Rejoignez-nous

Equipe de Suisse

Les "Rouges" iront défier l'Angleterre le 26 mars

Publié

,

le

La Suisse de Murat Yakin ira se frotter à l'Angleterre le 26 mars (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'équipe de Suisse disputera son premier match de l'année à Wembley.

La sélection de Murat Yakin se frottera à l'Angleterre le 26 mars dans le mythique stade londonien, avec un coup d'envoi à 18h30 heure suisse. Elle accueillera trois jours plus tard le Kosovo au Letzigrund, à un horaire qui reste déterminer.

Les Helvètes prépareront leurs deux premiers matches de l'année à l'occasion d'un camp dans le Sud de l'Espagne, à Marbella plus précisément, pour autant que la situation sanitaire le permette. Elle connaîtra ses adversaires du Mondial au Qatar dans la foulée de ce rassemblement, le tirage des groupes étant prévu le 1er avril.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Equipe de Suisse

Coupe du Monde: les Suissesses face à leur destin

Publié

le

Svenja Foelmli, n°17, Lia Waelti, n°13, l'arrière centrale Luana Buehler, n°15, Julia Stierli, n°2, et leurs coéquipières ont la possibilité de faire un grand pas en direction de la qualification pour la Coupe du Monde en Australie et Nouvelle-Zélande jeudi en Roumanie, puis mardi à Thoune face à l'Italie(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

En tête de son groupe, les joueuses de Nils Nielsen peuvent assurer leur qualification pour la Coupe du Monde en Australie et en Nouvelle-Zélande en gagnant en Roumanie et face à l'Italie.

Après l'Euro'22, dont la phase finale se jouera en Angleterre au mois de juillet, les Suissesses ont la possibilité de conforter leur première place au classement du groupe G, devant les grandes favorites italiennes. Une victoire à Palerme (2-1) le 26 novembre dernier leur permet en effet de caracoler en tête. Une performance remarquable pour les Suissesses qui ne se sont que rarement trouvé en si bonne posture par le passé. Fortes des dix-huit points récoltés lors des six parties - toutes gagnées - dans cette phase qualificative, elles ont deux rencontres capitales, sinon décisives, à jouer en moins d'une semaine. D'abord en Roumanie, puis à domicile face à l'Italie. En remportant la totalité de l'enjeu, elles s’assureraient sans doute la première place du groupe directement qualificative pour la phase finale. La rencontre de jeudi (17h45) prévue au Stade de l'Arc de Triomphe à Bucarest mérite une attention toute spéciale.

Sandy MaendlyJoueuse de milieu de terrain de l'Equipe de Suisse

 

La Genevoise Sandy Maendly peut faire valoir une longue expérience avec l'Equipe de Suisse (© KEYSTONE/SFV/Severin Bigler).

 

Mais la rencontre est agendée mardi à Thoune (17h45) est encore plus importante. Les Suissesses recevront les Italiennes sur lesquelles elles comptent trois longueurs d'avance après six matches, pour une rencontre au sommet qui vaudra le déplacement, avec des joueuses d'Outre-Simplon certainement avides de revanche.

Sandy MaendlyJoueuse de milieu de terrain de l'Equipe de Suisse

 

 

 

 

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Les Helvètes battus de justesse en Angleterre

Publié

le

L'attaquant helvétique Ruben Vargas tente de centrer malgré la présence du défenseur anglais Ben White (© KEYSTONE/Georgios Kefalas)

Wembley se refuse toujours à l'équipe de Suisse. Malgré une première mi-temps presque parfaite, la selection helvétique s'est inclinée face à l'Angleterre (1-2) pour concéder sa première défaite depuis la nomination de Murat Yakin.

Murat Yakin ne fut toutefois pas très loin de devenir le premier sélectionneur suisse à s'imposer dans le "temple" du football. Mais au final, il quitte Londres avec le goût amer de la défaite dans la bouche alors que son équipe avait tout pour écrire l'histoire devant un adversaire dont le meilleur homme fut son gardien.

Jordan Pickford a, en effet, permis à l'Angleterre de rester dans le match avec une parade décisive devant Fabian Frei à la 25e, trois minutes seulement après l'ouverture du score de Breel Embolo. Le Bâlois a marqué de la tête sur une merveille de centre d'un Xherdan Shaqiri qui a offert une démonstration éclatante de son talent. Son exil doré à Chicago n'y changera rien. Il reste bien le maître à jouer de l'équipe de Suisse.

Boudé par la réussite avec sa reprise au second poteau sur un corner de Shaqiri déviée miraculeusement par Pickford sur son poteau lors de cette fatidique 25e minute, Fabian Frei a eu l'infortune de précipiter la défaite des siens. Le Thurgovien commettait une bourde fatale à la relance dans le temps additionnel de la première période pour permettre à Luke Shaw d'égaliser. Les 78'881 spectateurs de Wembley n'ont pas fini de se demander par quel miracle l'Angleterre n'était pas menée au score à la pause.

L'erreur de Fabian Frei a littéralement brisé l'élan de l'équipe de Suisse. Elle n'a pas retrouvé en seconde période l'audace qui avait la sienne lors des quarante-cinq premières minutes. Elle ne méritait toutefois pas de s'incliner un penalty de Harry Kane à la 78e minute accordé par la VAR pour une main de Steven Zuber. Le capitaine des Three Lions ne laissait aucune chance à Jonas Omlin pour inscrire son 49e but en sélection pour revenir à la hauteur de Bobby Charlton, vainqueur de la Coupe du Monde '66 avec l'Angleterre (84 ans aujourd'hui), à la deuxième place des meilleurs buteurs de l'Angleterre derrière Wayne Rooney (53).

ats/si/ld/bb

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Vincent Cavin: "on verra plus de changements ces prochains mois"

Publié

le

Vincent Cavin à l'œuvre lors du camp d'entraînement à Marbella, en Espagne (© KEYSTONE/Georgios Kefalas).

L'Equipe de Suisse défie l'Angleterre samedi (18h30) à Wembley, avant de recevoir le Kosovo mardi (18h) à Zurich. Le point sur l'état de forme des internationaux et les objectifs de cette année avec Vincent Cavin, assistant du coach national.

Déjà qualifiée pour la phase finale de la Coupe du Monde au Qatar, l’Equipe de Suisse joue deux matches amicaux ces prochains jours. Le premier samedi à Londres face à l’Angleterre. Le second mardi à Zurich face au Kosovo
Vingt-cinq joueurs ont été sélectionnés. Mais deux d’entre eux, le gardien Yann Sommer, positif au coronavirus, et le défenseur central Fabian Schär ont déclaré forfait.
Assistant du coach national, Vincent Cavin nous parle de l’importance de ces matches notamment celui face à l’Angleterre.

Vincent CavinAssistant du coach national de l'Equipe de Suisse

 

Le capitaine Granit Xhaka fera sa rentrée avec le onze helvétique à l’occasion de ce rassemblement.

Vincent CavinAssistant du coach national de l'Equipe de Suisse

 

La nomination de Murat Yakin au poste de coach national est un changement dans la continuité. Cette évolution devrait se poursuivre, voire s’intensifier selon son adjoint Vincent Cavin.

Vincent CavinAssistant du coach national de l'Equipe de Suisse

 

Ces deux matches amicaux constituent le prélude à une année intense avec la Ligue des Nations en juin et surtout la Coupe du Monde au Qatar à la fin de l’année. Un calendrier inhabituel et surtout difficile à gérer pour l’encadrement de la sélection helvétique.

Vincent CavinAssistant du coach national de l'Equipe de Suisse

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

E. Burgener a vécu la dernière victoire sur l'Angleterre

Publié

le

De gauche à droite Roger Wehrli, Heinz Hermann, Georges Bregy, Alain Sutter, René Botteron, Christian Matthey, Charles, Inalbon, Alain Geiger, Claudio Sulser, Erich Burgener, Andy Egli avant le match perdu en Turquie 0-1 en mars 1986 (© KEYSTONE/Karl Mathis/archives).

Samedi à Wembley, l'Equipe de Suisse défie l'Angleterre, une affiche mythique. L'ancien gardien Erich Burgener gardait les buts lors de la dernière victoire helvétique sur les Anglais voilà plus de quarante ans.

Déjà qualifiée pour la phase finale de la Coupe du Monde au Qatar, l’Equipe de Suisse joue deux matches amicaux en cette fin mars. D'abord, samedi (18h30) à Londres face à l’Angleterre. Un sacré défi pour les joueurs de Murat Yakin. Car les Helvètes n'ont remporté le moindre match face aux joueurs de la Blanche Albion depuis plus de quarante ans.

 

Erich Burgener, ici lors de la victoire 1-0 sur la Norvège (1-0) à Berne, se saisit du cuir devant l'attaquant scandinave Iversen et le défenseur central servettien Serge Trinchero (KEYSTONE/PHOTOPRESS-ARCHIV/Str).

 

L'évocation de cet adversaire prestigieux rappelle d’excellents souvenirs à Eric Burgener. Le Haut-Valaisan a gardé les buts du onze helvétique durant les années septante et quatre-vingts, totalisant soixante-quatre sélections au total. En championnat, il a évolué sous les couleurs du Lausanne-Sport (1970-81), puis de Servette (1981-87). Sous le maillot national, il a affronté les Anglais à quatre reprises. Les matches dans l’ancien stade de Wembley l'ont particulièrement marqué.

Erich BurgenerAncien gardien de l'Equipe de Suisse

 

 

 

Auteur du second but helvétique, Claudio Sulser reçoit les félicitations de Russell Osman après la victoire suisse sur l'Angleterre à Bâle (KEYSTONE/Str/archives).

 

Mais c'est le dernier match qu'il a joué face aux "Three Lions" que les joueurs au maillot rouge à croix blanche sont venus à bout des Anglais (2-1) pour la dernière fois, le 30 mai 1981 grâce à des buts de Fredi Scheiwiler et de Claudio Sulser. Une soirée à marquer d’une pierre blanche.

Erich BurgenerAncien gardien de l'Equipe de Suisse

 

 

De gauche à droite, Dominique Herr, Murat Yakin, Erich Burgener et Marco Zwyssig. Entraîneur des gardiens de l'Equipe de Suisse sous la direction de Köbi Kuhn, l'ancien portier haut-valaisan a eu l'occasion de côtoyer l'actuel coach national alors qu'il était encore joueur (KEYSTONE/Eddy Risch/archives).

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Les Helvètes joueront la Coupe du Monde!

Publié

le

La Suisse fête sa qualification pour la Coupe du Monde (© KEYSTONE/URS FLUEELER).

Très nets vainqueurs de la Bulgarie (4-0), les "Rouges" de Murat Yakin terminent premiers du groupe C devant l'Italie tenue en échec (0-0) par l'Irlande du Nord mardi soir à Belfast et accèdent directement à la phase finale de la Coupe du Monde au Qatar l'automne prochain.

L'Equipe de Suisse jouera une cinquième phase finale consécutive en Coupe du monde. A Lucerne, elle a battu 4-0 la Bulgarie pour arracher à l'Italie, tenue en échec par l'Irlande du Nord à Belfast (0-0), la première place du groupe C. La malédiction s'est donc poursuivie pour les Transalpins qui n'ont encore jamais gagné en Ulster.

Devancée par la "Nazionale Rossocrociata", la "Squadra Azzurra" devra, une nouvelle fois, passer par les matches des barrages pour rejoindre la Suisse l'an prochain. Elle devra gagner deux rencontres pour ne pas vivre le même traumatisme qu'en 2017 lorsque la Suède lui avait barré la route de la Russie.

L'infernal stress des matches de barrage

Murat Yakin et ses joueurs seront, en mars prochain, bien loin de vivre l'infernal stress des barrages. Ils pourront préparer tranquillement cette Coupe du monde au Qatar avec le secret espoir de faire aussi bien qu'à l'Euro l'été dernier.

A Lucerne, les joueurs du nouveau coach national ont parfaitement livré la marchandise. Même s'ils ont pris leur temps après une première période sans grande réussite, ils ont su élever leur niveau pour forcer la décision presque aisément que prévu.

Okafor: le facteur X

Emmenée par un grand Xherdan Shaqiri, la Suisse a su faire face à l'absence de sept titulaires grâce à un réservoir dont on était loin de soupçonner la richesse. Noah Okafor et Ruben Vargas ont ainsi su saisir leur chance au point de placer Murat Yakin devant des choix difficiles pour l'avenir. Les deux nouveaux venus ne vont-ils pas pousser un Haris Seferovic sur la touche ?

Appelé à la dernière minute pour pallier le forfait de Breel Embolo, Okafor est peut-être le grand attaquant que l'on attend depuis des lustres. A 21 ans, le joueur de Salzbourg conjugue à la fois puissance et finesse. Il a vraiment métamorphosé l'attaque de l'équipe de Suisse tant à Rome vendredi qu'à Lucerne.

 

Noah Okafor, au centre en rouge, s'élève plus haut que la défense bulgare et ouvre le scores pour l'Equipe de Suisse, libérant par la même occasion ses coéquipiers, trop crispés en en première mi-temps (© KEYSTONE/EPA/URS FLUEELER).

 

11 corners en 25 minutes

Onze corners bottés entre la 21e et la 45e, un poteau de Noah Okafor (45e) et une frappe trop centrée pour Mario Gavranovic (24e): tel fut le bilan de la Suisse dans une première période à sens unique. Face à une Bulgarie qui n'aura entretenu l'illusion que lors des cinq premières minutes avec un pressing très haut sur le terrain comme pour rappeler la magnifique équipe qu'elle fut il y a plus d'un quart de siècle, il y avait largement la place pour marquer des buts avant le repos.

L'inspiration de Xherdan Shaqiri et la puissance de Noah Okafor, qui a très vite basculé sur le flanc gauche après avoir entamé les débats à droite, ont insufflé l'élan attendu. Seulement, la Suisse a souffert de quelques défaillances individuelles, celles de Remo Freuler et de Kevin Mbabu pour ne pas les nommer. A la pause, la seule bonne nouvelle est venue de Belfast avec l'impuissance des Italiens devant le verrou nord-irlandais.

Un immense Shaqiri

Tous les doutes furent toutefois levés à la reprise. Les Suisses ont réalisé un véritable festival offensif face, il est vrai, à un adversaire d'une insigne faiblesse. Noah Okafor (48e), Ruben Vargas (57e), Cédric Itten (72e) et Remo Freuler dans le temps additionnel ont inscrit les quatre buts qui envoient les Suisses au Qatar.

Une fois de plus, le coaching de Murat Yakin fut gagnant. Les introductions d'Itten et de Renato Steffen à la 68e minute furent déterminantes. Les deux jokers ont "inventé" le troisième but, "le" but en or dans la course à la qualification directe, avec la complicité de Xherdan Shaqiri.

Pour sa 100e sélection, le Bâlois a sorti le grand jeu. Passeur sur le 1-0 et sur le 4-0, il a livré le performance XXL que l'on espérait. Déjà brillant trois jours plus tôt à Rome, il a su imposer sa griffe sur pratiquement chaque attaque. On espère qu'il trouvera très vite à Lyon un rôle à sa mesure. Le brider comme il l'est depuis le début de saison en Ligue 1 est un non-sens.

Cet article a été publié automatiquement/révisé par la rédaction. Source : ats/bb

Continuer la lecture