Rejoignez-nous

Coronavirus

Les Suisses confrontés au certificat Covid

Publié

,

le

Dès lundi, il faudra montrer son certificat Covid pour accéder aux restaurants, aux bars, aux musées, aux salles de concert et de théâtres (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les Suisses sont confrontés à la réalité du passe sanitaire depuis lundi. Les restaurants, les musées, les zoos, les concerts ne sont accessibles qu'aux seuls détenteurs d'un certificat Covid.

Pour tous les événements qui ont lieu en intérieur, les participants devront présenter leur certificat. Cela concerne aussi les salles de fitness, les piscines ou les mariages dans les lieux publics. A l'extérieur, il sera demandé pour les manifestations de plus de 1000 personnes.

Les terrasses des restaurants et des bars restent elles libres d'accès. Tout comme les établissements de restauration dans les zones de transit des aéroports et les cuisines populaires.

Les rassemblements politiques, les groupes d'entraide, les funérailles et autres services religieux échappent aussi à l'obligation jusqu'à 50 personnes. Les répétitions musicales ou théâtrales et les entrainements sportifs de moins de 30 personnes seront également autorisés sans certificat.

Les personnes qui ne respectent pas ces mesures pourront être amendées. Un client sans certificat devra débourser 100 francs. Les établissements ou organisateurs fautifs seront punis d'une amende pouvant aller jusqu'à 10'000 francs, voire d'une fermeture.

Enthousiasme restreint

Le secteur de la gastronomie et de l'hôtellerie n'a pas accueilli la nouvelle à bras ouverts. Pour GastroSuisse, la décision est disproportionnée et conduit à une inégalité de traitement flagrante de la population.

L'Union suisse des arts et métiers est elle remontée. Le Conseil fédéral discrimine une fois de plus les secteurs et les entreprises qui ont déjà été gravement touchés durant les périodes de restrictions. Les entreprises concernées par l'extension du certificat risquent d'enregistrer des pertes. Elles devront être indemnisées.

A l'exception de l'UDC, les partis accueillent positivement l’extension du certificat Covid. Ils voient dans la vaccination l'unique voie pour sortir de la pandémie.

L'extension annoncée mercredi a déjà eu un impact sur la vaccination. Le canton de Neuchâtel a par exemple enregistré des centaines d'appels pour des prises de rendez-vous dès l'annonce du Conseil fédéral, selon un reportage de la RTS.

Les Hautes écoles suivent

Swissuniversities conseille d'introduire l'obligation du certificat Covid. Le but est d'offrir le meilleur cadre aux études.

Au lendemain de la décision du Conseil fédéral, les hautes écoles romandes ont décidé de le rendre obligatoire pour la rentrée universitaire du 21 septembre. La mesure sera valable pour tous les cours et exercices à l'EPFL. Toutefois, la disponibilité des cours sera assurée "en hybride", soit également à distance. Les étudiants n'ayant pas de certificats ne sont donc pas exclus de l'enseignement.

Les deux hautes écoles de Lausanne rappellent finalement qu'une campagne de vaccination aura lieu sur place dès lundi. Les deux injections seront possibles sur le campus, la première pouvant être faite sans prise de rendez-vous. La vaccination sera assurée par Unisanté.

Manifestations

Près de 1000 personnes ont défilé jeudi soir dans le centre-ville de Berne pour protester contre les mesures prises par le Conseil fédéral pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Les forces de l'ordre ont dû intervenir et saisir un lance-pierres.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Aide sociale: les effets du Covid moins graves que prévu

Publié

le

La CSIAS prévoit pour 2023 une hausse de 14% du nombre de bénéficiaires de l'aide sociale à la charge des cantons et des communes (image symbolique). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les effets de la crise du coronavirus sont moins graves que redoutés il y a un an dans le domaine de l'aide sociale, relève la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS). Malgré des chiffres stables, il est toutefois trop tôt pour lever l'alerte.

La CSIAS prévoit pour 2023 une hausse de 14% du nombre de bénéficiaires de l'aide sociale à la charge des cantons et des communes. Elle table aussi sur des coûts supplémentaires de 535 millions de francs par rapport à 2019, indique-t-elle mercredi dans un communiqué.

La nouvelle prévision est nettement inférieure à celles de mai 2020 (+28%) et de janvier 2021 (+21%). L'augmentation prévue reste toutefois encore importante par rapport aux années précédentes, note la CSIAS.

Pas de hausse du nombre de dossiers

Dix-huit mois après le début de la pandémie, aucune augmentation du nombre de dossiers d'aide sociale n'a encore été observée par rapport au mois moyen de 2019, relève la CSIAS. Celle-ci dénombre même un peu moins de bénéficiaires qu'avant la crise sanitaire.

La CSIAS attribue cette évolution positive aux aides supplémentaires décidées par le Conseil fédéral dans le cadre de la crise du coronavirus. L'économie a aussi moins été touchée que ce que l'on aurait pu craindre. Plusieurs éléments incitent toutefois à la prudence.

Soutien aux chômeurs longue durée

Groupe particulièrement vulnérable, les chômeurs longue durée ont ainsi déjà vu leur nombre doubler pendant la crise. Une partie de ces personnes devra compter sur l'aide sociale dans les deux prochaines années. Globalement, les plus grandes pertes ont été subies par les personnes qui vivaient déjà avec de faibles revenus avant la pandémie.

Indépendamment de la pandémie, le nombre de réfugiés et de personnes admises à titre provisoire, arrivés en Suisse entre 2014 et 2016, est en augmentation. Ce groupe est à l'origine de plus de la moitié de la hausse attendue du nombre de dossiers. Pour améliorer leur taux d'activité et leur intégration sociale, il s'agit de développer de manière systématique les programmes d'intégration cantonaux, note la CSIAS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

"Je ne comprends pas l'attentisme" suisse sur la dose de rappel

Publié

le

Organiser la vaccination de plus d'un million de personnes qui ont été vaccinées entre janvier et mars 2021, soit les plus âgées et les plus à risques, prend du temps, relève Philippe Eggimann (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le président de la société de médecine de Suisse romande (SMSR), Philippe Eggimann, appelle à démarrer la campagne pour la troisième dose du vaccin contre le Covid-19 sans tarder. "Je ne comprends pas cet attentisme", lâche-t-il mercredi dans la presse.

Du point de vue de la toxicité et des risques, "je ne vois objectivement pas ce qui peut changer entre la deuxième et la troisième dose", explique M. Eggimann dans un entretien diffusé par La Liberté et ses journaux partenaires. Il note que l'autorité de surveillance sanitaire Swissmedic a accepté sans discuter la troisième injection pour les personnes immunosupprimées.

Citant une étude diffusée il y a quelques semaines dans le New England Journal of Medicine, l'infectiologue indique que les personnes de plus de 60 ans ayant reçu une dose de rappel six mois après sont 8 à 9 fois moins hospitalisées que celles qui n'ont reçu que deux injections.

"Je ne comprends pas pourquoi Swissmedic et OFSP [l'Office fédéral de la santé publique, ndlr] se renvoient la balle pour lancer la campagne de la troisième dose". Il rappelle que l'immunité contre le Covid-19 baisse progressivement chez les plus de 65 ans, "en majorité vaccinés depuis plus de 6 mois".

Plus de la politique que de la science

"Pour moi, comme pour une grande partie des décisions qui ont été prises durant cette quatrième vague, il s'agit davantage de politique que de science", assure M. Eggimann.

Organiser la vaccination de plus d'un million de personnes qui ont reçu les deux premières doses entre janvier et mars 2021, soit les plus âgées et les plus à risques, prend du temps, relève-t-il. "Il va falloir quelques semaines pour les vacciner au minimum". Il recommande de procéder comme au début de la campagne de vaccination, "avec les plus de 75 ans, les personnes qui ont des comorbidités graves et ensuite les 65 ans et remonter la chaîne".

Le chef de la section autorisation de Swissmedic, Claus Bolte, a indiqué lundi soir lors de l’émission de télévision "10vor10" de la télévision alémanique SRF que le processus sur la troisième dose était en cours et que la décision pourrait intervenir "dans les deux à trois semaines".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Encore trop tôt pour lever les mesures de lutte contre le Covid

Publié

le

Le risque d'une surcharge des hôpitaux n'est pas exclu, selon l'OFSP (image d'illlustration). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Il est encore trop tôt pour songer à lever les mesures de lutte contre le Covid-19. Même si la situation épidémiologique reste relativement bonne, un renversement de tendance semble se dessiner, a averti mardi Patrick Mathys, de l'Office fédéral de la santé publique.

La Suisse comptait mardi 1240 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon l'OFSP. On déplore deux décès supplémentaires et 21 malades ont été hospitalisés.

La situation n'est pas mauvaise pour le moment, a reconnu M. Mathys devant les médias, à Berne. Le nombre de nouvelles infections plafonne dans de nombreux cantons. Les plus touchés sont ceux avec le taux de vaccination le plus faible, a averti, le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP.

"Nuages noirs"

Selon lui, le rythme actuel de vaccination n'est pas suffisant pour penser à alléger les mesures de lutte contre le coronavirus. "Quelques nuages noirs apparaissent à l'horizon", a-t-il dit, parlant d'un possible renversement de tendance.

Avec l'automne, les gens recommencent à se réunir à l'intérieur. S'y ajoute la reprise des écoles. La situation risque vraisemblablement de s'aggraver. Il y a toujours suffisamment de personnes susceptibles d'être infectées par le virus, y compris dans les groupes à risque.

Le danger d'une surcharge du système de santé n'est pas écarté, a-t-il averti. Actuellement, la situation reste tendue dans les unités de soins intensifs. Environ 120 patients souffrant du Covid-19 y sont traités, un chiffre qui "reste élevé", selon M. Mathys. Ils occupent environ 14% des lits.

Il faut donc faire preuve de patience. Selon lui, cela ne sert à rien de lever les mesures, puis de les remettre en place deux semaines plus tard.

Combattre les fausses informations

La phase de baisse des infections s'est terminée, a renchéri Rudolf Hauri, le président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse. Le risque de devoir renforcer à nouveau les mesures anti-Covid existe. Il faut donc se concentrer sur la vaccination.

Cela passe aussi par le fait de combattre les fausses nouvelles qui circulent. Les effets secondaires sont rares. Le vaccin contre le Covid-19 n'est pas un business pour les laboratoires. La fertilité des femmes n'est pas mise en danger. Par contre, ce n'est pas une maladie bénigne, a lancé le médecin zougois.

Troisième dose souhaitée

Il serait en outre souhaitable d'avoir rapidement une certaine clarté en ce qui concerne une troisième dose de vaccin. Swissmedic est encore en train d'examiner cette possibilité, les médecins cantonaux soutiennent cette voie, a déclaré M. Hauri.

Dans un entretien publié mardi par le Tages-Anzeiger, le médecin avait dit espérer que la troisième dose de vaccin soit bientôt validée. Les autorités sanitaires ne doivent toutefois pas être mises sous pression, mais "décider uniquement sur la base des données et des faits disponibles", avait-il précisé.

Devant les médias, M. Hauri a précisé que les cantons sont prêts à administrer la troisième dose de vaccin. Les personnes immunosupprimées peuvent déjà en bénéficier, a-t-il rappelé.

Baisse des tests

Autre point important, la qualité des tests doit être encore améliorée, selon lui. Il n'est pas possible que des gens obtiennent des certificats sur la base de tests défectueux, cela créerait une fausse sécurité.

Parallèlement, le nombre de tests à diminué. Il est passé d'environ 35'000 par jour la semaine dernière à 24'000 cette semaine. Dans le même temps, le taux de positivité a augmenté: il est désormais de 6,2% pour les tests PCR et 1,1% pour les tests antigéniques. Depuis le 11 octobre, les tests sont payants pour obtenir un certificat Covid.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La Suisse compte 1240 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Au total 10'905'640 doses de vaccin ont été administrées et 62,24% des personnes ont déjà reçu deux doses. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Suisse compte mardi 1240 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore deux décès supplémentaires et 21 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 23'324 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 5,32%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 12'349, soit 142,85 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1. Les patients Covid-19 occupent 13,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,50%.

Au total 10'905'640 doses de vaccin ont été administrées et 62,24% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'203'825 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'822'384 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 858'198 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'400'594 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'797 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'332.

Le pays dénombre par ailleurs 6600 personnes en isolement et 4871 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le pass sanitaire pas nécessaire pour skier cet hiver

Publié

le

L'Association des remontées mécaniques ne prévoit pas d'exiger un pass sanitaire pour permettre aux skieurs d'accéder aux pistes (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

L'Association des remontées mécaniques ne prévoit pas d'exiger un pass sanitaire pour permettre aux skieurs d'accéder aux pistes. Elle souhaite débuter la saison d'hiver avec les mêmes règles que celles des transports publics, indique-t-elle mardi dans un communiqué.

Les amateurs de ski devront porter des masques dans les cabines et les pièces fermées et garder la distance à l'intérieur des bâtiments, précise l'association. Cette décision fait suite à des discussions "constructives" sur les mesures de protection avec la Confédération et les cantons. Elle pourrait changer en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.

Les bonnes expériences de l'hiver dernier ont été appréciées et la mise en oeuvre pragmatique des mesures doit être poursuivie également cette saison, a indiqué l'association. Celle-ci a en outre lancé un appel à ses membres pour qu'ils organisent des actions en faveur de la vaccination dans les stations.

Domaines transfrontaliers

En ce qui concerne les domaines skiables binationaux dont le certificat est obligatoire dans le pays voisin, le contrôle des certificats ne sera pas du ressort des stations suisses, a précisé le président de l'association et conseiller des Etats Hans Wicki (PLR/NW), contacté par Keystone-ATS. L'Italie et l'Autriche ont annoncé l'obligation du pass dans leurs stations.

Cette décision se distingue de celle prise par la station grisonne de Fideris, qui a annoncé en août l'obligation de présenter un certificat Covid sur l'ensemble du domaine skiable. Le certificat sera aussi obligatoire dans les hôtels et les restaurants, avait indiqué la société du domaine skiable Fideriser Heuberge.

L'année dernière, la Suisse a, contrairement à certains pays voisins, maintenu l'ouverture des domaines de ski. Sans elle, le pays aurait subi une perte économique globale d'environ 6 milliards de francs, précise l'Association des remontées mécaniques. Une perte moyenne de chiffre d'affaires de 24% pour les remontées mécaniques a toutefois été enregistrée.

Selon le président des Remontées mécaniques du Valais Didier Defago, ce n'est pas un problème si cette année encore la Suisse ne suit pas les mêmes mesures que les pays voisins, comme l'Italie et l'Autriche qui ont rendu le pass obligatoire dans les stations. "L'année dernière, nous avons montré que nous avons relevé le défi", a-t-il commenté au micro de Forum sur la RTS. "Par rapport à ceux qui ont fermé les stations, nous avons une année d'expérience."

Etonnement à Berne

La décision de se passer de certificat Covid pour aller skier revient au Conseil fédéral et non aux remontées mécaniques, estime Patrick Mathys, de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Il s'est dit étonné de l'annonce faite mardi par l'Association des remontées mécaniques.

Il y a de bonnes raisons de renoncer à l'obligation du certificat Covid, a déclaré le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP devant les médias à Berne. Il est toutefois "un peu présomptueux" de l'annoncer maintenant, a-t-il ajouté.

La Confédération est en contact avec les remontées mécaniques et les autres branches concernées. "Nous verrons comment la situation évolue au moment donné", a souligné M. Mathys.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture