Rejoignez-nous

Santé

Le personnel de Joli-Mont mène la fronde contre la direction des HUG

Publié

,

le

Une cinquantaine de collaborateurs de la clinique de Joli-Mont à Genève s'est réunie ce mardi devant l'entrée de l'établissement pour dénoncer l'augmentation de la charge de travail. Aussi, ils parlent d'une inégalité de traitement avec les HUG, notamment par rapport à la prime gériatrie, accordée aux autres services des HUG.

 

La quasi totalité du personnel de la clinique de Joli-Mont s'est rassemblée ce mardi devant la bâtisse genevoise. Tous semblaient sur les dents, notamment à cause de la cirse sanitaire qui met les nerfs à rude épreuve. Mais plus que la crise du covid-19, c'est l'inégalité de traitement avec les autres services des HUG que les collaborateurs de Joli-Mont dénoncent:

Marion GogniatInfirmière à la clinique de Joli-Mont

 

7 mois de passif

Si le personnel semble à ce point désabusé, c'est aussi par ce que les problèmes ne datent pas d'aujourd'hui et que les tentatives de négociations avec la direction des HUG ont été vaines à chaque essai. En effet, en août dernier, 71 des 80 collaborateurs de la clinique avaient signé une pétition dénonçant la détérioration des conditions de travail. Aujourd’hui, face à l’inaction de la direction, la situation se tend. Et la question de la prime non perçue revient au centre des débats, en plus du manque criant d'effectif, comme le confirme Maria-José Teixeira, elle est aide-soignante à Joli Mont:

 

Maria-José TeixeiraAide-soignante à la clinique de Joli-Mont

 

Soutiens divers

Cet après-midi, les collaborateurs mécontents ont donné de la voix, tour à tour sur le parvis de la clinique avec les syndicats dans le rôle de chauffeurs de salle. Aussi, le mouvement était soutenu par deux employés de Swissport (qui ont mené un combat similaire en janvier dernier) et deux collaboratrices de la maison de retraite du Petit Saconnex. Pas sur pour autant que cette action de débrayage ne suffise à convaincre la direction des HUG de changer de cap. Mais le personnel et les partenaires sociaux se disent déterminés à mener d'autres frondes pour arriver à leurs fins:

David AndenmattenSecrétaire syndical à Avenir Syndical

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

Ems-Chemie soigne sa rentabilité, malgré une décroissance

Publié

le

La firme de Magdalena Martullo-Blocher comble ainsi les attentes des analystes consultés par AWP (archives). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Le chimiste de spécialités grison Ems-Chemie a étoffé ses marges au premier semestre 2024, pour dégager des excédents en hausse, en dépit d'une contraction de son chiffre d'affaires.

La fonte de 8,1% de celui-ci, à 1,09 milliard de francs, est pour plus de moitié moitié (4,7%) attribuée à des effets de changes.

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a néanmoins enflé de 4,3% à 318 millions, à la faveur d'une marge afférente étendue de 3,5 points de pourcentage à 29,3%.

La marge bénéficiaire avant charges d'intérêts et impôts (Ebit) a gagné 3,0 points et le résultat afférent s'est enrobé de 4,0% à 291 millions de francs, énumère un compte-rendu à mi-parcours livré vendredi.

La firme de Magdalena Martullo-Blocher comble ainsi les attentes des analystes consultés par AWP en matière de rentabilité. Le recul des recettes par contre s'avère plus sévère qu'escompté.

Evoquant un environnement durablement difficile, la direction laisse entrevoir pour l'ensemble de l'exercice une légère baisse de son chiffre d'affaires, en raison d'effets de changes. L'Ebit par contre doit s'établir un peu au-dessus de son niveau de 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

International

Ipsen acquiert la licence exclusive d'un médicament anticancéreux

Publié

le

Ce conjugué anticorps-médicament s'apprête à franchir les dernières étapes de développement préclinique, selon Ipsen et Foreseen Biotechnology. (archive) (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le groupe pharmaceutique français Ipsen a annoncé jeudi avoir acquis les droits de développement, de fabrication et de commercialisation d'un médicament anticancéreux auprès de Foreseen Biotechnology, pour un montant pouvant aller jusqu'à 1,03 milliard de dollars.

"Ipsen et Foreseen Biotechnology ont annoncé aujourd'hui la signature d'un accord de licence mondial exclusif pour FS001, un conjugué anticorps-médicament (antibody-drug conjugate, ADC) potentiellement premier de sa classe thérapeutique", indique un communiqué commun.

Le médicament, encore à un stade très précoce de son développement, "cible un nouvel antigène associé aux tumeurs, surexprimé dans de nombreuses tumeurs solides, qui joue un rôle essentiel dans la prolifération tumorale et le développement des métastases", expliquent les deux entreprises.

L'accord stipule qu'Ipsen obtient les "droits mondiaux exclusifs" de développement, de fabrication et de commercialisation de FS001.

En échange, la société de biotechnologie Foreseen Biotechnology recevra "jusqu'à 1,03 milliard de dollars, un montant comprenant un paiement initial ainsi que des paiements liés au développement et conditionnés à l'atteinte d'étapes réglementaires et commerciales", est-il précisé.

Foreseen pourra également percevoir des "redevances échelonnées sur le chiffre d'affaires mondial, sous réserve de la réussite des activités de développement ainsi que des activités réglementaires".

Ce conjugué anticorps-médicament s'apprête encore en effet "à franchir les dernières étapes de développement préclinique", précise le communiqué, mais "l'efficacité préclinique du FS001 a été démontrée dans des modèles de cancer multirésistants".

"Nous nous préparons au lancement d'un essai clinique de phase I consistant à évaluer FS001 dans certains types de tumeurs solides, et qui, nous l'espérons, nous permettra d'apporter de nouveaux traitements essentiels aux personnes atteintes de cancer dans le monde entier", a indiqué Mary Jane Hinrichs, vice-présidente sénior et directrice mondiale du développement préclinique d'Ipsen citée dans le communiqué.

"Nous sommes convaincus que le FS001 a le potentiel pour traiter de multiples cancers en monothérapie ou en association avec le traitement de référence", a elle estimé Catherine Wong, fondatrice et présidente de Foreseen.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Santé

Barry Callebaut améliore ses ventes sur neuf mois

Publié

le

L'envolée des prix du cacao a porté la hausse des recettes du groupe Barry Callebaut. (archive) (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le négociant et transformateur de produits cacaotés Barry Callebaut a vu son chiffre d'affaires progresser sur les neuf premiers mois de son exercice décalé 2023-2024, porté par les hausses de prix, alors que les volumes de produits vendus ont quasiment stagné.

Les objectifs financiers de la direction ont été confirmés. Entre septembre 2023 et mai 2024, les ventes du groupe zurichois ont atteint 7,3 milliards de francs, en hausse de 16,3% sur un an ou de 23,1% hors effets de changes, a-t-il détaillé jeudi dans un communiqué. L'envolée des prix du cacao explique cette hausse.

Les volumes ont quant à eux seulement augmenté de 0,4% à 1,71 million de tonnes.

Alors que les recettes du groupe sont légèrement supérieures aux prévisions des analystes consultés par l'agence AWP, les volumes sont conformes aux attentes du marché.

Malgré un environnement de marché jugé "volatile", la direction table toujours pour l'ensemble de l'exercice sur des volumes de ventes à peu près stables. L'exercice précédent, Barry Callebaut avait vendu 2,28 millions de tonnes de chocolat. Le résultat d'exploitation (Ebit), ajusté des coûts du programme de restructuration "BC next level" et hors effets des devises, doit également stagner autour des 659,4 millions de francs engrangés en 2022-2023.

L'entreprise, dirigée par Peter Feld, a également confirmé vouloir injecter, dans le cadre de son programme "BC next level", 500 millions de francs d'ici 2025 dans la société. Les coûts annuels doivent quant à eux reculer de 15% ou 250 millions d'ici 2027.

Quelque 2500 suppressions de postes au niveau mondial sont également prévues dans le cadre de ce programme, ce qui a amené les salariés de l'usine de Wieze en Belgique à entamer une grève, terminée depuis. Barry Callebaut indique à ce sujet avoir terminé le processus de consultation avec le comité d'entreprises européen et conclu un accord sur le traitement des employés qui seront touchés par le programme de restructuration.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Santé

La succession numérique peut laisser les héritiers perplexes

Publié

le

De nos jours, les services numériques peuvent déjà aider à organiser sa propre succession et à gérer les démarches administratives liées à un décès (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

En cas de décès d'un proche, il reste désormais son héritage numérique. Sans instructions précises, les héritiers se retrouvent souvent désemparés face à ce patrimoine virtuel intime. La Fondation pour l'évaluation des choix technologiques TA-SWISS a fait le point.

De plus en plus de services s’appuient sur les technologies numériques pour promettre un accompagnement et un soutien aux personnes en fin de vie ou au-delà. TA-SWISS a analysé les offres existantes et conclut que, selon leur déploiement, ces services exerceront une grande influence sur la planification individuelle, le deuil et le souvenir des personnes décédées.

Selon l'étude "La mort à l’ère numérique", présentée mardi devant la presse à Berne, il est nécessaire d’édicter des normes techniques, juridiques et éthiques strictes. Il s'agit également de sensibiliser la population, les prestataires de services et le personnel spécialisé des pompes funèbres. Avant de pouvoir recourir à des testaments numériques, des ajustements juridiques seront encore nécessaires.

Mort à l’ère numérique

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

USP: "la Suisse ne se nourrira que d'importations jusqu'à fin 2024"

Publié

le

"Aujourd'hui déjà, les surfaces mondiales de production sont limitées", écrit l'Union suisse des paysans. "Il suffit d'une guerre dans un pays exportateur important ou d'une année de conditions météorologiques extrêmes pour que l'approvisionnement de toute l’humanité soit menacé." (© KEYSTONE/DPA/PHILIPP SCHULZE)

"D'un point de vue statistique, la Suisse ne se nourrira dès mardi que d’importations jusqu’à la fin de l’année", écrit l'Union suisse des paysans (USP). En effet, affirme-t-elle, "l'agriculture indigène ne produit que 52% des denrées dont a besoin la population".

Ce qu'on appelle le "taux d’auto-approvisionnement brut" n'a cessé de diminuer au cours des dernières années, poursuit l'USP. D’un point de vue statistique, l’auto-approvisionnement de la Suisse prend donc fin mardi.

Jusqu'à la fin de l'année, la population suisse sera tributaire de denrées alimentaires importées, et donc de surfaces à l'étranger. La Suisse fait ainsi partie des plus grands importateurs nets du monde, affirme l'USP.

Voisins plus autosuffisants

La faîtière des paysans établit des comparaisons avec l'Allemagne, qui aurait un taux d’auto-approvisionnement de 88% et pourrait donc se contenter de denrées indigènes jusqu'au 1er novembre. La France produirait, elle, suffisamment d’aliments pour subvenir entièrement aux besoins de sa population.

Or, écrit l'USP, la production alimentaire présente un impact écologique plus important à l’étranger qu’en Suisse. "Il ressort d’ailleurs du rapport de l’Office fédéral de l’environnement que 75% de l’empreinte écologique liée à la consommation en Suisse est générée à l'étranger".

"Moins nous produisons chez nous et plus nous importons, plus nous impactons la planète", insiste la faîtière. "La protection de nos surfaces de production et de l'agriculture indigène est donc importante non seulement pour la sécurité alimentaire, mais aussi pour des raisons environnementales globales".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture