Rejoignez-nous

Sport

Focus sur la Coupe du monde amateur de golf féminin

Publié

,

le

L'équipe de Suisse féminine de golf débute ce mercredi la Coupe du monde amateur en Irlande. Une compétition qui se déroule tous les deux ans et qui met aux prises les meilleurs joueurs et joueuses du circuit amateur. L'occasion de revenir avec Philippe Hermann, rédacteur en chef du magazine Golfers & Co, sur ce terme amateur.

Philippe HermannRédacteur en chef - Golfers & Co

L'équipe de Suisse n'a jamais brillé durant les précédentes éditions de la Coupe du monde (la seule mention de la Suisse dans le palmarès est l'organisation du tournoi en 1982 entre Genève et Lausanne). Avec, pour la deuxième édition consécutive, la Genevoise Albane Valenzuela 6e joueuse au classement amateur dans ses rangs, la Suisse pourrait-elle faire un résultat cette année. Philippe Hermann est catégorique.

Philippe HermannRédacteur en chef - Golfers & Co

 

"Albane va passer pro"

Si la Suisse ne devrait pas titiller les meilleurs joueuses du tournoi, les deux jeunes joueuses de l'équipe de Suisse Elena Moosmann et Yael Beger pourront engranger un maximum d’expérience avec un objectif: les JO de 2020 à Tokyo.

Philippe HermannRédacteur en chef - Golfers & Co

 

Albane Valenzuela, meilleure européenne au classement amateur, n'est donc pas encore dans le circuit professionnel. Une situation qui est loin d'inquiéter Philippe Hermann qui a pleinement confiance en les qualités de la Genevoise de 20 ans.

Philippe HermannRédacteur en chef - Golfers & Co

 

"Les enfants gâtés du golf mondial"

La semaine prochaine, ce sera au tour des professionnels du circuit masculin de s'affronter à Crans-Montana (VS) dans un cadre somptueux. Malgré l'absence des stars du circuit, "des enfants gâtés" pour Philippe Hermann,  la place occupée par l'Omega European Masters de Crans-Montana demeure primordiale.

Philippe HermannRédacteur en chef - Golfers & Co

@SebTelley

Photo: Facebook - Association suisse de golf

Sport

Paris et Dortmund renversent la table

Publié

le

Kylian Mbappé transforme le penalty du 3-1. (© KEYSTONE/EPA/Alberto Estevez)

Paris l’a fait ! Sept ans après le cauchemar de la remontada, le PSG a découvert que l’ivresse du bonheur était aussi possible à Barcelone.

Sans doute aidés par l’intransigeance de l’arbitre roumain Istvan Kovacs, les Parisiens se sont qualifiés pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Battus 3-2 au Parc des Princes mercredi dernier, ils se sont imposés 4-1 à Montjuic grâce à des réussites d’Ousmane Dembélé, de Vitinha et à un doublé de l’incontournable Kylian Mbappé. Ils avaient pourtant concédé l’ouverture du score à la 12e minute lorsque Raphina avait surgi sur un centre de Lamine Yamal. A cet instant, la soirée s'annonçait bien longue pour le PSG...

Mais ce match a basculé peu avant la demi-heure avec l’expulsion de Ronald Araujo. L’Uruguayen a vu rouge pour une faute de dernier recours sur Bradley Barcola, cet ailier qui avait failli filer à St. Gall il y a 15 mois mais qui fut bien l’homme de la révolte à Montjuic. A onze contre dix, le PSG a vraiment fait ce qu’il fallait pour renverser le cours de ce quart de finale.

Même si le FC Barcelone aurait pu revenir dans la course à la qualification en fin de match malgré son infériorité numérique, le succès du PSG n’a rien d’usurpé. L’équipe a témoigné de cette force de caractère qui lui avait cruellement manqué six jours plus tôt.

Trois minutes pour un K.O.

En demi-finale, le PSG retrouvera le Borussia Dortmund de Gregor Kobel qu’il avait affronté l’automne dernier en phase de poules. Les Allemands ont éliminé l’Atlético Madrid au terme d’une double confrontation qui restera dans les mémoires. Après leur défaite 2-1 à Madrid, ils ont gagné 4-2 un match retour un peu fou devant un public en délire. Le Borussia a forcé la décision en l’espace de trois minutes avec le 3-2 de la tête de Niclas Füllkrug (71e) et le 4-2 sur la frappe de Marcel Sabitzer (74e) .

Impuissant sur les deux réussites madrilènes, Gregor Kobel s’invitera pour la première fois dans le dernier carré de la Ligue des Champions. Le no 2 de l’équipe de Suisse aura sans doute à c½ur de marquer les esprits juste avant l’Euro. Histoire de se rappeler au bon souvenir de Murat Yakin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Des regrets légitimes pour le Lausanne HC

Publié

le

Toute la déception lausannoise sur le visage de Miikka Salomaeki. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Lausanne s'est incliné lors du premier match de la finale des play-off de National League. A Zurich, les Vaudois ont été battus 2-1 dans le duel des Lions.

Si proche et pourtant si loin. S'il fallait résumer ce premier acte de la finale, c'est ce que l'on pourrait retenir côté lausannois. Le LHC n'a pas à rougir de sa performance pour son premier match d'une finale de National League, mais c'est bien la force tranquille zurichoise qui a fini par s'imposer. Les Vaudois auraient mérité mieux, mais ils n'ont pas su marquer lorsqu'ils avaient les meilleures chances. Au cours du troisième tiers, les pensionnaires de Malley ont eu de vraies occasions, mais Simon Hrubec a su fermer la porte.

Avant cela, Lausanne a réalisé un premier tiers proche de la perfection. Les Zurichois ont eu de maigres occasions et surtout Damien Riat a eu la bonne idée d'ouvrir le score à la 15e. Sur une relance de Connor Hughes et un mauvais contrôle de Christian Marti à la ligne bleue alémanique, Riat a pu expédier le puck dans la lucarne de Hrubec.

Les Vaudois ont eu l'opportunité de prendre deux longueurs d'avance dans les premières minutes de la période médiane, mais Jason Fuchs puis Riat - tir sur l'angle du but - ont manqué la cible. Incapables de doubler la mise en power-play, les Vaudois se sont logiquement retrouvés à la merci du "Z" qui a égalisé par Yannick Weber (déviation de Chris Baltisberger ?) à la 29e. Un but tombé un peu de "nulle part", mais qui est finalement là pour rappeler pourquoi ces Lions zurichois sont si forts.

Les joueurs de Marc Crawford ont ensuite pris l'avantage à la 32e. Une récupération en zone défensive pour Derek Grant qui a pu remonter toute la patinoire avant d'aller ajuster Hughes pour son 9e but des play-off en autant de matches.

En l'absence de Christian Djoos, malade, Geoff Ward a dû modifier sa défense. Sans l'arrière suédois, c'est son compatriote Lawrence Pilut qui a vu son temps de jeu prendre l'ascenseur. Et comme il y avait une place pour un importé, c'est le Finlandais Henrik Haapala qui a disputé son premier match depuis le 3 février. Avec moins de cinq minutes de glace, le Scandinave n'a pas eu le temps de se mettre franchement en évidence.

La série se poursuit à Lausanne jeudi soir pour le deuxième acte avec des Lausannois qui espèrent bien faire comme lors de la demi-finale face à Fribourg: à savoir perdre le premier match en étant dominateur pour enchaîner quatre succès de rang. Mais Zurich est d'un autre calibre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Un miracle pour Union Neuchâtel au Tessin

Publié

le

Une victoire presque inespérée pour Nathaniel West et Union Neuchâtel à Massagno. (© KEYSTONE/TI-PRESS/Alessandro Crinari)

Union Neuchâtel a provoqué la surprise lors de l’Acte II des demi-finales des play-off. Les Neuchâtelois se sont imposés 77-75 à Massagno pour égaliser dans la série.

Cette victoire tient du miracle dans la mesure où Union était mené 75-69 à moins de 40’’ du buzzer. Mais c’était sans compter sans le sang-froid de Dalan Ancrum qui inscrivait deux lancers francs puis un tir à 3 points pour permettre à ses couleurs de rafler la mise dans un final improbable. Avec les deux prochains matches à venir dans sa salle, Union peut rêver en couleur.

En revanche, ces demi-finales tournent au cauchemar pour les Lions de Genève, confrontés à une mission impossible face à Friboug Olympic. Comme lors du premier match samedi, les Genevois n’ont pas existé dans cet Acte II. Menés 10-0, ils se sont finalement inclinés 101-74 sans inquiéter une seule seconde le champion en titre qui devrait conclure cette série samedi au Grand Saconnex.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Premiers départs de la Patrouille des Glaciers annulés

Publié

le

archives (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Les premières courses de la Patrouille des Glaciers au départ de Zermatt et d'Arolla prévues mardi et mercredi sont annulées. Les organisateurs invoquent les conditions météo qui mettent en péril la sécurité des patrouilleurs et du personnel sur le parcours.

La situation météorologique et les dernières prévisions pour mardi soir, mercredi et jeudi, ainsi que les avis des spécialistes conduisent à annuler les courses Z1 et A1, indique la Patrouille des Glaciers (PdG) dans un communiqué lundi soir. Il s'agit des courses prévues mardi et mercredi, au départ respectivement de Zermatt et d'Arolla pour rallier Verbier.

Une dégradation provenant du nord-ouest fait chuter les températures, avec jusqu’à -25° degrés ressentis au-dessus de 3000 mètres. Des rafales de vent sont prévues jusqu’à 50 km/h sur les crêtes et sommets, poursuit le communiqué.

Malgré cela, à basse altitude, la neige mouillée ne pourra pas se consolider suffisamment pour le passage des patrouilles. Autre point problématique, les nuages et le brouillard prévus tout le long du parcours de mardi à jeudi pourraient empêcher toute évacuation sanitaire par voie aérienne durant la course.

Courses en fin de semaine maintenues

Les dates des courses prévues vendredi et samedi (courses Z2 et A2) sont maintenues, précise la PdG. Les patrouilleurs dont la course est annulée ne pourront pas participer à l'épreuve en fin de semaine, les fenêtres de départ étant complètes. Le commandant de la PdG partage la déception des patrouilleurs qui se sont préparés pour ce grand rendez-vous et compte sur leur compréhension.

Près de 4900 coureurs se sont inscrits pour la mythique course à travers les sommets enneigés. Avec plus de 1600 militaires mobilisés, l'armée se charge de toute l'organisation de la course, et notamment de la sécurité du parcours et des coureurs.

Continuer la lecture

Hockey

Le LHC s'attaque à une mission quasi impossible

Publié

le

Geoff Ward sera forcément l'un des hommes-clés du côté du LHC (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Lausanne HC est-il capable d'offrir au hockey romand un deuxième titre national consécutif, 12 mois après le sacre historique de Genève-Servette?

Un premier élément de réponse tombera mardi en fin de soirée, au terme du premier acte de la finale des play-off qui oppose le LHC aux Zurich Lions.

Les Vaudois, tombeurs en cinq matches de Fribourg-Gottéron en demi-finale, font figure d'outsiders pour la première finale de leur histoire. Ils s'attaquent, il est vrai, à une montagne: dominateurs lors de la saison régulière, les Zurich Lions ont poursuivi sur leur lancée en gagnant leurs huit premiers matches en play-off.

Le "Z" s'est notamment appuyé sur ses stars suisses, Sven Andrighetto (11 points) et Denis Malgin (8), ainsi que sur Derek Grant (8 buts) pour "balayer" successivement Bienne et Zoug. Et son portier Simon Hrubec s'est montré intraitable jusqu'ici, avec une moyenne de 95,45% d'arrêts.

L'équipe entraînée par Marc Crawford vise un 10e titre national, qui serait le premier depuis 2018. Les Zurichois veulent tout faire pour effacer la désillusion de 2022, lorsqu'ils avaient été battus en sept matches par Zoug dans une finale dont ils avaient gagné les trois premiers actes.

Ce supplément de motivation pourrait toutefois apporter aussi une pression supplémentaire au "Z". Notamment à ses leaders Denis Malgin et Sven Andrighetto, déjà là en 2022. En face, le LHC du coach Geoff Ward n'aura selon l'expression consacrée rien à perdre, après avoir frisé le code dans un quart de finale où Davos avait mené 3-2.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture