Rejoignez-nous

Sport

La malédiction de Harry Kane: le transfert met-il le Bayern Munich en péril ?

Publié

,

le

Harry Kane
Publicité

Le monde du football est rempli de superstitions et de croyances, et l'une des histoires les plus intrigantes ces dernières années est sans aucun doute la malédiction qui semble peser sur Harry Kane. Malgré son talent indéniable, l'attaquant anglais n'a jamais réussi à remporter un titre majeur en club, ce qui a suscité de nombreuses spéculations sur l'existence d'une éventuelle malédiction. Et maintenant, avec son transfert au Bayern Munich, un club qui a l'habitude de dominer la Bundesliga, beaucoup se demandent si la malédiction de Kane le suivra en Allemagne.

Le paradoxe Harry Kane

Harry Kane est sans aucun doute l'un des attaquants les plus prolifiques de sa génération. Ses statistiques de buts sont impressionnantes, et il a régulièrement été le meilleur buteur de la Premier League. Cependant, malgré ses performances exceptionnelles en club et en sélection nationale, il n'a jamais réussi à soulever un trophée majeur avec Tottenham Hotspur, son club de longue date.

Cet été, Harry Kane a fait le choix de quitter Tottenham pour rejoindre le Bayern Munich, l'un des clubs les plus prestigieux d'Europe. Le Bayern est bien connu pour sa domination en Bundesliga, remportant année après année le championnat allemand. Mais maintenant que Kane a rejoint leurs rangs, les fans commencent à se demander si cette suprématie sera remise en question.

La superstition dans le football est quelque chose de bien connu. Des rituels bizarres aux porte-bonheur, les joueurs et les supporters ont toujours eu leurs croyances. Dans le cas de Harry Kane, sa malédiction apparente semble être liée à l'incapacité de son équipe à remporter des trophées, malgré son talent indéniable. Les plus sceptiques diront que c'est simplement une coïncidence, mais d'autres croient fermement que Kane est marqué d'une manière ou d'une autre.

Alors, que se passera-t-il au Bayern Munich cette saison ? Les supporters du club espèrent que la malédiction de Kane ne les affectera pas. Après tout, l'équipe est déjà bien armée avec des joueurs de classe mondiale et une histoire de succès impressionnante. Mais il est difficile de nier que l'arrivée de Kane apporte une certaine dose de mystère à la saison.

Le Bayern toujours favori

Le Bayern Munich reste considéré comme l'un des favoris pour remporter le championnat allemand, comme on peut le constater sur les sites des bookmakers étrangers en Français, mais la présence de Kane ajoute une intrigue supplémentaire. Si jamais le Bayern ne parvient pas à remporter le titre cette année, de nombreux observateurs ne manqueront pas de faire le lien avec la malédiction de Kane.

Il est important de se rappeler que le football est un sport imprévisible, où de nombreux facteurs entrent en jeu. Les superstitions et les croyances sont souvent des éléments irrationnels qui ajoutent du piquant au jeu, mais qui ne devraient pas être pris trop au sérieux. Harry Kane est un joueur de classe mondiale, et le Bayern Munich est une équipe exceptionnelle. Il est tout à fait possible que cette saison soit couronnée de succès pour le club bavarois, malgré toutes les spéculations sur la malédiction de Kane.

En fin de compte, seul le temps nous dira si la malédiction de Harry Kane est réelle ou simplement une coïncidence amusante. Les fans du Bayern Munich espèrent que leur équipe pourra continuer à dominer la Bundesliga, malgré l'ombre de la malédiction de Kane. Une chose est certaine : le monde du football ne cesse de nous surprendre, que ce soit par des actions extraordinaires sur le terrain ou par des histoires étranges et mystérieuses en dehors.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Le FC Sion fait tomber les Young Boys

Publié

le

La joie des joueurs du FC Sion après le 2-0 signé Sorgic (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Neuf mois après avoir touché le fond avec une relégation honteuse, le FC Sion retrouve un certain lustre.

Le club valaisan jouera à la fin avril les demi-finales de la Coupe de Suisse à la faveur de son succès face à Young Boys.

A Tourbillon devant 14'200 spectateurs, le leader de la Chalenge League a éliminé le leader de la Super League et détenteur du trophée dans un quart de finale qui a réservé une surprise de taille. C’est, en effet, le petit poucet qui a survolé les débats face à des Young Boys qui semblent mûrs pour basculer dans la crise.

Le FC Sion s’est imposé 2-1 sur des réussites d’Ilyas Chouaref (19e) et de Dejan Sorgic (64e) pour signer un succès qui ne souffre aucune discussion. Sur la lancée de leurs cinq victoires en championnat cette année, les Sédunois ont témoigné d’une rare maîtrise jeudi soir.

Le portier Timothy Fayulu fut, ainsi, le joueur du FC Sion sans doute le moins sollicité de la rencontre. Dirigée par l’éternel Reto Ziegler qui a retrouvé à 38 ans une seconde jeunesse, la défense sédunoise ne fut pratiquement pas inquiétée jusqu’à la réduction du score de Silvère Ganvoula à la 81e.

Wicky désemparé

Quatre jours après leur défaite contre le Servette FC au Wankdorf, les Young Boys ont confirmé à Tourbillon l'impression dégagée depuis le début de l'année. Le onze de Raphaël Wicky ne fait plus peur à personne. Il dévoile trop de lacunes dans le jeu, comme si les départs cet hiver d'Ulisses Garcia et de Jean-Pierre Nsame avaient brisé net la belle mécanique de ces derniers mois.

Sur son banc, Raphaël Wicky semble de plus en plus désemparé. Le Valaisan peut maintenant nourrir quelques craintes quant à son avenir immédiat. On le sait, son contrat qui court jusqu'au 30 juin ne sera pas reconduit. La question désormais, qui paraissait encore si folle il y a un mois, est de savoir s'il terminera la saison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Nouvelle déconvenue pour le GSHC battu 4-3 par Ambri-Piotta

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Genève-Servette s'est bêtement incliné jeudi face à Ambri-Piotta sur le score de 4-3. Un score qui porte surtout la marque de Laurent Dauphin, le joueur d'Ambri auteur d'un quadruplé.

Si Genève- Servette s'impose dans le temps réglementaire, les Genevois seraient alors assurés de terminer au pire 8e, un moindre mal, et d'être en bonne place pour les play-in (toutes les explications à retrouver ici). Mais avant il faut se défaire de Léventins accrocheurs et qui veulent eux aussi terminer le mieux classé possible et écarter tout risque de se retrouver en vacances au terme de la saison.

Genève-Servette débute ce match avec sérieux et un style de jeu agréable à regarder. Coup sur coup, Arnaud Jacquemet, son premier but de la saison, puis Marc-Antoine Pouliot vont faire passer le score à 2-0 en faveur du GSHC. Durant la première moitié du tiers initial, les Genevois paraissent intouchables. Mais une supériorité numérique tessinoise va venir tout changer. Ambri va alors réduire le score à 2-1 avant d'égaliser 17 secondes (!!!) plus tard grâce à un doublé de Laurent Dauphin. Dès lors, Genève-Servette va sembler grippé et n'arrivera pas à inscrire un but avant de rentrer aux vestiaires.

Le deuxième tiers continuera sur un rythme saccadé avec des Genevois qui créent autant d'occasion qu'ils en offrent aux Léventins lors d'errements défensifs. Mais un homme est en forme en ce jeudi soir, il s'agit du Tessinois Laurent Dauphin. Ce dernier va s'offrir un triplé à la 36e minute et même un quadruplé, en supériorité numérique, à la 39e minute. Résultat, les Grenat sont menés après 40 minutes de jeu alors que Vincent Praplan avait marqué le 3-2 à la 25e minute sans que son équipe n'arrive à tenir le score.

Dans la troisième période, les Léventins vont surtout se contenter de tenir à distance alors qu'entre les poteaux tessinois, Janne Juvonen fait des petits miracles pour garder son équipe en tête. Malgré une longue période de domination même à 6 contre 5, les Genevois n'y arrivent pas et s'inclinent 4-3.

La 6e place est désormais inaccessible pour  des Genevois à moins d'un gros miracle. Des Genevois qui ont encore 2 matchs à jouer avant de conclure leur saison régulière.

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Que se passe-t-il si le GSHC finit hors du top-6 de National League ?

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Suite à sa défaite face au Lausanne Hockey Club mardi, le GSHC voit ses chances de terminer dans le top-6 du championnat de National League s'envoler.  Mais qu'est-ce que cela signifie concrètement ? Que se passe-t-il si le GSHC n'arrive pas à terminer dans le top 6 du championnat au terme de la saison régulière ? Explications.

Cette saison, la formule a évolué pour les équipes classées entre la 7e et la 10e place. Durant 4 saisons, les 6 premières équipes du classement se qualifiaient pour les playoffs et les équipes classées entre la 7e et la 10e place jouaient les pré-playoffs. Cette année, les pré-playoffs disparaissent au profit des play-in. Pour tout comprendre, reprenons depuis la base. Voici le fonctionnement pour la saison 2023-2024: les 14 équipes s'affrontent 4 fois chacune pour un total de 52 matchs en saison régulière. Une fois le classement final établi, les équipes sont divisées comme tel:

    • Les équipes classées de 1 à 6e place sont directement qualifiées en playoffs
    • Les équipes classées de la 7 à la 10e place participent aux play-in
    • Les équipes 11e et 12e sont en vacances.
    • Les équipes 13e et 14e jouent se battent contre la relégation

Si deux équipes sont ex-aequo au nombre de points à la fin des 52 matchs, ce sont les confrontations directes qui permettent de les départager.

 

Le Top 6 

Ces équipes peuvent encore se battre pour le titre de champion et sont en course pour le titre de champion de Suisse. Les affiches des quarts de finale sont déterminées par le classement des équipes au terme de la saison régulière:

  • Le 1er affronte l'équipe la moins bien classée issue des play-in
  • Le 2e affronte l'équipe la mieux classée issue des play-in
  • Le 3e affronte le 6e
  • Le 4e affronte le 5e

Les play-in

Nouveauté de la saison 2023-2024, les équipes qui terminent la saison à la 7e ou 8e place sont avantagées par rapport à celle qui termine 9e ou 10e. En pré-playoffs, le 7e affrontait le 10e et le 8e défiait le 9e. Désormais, les affiches sont les suivantes:

  • Le 7e joue contre le 8e
  • Le 9e joue contre le 10e

L'équipe la moins bien classée joue le match aller à domicile, le match décisif a donc lieu dans la patinoire de l'équipe la mieux classée.

Le vainqueur de la série 7e contre 8e est qualifié en playoffs. Le perdant de la série du 9e contre le 10e est éliminé et part en vacances. Les deux équipes restantes (le perdant de la série 7-8 et le vainqueur de la série 9-10) s'affrontent, aussi dans un format aller-retour. L'équipe vainqueur prend la dernière place disponible pour les playoffs. 

Les matchs se jouent dans le format aller-retour mais les scores ne sont pas cumulatifs, ce sont les résultats qui comptent. Une victoire vaut 3 points, un match nul 1 point et une défaite 0. L'équipe avec le plus de points après les deux matchs est qualifiée. Vous avez bien lu, une équipe peut gagner 5-1 à l'aller et s'incliner 1-0 au retour, l'issue se jouerait alors en prolongations.

En résumé, les équipes 7e et 8e sont avantagées puisqu'elles ont deux possibilités de se qualifier en playoffs. De plus, l'une de ces deux équipes ne jouera que deux matchs pour se qualifier. Une équipe qui termine 9e ou 10e n'a qu'une seule chance d'accéder aux séries finales et doit de toute manière jouer 4 matchs pour y parvenir.

La situation du GSHC

Les Grenat sont actuellement 8e avec 6 points de retard sur la 5e place de Lugano,  5 points de retard sur la 6e place occupée par Berne et sont à 4 points de la 7e place occupée par Davos. Il reste trois matchs à jouer pour ces quatre équipes donc 9 points en jeu. Tout est encore possible mais les Grenat doivent remporter leurs trois prochains matchs (Ambri jeudi, à Zoug samedi, Bienne lundi) et espérer que deux des équipes ne fassent aucun point.

Le GSHC n'est pas assuré de terminer à la 7e ou 8e place. Les Tessinois d'Ambri peuvent venir jouer les troubles-fêtes et déclasser les Genevois. Trois points séparent les deux équipes qui s'affrontent jeudi aux Vernets, attention de ne pas laisser passer l'avantage de la 7e ou 8e place.

Lutte contre la relégation

Les deux dernières équipes du classement, Kloten et Ajoie cette saison, s'affrontent dans une série au meilleur des 7 matchs (le premier à 4 victoires). Le gagnant de la série sauve sa place dans l'élite, le perdant joue un barrage contre le champion de Swiss League, la deuxième division du hockey suisse.

En Swiss League, seuls deux dossiers remplissent tous les critères (financiers, infrastructures etc.) pour valider une éventuelle montée : Olten et Viège. Si aucune de ces deux équipes ne devient championne de Swiss League, le barrage n'a pas lieu et aucune promotion/relégation n'intervient.

Au soir du 27 février, quelques certitudes sont déjà établies: Zurich, Fribourg et Lausanne sont déjà qualifiées pour les playoffs (et donc sont en vert sur le Teletext), Kloten et Ajoie sont assurées de terminer à la 13e et 14e place (et sont donc en rouge).

Le classement de National League au 28.02

Le classement de National League au 28.02 [Capture d'écran du Teletext]

Continuer la lecture

Sport

Le FC Winterhour déjoue encore les pronostics

Publié

le

Nishan Burkart (99) est le plus prompt pour ouvrir le score. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Invaincu lors de huit de ses neuf dernières rencontres de Super League, Winterthour ne cesse de surprendre. N’a-t-il pas déjoué tous les pronostics pour éliminer le FC Zurich en quart de finale ?

Au Letzigrund, la formation de Patrick Rahmen s’est imposée 2-0 grâce à un doublé de Nishan Burkart peu après l’heure de jeu (62e et 67e). A l’image de son gardien Yanick Brecher guère à son avantage sur l’ouverture du score, le FC Zurich a fait peine à voir. Comme trois jours plus tôt, le FCZ a dévoilé bien des manques. Sa fin de saison s’annonce aussi triste qu’un hiver sans fin

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Une qualification sans histoire pour le Servette FC

Publié

le

La joie mesurée des Grenat après l'ouverture du score de Miroslav Stevanovic. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Servette FC n’est pas tombé dans le piège. Trois jours après leur superbe victoire à Berne face aux Young Boys, les Grenats se sont imposés 2-0 à Delémont pour se hisser dans le dernier carré.

Devant 5482 spectateurs, le Servette FC a livré une performance en demi-teinte avant le repos avant de trouver l’ouverture par Miroslav Stevanovic à la 52e. Introduit à la pause, le Bosnien a su exploiter un centre de Bendeguz Bolla pour battre l’excellent Steven Oberle. Impuissant sur cette frappe du no 9 servettien, le portier des Jurassiens a réussi trois parades remarquables sur deux frappes de Jérémy Guillemenot et une de Bolla. Il a toutefois été surpris sur son premier poteau lors du 2-0 de la 74e inscrit par la nouvelle recrue Takuma Nishimura,

"Bourreau" de Saint-Gall et de Lucerne aux tours précédents, Delémont n’a pas réussi la passe de trois. Il y avait bien deux ligues d'écart entre les deux formations. Même si le score est resté dans le domaine du raisonnable et même si René Weiler avait procédé à un large turnover, les Jurassiens n’ont, ainsi, pas été en mesure d’emballer le match pour faire croire à leur public que l’exploit pouvait être possible-

Le Servette FC disputera à la fin avril une troisième demi-finale depuis 2021. Les deux premières à domicile contre St. Gall et Lugano avaient laissé bien des regrets à une équipe qui n’a plus joué une finale de Coupe de Suisse depuis 2001. Mais ce Servette 2023/2024 qui traverse sans doute sa plus belle saison depuis deux décennies semble en mesure de saisir cette fois pleinement sa chance.

 

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture