Rejoignez-nous

Football

Bâle marque trois fois en vingt minutes, puis se crispe

Publié

,

le

Aurtur Cabral - à gauche - et les Bâlois joueront les matches de barrage de l'Europa League (© KEYSTONE/EPA Giorgos Kefalas).

Futur adversaire de Servette dimanche en championnat, le FC Bâle jouera les matches de barrage de l’Europa League grâce à une courte victoire face à Anorthosis Famagouste (3-2).

Trois buts en vingt-deux minutes. On croyait les Bâlois sur orbite dans ce match comptant pour le troisième tour qualificatif de l’Europa League. L’international Silvan Widmer – auteur d’une magnifique reprise de volée sur un coup franc botté par Samuele Campo – puis l’ex-Lausannois lui-même d’un maître-tir pris des vingt mètres dont la trajectoire a terminé sa course au fond des filets après avoir ricoché sous la barre avaient déjà donné deux longueurs d’avance aux joueurs de Ciriaco Sforza alors qu’on jouait depuis à peine plus de dix minutes. Un autogoal consécutivement à un envoi d’Andrea Padula relâché par le gardien visiteur ont encore augmenté l’avance des Rhénans. Une avance qu’on croyait décisive.

A nonante minutes de la phase de groupe

Mais la dernière action de la première période allait déboucher sur la réduction du score. Un tir aussi puissant que précis a laissé Nikolic pantois. A onze contre dix suite à l’expulsion d’Okriashvili qui venait d’écoper de deux avertissements (le second pour simulation), le FC Bâle a concédé un nouveau but au milieu de la seconde mi-temps sur penalty pour une faute de Padula en dehors des seize maîtres!
Un coup de théâtre dont Ciriaco Sforza se serait passé. Le dernier quart du match ne donnant lieu à aucun nouveau, les finalistes de la Coupe de Suisse pouvaient savourer une qualification qui les laisse potentiellement à nonante minutes de la phase de groupe de l’Europa League. Jeudi 1er octobre, ils affronteront le CSKA Sofia au Parc Saint-Jacques. Quant à savoir s’ils auront pleinement récupéré de leurs efforts d’ici dimanche, c’est une autre histoire…

Kutesa et Guillemenot éliminés

Si les futurs adversaires de Servette se sont qualifiés, il n’en va pas de même pour les anciens joueurs du SFC. Autre représentant helvétique, Saint-Gall – où Jeremy Guillemenot a joué tout le match – s’est incliné sur son terrain face à l’AEK Athènes. Tout s’est joué à vingt minutes, quand une rapide contre-attaque de Nélson Oliveira a débouché sur une faute du gardien Zigi. Ce dernier avait pourtant retenu le coup de pied de réparation. Mais sa déviation a donné une trajectoire insidieuse au ballon qui a rebondi devant la ligne de but permettant à l’attaquant portugaise de la formation athénienne de loger le cuir au fond des filets saint-gallois.

Victorieux une semaine plus tôt face à ses anciens coéquipiers, Dereck Kutesa – à gauche – a cette fois connu une soirée moins faste face à l’international hongrois Attila Fiola et Videoton (© KEYSTONE/EPA MTI/Szilard Koszticsak).

Enfin, le Stade de Reims a passé une soirée moins faste à Szekésfehérvár qu’à la Praille. Après cent-vingt minutes sans but, c’est Videoton (MOL-Fehérvár) qui l’a emporté à l’issue de la séance des tirs de coup de pied au but (4-1). Le dernier penalty étant transformé par le franco-hongrois (parisien de naissance) Loïc Nego. L’ex-attaquant grenat Dereck Kutesa pourra – comme ses anciens coéquipiers – se concentrer sur le championnat national.
Et pour la petite histoire, comme une semaine plus tôt à la Praille, les supporters des adversaires du Stade de Reims se sont massés en dehors du stade Sóstói (le stade du lac salé en français) pour encourager leurs favoris.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Equipe de Suisse

Sandy Maendly : « Nils Nielsen a libéré les joueuses »

Publié

le

Victorieuses le 22 septembre face aux Belges (2-1), les Suissesses sont confiantes avant leurs deux dernières rencontres, mais elles devront se passer de plusieurs joueuses en défense dont Noëlle Martitz, n°5 de dos, et Luana Bühler, n°15 au centre (© KEYSTONE/Peter Schneider).

L’Equipe de Suisse féminine entame la dernière ligne droite dans la phase qualificative de l’Euro’22 avec deux rencontres décisives en Roumanie mardi, puis en Belgique au tout début décembre. Libérées par la présence du coach national Nils Nielsen, les Suissesses ont tous les atouts en main pour se qualifier pour la phase finale en Angleterre.

C’est la dernière ligne droite pour la sélection féminine helvétique dans la phase qualificative pour l’Euro’22. En tête de leur groupe avant les deux dernières rencontres, les Suissesses devront récolter quatre points au moins pour accéder à la phase finale. Première échéance mardi après-midi en Roumanie, face à une équipe qu’elles ont très nettement battue (6-0) le 12 novembre dernier. Mais attention sur les terres, les Roumaines montrent un tout autre visage: elles sont invaincues à domicile depuis plus d’une année. Leur ultime défaite devant leur public remonte à la première partie de cette phase qualificative face à la Belgique. Et encore. Elles ne se sont inclinées que par la marge la plus étroite (0-1).
Les joueuses de Nils Nielsen ont d’autant plus de raisons de se méfier, qu’elles ont leur talon d’Achille. Souvent tombées dans le piège de la provocation lors de leur précédente rencontre à l’extérieur de cette campagne où elles ont fini par arracher un résultat nul (1-1) après avoir concédé très tôt l’ouverture du score. elles devront maîtriser leurs nerfs cette fois…

Sandy Maendly 73 sélections en Equipe de Suisse

 

Sandy Maendly qui évolue sous les couleurs de Servette Chênois depuis début ’18 a retrouvé l’Equipe de Suisse après trois et demi d’absence (archives).

 

 

Pour cette avant-dernière de la campagne qualificative, les Suissesses devront se passer de plusieurs joueuses de l’arrière garde. Noëlle Maritz et Luana Bühler sont indisponibles à Mogoşaia, alors que Rahel Kiwic et Viola Calligaris, poignet cassé en Croatie, étaient déjà indisponibles.

Sandy Maendly 73 sélections en Equipe de Suisse

 

La joueuse de milieu de terrain de Servette Chênois n’a plus connu les joies des sélections durant plus de trois ans et demi (27.11.15-14.06.19), avant de faire son retour sous l’ère Nils Nielsen entré fonction voilà bientôt deux ans. Elle nous dit ce que la présence du coach danois a changé au sein de la sélection helvétique par rapport aux années précédentes.

Sandy Maendly 73 sélections en Equipe de Suisse

 

Et cette équipe rajeunie possède une belle marge de progression avec la présence de neuf joueuses de moins de vingt-trois ans, parmi lesquelles la Servettienne Nathalia Spälti, venue en renfort au dernier moment.

Sandy Maendly 73 sélections en Equipe de Suisse

Continuer la lecture

Football

Servette souffre, puis se libère face aux Young Boys

Publié

le

Steve Rouiller et la défense servettienne ont su résister aux Young Boys de l'ex-attaquant grenat Jean-Pierre NSame (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Servette a mieux joué à dix qu’à onze face aux champions de Suisse dans un match riche en rebondissements, mais sans but (0-0). A part Fofana côté servettien, Sierro a également été expulsé chez les « jaunes et noirs ». Plus de cinq milles spectateurs – dont certains très enthousiastes – ont assisté au match.

Plusieurs milliers de supporters (5240, chiffre officiel) beaucoup plus chaud que le climat qui ne l’était vraiment pas ont poussé leurs favoris vers une performance qui paraissait inimaginable après les vingt premières minutes: à savoir obtenir un résultat positif face aux Young Boys qui – de l’aveu même d’Alain Geiger – ont joué à niveau européen. Le résultat peut paraître flatteur aux observateurs neutres et aux amateurs de statistiques, les visiteurs ayant eu beaucoup plus de tirs totaux (vingt-sept), notamment cadrés, les Servettiens sont allés chercher ce point. Dominés dans tous les compartiments du jeu, ils faisaient figure d’équipe de ligue inferieure, ils ont eu le mérite de non seulement refaire surface petit à petit, mais dominer leurs adversaires alors qu’ils étaient à dix contre onze. Dans ces conditions, la satisfaction de leur entraîneur à l’issue de la partie était  des plus compréhensibles.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Jeremy Frick: « le public nous a poussé à nous dépasser! »

Quant au public, son appui a clairement été ressenti par les joueurs en grenat, notamment le gardien Jeremy Frick, très bien placé pour entendre le supporters dans son dos en première mi-temps.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Si les joueurs d’Alain Geiger ont fait preuve de caractère, leur performance reste cependant bien en deçà de celles de la saison dernière. Sixièmes du classement avec quatre points en autant de matches, ils n’ont marqué que deux buts et à chaque fois sur penalty. Le mentor valaisan de la Praille n’est surpris pour autant…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

Continuer la lecture

Football

Double défi pour Servette face aux Young Boys et au coronavirus

Publié

le

Anthony Sauthier et Servette défient les Young Boys de Christian Fasnacht dans un contexte très particulier (© Keystone/Martial Trezzini/archives).

Plus mille spectateurs pourront assister au match Servette – Young Boys samedi (19h) au Stade de la Praille. C’est la première fois depuis huit mois. De quoi réjouir le capitaine genevois Anthony Sauthier et ses coéquipiers.

La fête pourrait être tellement belle. Pour la première fois depuis l’hiver dernier (victoire sur le FC Zurich 4-1 le 16.02.20), plus de mille spectateurs du SFC peuvent assister à un match de leurs favoris au Stade de Genève. Mais ces retrouvailles se déroulent dans un contexte particulier.
L’ouverture des grandes manifestations sportives coïncide avec une recrudescence des cas de coronavirus (plus de trois mille nouveaux cas annoncés vendredi) qui frappe de plein fouet le championnat de Suisse de hockey sur glace, deux équipes en quarantaine (Fribourg Gotteron), et de basketball (les trois premiers rencontres des joueuses de Genève Elite et le match des Lions de Genève contre les Tigres de Lugano (agendé samedi en fin d’après-midi) ont dû être renvoyés.
Du côté des footballeurs servettiens, la joie de pouvoir retrouver des supporters en grand nombre est tempérée par la nécessité d’appliquer à la lettre les consignes de sécurité sanitaire. Une situation paradoxale – et inquiétante – qui ne peut qu’interpeller le capitaine « grenat ».

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

Sur un plan strictement sportif, Servette défie les champions de Suisse en titre. Sur le gazon de la Praille, les « grenats » défient les champions de Suisse en titre.
Le défi face aux « jaunes et noirs » de la capitale fédérale est d’autant plus grand qu’iles possèdent l’une des attaques les plus redoutables. Auteur de trente-deux buts la saison dernière en championnat, le meilleur buteur « jaune et noir » est un ancien Servettien que l’arrière latéral droit genevois connaît particulièrement bien.

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

Pour les Servettiens, il s’agit également de tirer les leçons des trois premiers matches de championnat joués avant la pause de l’équipe nationale, car s’ils éprouvent des regrets par rapport aux occasions de but ratées, ils ont également travaillé certaines phases de jeu spécifiques sur le plan défensif pour éviter d’encaisser des buts sur des ballons arrêtés comme lors de la courte défaite à Saint-Gall (0-1).

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

Pour les joueurs d’Alain Geiger, il s’agit notamment de bien entrer dans la partie. Anthony Sauthier sera mis à contribution en phase défensive. Mais le numéro deux grenat qui n’a plus marqué depuis longtemps est aussi prêt à apporter sa pierre à l’édifice en attaque également.

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Football

Ligue des Nations: Shaqiri ravi d’être de retour

Publié

le

Absent durant plus d'un an, Xherdan Shaqiri, au centre avec le ballon, enchaîne les matches de prestige avec la sélection helvétique : après avoir effectué sa rentrée face aux triples champions d'Europe samedi à Madrid, il se prépare à défier les quadruples champions du Monde à Cologne (© KEYSTONE/DPA/Federico Gambarini).

Xherdan Shaqiri a fait sa rentrée sous le maillot national en Espagne samedi après une longue absence. Le meneur de jeu helvétique se réjouit d’affronter l’Allemagne mardi (20h45) à Cologne.

C’est un Xherdan Shaqiri détendu qui s’est présenté devant la presse lundi. « C’est un très beau sentiment d’être à nouveau dans l’équipe après une année d’absence », s’est-il réjoui avant d’affronter les Allemands . « Je voulais aider l’équipe et je me suis très bien senti pendant le match », a ajouté le meneur de jeu, entré à la 60e minute à Madrid. Mais « XS » n’a pas pu empêcher la défaite 1-0 de l’équipe nationale. Reste que son retour a mis un terme au feuilleton de la semaine, lui qui avait été testé positif au coronavirus mardi, puis négatif mercredi.

Surpris du test positif

« J’ai été un peu surpris d’être testé positif, car j’avais déjà eu le virus, a-t-il expliqué. En Angleterre, nous sommes testés toutes les semaines. » L’Angleterre et Liverpool, c’est justement là où le Bâlois a choisi de rester, malgré un temps de jeu dérisoire. « J’y ai évidemment réfléchi durant l’été, explique-t-il. Mais j’ai choisi de rester à Liverpool, où j’essaierai de rééditer les bonnes performances que j’avais pu réaliser. »

L’équipe de Suisse peut lui permettre de retrouver une certaine confiance, lui qu’on s’attend à voir sur la pelouse contre le onze allemand mardi, même si Vladimir Petkovic n’a pas confirmé la titularisation de son vice-capitaine.

Xherdan Shaqiri: ravi de revêtir à nouveau le maillot national (© KEYSTONE/AP Photo/Martin Meissner).

Xherdan Shaqiri: « Mon rôle n’a pas changé »

Shaqiri, lui, ne voit pas ses seize mois d’absence comme une remise en question de son rôle en équipe nationale: « Il n’a pas changé, affirme-t-il. J’ai une certaine expérience, je fais partie des routiniers. Je vais chercher à aider les jeunes, car je pense que chaque joueur de l’équipe de Suisse doit prendre ses responsabilités. Malgré mon absence, je suis resté le même. » Sur le terrain aussi?

 

 

 

Photos: Keystone/DPA

Textes: Valentin Schnorhk/bb

Continuer la lecture

Football

Les Helvètes s’inclinent logiquement en Espagne

Publié

le

Ruben Vargas, en blanc, s'élève haut dans le ciel madrilène pour contrôler le ballon. Mais ce sont Pau Torres (n°4) et ses coéquipiers qui empochent la totalité de l'enjeu au Stadio Alfredo di Stéfano (© KEYSTONE/Alexandra Wey).

L’Equipe de Suisse s’incline une fois de plus par la marge la plus étroite (0-1) à Madrid ; mais la différence de classe entre les sélections helvétique et ibérique est plus nette que ne l’indique le score.

A quelques détails près, les joueurs de Vladimir Petkovic auraient pu ramener un résultat positif. Mais le but concédé très tôt dans le match, suite à une relance hasardeuse et une grossière erreur de placement de la défense les a mis dans une situation inconfortable. Revenir au score tenait alors de la gageure. Mais voir dans ce seul épisode le tournant du match est quelque peu réducteur, car la différence de niveau entre les deux formations était par moments considérable, surtout en première mi-temps. Les qualités techniques et la science du pressing du onze de Luis Enrique rendent la tâche de n’importe quel adversaire sinon impossible, du moins très difficile. De quoi faire éclater au grand jour, les limites de cette Equipe de Suisse qui se cherche en ce moment.

La seconde mi-temps est cependant porteuse d’espoirs. Les bonnes séquences étaient alors plus nombreuses que lors des quarante-cinq premières minutes. Shaqiri a pu faire sa rentrée et les jeunes (Sow, Vargas, notamment) ont une nouvelle fois fait étalage de leur talent. Mais tant les aptitudes offensives que la stabilité défensive ont été insuffisantes pour remettre en question ce succès espagnol qui ne souffre pas la moindre discussion.

Mardi à Cologne, c’est un autre des travaux d’Hercule qui attend les « Rouges », toujours quatrièmes et derniers de ce groupe quatre: le match retour face à l’Allemagne avec le secret espoir de réaliser un nouvel exploit comme le 6 septembre à Bâle (1-1). Mais c’est surtout contre l’Ukraine, seul véritable adversaire direct des Helvètes que ceux-ci devront gagner le 17 novembre à Lucerne (pour l’instant, ils accusent deux points de retard sur l’avant-dernier rang), Le maintien en Ligue A est à ce prix et de même que l’espoir de figurer fin novembre dans le top dix européen, synonyme d’incorporation au premier chapeau lors du tirage au sort du tour préliminaire de la Coupe du Monde, zone Europe.

Continuer la lecture