Rejoignez-nous

Coronavirus

Genève instaure l'état de nécessité

Publié

,

le

@judith monfrini - le café de La Clémence

Genève instaure l’état de nécessité et passe en mode semi-confinement. Dès ce lundi à 19 heures tous les bars, restaurants et commerces non essentiels seront fermés. Les théâtres, cinémas et les musées vont également fermer leurs portes dès demain. Les écoles, quant à elles, restent ouvertes ainsi que les guichets de l’administration.

Genève instaure l’état de nécessité. Dès ce lundi à 19 heures tous les bars, restaurants et commerces non indispensables seront fermés. Toutes les professions médicales pourront continuer d’exercer, comme les physiothérapeutes. En revanche, les coiffeurs, les masseurs et les esthéticiennes devront fermer boutique. Avec plus de 1200 cas positifs par jour et pas moins 474 personnes hospitalisées dont 56 aux soins aigus, il fallait agir pour aplanir la courbe des contaminations Covid. Mais Genève ne laisse pas tomber les commerçants et les petits entrepreneurs. La Conseillère d’Etat chargée des finances, Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée des finances

Les théâtres, cinémas et les musées vont également fermer leurs portes dès demain. Les écoles et les crèches, quant à elles, restent ouvertes ainsi que les guichets de l’administration. Ces mesures vont durer jusqu’au 29 novembre.

10% des personnes positives terminent à l'hôpital

«La situation est grave» a déclaré la Présidente du Conseil d’Etat Anne Emery-Torracinta. Avec plus de 1200 cas positifs en moyenne par jour et pas moins 424 personnes hospitalisées dont 56 aux soins aigus, il faut agir et absolument aplanir la courbe des contaminations Covid.

Anne Emery-TorracintaPrésidente du Conseil d'Etat genevois

Ces mesures vont durer 4 semaines, jusqu'au 29 novembre. Des mesures que le Conseil d'Etat ne prend de gaieté de coeur mais qui sont indispensables selon le Conseiller d'Etat chargé de la santé, Mauro Poggia

Mauro PoggiaConseiller d'Etat chargé de la santé

Re-confinement partiel

Les cinémas, les musées, les salles de concerts, les fitness, les piscines et les patinoires sont aussi concernés par ces fermetures. Les coiffeurs, les barbiers et les esthéticiennes devront aussi fermer boutique.

Sauver Noël

Ces mesures sont prises durant 4 semaines, dans l'espoir que les commerces puissent rouvrir avant la période des fêtes. Les commerçants frappés pour la deuxième fois de fermeture doivent pouvoir souffler. Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée des finances

Des patients pourraient être héliportés dans d'autres hôpitaux que les HUG dans ces prochains jours.

Restent ouverts, les commerces alimentaires ainsi que les marchés, mais aussi les garages, les offices postaux, les opticiens, les pharmaciens, les lieux de culte mais sans services religieux, à l'exception des mariages et des enterrements.

La règle des cinq personnes dans l'espace public comme privé reste en vigueur.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Engelberger: l'interdiction d'accès aux non-vaccinés est une option

Publié

le

Lukas Engelberger estime que l'obligation vaccinale ne va pas augmenter sensiblement le taux de vaccination contre le SARS-CoV-2 (archives). (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger n'exclut pas l'introduction généralisée de la règle dite des 2G, soit pour les personnes vaccinées ou guéries contre le Covid-19. Le Conseil fédéral a, selon lui, ouvert la porte.

Vendredi, le gouvernement a donné la possibilité aux établissements publics et aux organisateurs d'événements en intérieur ou en extérieur d'introduire la règle des 2G (pour Geimpfe et Genesene en allemand) et d'interdire l'accès aux personnes seulement testées, remarque M. Engelberger dans un entretien diffusé dimanche par le SonntagsBlick.

Mais si la dynamique actuelle de l'épidémie ne peut pas être maîtrisée, la règle des 2G ne suffira pas, poursuit M. Engelberger. Il faudra étendre l'obligation de porter un masque sanitaire et introduire des limites de capacité, ajoute-t-il.

Vaccination obligatoire

L'obligation de vaccination contre le SARS-CoV-2 pourrait être une autre mesure possible. Mais le principe en Suisse est que la vaccination doit être une décision individuelle, relève Christoph Berger, le président de la commission fédérale pour les vaccinations, interrogé dans la NZZ am Sonntag. "Une obligation générale de vaccination violerait ce principe".

Pour la commission, poursuit-il, la vaccination obligatoire ne peut être prise en considération que lorsque toutes les autres mesures, allant jusqu'au confinement, se sont révélées inefficaces.

M. Engelberger estime d'ailleurs que l'obligation vaccinale ne va pas augmenter sensiblement le taux de vaccination contre le SARS-CoV-2. Elle ne ferait que créer une énorme menace qui pourrait mettre en péril la motivation à se faire vacciner, note-t-il. "Pour imposer une vaccination obligatoire, la Suisse devrait utiliser des méthodes si dures que la relation entre les citoyens et l'Etat serait gravement endommagée à long terme".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Les Fribourgeois ont pu apercevoir Saint-Nicolas

Publié

le

Saint-Nicolas s'est adressé aux citoyens de Fribourg samedi. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Saint-Nicolas s'est exprimé devant les Fribourgeois samedi en fin d'après-midi dans la cour du Collège St-Michel. Le lieu n'a pas été annoncé à l'avance pour éviter un trop grand rassemblement, a précisé un parole de la ville de Fribourg à Keystone-ATS.

Le chanceux devaient être munis d'un pass sanitaire pour écouter Saint-Nicolas. Toujours en raison des mesures sanitaires actuelles, le cortège de la Saint-Nicolas comme le marché du Bourg n'ont pas pu se tenir cette année à Fribourg.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Cinquième vague de Covid-19: le CHUV est plein, selon son directeur

Publié

le

Le CHUV a commencé à transférer des patients dans d'autres hôpitaux et cliniques (archives). (© KEYSTONE/KEYSTONE POOL REUTERS/DENIS BALIBOUSE)

La situation au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne est "préoccupante", après la forte hausse des cas de Covid-19 ces derniers temps, avertit son directeur Philippe Eckert. De nouveaux lits de soins intensifs seront ouverts la semaine prochaine.

"L'hôpital est plein. S'ajoute à cela la problématique de l'absentéisme lié à l'épuisement de certains soignants" et "un certain nombre de collaborateurs sont aussi atteints par le Covid-19", énumère M. Eckert dans un entretien diffusé samedi par 24 Heures.

Des patients sont transférés depuis plusieurs jours dans des hôpitaux romands ou des cliniques, ajoute-t-il. "La Suisse allemande est complètement engorgée; on ne peut pas transférer de patients là-bas".

Le CHUV a également commencé cette semaine à reporter des opérations chirurgicales, poursuit le directeur. "Il s'agit de reports qui ne mettent pas en danger la vie ou la qualité de vie du patient [...] Toutes les opérations urgentes sont faites".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 9951 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse compte vendredi 9951 nouveaux cas de coronavirus (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte vendredi 9951 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 29 décès supplémentaires et 118 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 65'376 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 15,22%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 100'289, soit 1151,51 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,18. Les patients Covid-19 occupent 27,90% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 81,20%.

65,93% de la population du pays sont entièrement vaccinés. 24,24% des personnes âgées de 65 ans et plus ont déjà reçu une dose de rappel.

Depuis le début de la pandémie, 1'044'628 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 13'046'527 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 11'218 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 35'967.

Le pays dénombre par ailleurs 45'096 personnes en isolement et 33'730 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Cinquième vague: les HUG basculent en mode crise

Publié

le

Les HUG basculent en mode crise en raison de la hausse des cas de Covid-19 et de l'arrivée du variant Omicron (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les HUG basculent en mode crise pour faire face à la cinquième vague. La capacité d’accueil des personnes atteintes de Covid-19 passe à 132 lits. Ce dispositif sera constamment réajusté. Les effectifs ont été renforcés.

La hausse du nombre de cas de Covid-19 et l’arrivée sur le canton du variant Omicron sont préoccupantes, relèvent les HUG dans un communiqué. En deux semaines, le nombre d’hospitalisations, qui était stable autour de 33 personnes, est monté à 83 jeudi, dont onze aux soins intensifs. S'y rajoutent onze personnes prises en charge dans des établissements privés.

L’âge médian est reparti à la hausse, passant de 67 ans fin octobre à 77 ans un mois plus tard. La coordination entre les acteurs du réseau de santé genevois a été réactivée afin de faire face à l’afflux de malades et d’éviter de devoir reporter des opérations chirurgicales.

Sur les 132 lits attribués aux patients Covid, quinze le sont aux soins intensifs, quinze aux soins intermédiaires, 92 pour les soins aigus, sans oublier dix lits de réadaptation.

Plus de 70 ans

Depuis deux semaines, les HUG constatent que plus de la moitié des personnes hospitalisées sont vaccinées. Cela va de pair avec l’augmentation de l’âge moyen des patients. La plupart des hospitalisés vaccinés sont des personnes de plus de 70 ans, vaccinées au début de la campagne et dont l’immunité a probablement diminué avec le temps.

Ce phénomène est courant chez les personnes âgées et dû aux effets du vieillissement. Elles ont souvent d’autres problèmes de santé qui se surajoutent au Covid-19 et nécessitent l’hospitalisation, expliquent les HUG.

Par ailleurs, 80% des formes sévères ou critiques de Covid-19 à l’hôpital concernent des personnes non vaccinées. Près de la moitié des vaccinés hospitalisés ont des formes d’infections plus légères, détaillent les HUG qui recommandent vivement la dose de rappel de vaccination à toutes les personnes à risque.

Une visite par jour

Dès vendredi, les visites sont autorisées pour une durée d’une heure, pour une seule personne par patient et par jour. Les règles d'entrée à l'hôpital restent les mêmes. A savoir être muni soit d'un certificat Covid-19 attestant d’une vaccination ou d’une guérison documentée, soit d’un test PCR ou antigénique négatif valide.

Le dispositif de dépistage effectue 300-350 tests par jour. Leur nombre a doublé en une semaine du fait de l’augmentation des personnes symptomatiques, précisent les HUG, conseillant vivement de prendre rendez-vous.

Le dispositif de vaccination ½uvre également à capacité maximale, avec l’introduction de la 3e dose depuis le 5 novembre. Le centre de vaccination des HUG administre 450 à 470 doses par jour, majoritairement des doses de rappel. Il n’a pas connu de baisse d’activité ces dernières semaines, en raison d’une demande qui est restée soutenue.

Soutien au personnel

Quant au personnel soignant attribué aux patients infectés par le coronavirus, au dépistage et au contrôle à l’accueil, il se monte désormais à 450 ETP (équivalents temps plein).

Les quelque 370 personnes engagées en renfort en 2020 et 2021 et formées à la prise en charge de ces patients, dont les contrats avaient été pérennisés, ont été rappelées des services auxquels elles avaient été attribuées durant l’été. Elles rejoignent désormais les unités de soins Covid-19. Un soutien psychologique renforcé a été mis en place pour leur venir en aide.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture