Rejoignez-nous

Sport

Mme Schumacher: "Aujourd'hui, à nous de protéger Michael"

Publié

,

le

Corinna Schumacher veille sur son mari. (© KEYSTONE/EPA/GUILLAUME HORCAJUELO)

"Michel me manque tous les jours", déclare dans un documentaire Netflix Corinna Schumacher, l'épouse de l'ancien pilote de F1 Michael Schumacher victime d'un grave accident de ski il y a huit ans.

Ce film intitulé "Schumacher", qui sortira mercredi, présente le premier témoignage intime de Corinna depuis le terrible accident de ski de son époux dans les Alpes françaises en décembre 2013. Mme Schumacher y confie que peu avant le drame, Michael lui a suggéré d'aller plutôt à Dubaï, car les conditions de ski n'étaient pas optimales dans les Alpes.

Finalement, les Schumacher se sont bien rendus dans leur chalet de Méribel, en Savoie. Jeune retraité de 44 ans, le septuple champion du monde de Formule 1, excellent skieur, est parti skier le 29 décembre avec des amis et son fils de 14 ans à l'époque lorsqu'il a accroché une pierre, perdu l'équilibre et que sa tête a heurté violemment un rocher. Son casque de protection lui a sauvé la vie mais Schumacher a été victime d'un grave traumatisme crânien. Le plus grand secret entoure son état de santé depuis lors.

Pudeur

Pudiquement, Corinna Schumacher n'en dit guère plus dans le documentaire, tout en dévoilant quelques aspects de son quotidien. "C'est très clair, Michael me manque tous les jours, et pas seulement à moi. Il manque aux enfants, à la famille, à son père, à tout le monde autour de lui."

Et de poursuivre: "Je n'en ai jamais voulu à Dieu de ce qui est arrivé. C'était juste de la malchance. On ne peut pas avoir plus de malchance dans la vie."

Mme Schumacher évoque son quotidien en disant que "les journées se passent à la maison. Nous suivons une thérapie. Nous faisons tout pour que Michael aille mieux et ressente que nous restons une famille unie. Il est important que sa sphère privée soit respectée. Michael nous a toujours protégés, maintenant c'est à nous de le protéger", dit encore Mme Schumacher dans ce film de près de deux heures.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / apa / dpa

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Bâle, un point c'est tout

Publié

le

Heinz Lindner a sauvé son équipe à Bakou contre Qarabag (© KEYSTONE/AP/Aziz Karimov)

Bâle a commencé son épopée en Conference League à Bakou. Opposés à Qarabag, les Rhénans n'ont pu faire mieux qu'un nul 0-0 grâce à leur portier Heinz Lindner.

Service minimum pour le FCB en Azerbaïdjan. Bien loin d'être transcendants, les hommes de Patrick Rahmen peuvent même s'estimer heureux de rentrer de Bakou avec quelque chose.

Ils peuvent aussi dire un grand merci à leur gardien Heinz Lindner. Pas que l'Autrichien ait été mis à contribution tout au long de la rencontre, mais le dernier rempart bâlois a sorti deux arrêts décisifs en fin de partie. A la 84e, il a repoussé un ballon de Vesovic que Lang a ensuite dégagé loin de la zone de vérité. Et à la 94e, il a eu la main ferme sur une tête à bout portant de Sheydaev qui avait le poids du 1-0 et des trois points pour les Azéris.

Au lieu de ça, les RotBlau repartent avec une unité. Leur seule possibilité de réussir le hold-up est venue à la 88e lorsque Cabral, très discret jusqu'ici, s'est créé une belle chance de marquer à partir de pas grand-chose.

Dominés, les Rhénans doivent aussi espérer que les blessures de Cömert et Burger ne sont pas trop graves. Les deux hommes ont dû quitter leurs coéquipiers et Rahmen doit déjà composer avec une infirmerie encombrée.

Annoncé comme l'adversaire le plus redoutable de ce groupe, Qarabag a tenu son rang. L'expérience des Coupes d'Europe - huit phases de groupe de suite dont une en Ligue des champions - a sans doute aidé les Azéris à ne pas baisser les yeux devant les Bâlois.

L'autre rencontre du groupe H entre Omonia Nicosie et Kairat Almaty s'est elle aussi soldée par un match nul et vierge.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

40 ans après avoir quitté la LNA, Chênois défie Saint-Gall en Coupe

Publié

le

David Joye n'en fait pas mystère: malgré la difficulté de la tâche, Chênois compte bien créer la surprise en éliminant Saint-Gall.

Quarante ans après avoir quitté l'élite, le CS Chênois défie - dimanche (15h) aux Stade des Trois-Chênes - en 16e de finale de la Coupe de Suisse le FC Saint-Gall, le dernier adversaire qu'il a battu lors de cette saison-là.

C'était il y a plus de quarante ans (04.06.81), le Club Sportif Chênois jouait sa dernière saison en Ligue Nationale A. Quatorze équipes en faisait partie et on allait passer à seize, Chênois qui termina au dernier rang, était le seul et unique relégué. Lors de leur tout dernier match à domicile, les joueurs de Pierre-Alain Mabillard se sont offert un baroud d'honneur en battant Saint-Gall (2-0) grâce à des buts d'Antonio Russo, sur penalty, et Jean-Claude Poli, en seconde période. Une façon de quitter en beauté l'élite au terme d'une saison totalement ratée que ça soit au niveau des transferts ou des résultats.

400 supporters saint-gallois attendus

Aujourd'hui, le destin a à nouveau réuni les deux adversaires de ce match de liquidation. Du côté des Trois-Chênes, on espère atteindre, voire dépasser le nombre de spectateurs (1'500) atteint ce jeudi de printemps. La venue de quatre cents supporters des "Brodeurs" devraient y contribuer. Et sur le terrain, les Chênois, dont le début de saison a été très difficile cet été (trois défaites en quatre matches) dans le groupe 1 de première ligue (classic), espèrent créer la surprise face à une formation de Suisse orientale qui reste sur une cuisante défaite à la Praille face au Servette FC (1-5). Leur tâche n'en sera que plus difficile.

David Joye
Entraîneur du CS Chênois
David JoyeEntraîneur du CS Chênois

 

 

Continuer la lecture

Tennis

Bencic sans encombres en quarts à Luxembourg

Publié

le

Belinda Bencic n'a pas raté son entrée en lice à Luxembourg (© KEYSTONE/AP/Elise Amendola)

Belinda Bencic (WTA 12) n'a pas connu de problèmes pour venir à bout de Zarina Diyas (WTA 105) en huitièmes de finale du tournoi de Luxembourg. La championne olympique a dominé la Kazakhe 6-1 6-3.

La Saint-Galloise a passé 62 minutes sur le court pour écarter Diyas. La tête de série numéro un du tournoi n'a bien évidemment pas connu de grandes frayeurs pour son entrée en lice. Elle regrettera peut-être d'avoir perdu son service dans le deuxième set pour se retrouver menée 2-1. Mais juste derrière, elle a repris ses esprits et sa marche en avant en enlevant quatre jeux de rang.

Elle a par la suite conclu sur sa première balle de match.

En quarts de finale, la Saint-Galloise sera opposée à la Liudmila Samsonova (WTA 48). Bencic possède une facture ouverte avec la Russe qui l'avait battue en finale à Berlin cette année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

rugby

Le Servette RC veut revenir à la Praille

Publié

le

Alain Studer espère réintégrer l'enceinte de la Praille d'ici l'été prochain.

Après l'inauguration d'une pelouse 100% naturelle au Stade de Genève, les Servettiens du ballon ovale ont dû se résoudre à trouver un nouveau stade: ils joueront à Plan-les-Ouates et à Avusy...

Servette quitte la Praille. L’installation de la nouvelle pelouse 100% naturelle il y a trois mois oblige les rugbymen «grenats» à s’exiler. Ils joueront alternativement sur la pelouse du centre sportif des Cherpines à Plan-les-Ouates ou sur celle du Stade d’Athenaz à Avusy… Voilà qui met le Servette Rugby Club dans une situation inconfortable.

Alain Studer
Président du Servette RC
Alain StuderPrésident du Servette RC

 

Rejouer à la Praille dans un an

Reste à savoir si cette situation est provisoire. De leur côté, les dirigeants du SRC espèrent que leur équipe première pourra rejouer au Stade de Genève d'ici le milieu de l'année prochaine.

Alain Studer
Président du Servette RC
Alain StuderPrésident du Servette RC

 

Avusy: théâtre des 24h de rugby

En attendant, Servette jouera son premier match de championnat à domicile de la saison face à l’US Meyzieu dimanche (15h) au Stade d’Athenaz qui a accueilli les vingt-quatre heures de rugby durant de nombreuses années.

Alain Studer
Président du Servette RC
Alain StuderPrésident du Servette RC

 

 

Continuer la lecture

Sport

Morbidelli promu chez Yamaha, Dovizioso chez Yamaha-SRT

Publié

le

Franco Morbidelli remplace Vinales. (© KEYSTONE/AP/JOSE BRETON)

L'Italien Franco Morbidelli rejoint Yamaha dès le Grand Prix de Saint-Marin ce week-end et jusqu'en 2023, remplacé chez Yamaha-SRT par son compatriote Andrea Dovizioso jusqu'en 2022.

Morbidelli, 26 ans, vice-champion du monde en titre, remplace l'Espagnol Maverick Vinales dont le contrat avec l'écurie d'usine a été prématurément rompu à mi-saison et qui a rejoint Aprilia.

Morbidelli redevient l'équipier du Français Fabio Quartararo, comme en 2019 et 2020 au sein du team satellite Yamaha-SRT, mais cette fois au sein de l'équipe officielle.

L'Italien, vainqueur de trois GP en 2020, et champion du monde Moto2 en 2017, est par ailleurs de retour de blessure, ayant manqué les quatre précédents GP à cause d'une opération au genou en juin.

Son départ permet le retour en MotoGP de Dovizioso, 35 ans, qui avait quitté la catégorie reine de la vitesse moto en fin d'année dernière.

Présent en MotoGP depuis 2008, depuis 2013 avec Ducati, Dovizioso a gagné 15 Grands Prix pour 62 podiums. Champion du monde de la catégorie inférieure 125cc en 2004, il a échoué trois fois à s'emparer du titre MotoGP (2017, 2018, 2019), toujours battu par Marc Marquez (Honda).

Dovizioso formera jusqu'à la fin de saison une paire de pilotes très expérimentés aux côtés de la légende Valentino Rossi, qui vit ses dernières courses en MotoGP avant de prendre sa retraite à 42 ans. Le nom du futur coéquipier de Dovizioso n'est pas encore connu.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture