Rejoignez-nous

Santé

Le monde de demain: bientôt des greffes de peau « sur-mesure »

Publié

,

le

Photo: Cutiss / Frank Brüderli

Demain, il sera possible de réaliser des greffes de peau “sur mesure” pour soigner des blessures ou des brûlures…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Oui on s’en approche grâce à la start up Cutiss, adossée à l’Université de Zürich, qui vient de lever près de 19 millions de francs de financement supplémentaire pour sa technologie de greffe de peau, nommée DenovoSkin. Le principe est aussi simple à comprendre, que fou à expliquer: l’idée est de parvenir à fabriquer des morceaux de peau artificielle à partir d’un tout petit bout de peau saine.  Pour bien comprendre le processus: le patient fait une biopsie, ses cellules dermales et épidermales sont isolées, développées in vitro et combinées avec un hydrogel, pour créer une greffe de peau personnalisée, qui s’appelle donc la « denovoSkin », une peau sur-mesure prête à être transplantée au patient et quasiment sans traces, tout du moins minimales. Bref, une révolution pour les grands brûlés, pour les accidentés ou plus simplement pour ceux qui voudraient faire disparaître une cicatrice ou une malformation.

C’est pour quand? 

Le processus a déjà été testé sur des rats et des humains, avec succès, après 15 ans de recherche. Après les essais d’innocuité, reste maintenant à terminer la phase 2 des essais cliniques et mettre en oeuvre un prototype de machine qui servira, à terme, à la production automatisée et en grande quantité de cette “denovoSkin”. Et la finalisation c’est quasiment pour demain puisque la startup zurichoise envisage de déposer  une autorisation de mise sur le marché de sa technologie en Suisse et dans l’Union européenne dès 2022.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Fribourg: 240 personnes mises en quarantaine

Publié

le

Depuis mardi soir, environ 240 personnes ont été mises en quarantaine dans le canton de Fribourg (photo d'illustration). (©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Depuis mardi soir, environ 240 personnes ont été mises en quarantaine dans le canton de Fribourg. « C’est une situation sérieuse », indique jeudi la Direction de la santé et des affaires sociales dans un communiqué.

Cette mesure a été décidée à la suite d’une personne infectée par le Covid-19 qui a fréquenté trois bars et clubs dans le district de la Sarine les jours précédant les résultats du test. Les personnes concernées ont reçu un SMS officiel du Service du médecin cantonal (SMC) qui leur ordonne une mise en quarantaine immédiate.

« Cette mesure, conduite par la Direction de la santé et des affaires sociales (DSAS), est à prendre au sérieux », indique le département cantonal de la santé. Actuellement, les autorités poursuivent le travail de traçage avec les personnes qui ont été en contact avec la personne malade.

Les contrôles réalisés par les services de l’Etat ont révélé que l’un des établissements ne respectait pas les normes de protection sanitaires, ainsi que différentes autres règles d’exploitation. La Préfecture de la Sarine a prononcé une décision de fermeture provisoire de l’établissement.

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: un fauteuil roulant « tout terrain »

Publié

le

Photo: Scewo

Des fauteuils roulants qui peuvent franchir des escaliers… C’est le monde de demain. 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

L’innovation a du bon quand elle apporte une aide concrète et qu’elle améliore le quotidien: c’est le cas, assurément, avec la start up de Winterthour Scewo qui vient de mettre sur le marché la première série de son fauteuil roulant monte-escaliers, nommé le “Bro”. Ce qui était un projet étudiant il y a encore 5 ans, est devenu réalité avec les premiers clients qui ont reçu leur fauteuil ces derniers jours. C’est une chaise roulante au look futuriste et aux multiples configurations: un mode classique contrôlé par un joystick. Un mode fauteuil qui permet de relever l’assise d’un mètre pour être à hauteur de ses interlocuteurs. Un mode relax pour incliner son siège en position allongée. Et surtout un mode “passe-partout” avec des chenilles en caoutchouc que l’on active et que l’on désactivé à volonté pour monter ou descendre des escaliers ou un rebord sans effort. Ajoutez à cela une connexion smartphone, des rangements intégrés dans le dossier et sous le siège et enfin la possibilité de le replier en un tour de main pour le ranger dans un coffre de voiture.

Où en est la commercialisation? 

La première série est déjà épuisée. Une trentaine de fauteuils roulants ont ainsi été produits pour le marché suisse cette année. Et une nouvelle livraison est prévue au printemps 2021 en Suisse toujours mais également en Autriche et en Allemagne. Côté tarif, comptez 36 000 francs pour le siège, avec une possible prise en charge par l’assurance invalidité. 

 

Continuer la lecture

Actualité

70 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures

Publié

le

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus a légèrement baissé ce dimanche, à 70 contre une centaine et plus ces derniers jours (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse a enregistré 70 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, a annoncé dimanche l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Depuis le 1er juillet, le nombre de contaminations quotidiennes avoisinait les 100 et plus.

L’OFSP a fait état samedi de 97 nouveaux cas, 134 vendredi, 116 jeudi et 137 mercredi. Au total, la Suisse et la Principauté du Liechtenstein ont recensé 32’268 cas confirmés depuis le début de la crise, dont 617 ces sept derniers jours. Aucun nouveau décès n’a été annoncé dimanche, le total étant maintenu à 1686.

Continuer la lecture

Actualité

La Catalogne confine 200’000 personnes

Publié

le

Le président de la Catalogne Quim Torra a annoncé le confinement de toute une région dès samedi midi. (©KEYSTONE/EPA/Quique Garcia / POOL)

La région de Catalogne a ordonné samedi le confinement d’une zone comprenant quelque 200’000 habitants, autour de Lerida dans le nord-est de l’Espagne, en raison de la multiplication des cas de contagion du nouveau coronavirus.

« Nous avons décidé de confiner la zone del Segria (autour de la ville de Lerida), sur la base de données qui confirment une croissance très importante du nombre de contagions de Covid-19 », a déclaré devant la presse le président de la région, l’indépendantiste Quim Torra. Il a annoncé que ce confinement débuterait à midi, en restreignant les entrées et sorties de cette zone.

Continuer la lecture

Coronavirus

57 000 infections au Covid-19 aux Etats-Unis ces dernières 24h

Publié

le

Le gouverneur de Californie a décrété la fermeture des plages pour le week-end de la fête nationale. (©KEYSTONE/AP/Jose Carlos Fajardo)

Les Etats-Unis ont enregistré vendredi un nouveau record d’infections au coronavirus, avec 57’683 cas supplémentaires. Très critiqué pour sa gestion de la pandémie, le président américain Donald Trump s’offrait lui une soirée de feux d’artifice, loin de Washington.

Le sud et l’ouest du territoire des Etats-Unis voient une flambée de cas de Covid-19, qui « met tout le pays en danger », selon les termes d’Anthony Fauci, directeur de l’institut américain des maladies infectieuses. Ce dernier a admis que la maladie était désormais hors de contrôle, prédisant le nombre quotidien de contaminations pourrait bientôt atteindre les 100’000.

Les Etats-Unis, de loin le pays le plus touché au monde par la maladie, ont désormais détecté près de 2,8 millions de cas en tout, selon le comptage de l’université Johns-Hopkins. Outre les 57’000 nouvelles infections, 728 décès supplémentaires ont été comptabilisés vendredi, portant le nombre total de morts à 129’405.

Nombre d’Etats ont dû mettre le déconfinement sur pause, voire faire machine arrière, refermant à la hâte bars et plages. Et le gouverneur républicain du Texas, un fervent soutien à Donald Trump, a annoncé que le port du masque serait désormais obligatoire dans les lieux publics.

Très peu de masques portés

Quelques minutes après les sombres bilans dévoilés par l’université Johns-Hopkins, Donald Trump arrivait dans le Dakota du Sud, accompagné de son épouse Melania Trump. Il savait pouvoir compter sur un accueil chaleureux dans cet Etat peu peuplé, qu’il a remporté en 2016 avec plus de 60% des voix.

La gouverneure républicaine Kristi Noem avait indiqué par avance qu’elle n’entendait pas gâcher la fête, où 7500 personnes étaient attendues. « Nous avons dit à ceux qui sont inquiets qu’ils peuvent rester chez eux », avait-elle expliqué.

« Pour ceux qui veulent se joindre à nous, nous distribuerons des masques gratuits, s’ils décident d’en porter un. Mais il n’y aura pas de distanciation sociale ».

Dans le cadre majestueux du mont Rushmore, devant une foule scandant « Quatre ans de plus » et dans laquelle les masques étaient rares, Donald Trump a vanté une Amérique « exceptionnelle », sans s’attarder sur les chiffres alarmants du Covid-19. Il s’est posé, à quatre mois de l’élection présidentielle et à la veille de la fête nationale du 4 juillet, en défenseur de « l’intégrité » de son pays.

« Nous allons dire la vérité telle qu’elle est, sans nous excuser: les Etats-Unis d’Amérique sont le pays le plus juste et le plus exceptionnel ayant jamais existé sur terre », a-t-il lancé.

La crise est « gérée »

En plein débat sur les symboles de l’histoire du pays et alors que des statues de généraux confédérés ont été mises à terre par des manifestants antiracistes, il a dénoncé « une campagne visant à effacer notre histoire, diffamer nos héros, supprimer nos valeurs et endoctriner nos enfants ». Mais « les Américains sont forts et fiers », a-t-il lancé.

En mauvaise posture dans les sondages, le locataire de la Maison-Blanche ne s’est pas attardé sur les chiffres alarmants du Covid-19. Laissant son vice-président Mike Pence en première ligne face au spectaculaire rebond de l’épidémie, Donald Trump s’en tient depuis plusieurs jours à un seul message: la crise du coronavirus est « gérée », l’économie américaine repart « plus fort et plus vite » que prévu et l’année 2021 sera « historique ».

Au début de ce long week-end férié, l’ancien président démocrate Barack Obama a, lui, appelé à un sursaut. « Vaincre ce virus demandera la mobilisation de tous. Portez un masque. Lavez-vous les mains », a-t-il tweeté. « Et écoutez les experts, pas ceux qui essayent de nous diviser ».

Continuer la lecture