Rejoignez-nous

Sport

Geneva Open: Stan is back

Publié

,

le

Le Geneva Open pourrait bien servir de déclic à Stan Wawrinka (ATP 25). Le double tenant du titre a dominé l’Américain Jared Donaldson (ATP 57) 6-3 6-4 en 68′ pour filer en quarts.

« Je suis très, très satisfait. Surtout après avoir vécu tant de mois de galère après mes opérations » subies l’été dernier, a-t-il lâché à l’issue de cette rencontre. « Je me sentais bien sur ce court. C’était important d’être parfaitement concentré. Je devais jouer de manière simple, sans trop me poser de questions. Mais ce n’était qu’une victoire, et ça fait longtemps que je n’ai pas enchaîné deux matches en deux jours. »

Le Vaudois, qui a eu droit à une haie d’honneur des ramasseurs de balles à son entrée sur le court à 21h15, a fêté mercredi sa quatrième victoire de l’année, 103 jours après la dernière obtenue en quart de finale à Sofia le 9 février face à Viktor Troicki. Il avait démarré sa saison en remportant trois de ses quatre premiers matches (un à Melbourne, deux dans la capitale bulgare) mais avait rapidement constaté que son genou gauche n’était pas prêt à enchaîner les efforts.

Contraint d’abandonner dès son entrée en lice à Marseille le 22 février, Stan Wawrinka n’est revenu aux affaires que le 13 mai sur la terre battue de Rome. Dix jours après une défaite sans appel (6-4 6-4) subie au Foro Italico devant Steve Johnson, il est apparu bien plus affûté pour sa tardive entrée en lice au Parc des Eaux-Vives. Jared Donaldson l’a très rapidement constaté.

Les nombreux fans de Stan Wawrinka encore présents furent donc vite rassurés. L’homme aux trois titres du Grand Chelem a lâché les chevaux d’entrée de jeu, bougeant à la perfection. Son manque de victoires et de confiance ne s’est pas ressenti sur le court. Et il a signé un premier break dès le sixième jeu en armant coup sur coup un revers puis un coup droit gagnants, lâchés tous les deux le long de la ligne.

Stan Wawrinka, qui n’a pas dû faire face à la moindre balle de break dans cette partie, s’est certes montré moins impressionnant dans la deuxième manche. Mais il a forcé la décision dès le septième jeu en s’emparant une deuxième fois du service adverse, grâce à un nouveau revers gagnant frappé le long de la ligne. Et il a conservé sans difficulté cet avantage, réussissant deux jeux blancs sur ses deux derniers jeux de service.

Le Vaudois devra confirmer ce regain de forme vendredi en quart de finale face au solide Marton Fucsovics (ATP 60). Il n’a encore jamais affronté le Hongrois de 26 ans, qui s’est montré convaincant depuis le début de la semaine avec des victoires obtenues aux dépens du 36e joueur mondial Albert Ramos-Viñolas mardi (6-1 6-2) puis du grand espoir américain Frances Tiafoe mercredi (7-6 6-4).

(Source ATS – Photo ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Basketball

Les Lions dévorent Monthey dans une salle vide

Publié

le

Seul contre tous, le joueur genevois Michel-Ofik Nzege, au centre en noir et rouge, prend le dessus sur Victor Desponds, Nelson Moke et le top scorer des Sangliers Chad Timberlake, illustre le fait que les Lions comptent bien tenir le haut du panier cette saison (© KEYSTONE/Laurent Gillieron).

Privés de compétition pendant trois semaines en raison des aléas dus au coronavirus, les Lions de Genève ont livré une prestation rugissante face au BBC Monthey (89-48) dans un match qui s’est joué à huis clos après l’arrêté du Conseil d’Etat valaisan mercredi.

Les basketteurs du Grand-Saconnex n’ont pas fait les choses à moitié! Privés de reprise, d’abord à cause de la rétrogradation des Vevey Riviera Lakers en Première Ligue Nationale (le championnat de Swiss Basketball League ne se jouant plus qu’à neuf équipes), puis de la quarantaine imposée aux Tigres de Lugano, ils avaient faim de compétition. Malgré une nervosité bien compréhensible, ils ont dominé leur sujet, ne faisant qu’une bouchée des Sangliers bas-valaisans. Ils ont fait main basse sur chacun des trois premiers quarts-temps (22-12, 26-13, et surtout 27-5 pour le troisième!) avant de relâcher quelque peu la pression au cours des dix dernières minutes (14-18). Les Lions se sont ainsi parfaitement rachetés de la défaite subie lors de Super Coupe début octobre face à Fribourg Olympic (58-73).

Mikaël Maruotto: « on était un peu nerveux… »

L’ancien joueur montheysan n’était pas le moins satisfait. Et même si ça peut paraître difficile à croire, il avoue avoir eu un peu d’appréhension avant la partie ; Julien Trachsel de Radio Chablais l’a rencontré.

Mikaël Maruotto Ailier des Lions de Genève

 

La principale enseignement (et satisfaction!) de ce match de reprise est, en plus de la très nette victoire, que les rouages semblent déjà bien huilés et que le jeu collectif est déjà au point.

Mikaël Maruotto Ailier des Lions de Genève

 

Quatre joueurs à points et plus

Une satisfaction qui découle de la qualité du jeu collectif présenté est que les dix joueurs alignés sur le parquet de la Salle du Reposieux ont tous (sans exception) inscrit leur nom au tableau des marqueurs. La palme revenant à l’arrière shooter américain Timothy Derksen qui a suivi son entraîneur en provenance de Fribourg Olympic (dix-neuf points), suivi de l’ailier genevois Michel-Ofik NZege, du tireur d’élite tessinois Roberto Kovac et du meneur de jeu lituanien Donatas Sabeckis (tous trois avec dix unités à leur actif). L’ancien joueur du BBC Monthey Mikaël Maruotto (véritable street shooter aux dires de Daniel Goethals, entraîneur d’Union Neuchâtel) se « contentant » de neuf points marqués. Le fait que le total des félins de la République avoisine les nonante points, mais qu’aucun joueur n’en a – à lui seul – inscrit vingt, souligne peut-être (ça demande encore confirmation) l’importance prépondérante du jeu collectif au sein de cette cuvée 20-21 des Lions de Genève…

 

 

 

Continuer la lecture

Voile

5e à Gdansk, Maud Jayet rêve de Jeux Olympiques

Publié

le

Maud Jayet : sa cinquième place aux championnats d'Europe la satisfait pleinement, surtout dans l'optique des Jeux Olympiques d'été l'année prochaine à Tokyo (Keystone/EPA/Adam Warzawa/POLAND OUT)

Cinquième aux championnats d’Europe à Gdansk, la Vaudoise a tout pour obtenir sa qualification pour les Jeux Olympiques d’été.

Les membres du Swiss Sailing Team ont obtenu de bons résultats depuis la reprise des régates ! Après la cinquième place en « fortyniner » du duo genevois Sébastien Schneiter-Lucien Cujean, Maud Jayet (24 ans) a terminé cinquième, elle aussi, dans la catégorie Laser (officiellement rebaptisée Ilca, sans que grand monde n’utilise ce nouveau nom) Radial (ce second terme faisant référence aux voiles utilisées dans cette catégorie féminine individuelle aux courses courtes et intenses) aux championnats d’Europe à Gdansk (Pologne) mi-octobre.

Septième avant le dernier jour de course, la navigatrice vaudoise a signé une excellente performance pour la sixième et dernière journée de ces joutes continentales. Avec une manche de cinq et une manche de dix, elle a gagné deux places au classement pour terminer dans les cinq premières, ce qui représente beaucoup pour elle surtout dans l’optique des Jeux Olympiques d’été l’année prochaine à Tokyo.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Faire au mieux malgré tout

Pour Maud Jayet, le bilan de cette saison est mitigé, malgré la satisfaction d’avoir terminé cinquième à Gdansk. Une impression qu’elle résume en une phrase: « je viens de recommencer la saison et elle s’arrête déjà! ». Le coronavirus est passé par là !

Malgré les circonstances, elle a poursuivi ses entraînements près de chez elle, sur le Lac Léman au lieu d’aller à l’étranger et l’appui de sa coach Nathalie Brugger (trois participations olympiques) lui est précieux.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Camp d’entraînement au Portugal

Après trois semaines et demi de vacances, la sociétaire du Club Nautique de Pully effectuera un camp d’entraînement durant un mois au moins à l’étranger – au Portugal en principe – dont le départ est fixé peu avant la mi-novembre avant de rentrer en Suisse à la mi-décembre, sachant qu’il ne saurait être question de rester en terres helvétiques à cette période de l’année. En gardant aussi à l’esprit les contraintes liées à la propagation rapide du coronavirus depuis le début de l’automne.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Trois à quatre heures par jour sur l’eau

Après Noël, Maud Jayet et sa coach Nathalie Brugger retourneront – si la situation le permet – dans une région méditerranéenne ou sur la façade atlantique de la péninsule ibérique pour un autre bloc d’entraînement d’environ un mois et demi qui fera la part belle à l’entraînement sur l’eau (près de quatre heures par jour) certes, mais avec un accent particulier mis sur la condition physique.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Des groupes musculaires spécifiques sont ciblés pour permet à la jeune navigatrice d’atteindre le poids idéal situé entre soixante-huit et septante kilos. Une necessité pour maîtriser son embarcation lors de régates courtes (trois-quarts d’heure à une heure), mais très intenses.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Une qualification olympique à obtenir

Malgré son excellente cinquième place aux championnats d’Europe en Pologne, Maud Jayet n’est pas encore certaine d’être de la partie lors des Jeux Olympiques de Tokyo. Elle a permis à l’Equipe de Suisse d’obtenir sa qualification en tant que nation participante grâce à une neuvième place lors des Mondiaux à Aarhus (Danemark) voilà deux ans. La navigatrice vaudoise aura une dernière chance d’y arriver à titre individuel lors d’une régate à fixer au cours du printemps prochain.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Des choix de choix qui ne suffisent pour ouvrir la porte à une qualification olympique. Voilà une situation paradoxale qui s’explique par les critères fixés par Swiss Olympic…

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Football

Servette souffre, puis se libère face aux Young Boys

Publié

le

Steve Rouiller et la défense servettienne ont su résister aux Young Boys de l'ex-attaquant grenat Jean-Pierre NSame (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Servette a mieux joué à dix qu’à onze face aux champions de Suisse dans un match riche en rebondissements, mais sans but (0-0). A part Fofana côté servettien, Sierro a également été expulsé chez les « jaunes et noirs ». Plus de cinq milles spectateurs – dont certains très enthousiastes – ont assisté au match.

Plusieurs milliers de supporters (5240, chiffre officiel) beaucoup plus chaud que le climat qui ne l’était vraiment pas ont poussé leurs favoris vers une performance qui paraissait inimaginable après les vingt premières minutes: à savoir obtenir un résultat positif face aux Young Boys qui – de l’aveu même d’Alain Geiger – ont joué à niveau européen. Le résultat peut paraître flatteur aux observateurs neutres et aux amateurs de statistiques, les visiteurs ayant eu beaucoup plus de tirs totaux (vingt-sept), notamment cadrés, les Servettiens sont allés chercher ce point. Dominés dans tous les compartiments du jeu, ils faisaient figure d’équipe de ligue inferieure, ils ont eu le mérite de non seulement refaire surface petit à petit, mais dominer leurs adversaires alors qu’ils étaient à dix contre onze. Dans ces conditions, la satisfaction de leur entraîneur à l’issue de la partie était  des plus compréhensibles.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Jeremy Frick: « le public nous a poussé à nous dépasser! »

Quant au public, son appui a clairement été ressenti par les joueurs en grenat, notamment le gardien Jeremy Frick, très bien placé pour entendre le supporters dans son dos en première mi-temps.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Si les joueurs d’Alain Geiger ont fait preuve de caractère, leur performance reste cependant bien en deçà de celles de la saison dernière. Sixièmes du classement avec quatre points en autant de matches, ils n’ont marqué que deux buts et à chaque fois sur penalty. Le mentor valaisan de la Praille n’est surpris pour autant…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

Continuer la lecture

Football

Double défi pour Servette face aux Young Boys et au coronavirus

Publié

le

Anthony Sauthier et Servette défient les Young Boys de Christian Fasnacht dans un contexte très particulier (© Keystone/Martial Trezzini/archives).

Plus mille spectateurs pourront assister au match Servette – Young Boys samedi (19h) au Stade de la Praille. C’est la première fois depuis huit mois. De quoi réjouir le capitaine genevois Anthony Sauthier et ses coéquipiers.

La fête pourrait être tellement belle. Pour la première fois depuis l’hiver dernier (victoire sur le FC Zurich 4-1 le 16.02.20), plus de mille spectateurs du SFC peuvent assister à un match de leurs favoris au Stade de Genève. Mais ces retrouvailles se déroulent dans un contexte particulier.
L’ouverture des grandes manifestations sportives coïncide avec une recrudescence des cas de coronavirus (plus de trois mille nouveaux cas annoncés vendredi) qui frappe de plein fouet le championnat de Suisse de hockey sur glace, deux équipes en quarantaine (Fribourg Gotteron), et de basketball (les trois premiers rencontres des joueuses de Genève Elite et le match des Lions de Genève contre les Tigres de Lugano (agendé samedi en fin d’après-midi) ont dû être renvoyés.
Du côté des footballeurs servettiens, la joie de pouvoir retrouver des supporters en grand nombre est tempérée par la nécessité d’appliquer à la lettre les consignes de sécurité sanitaire. Une situation paradoxale – et inquiétante – qui ne peut qu’interpeller le capitaine « grenat ».

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

Sur un plan strictement sportif, Servette défie les champions de Suisse en titre. Sur le gazon de la Praille, les « grenats » défient les champions de Suisse en titre.
Le défi face aux « jaunes et noirs » de la capitale fédérale est d’autant plus grand qu’iles possèdent l’une des attaques les plus redoutables. Auteur de trente-deux buts la saison dernière en championnat, le meilleur buteur « jaune et noir » est un ancien Servettien que l’arrière latéral droit genevois connaît particulièrement bien.

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

Pour les Servettiens, il s’agit également de tirer les leçons des trois premiers matches de championnat joués avant la pause de l’équipe nationale, car s’ils éprouvent des regrets par rapport aux occasions de but ratées, ils ont également travaillé certaines phases de jeu spécifiques sur le plan défensif pour éviter d’encaisser des buts sur des ballons arrêtés comme lors de la courte défaite à Saint-Gall (0-1).

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

Pour les joueurs d’Alain Geiger, il s’agit notamment de bien entrer dans la partie. Anthony Sauthier sera mis à contribution en phase défensive. Mais le numéro deux grenat qui n’a plus marqué depuis longtemps est aussi prêt à apporter sa pierre à l’édifice en attaque également.

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Genève-Servette fait le plein de confiance face à Langnau

Publié

le

Eric Fehr n'a pas tremblé au moment d'inscrire le 2-1 face au portier emmentalois (Laurent Naville/Radio Lac)

Genève-Servette a décroché jeudi sa troisième victoire de la saison en quatre matches de National League. Les hommes du coach Patrick Emond ont écrasé Langnau 8-1 aux Vernets devant 3788.

Les Aigles, qui restaient sur une défaite à domicile devant Ambri-Piotta, ont fait la différence avant la mi-match. Deux buts inscrits en l’espace de 13 secondes par Eric Fehr et Damien Riat ont fait passer le score de 1-1 à 3-1. La messe était dite après le 4-1 signé Tyler Moy à la 24e.

Le « power play » genevois a ensuite fait exploser la défense emmentaloise, qui a concédé quatre buts à 4 contre 5 et un à 3 contre 5 pour subir sa troisième défaite de la saison en trois sorties. Auteur d’un assist sur le 3-1, le magicien suédois Linus Omark a d’ailleurs marqué ses deux premiers buts dans ce championnat en supériorité numérique.

Tyler Moy a lui aussi signé un doublé, ouvrant la marque dès la 7e pour une équipe qui a concédé l’égalisation à la 14e juste après avoir « tué » un double désavantage numérique de deux minutes. Gauthier Descloux, qui a capitulé sur un tir de Nolan Diem, a détourné les 34 autres tirs cadrés par Langnau.

Reste maintenant un déplacement piège vendredi soir face à Rapperswil. A suivre sur Radio Lac dès 19h30.

Réecouter le match:

Le GSHC sur Radio Lac - 1er tiers Frank Rohrbasser & Bastien Trottet

Le GSHC sur Radio Lac - 2e tiers Frank Rohrbasser & Bastien Trottet

Le GSHC sur Radio Lac - 3e tiers Frank Rohrbasser & Bastien Trottet

sey/ats

Continuer la lecture