Rejoignez-nous

Football

La cinquième campagne de Yann Sommer

Publié

,

le

Yann Sommer motivé comme jamais avec la Suisse (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Au soir du funeste 6 décembre dernier, il avait laissé planer le doute quant à son avenir en équipe de Suisse. Yann Sommer disputera bien sa 5e campagne dans le rôle du no 1 de l'équipe de Suisse.

"J'en veux encore", lâche Yann Sommer trois mois et demi après le naufrage de Doha contre le Portugal, cette défaite 6-1 dans un huitième de finale qu'il n'aurait pas dû, affirme Murat Yakin avec le recul nécessaire, jouer en raison de son état grippal. "Je veux contribuer à la qualification pour l'Euro 2024", poursuit celui qui a succédé à Diego Benaglio au lendemain de la Coupe du monde 2014 et qui honorera samedi dans le huis clos de Novi Sad face à la Biélorussie sa 81e sélection.

Une autre galaxie

De l'eau a coulé sous les ponts entre Doha et Novi Sad. Le 18 janvier dernier, Yann Sommer est entré dans une autre galaxie avec sa signature au Bayern Munich. Après huit ans et demi à Mönchengladbach, le Bâlois découvre à 34 ans l'ivresse de porter les couleurs d'un club armé pour remporter la Ligue des Champions. Les dirigeants bavarois ont très vite estimé qu'il était le seul en mesure de remplacer Manuel Neuer, sur le flanc en raison d'une fracture de la jambe contractée lors de ses vacances à la neige.

Entre le 20 janvier, date de sa première sous ses nouvelles couleurs, et le 19 mars, Yann Sommer a disputé 13 rencontres avec le Bayern Munich. "Tout est démultiplié, glisse Yann Sommer. Les stades, le devoir d'exigence auquel vous êtes confronté lorsque l'on joue pour le Bayern, la pression, bien sûr, et le regard que l'on porte sur vous." Le Bâlois sait qu'une bourde commise dans un grand match peut vous coller à la peau à jamais. Il sait, ainsi, que son dribble manqué dans sa surface lors du huitième de finale retour de la Ligue des Champions contre le PSG aurait pu lui coûter très cher. Il ne fut sauvé qu'au prix d'un réflexe extraordinaire de Matthijs De Ligt sur la ligne. Les 700 kilos de chocolat suisse qu'il a offert à son coéquipier néerlandais pour ce sauvetage sur la frappe de Vitinha ne sont rien face aux conséquences liées à un but concédé de la sorte dans une telle rencontre.

"On dirait que Yann joue depuis cinq ans avec nous"

Ses parades devant Kylian Mbappé au match aller et face à Sergio Ramos au retour lui ont toutefois permis de signer deux clean sheets lors de ce huitième de finale. Et de conforter ses dirigeants dans la justesse de leur choix. "On dirait que Yann joue depuis cinq ans avec nous", souligne ainsi le directeur sportif Hasan Salihamidzic.

Les deux rencontres de l'équipe de Suisse contre la Biélorussie et Israël tombent avant un mois d'avril qui sera celui de la vérité pour le Bayern et Yann Sommer: le "Klassiker" contre Dortmund le 1er avril suivi par les quarts de finale de la Ligue des Champions contre Manchester City et de Coupe d'Allemagne contre le SC Fribourg. "L'idée de zapper les deux matches de l'équipe de Suisse ne m'est pas venue une seule seconde, dit-il. Changer d'air me fait du bien, retrouver mes coéquipiers en sélection aussi."

"Nous sommes les favoris de ce groupe. A nous de faire le nécessaire pour justifier ce statut, poursuit Yann Sommer. La clé sera de préparer tous les matches avec la même minutie." Le natif de Morges ne veut pas croire que cette campagne sera la dernière de sa carrière internationale. "Il y aura bien un moment où je remarquerai que mon temps est compté, lâche-t-il. Mais aujourd'hui, je suis aussi motivé que jamais."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Les Young Boys gagnent la Coupe de Suisse en battant le FC Lugano

Publié

le

Les "jaunes et noirs" de la capitale fédérale ont réalisé le 3e doublé Coupe-championnat de leur Histoire dimanche au Wankdorf (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE).

Après 1958 et 2020, les Young Boys ont signé le troisième doublé de leur histoire. Cinq semaines après le sacre en Super League, ils se sont imposés d'extrême justesse (3-2) face au FC Lugano en finale de la Coupe de Suisse dimanche.

Sur "leur" pelouse artificielle du Wankdorf, les Bernois ont pris une première option sur la victoire grâce à deux réussites de la tête de l'ancien Servettien Jean-Pierre Nsame en première période. Le meilleur buteur du championnat a imposé, tant sur le corner de Fabien Rieder à la 20e que sur le coup-franc de Cédric Zeziger dans le temps additionnel sa détente et sa puissance physique pour terrasser les Tessinois.

 

Auteur de deux buts en finale de la Coupe de Suisse face au FC Lugano, l'ancien Servettien Jean-Pierre Nsame a, une fois de plus, fait parlé la poudre dimanche au Wankdorf (© KEYSTONE/Alessandro della Valle)

 

A la pause, le détenteur du trophée s'est retrouvé au pied du mur. Mattia Croci-Torti a procédé alors à deux changements pour repasser à une défense à quatre et, surtout, pour replacer Ousmane Doumbia en ligne médiane après l'avoir titularisé en défense centrale pour pallier le forfait de Fabio Daprelà. Ce coaching s'est avéré très vite gagnant avec la réduction du score de Mattia Bottani, entré en jeu à la pause (53e). Ce but a changé la physionomie de cette finale. Elle est devenue bien plus indécis et engagée avec une formation tessinoise qui a jeté toutes ses forces dans la bataille pour pousser les "jaunes et noirs" dans leurs derniers retranchements.

Fatidique 85e minute

Tout s'est finalement joué à la 85e minute avec une occasion en or pour John Espinoza annihilée par Keller, Meschack Elia pouvait inscrire le 3e but de son équipe après une bourde de Kreshnik Hajrizi. La réduction du score de Renato Steffen (88e) a redonné un dernier souffle à des Luganais dont on ne soulignera jamais assez leurs mérites lors de cette finale.

Wicky entre dans l'Histoire

Même s'il n'avait sans doute pas imaginé voir son équipe aussi bousculée après la pause, Raphaël Wicky peut savourer son triomphe. Le Valaisan marche ainsi sur les pas d'Albert Sing et de Gerardo Seoane, les deux autres entraîneurs qui ont mené les Young Boys au doublé. Les choix forts qu'il a opérés au coup d'envoi, Fabian Lustenberger et de Kastriot Imeri sur le banc, ont payé. Le remarquable défenseur centrale Aurèle Amenda, dont l'avenir s'annonce particulièrement prometteur, et Filip Ugrinic ont justifié la confiance de leur entraîneur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Bernois et Tessinois attendent la finale de Coupe avec impatience

Publié

le

Fumigènes, chants et applaudissement ont ponctué la marche des supporters bernois. (© KEYSTONE/Alessandro della Valle)

Environ 30'000 fans de football bernois et tessinois attendent avec impatience la finale de la Coupe de Suisse dimanche à Berne. Les supporters des Young Boys de Berne ont pris possession du centre-ville dès le matin.

Sous un ciel bleu et des températures estivales, ils se sont mis dans l'ambiance du match sur la Bärenplatz, dans le centre de la ville fédérale. Vers midi, jusqu'à 10'000 fans d'YB ont ensuite participé à la marche des supporters en direction du stade du Wankdorf, dans une ambiance pacifique, a constaté un journaliste de Keystone-ATS. Celle-ci a été ponctuée de fumigènes, de chants et d'applaudissements.

Les supporters du FC Lugano ont pour leur part renoncé à défiler cette année. Six trains spéciaux en provenance du Tessin se sont arrêtés directement à la gare du Wankdorf. L'année dernière, les Tessinois avaient marché depuis Ostermundigen jusqu'au stade.

Le match, qui débutera à 14h00, affichera complet, avec 31'500 places vendues. Les deux clubs ont bénéficié d'un contingent de 13'000 billets. Lugano n'en a toutefois vendu que 11'616. Les autres billets ont été mis en vente par différents canaux ou ont atterri chez des sponsors et des fonctionnaires de la fédération.

Lugano avait remporté la coupe l'an dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Les Young Boys sur leurs gardes

Publié

le

Fabian Rieder veut réussir ses adieux avant de partir en Allemagne. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le nouveau champion contre le détenteur du trophée: l'affiche de la finale de la Coupe de Suisse qui déroulera ce dimanche au Wankdorf avec un coup d'envoi à 14h00 est riche de promesses.

Les Young Boys viseront leur troisième doublé, alors que le FC Lugano entend devenir la première équipe à conserver sa Coupe de Suisse depuis le FC Bâle en 2008. Rassurées quant à leur avenir européen avec une participation certaine à une phase de poules - la Ligue Europa pour YB et la Conference League pour Lugano - les deux équipes pourront se livrer sans aucune arrière-pensée.

Sur leur pelouse artificielle fétiche du Wankdorf, les Young Boys s'efforceront d'emballer très vite le match pour ne laisser aucune ouverture à des Luganais qui excellent dans l'art de faire déjouer l'adversaire.

"On s'est très vite remis dedans"

Cinq semaines après avoir remporté un championnat qu'ils ont survolé, les Young Boys n'ont pas commis l'erreur de 2018 dans l'approche de cette finale. Il y a cinq ans, l'équipe était apparue un brin démobilisée après la conquête du titre.

"Le doublé a toujours été le grand objectif de notre saison", rappelle Kastriot Imeri, auteur d'un but magnifique lundi contre Winterthour. "Il y a eu bien sûr un relâchement après l'officialisation de notre titre. Mais on s'est très vite remis dedans." Les Bernois seront toutefois privés de deux des grands artisans du succès en demi-finale face au FC Bâle (4-2) avec les blessures du gardien Anthony Racioppi et du buteur Cedric Itten.

L'incroyable profondeur de son banc offre toutefois à Raphaël Wicky la possibilité de faire face à ce double forfait. Mais l'entraîneur valaisan prévient que rien ne sera acquis contre une équipe qui n'a perdu qu'un seul de ses dix-neuf derniers matches. "J'ai un immense respect pour Lugano", confesse-t-il.

Raphaël Wicky sait qu'une finale de Coupe impose ses propres règles. Le côté émotionnel de la rencontre sera encore plus prononcé dans la mesure où elle sera la dernière sous les couleurs bernoises de Cédric Zesiger et de Fabian Rieder. Le défenseur a signé à Wolfsburg alors que le demi s'apprête lui aussi à partir en Bundesliga. Nul doute que les deux hommes, sans doute le duo maître des Young Boys cette saison, ne voudront pas manquer leurs adieux.

Un Lugano qui a du coffre

Porté par ses 10'000 tifosi, le FC Lugano ne partira toutefois pas battu d'avance. L'an dernier, la formation de Mattia Croci-Torti avait réussi une démonstration tactique en finale pour terrasser 4-1 le Saint-Gall de Peter Zeidler. Le 15 avril en demi-finale, l'ouverture du score des Servettiens n'avait pas altéré la sérénité d'une équipe parfaitement équilibrée et qui n'accuse pas vraiment un point faible. Cette équipe a vraiment du coffre.

Ce printemps, elle tire aussi sa force de la verve de Renato Steffen. L'ancien joueur des... Young Boys n'arrête pas de marquer et de délivrer des passes décisives, notamment lundi au Letzigrund face au FC Zurich avec son but de la victoire à la 90e minute. Comme si son triplé historique à Novi Sad contre le Bélarus avec l'équipe de Suisse le 25 mars dernier lui avait donné des ailes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette Chênois passe à côté de sa finale face à Zurich 0-3

Publié

le

Sandrine Mauron, en grenat, et les Servettiennes ne sont parvenues à trouver le chemin des filets face au FC Zurich de Julia Stierli, en blanc, et la gardienne Seraina Friedli, en jaune fluorescent, vendredi soir à Saint-Gall (KEYSTONE/Ennio Leanza).

Nettement battues en demi-finales de la Coupe de Suisse (0-3), les Zurichoises ont pris leur revanche sur les Servettiennes sur le même score vendredi soir à Saint-Gall et remportent le 24e titre de championnes de Suisse.

Une issue cruelle si on en juge par l'absurdité de la formule, mais totalement logique au vu de la physionomie du match : voilà la principale conclusion qu'on peut tirer de cette finale de play-offs de Super League. Le FC Zurich a nettement battu Servette Chênois (3-0) vendredi à Saint-Gall devant moins de deux mille spectateurs (1937 dans un stade qui peut en contenir 18'000) grâce à des réussites de l'Autrichienne Marie Thérèse Höbinger juste avant la pause, de l'inévitable Fabienne Humm - on ne peut décidément pas la laisser seule dans les seize mètres - à un quart d'heure de la fin et de la toute jeune Alayah Pilgrim (néophyte en équipe nationale) au cours des arrêts de jeu.

Une formule absurde mais...

Premier constat: la formule de championnat est on ne peut plus inique. Créée pour susciter un intérêt médiatique et populaire, elle rate sa cible. Preuve en est l'affluence, encore plus faible qu'à la Tuillière, l'année dernière (quelques 2600 personnes) et même plus faible qu'à Meyrin fin mars à l'occasion des demi-finales de la Coupe de Suisse. L'horaire, un vendredi soir à 20h, y a contribué, les supporters servettiens n'ayant pas la possibilité de rentrer à la maison. Ainsi, les joueuses d'Eric Séverac perdent une couronne de championnes qu'elles auraient mille fois mérité après avoir dominé la saison régulière de la tête et des épaules terminant avec six longueurs d'avance sur les Zurichoises.

...une victoire indiscutable

Une fois les réflexions sur la formule exposées, on doit évidemment se pencher sur le verdict purement sportif. Sur ce point-là, force est de constater que la victoire des protégées de Jacqueline Dünker ne souffre pas la moindre discussion. Elles ont dominé cette partie dans tous les compartiments du jeu et sur tous les plans. Les Servettiennes, elles, au contraire, ne sont jamais véritablement entrées. Les occasions de buts en première mi-temps, à quelques rares exceptions près, sont toutes zurichoises. C'est donc le plus logiquement du monde que Marie-Thérèse Höbinger a ouvert la marque juste avant la pause.

Servettiennes dangereuses sur balles arrêtés

En seconde période, les pensionnaires de la Fontenette sont parvenues à porter le danger devant les buts adverses grâce aux balles arrêtées parfaitement bottées par le pied gauche d'Ágata Filipa. Sur un coup-franc, Mônica Mendes a été à deux doigts d'égaliser d'une habile reprise de la tête mais Seraina Friedli (gardienne remplaçante de l'Equipe de Suisse) s'est parfaitement détendue pour dévier la balle en corner. Les entrées en jeu de Coumba Sow et d'Alexandra Korhonen à l'heure de jeu n'ont pas permis d'inverser la tendance. Le suspense a néanmoins duré jusqu'à un quart d'heure de la fin. Mais la réussite inscrite par Fabienne Humm y a mis fin.

 

Coumba Sow: consternée (KEYSTONE/Ennio Leanza).

Rôles inversés

Venue du FC Bâle l'été dernier, Imane Saoud a fait son apparition pour les dix dernières minutes, mais les championnes de Suisse en titre tenaient leur os et n'allaient plus le lâcher. La troisième réussite, celle d'Alayah Pilgrim mettant un point final. On a ainsi revécu le scenario qu'en demi-finales de la Coupe de Suisse au Stade des Arbères à cela près que les rôles ont été inversés.

 

Fabienne Humm, en blanc au centre, marque le 2-0 et met fin au suspense (KEYSTONE/Ennio Leanza).

Pas de Ligue des Championnes!

Cette victoire récompense en fin de compte non pas l'équipe qui a été la plus régulière sur l'ensemble, mais qui s'est montrée la plus performante lors de la phase décisive du championnat: les play-offs. Servette Chênois ne prendra pas donc pas part aux matches de barrage de la Ligue des Championnes (unique compétition européenne interclubs féminine), mais on ne saurait parler de saison ratée quand on se remémore la conquête de la Coupe de Suisse, une première dans l'Histoire du club...

 

Continuer la lecture

Football

6 joueurs en fin de contrat quittent Servette

Publié

le

Prêté pour 6 mois au SFC, Kevin Mbabu. au centre, le bras droit en l'air, a terminé la saison en apothéose avec une victoire à Lucerne, synonyme de deuxième place et de qualification pour des tours préliminaires de la Ligue des Champions (© KEYSTONE/Philipp Schmidli).

Mortiz Bauer, Gaël Clichy, Boris Cespedes, Théo Valls et Steven Deana, 3e gardien, quittent le club grenat à la fin du mois de juin. C'est également le cas de Kevin Mbabu, prêté au SFC pour le second tour. 

Ces six joueurs quitteront donc le club et ne participeront pas à la reprise des entraînements le 19 juin. C'est décision de la direction sportive ne constitue en aucun cas une surprise.

Alain Geiger avait déjà fait savoir que Servette ne comptait plus sur Moritz Bauer depuis plusieurs mois déjà. L'arrière droit austro-suisse n'a donc plus été convoqué lors des matches de fin de saison.

Gaël Clichy: des gestes de classe

Gaël Clichy avait, pour sa part, fait part de sa volonté de mettre un terme à sa carrière de joueur. Une sage décision quand on sait qu'il était sujet à des blessures récurrentes. Car s'il a figuré dans le onze de base à domicile tout au long de la saison, il n'avait que rarement joué les matches à l'extérieur au second tour. Malgré cela, l'ancien international a tenu son rang jusqu'au bout, surtout quand il a commencé dans l'axe devant la défense en l'absence du titulaire du poste David Douline, victime d'une commotion; il a ainsi pu faire étalage de toute sa classe, notamment lors du lob sur le 3-0 face au FC Sion ou sur l'incroyable assist, une lumineuse ouverture de plus de trente-cinq mètres pour Miča Stevanovic qui a marqué d'une splendide reprise de volée le 3-2 face au FC Bâle lors du dernier match à domicile de la saison. Des images qui marqueront l'esprit des supporters servettiens et des mordus du ballon rond pour longtemps. Chapeau!

 

Gaël Clichy part par la grande porte: l'ancien international français s'est fait l'auteur de gestes de classe internationale avec un but marqué depuis le milieu de terrain ou d'une ouverture de près de 40m lors du 3-2 marqué par Miroslav Stevanovic face au FC Bâle (© KEYSTONE/Laurent Gilliéron).

 

Boris Cespedes a lui aussi été souvent blessé et n'a pas pu montrer ses qualités ces derniers mois. Arrivant en fin de contrat, il était évident qu'il lui sera difficile de convaincre les dirigeants du club grenat de lui accorder une seconde chance.

 

Boris Cespedes, en noir, a fait 17 apparitions sous le maillot servettien cette saison pour un total de 765 minutes de jeu (© KEYSTONE/Philipp Schmidli).

 

Theo Valls ne jouait plus qu'épisodiquement depuis longtemps. Pur gaucher, il avait tendance à doublonner dans l'axe avec Timothé Cognat qui lui est un pur droitier, sans avoir le même volume de jeu. Il aurait plus de chance en jouant sur un côté. Mais la présence à gauche de Patrick Pflücke, dont la progression a été constante depuis la reprise fin janvier, a achevé de lui de barrer la route.

Peu de perspective pour Deana

Enfin, Steven Deana, en tant que troisième gardien, n'avait que peu de perspectives d'avenir, face à Jeremy Frick, capitaine de l'équipe, et Edin Omeragic, portier n°2. Surtout que Leo Besson qui garde la cage des M21 s'affirme de plus en plus comme un dernier rempart d'avenir.

Rodelin reste

En revanche, Ronny Rodelin (34 ans en novembre) portera encore le maillot grenat la saison prochaine, l’option automatique de son contrat ayant été levée.

Le SFC mise sur les jeunes

A noter encore que le club grenat a prolongé le contrat du défenseur central Noah Henchoz (21 ans), prêté cette saison à Etoile Carouge, de deux ans - avec option pour une année supplémentaire vendredi, après avoir offert un contrat de trois ans à Malik Sawadogo (20 ans) mardi.

Continuer la lecture