui a succédé au Genevois Jean-Michel Aeby au poste d'entraîneur de l'ACB fêtera une ascension au terme de la saison (© KEYSTONE/Peter Klaunzer).

Licence accordée par la Commission de Recours

Après que l'AC Bellinzone se soit vu refuser la licence pour la Challenge League en première instance, la Commission de recours a accordé vendredi au club tessinois le précieux sésame pour la participation à la prochaine saison en deuxième division.

 

Recours retirés

Les autres candidats à l’ascension de la Promotion League, qui s'étaient également vu refuser la licence en première instance, ont préalablement retiré leur recours: Breitenrain, dont le stade n'est pas homologué pour la Swiss Football League, le Stade Nyonnais et le FC Chiasso.

 

Kriens en Promotion League

Avec l'octroi de la licence à l'AC Bellinzone, il est désormais définitivement établi que le club tessinois remplacera le SC Kriens, qui sera lui relégué en Promotion League et quittera la SFL après quatre saisons en Challenge League.

 

Après le match contre Vaduz (30.04.13), Hakan Yakin, tout à droite, et ses coéquipiers ont la tête basse: loin de remonter en Super League : moins d'un mois plus tard, ils verront tous leurs efforts partir en fumée à cause des dettes accumulés au fil des années (© KEYSTONE/Karl Mathis).

 

9 ans après la faillite

Ainsi, l'ACB retrouve l'antichambre de l'élite neuf ans après avoir fait faillite. Une faillite intervenue sous la présidence de Gabriele Giulini (29.05.13). Le club grenat du "Sopra Ceneri" s'est retrouvé rétrogradé en deuxième ligue régionale avant de gravir un à un les échelons qui mènent à la Swiss Football League. La dernière étape a été la plus longue: quatre dernières saisons en Promotion League. Champions de Suisse en 1948, trois finalistes de la Coupe de Suisse, "i granata" renouent donc un peu avec leur passé prestigieux.

 

Aujourd'hui entraîneur-assistant à Schaffhouse, Hakan Yakin, deuxième depuis la droite, avait pourtant signé un contrat de six ans avec l'ACB... (© KEYSTONE/Karl Mathis).

Continuer la lecture

Genève

Joao Sousa en finale à Genève, comme en 2015

Publié

le

Joao Sousa jouera samedi sa 2e finale à Genève (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Joao Sousa (ATP 79) défiera le tenant du titre Casper Ruud (ATP 8) samedi dès 15h en finale du Geneva Open.

Le Portugais de 33 ans a dominé Richard Gasquet (ATP 75) 6-2 6-2 en 75' dans la deuxième demi-finale. Il a déjà remporté un titre en 2022, en février à Pune en Inde.

Joao Sousa, qui a perdu les deux précédents duels livrés face à Casper Ruud, a aisément battu un Richard Gasquet un peu juste sur le plan physique. Le Français, qui aura 36 ans le mois prochain, n'a pas tenu le choc. Il a concédé son service à quatre reprises, ne convertissant aucune des quatre balles de break dont il a bénéficié.

Ex-no 28 mondial, Joao Sousa jouera ainsi, à 33 ans, sa 12e finale sur le circuit principal. Le Portugais, qui affiche quatre titres à son palmarès, avait déjà atteint la finale en 2015 sur la terre battue du Parc des Eaux-Vives. Il avait alors subi la loi du Brésilien Thomaz Bellucci.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Casper Ruud bat Reilly Opelka en deux manches

Publié

le

Casper Ruud a battu Reilly Opelka en deux sets vendredi (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Casper Ruud (ATP 8) disputera samedi une troisième finale consécutive sur sol helvétique.

Sacré à Genève et à Gstaad en 2021, le Norvégien s'est hissé en finale du Geneva Open en dominant Reilly Opelka (ATP 18) 7-6 (7/2) 7-5 en 1h30' de jeu dans la première demi-finale.

Sacré sur la terre battue de Buenos Aires en février et battu par Carlos Alcaraz au stade ultime en mars à Miami, Casper Ruud (23 ans) jouera sa troisième finale de l'année sur l'ATP Tour, la 11e au total. Il devra vaincre Richard Gasquet (ATP 75) ou Joao Sousa (ATP 79) samedi dès 15h pour cueillir le 8e titre de sa carrière.

Plus solide à l'échange, Casper Ruud a su attendre son heure face à Reilly Opelka. Le Norvégien a fait la différence grâce à deux coups "boisés" - dont un lob gagnant - dans le jeu décisif du set initial, avant de profiter de la seule double faute commise par le géant américain (2m11) pour convertir l'unique balle de break enregistrée dans cette partie à 7-6 5-5.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture